II-etude-technologies-cles

De
Publié par

Synthèse Technologies clés en Picardie 1Diffusion des technologies clés en Picardie I. Objectifs et déroulement de l’étude Suite à l’étude du Secrétariat d’État à l’Industrie sur les « Technologies Clés 2005 », la DRIRE et le Conseil Régional de Picardie ont souhaité dresser un état des lieux de la diffusion de ces technologies dans les entreprises de Picardie. Cette mission a été pilotée par un Comité regroupant la Drire Picardie, le Conseil Régional de Picardie, l’Adepa et le Cetim. Compte tenu du tissu industriel de Picardie (poids important de la mécanique et de la plasturgie), 20 technologies clés ont été retenues parmi les 119 identifiées au niveau national. Cinquante entreprises, sélectionnées par les partenaires de ce projet, ont été rencontrées dans un double objectif : - Recueillir leur opinion sur ces technologies clés : les utilisent-elles déjà ? envisagent-elles de les intégrer prochainement ? quels sont les résultats obtenus ou attendus ? - Identifier leurs attentes pour les aider à s'approprier ces technologies clés : ont-elles besoin d'aides financières ? quelles actions les instances régionales devraient mettre en place ? Cette étude s’est déroulée entre septembre et novembre 2002. N.B. : L’ensemble des informations présentées dans ce rapport de synthèse sont issues des 50 entretiens réalisés. Volontairement, et afin de ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 52
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Synthèse Technologies clés en Picardie
1
Diffusion des technologies clés en Picardie I. Objectifs et déroulement de l’étude Suite à l’étude du Secrétariat d’État à l’Industrie sur les « Technologies Clés 2005 », la DRIRE et le Conseil Régional de Picardie ont souhaité dresser un état des lieux de la diffusion de ces technologies dans les entreprises de Picardie. Cette mission a été pilotée par un Comité regroupant la Drire Picardie, le Conseil Régional de Picardie, l’Adepa et le Cetim. Compte tenu du tissu industriel de Picardie (poids important de la mécanique et de la plasturgie), 20 technologies clés ont été retenues parmi les 119 identifiées au niveau national. Cinquante entreprises, sélectionnées par les partenaires de ce projet, ont été rencontrées dans un double objectif : -Recueillir leur opinion sur ces technologies clés : les utilisent-elles déjà ? envisagent-elles de les intégrer prochainement ? quels sont les résultats obtenus ou attendus ? -Identifier leurs attentes pour les aider à s'approprier ces technologies clés : ont-elles besoin d'aides financières ? quelles actions les instances régionales devraient mettre en place ? Cette étude s’est déroulée entre septembre et novembre 2002. N.B. : L’ensemble des informations présentées dans ce rapport de synthèse sont issues des 50 entretiens réalisés. Volontairement, et afin de garder la « parole du terrain », elles n’ont été ni corrigées ni complétées par d’autres données techniques. Il s'agit donc de l'opinion des chefs d'entreprises interrogés. II. Les entreprises interrogées 1. Répartition par effectif
24%
24%
<20
de 20 à 50
de 50 à 100
12%
24%
de 100 à 250
>250
16%
2
2. Répartition par code NAF
12%
12%
17
22
13%
11%
24
25
27
28
6%
10%
29
33
8%
35
10%
9%
36
9%
17 : Industrie textile 22 : Edition, imprimerie, reproduction 24 : Industrie chimique 25 : Industrie du caoutchouc et des plastiques 27 : Métallurgie 28 : Travail des métaux 29 : Fabrication de machines et équipements 33 : Fabrication d'instruments médicaux, de précision, d'optique et d'horlogerie 35 : Fabrication d'autres matériels de transport 36 : Fabrication de meubles; industries diverses Les 50 entreprises rencontrées dans le cadre de cette étude se répartissent correctement sur les différentes tranches d’effectif et sur les codes NAF.
3
Aide financière : Moyen Action collective : Fort Aide financière : Moyen Action collective : Moyen Aide financière : Moyen Action collective : Moyen Aide financière : Faible Action collective : Fort Aide financière : Moyen Action collective : Moyen
Fibres textiles fonctionnelles (36)
Ingénierie et traitement des surfaces (38)
Matériaux pour procédés en milieux extrêmes (35)
Alliages de polymères (31)
III.
La
4
2
5
4
0
+
2
4
5
4
4
1
- -
-
+
+
Villeneuve St Germain
+ +
+ +
- -
Vaux Andigny
Hirson
Friville Woincourt
Albert
interrogées
Chépy Amiens Bouttencourt
-
Saint Valéry
Hallencourt
Chaulnes
Saint Maximin Rieux
Neuilly en thelle Chamant
Matériaux absorbants de chocs, vibrations, bruits, chaleur (34)
2
0
0
0
Roye
Péronne
Chauny
Méru St Crépin Ibouvilliers
Noyon Estrées St Denis Breteuil sur Noye Rémy Milly su Therain Compiègne Liancourt Pont Sainte Maxence Beauvais Rantigny Verberie Villers St Paul
Le Coudray St Germer
Beaucamps le vieux
Caulières
Trelou sur Mrane
Guise
Nanteuil le haudoin Bornel Vineuil St Firmin Chambly
Saint-Quentin
1
+
Beautor
Représentation et gestion des processus de l’usine numérique (116) Prototypage rapide (117)
Soutien logistique intégré (119)
+
Aide financière : Moyen Action collective : Faible Aide financière : Faible Action collective : Fort
Aide financière : Moyen Action collective : Fort Aide financière : Moyen Action collective : Moyen Aide financière : Faible Action collective : Faible
1
+
Aide financière : Moyen Action collective : Moyen
+
Aide financière : Faible Action collective : Faible Aide financière : Moyen Action collective : Faible Aide financière : Faible Action collective : Fort
+
+ +
+
Simulation numérique des procédés (115)
+
-
+
- -
- -
+
+
0
3
1
1
1
2
5
1
4
1
+ +
2
Surveillance intelligente de l’élaboration et de la mise en œuvre des matériaux (42) Evaluation non destructive de l’endommagement des matériaux et des assemblages (43) Fabrication en petites séries à partir de modèles numériques (44) Modélisation complète de la transformation des matériaux (45) Ergonomie de l’interface homme-machine (98)
2
9
2
Supply Chain Management (118)
Véhicules intelligents et communicants (100)
14
+
Aide financière : Fort Action collective : Moyen
2
2
+
+ +
4
- -
0
4
3
+
1
3
3
4
2
1
4
1
6
4
4
1
6
4
5
5
5
2
4
5
2
Systèmes d’organisation et de gestion industrielle améliorés (109) Formalisation et gestion des règles métiers (110) Outils d’aide à la créativité (111) Multireprésentation des objets virtuels (114)
3
0
-
2
+
+
-
+
Aide financière : Faible Action collective : Moyen Aide financière : Faible Action collective : Fort Aide financière : Faible Action collective : Faible Aide financière : Moyen Action collective : Faible Aide financière : Faible Action collective : Moyen
+
- -
+
-
+
+
16
14
12
10
8
6
4
2
0
Nombre d’entreprises qui utilisent la technologie Nