EUROPA - Entreprises et industrie - Etude de faisabilité sur l' établissement de réseaux - Synthèse

De
Publié par

« Etude de faisabilité sur la création de réseaux » Synthèse Etude de faisabilité sur l'établissement de réseaux Rapport final L'étude dans son contexte Le 13 novembre 2001, la Commission a adopté sa communication « Une approche coopérative pour l'avenir du tourisme européen » (COM (2001) 665). Tout en proposant un cadre opérationnel et un nombre limité de mesures à entreprendre par les divers intervenants du secteur touristique, ce document reconnaît le rôle potentiellement significatif pouvant être joué par les réseaux, les centres de compétence et les partenariats pour le développement futur du tourisme européen, et propose de mobiliser les centres de compétence et de support existants pour l’approfondissement des connaissances relatives au tourisme et une meilleure observation de ce secteur. La plupart des Etats membres comptent déjà une multitude de réseaux, de partenariats et d'organismes ou de centres spécialisés dans l'industrie touristique au plan national et/ou régional. Ceux-ci fournissent l'infrastructure et l'assistance de base nécessaires aux divers intervenants du secteur touristique, en des destinations spécifiques, afin de répondre à leurs besoins et d'évaluer l'évolution du secteur. Ils s’articulent autour de différents thèmes en rapport avec le tourisme, comme le développement durable, l'héritage culturel, la promotion des produits touristiques locaux, etc. Afin d'être en mesure de mobiliser ces organismes, la ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
Synthèse
Etude de faisabilité sur l'établissement de réseaux
Rapport final
L'étude dans son contexte
Le 13 novembre 2001, la Commission a adopté sa communication
« Une approche
coopérative pour l'avenir du tourisme européen »
(COM (2001) 665). Tout en proposant un
cadre opérationnel et un nombre limité de mesures à entreprendre par les divers intervenants
du secteur touristique, ce document reconnaît le rôle potentiellement significatif pouvant être
joué par les réseaux, les centres de compétence et les partenariats pour le développement futur
du tourisme européen, et propose de mobiliser les centres de compétence et de support
existants pour l’approfondissement des connaissances relatives au tourisme et une meilleure
observation de ce secteur.
La plupart des Etats membres comptent déjà une multitude de réseaux, de partenariats et
d'organismes ou de centres spécialisés dans l'industrie touristique au plan national et/ou
régional. Ceux-ci fournissent l'infrastructure et l'assistance de base nécessaires aux divers
intervenants du secteur touristique, en des destinations spécifiques, afin de répondre à leurs
besoins et d'évaluer l'évolution du secteur. Ils s’articulent autour de différents thèmes en
rapport avec le tourisme, comme le développement durable, l'héritage culturel, la promotion
des produits touristiques locaux, etc.
Afin d'être en mesure de mobiliser ces organismes, la Commission européenne devait
connaître leur emplacement, leur mode d’interaction et leurs besoins spécifiques. Sur le plan
de la politique adoptée, cette étude suit 2 grands axes :
1.
les principes de bonne gouvernance ;
2.
le rôle du tourisme en tant que l'un des moteurs du développement économique en
Europe.
L'objectif de cette étude était donc d’examiner s’il était possible de créer des réseaux et des
partenariats entre intervenants du tourisme, destinations et organismes qui génèrent et
fournissent des connaissances et des compétences dans le domaine du tourisme.
Objet de l'étude
L'objet de l'étude était d’analyser les meilleures pratiques actuelles en matière d'exploitation
de réseaux, de partenariats et de centres de compétence dans le secteur du tourisme européen.
Les recherches ont porté sur la nouvelle Europe telle qu’elle a été
élargie à la date du
1
er
mai 2004, soit 25 Etats membres. Elles ont également couvert les pays candidats dont le
dossier d’adhésion à l'UE est en cours d'examen, ainsi que les pays de l’EEE.
La structure du projet visait à refléter, avec les moyens limités disponibles, le processus
d'élargissement, et il a été fait appel à des consultants établis en Estonie, en Allemagne, à
Bruxelles et au Danemark pour élargir le ciblage géographique pendant la phase d'étude. De
plus, étant donné l'envergure réduite du projet, son attributaire a tenté de définir le champ
d'investigation le plus précisément possible.
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
Méthodologie et stratégie adoptées
Phase 1
Phase 2
Phase 3
(a) Analyse subject
matter
(b) Stakeholder
mapping
(c) Innovative
approaches
(d) Evaluation for
improvement
(e) Additional ideas
(f) Feasibility studies
(g) Concrete proposals
(h) Conclusions and
recommendations
(i) Meetings and
workshop
(k) Reporting
Phase 1
Phase 2
Phase 3
(a) Analyse subject
matter
(b) Stakeholder
mapping
(c) Innovative
approaches
(d) Evaluation for
improvement
(e) Additional ideas
(f) Feasibility studies
(g) Concrete proposals
(h) Conclusions and
recommendations
(i) Meetings and
workshop
Phase 1
Phase 2
Phase 3
(a) Analyse subject
matter
(b) Stakeholder
mapping
(c) Innovative
approaches
(d) Evaluation for
improvement
(e) Additional ideas
(f) Feasibility studies
(g) Concrete proposals
(h) Conclusions and
recommendations
(i) Meetings and
workshop
(k) Reporting
Phase 1
(a)
Analyse de la thématique
(b)
Détermination des intervenants
(c)
Approches novatrices
(d)
Evaluation en vue d’une amélioration
Phase 2
(e)
Idées complémentaires
(f)
Etudes de faisabilité
(g)
Propositions concrètes
(h)
Conclusions et recommandations
(i)
Réunions et atelier
Phase 3
(j)
Rédaction de rapports
L'étude consistait à remplir les missions globales suivantes, évoquées dans le diagramme ci-
dessus et spécifiées dans les termes de référence du projet :
a)
Entreprendre une analyse et une étude approfondies sur le thème des réseaux et
partenariats communautaires, européens ou autres réseaux et partenariats transnationaux
entre les intervenants et les destinations du secteur du tourisme, ainsi qu'entre les
organismes qui génèrent et fournissent des connaissances et des compétences concernant
le tourisme dans le contexte de la Communauté européenne ;
b)
Etudier et décrire de manière exhaustive les réseaux et partenariats existants entre acteurs
et destinations du secteur touristique dans un contexte communautaire, européen ou autre
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
contexte transnational, ainsi qu'entre les organismes qui génèrent et fournissent des
connaissances et des compétences concernant le tourisme, de même que les activités
entreprises dans le cadre de ces réseaux et partenariats ;
c)
Réunir et évaluer une somme suffisante d'informations, de connaissances, d'expériences,
une série de bonnes pratiques et d'exemples récents pour étayer les résultats des points a)
et b) ;
d)
Evaluer la situation à la lumière des constatations faites aux points a) à c) et déterminer la
nécessité d'autres idées de réseaux et de partenariats communautaires/européens, d'autres
stratégies et activités, y compris une meilleure exploitation des réseaux et partenariats
existants, pour atteindre les objectifs globaux et particuliers du projet ;
e)
Si nécessaire, imaginer et préciser d'autres idées, stratégies et propositions d'activités en
matière de réseaux et de partenariats communautaires/européens, y compris une meilleure
exploitation des réseaux et partenariats existants ;
f)
Analyser, décrire et évaluer la faisabilité de ces autres idées, stratégies et propositions
d'activités en rapport avec des réseaux et partenariats communautaires/européens, y
compris les ressources, les mesures et la participation des intervenants qui seront
nécessaires pour leur mise en oeuvre ;
g)
Pour les autres idées, stratégies et propositions d'activités considérées comme réalisables
en rapport avec les réseaux et partenariats communautaires/européens, élaborer et
présenter des propositions concrètes en tenant compte des initiatives nécessaires, de
l'apport requis de la part des intervenants, des activités complémentaires à entreprendre,
d'un programme de travail concret, d'une structure d'orientation et de suivi pour
l'ensemble des activités communautaires afin d'atteindre les objectifs globaux et
particuliers ;
h)
A partir des constatations faites, formuler des conclusions et des recommandations ;
i)
Participer, avant la fin des 8 mois de mission, à un atelier d'une journée réunissant de
multiples intervenants afin de présenter les résultats provisoires du travail entrepris, pour
évaluation et ratification ;
j)
Préparation d'un rapport d'avancement et d'un rapport final suivant les spécifications de la
Commission.
Réunions du groupe de pilotage
Afin d'orienter et d'approuver le travail réalisé par les attributaires du projet, la Commission a
mis sur pied un groupe de pilotage qui s'est réuni trois fois durant l'étude.
Parallèlement aux réunions convoquées par la Commission, l'attributaire du projet a organisé
un atelier réunissant des intervenants afin de ratifier le travail effectué et les recommandations
élaborées. Cette réunion a eu lieu durant la phase ultime du projet.
Recueil d'informations
Afin de couvrir une vaste zone et de garantir une collecte efficace d'informations, l'attributaire
du projet a déterminé les principales sources à contacter. Des courriers officiels, accompagnés
d'une formule type et d'une lettre officielle de l’Unité Tourisme de la DG Entreprises ont été
envoyés par voie électronique. Après une présentation succincte du projet, ces courriers
invitaient leurs destinataires à contribuer au processus en transmettant à l'attributaire du projet
des informations sur les réseaux, les partenariats et les centres de compétence. Afin de
faciliter le recueil et l'analyse d'informations, le questionnaire a été mis en ligne, disponible
sur le site web d’OG
Nets
:
www.ogm.be/networking
.
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
Quoique les sources d'informations aient été contactées en nombre suffisant, il a été très
difficile de réunir les données nécessaires pour l'analyse des réseaux, des partenariats et des
organes de compétence.
Après l'envoi de la première lettre officielle, les réactions à l'enquête en ligne ont été très
décevantes, tant en termes de quantité que de qualité. Lors de la deuxième réunion du groupe
de pilotage, l'attributaire du projet a décidé de redoubler d'efforts pour obtenir des
questionnaires plus complets. Des courriels ont à nouveau été envoyés ; certains réseaux,
partenariats et organes de compétence ont été sélectionnés et contactés par téléphone pour
compléter le questionnaire directement lors de la communication ou le renvoyer après
arrangement avec une personne précise.
Ce procédé s'est révélé bénéfique pour l'étude. Un plus grand nombre de personnes ont été
contactées directement et le dialogue établi autour du questionnaire a permis de recueillir des
informations claires et importantes sur le fonctionnement d'une multitude de nombreux
réseaux, partenariats et organes de compétence.
Constatations et politique recommandée
Les questionnaires et les appels téléphoniques ont fourni à l'attributaire du projet un très large
éventail d'informations. Des exemples de bonnes pratiques ont été décelés parmi les exemples
de réseaux, de partenariats et d'organes de compétence. Ils ont été détaillés dans le rapport
final. En général, les informations recueillies ont permis d'obtenir certains résultats et
informations intéressants sur l'organisation et la stratégie des réseaux, ainsi que sur leurs
besoins et leurs compétences.
Les constatations les plus importantes ont été celles qui portaient sur les relations entre la
Commission européenne et les organes de compétence, les réseaux et les partenariats.
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
Valeur des organes de compétence, des partenariats et des réseaux pour la Commission
européenne
°
Ils permettent d'avoir accès à de multiples fournisseurs de services, opérateurs et
organismes de recherche ayant des intérêts dans la gestion et la fourniture de services de
tourisme ;
°
Ils peuvent être exploités comme fournisseurs d’informations sur les tendances, les
problèmes et les occasions à saisir, afin que la Commission reste « en prise » ;
°
Ils peuvent servir à sonder les réactions aux nouvelles politiques et à mettre ces dernières
au banc d'essai ;
°
Ils contribuent à la diffusion des bonnes pratiques et des bonnes idées dans toute l'Europe
afin de limiter les doubles emplois et de garantir que le temps soit consacré à la fourniture
de services de qualité plutôt qu'à la recherche de solutions ;
°
Ils apportent leur soutien aux PME et autres secteurs sous-représentés ;
°
Ils défendent avec acharnement les secteurs-clés du marché ;
°
Ils contribuent à améliorer l'image globale du tourisme et à lui donner une plus-value.
Valeur de la Commission européenne pour les organes de compétence, les partenariats et les
réseaux
°
Ouvrir des perspectives pour la garantie du financement de base ;
°
S'appuyer sur les réseaux, etc. en tant que principaux vecteurs d'informations sur les
initiatives politiques et les possibilités de financement ;
°
Fournir une base de données actualisée sur les organisations et les initiatives existantes ;
°
Diffuser les meilleurs pratiques pour la mise en place et la gestion des réseaux ;
°
Recourir aux réseaux, etc. pour mieux faire connaître les politiques et initiatives de la
Commission ;
°
Reconnaître le rôle pouvant être joué par les réseaux, etc. en tant qu’auxiliaires pour un
tourisme durable, de qualité dans toute l'Europe ;
°
Valoriser le travail des réseaux, etc. afin d'améliorer leur visibilité et leur statut par le biais
de la publicité et de certaines manifestations.
Sur la base de ces constatations, les mesures politiques recommandées constituent l'un des
résultats de cette étude. Elles ont été regroupées en 5 axes d'action thématiques et visent à :
°
élaborer une
stratégie de communication
cohérente et coordonnée pour améliorer la
visibilité des initiatives de la Commission dans le domaine du tourisme et procéder à un
échange d'informations entre la Commission et les réseaux ;
°
utiliser plus efficacement les
mécanismes de financement
existants ;
°
fonder un
observatoire européen du tourisme
afin de promouvoir les échanges de savoir
dans le tourisme européen ;
°
créer des
centres européens d'expertise touristique
au niveau européen pour certains
axes politiques spécifiques ;
°
mettre en place
5 groupements touristiques transnationaux
afin d'assurer une présence
transrégionale affirmée et efficace pour la promotion ou l'innovation
dans toute la chaîne
de valeur touristique.
Le consultant a établi un tableau pour déterminer l'ordre de priorité des mesures politiques et
leur attribuer une notation. L'ordre de priorité se base sur le retour d'informations fourni au
consultant par les intervenants durant l'enquête réalisée avec le questionnaire, ainsi que sur les
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
recherches entreprises durant la phase de recherche documentaire du projet et, point
important, sur les discussions qui ont eu lieu durant l'atelier réunissant les intervenants à
Bruxelles.
Après la notation des mesures politiques, une liste de recommandations a été élaborée. Celle-
ci décrit chaque mesure et les phases de sa mise en oeuvre, précise qui serait responsable et
quel serait l'impact.
Le tableau ci-dessous reprend le détail des mesures proposées :
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
Quoi ?
Comment ?
Qui ?
Impact
1.1
Bulletin
traitant spécifiquement de certains aspects
du tourisme sur la base des demandes d’une liste de
distribution.
Coopération entre toutes les DG
concernées – TREN, Education,
Innovation et Recherche,
Politique régionale, ENTR, ENV
mais chef de file = ENTR
Important
1.2 Tenir à jour des
inventaires
élaborés dans le cadre
de l’étude des réseaux et comprenant des critères
officiels à remplir pour « l’inscription » afin de garantir
qu’il s’agisse de réseaux, partenariats ou organes de
compétence européens crédibles et fonctionnant
correctement.
Soit DG ENTR D3 ou
externalisation
Important
1.3 Sur la base des inventaires, dresser une
base de
données
de réseaux et d'organes de compétence en
ligne, interactive, thématique, avec accès au public.
Soit DG ENTR D3 ou
externalisation, par exemple via
le portail touristique de l'UE
Important
1.4 Etudier les possibilités de communication
Business2Business
, par exemple en ajoutant une
fonction Intranet à www.visiteurope.com
ETC
Moyen à
important
1.5 Créer un/des
forum
(s) régulier(s), pratique(s), pour
que les organismes inscrits puissent se rencontrer et
discuter d’aspects concrets à un échelon de
compréhension mutuelle
DG ENTR D3
Moyen
1.6 Veiller à ce que des
événements régionaux
ad hoc
soient possibles pour les acteurs du secteur du tourisme
DG ENTR D3
Moyen
1.7 Formuler des
recommandations
quant à la
manière d'établir des réseaux durables
DG ENTR D3
Moyen
1.
Stratégie de
communication
cohérente et
coordonnée afin
d'améliorer la
visibilité
des
initiatives de la
Commission dans
le secteur du
tourisme et de
procéder à un
échange
d'informations
entre la
Commission et les
réseaux
1.8 Améliorer
la coordination entre les DG
concernant les projets et les flux de fonds en rapport
avec le tourisme
Coopération entre toutes les DG
concernées, emmenées par la
DG ENTR
Important
2.1 Déterminer des critères de financement d’après la
connaissance des réseaux existants
DG concernées, emmenées par
la DG ENTR
Moyen
2. Utiliser plus
efficacement les
mécanismes de
financement
existants
2.2 Créer une ligne budgétaire dans les régimes de
financement existants pour un apport de fonds, afin de
diriger les réseaux sur une base thématique, p. ex.
financement de base aux ONG par la DG ENV
Commission/Collaboration entre
les DG concernées, emmenées
par la DG ENTR
Important
3. Fonder un
observatoire
virtuel européen
du tourisme afin
de promouvoir le
transfert du savoir
en matière de
tourisme européen
L'observatoire virtuel serait chargé de :
-
produire un bulletin ;
-
établir des statistiques ;
-
catalyseur de l'innovation ;
-
agir en tant qu'intermédiaire ;
-
publier des informations pour les responsables
politiques ;
-
« guichet unique » pour faire le point de la
situation du tourisme dans l'UE
Procédure d'appel d'offres ouvert
Pourrait être
significatif/i
mportant.
Doit être fait
correctement
!
4. Etablir, au
niveau européen,
des
plaques
tournantes
dans
des secteurs
spécifiques.
Celles-ci
assureront la
coordination de la
politique de la
Commission avec
leur
région
Ces plaques tournantes (agences phares) peuvent être
soit un organe de compétence, soit un réseau.
Quoiqu'elles devraient probablement être des réseaux
afin de surmonter la barrière des langues, etc. Elles
devraient être organisées de manière à correspondre
aux domaines de travail prioritaires actuels de la
Commission. Correspond à la recommandation relative
aux « centres touristiques consultatifs » émise par le
groupe de travail à haut niveau ayant fait rapport en
1998. Tout le monde doit pouvoir en retirer quelque
chose - ces plaques tournantes reflètent la politique
communautaire.
Procédure d'appel d'offres ouvert
Difficile à
évaluer à ce
stade - pas
connaissanc
e
d'expérience
s similaires.
« Etude de faisabilité sur la création de réseaux »
Quoi ?
Comment ?
Qui ?
Impact
d'implantation
(centres
névralgiques)
5. Organiser des
méga-
regroupements
dans le tourisme
afin de garantir
une présence
régionale affirmée
et efficace pour la
promotion de
l'innovation dans
toute la chaîne de
valeur du
tourisme
Ces méga-regroupements seront définis pour les
5 zones d'Europe en rapport avec les fonds structurels
(c'est-à-dire Interreg). Le méga-regroupement
correspondra à la chaîne de valeur et sera la tête de
pont de la Commission dans une région, de manière à
pouvoir influencer le développement touristique
régional. Les organisations réunies au sein du méga-
regroupement pourront établir des réseaux avec
d'autres pour mettre sur pied des groupes de travail, par
exemple dans le domaine du développement durable.
Ceux-ci pourront avoir une fonction temporaire et être
remplacés par l’un ou l’autre groupe de travail si et
lorsque cela est nécessaire.
Procédure d'appel d'offres ouvert
Difficile à
évaluer à ce
stade - pas
connaissanc
e
d'expérience
s similaires.
Conclusions
Cette étude visait à acquérir une certaine vision du maillage d’organismes existants et, par le
biais de contacts directs, à essayer de comprendre les besoins et les aspirations de ces
organismes dans le contexte du travail avec la Commission. Ces besoins sont clairs et
simples ; la demande porte sur la transparence, une meilleure coordination, l’intégration, la
communication et les subsides.
Un inventaire a été établi comme point de départ pour essayer de déterminer le nombre et
l'envergure des organismes existants. Cet inventaire peut constituer le fondement d’un
système de base de données pour fournir des informations claires sur les organismes existants.
Au-delà, une série de recommandations ont été formulées et communiquées aux acteurs du
secteur. Elles visent à aider la Commission à exploiter davantage le potentiel des réseaux, des
partenariats et des organes de compétence et à garantir que ces entités elles-mêmes puissent
retirer un maximum d’avantages.
S'il semble que les organismes sont nombreux, ils sont relativement peu à avoir un profil
impressionnant et à traiter des aspects fondamentaux du tourisme européen par le biais de
jumelages. Nombre des petits organismes assurent des fonctions plus restreintes, réunissent
relativement peu de membres et ont du mal à se maintenir à long terme. Quelles que soient la
taille et l'envergure des organismes concernés, il est clair que tous bénéficieraient des mesures
relativement simples énoncées dans cette étude. Des idées et des procédures complexes
n'auraient pas répondu aux besoins essentiels exprimés par les divers organismes ayant
participé à cette étude et n'auraient pas amené de solutions efficaces aux problèmes décelés.
Les réseaux, les partenariats ou les organes de compétence ne vont pas tous se maintenir
durablement à l'avenir. Ils ont de meilleures chances de survie lorsqu'il y a un engagement et
des ressources adéquats. Nous espérons que cette étude aura fourni les mécanismes
permettant à de tels organismes de travailler avec la Commission et de jouer un rôle plus clair
et plus dynamique, de comprendre et de fournir une meilleure qualité pour un secteur
touristique plus durable et plus concurrentiel.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.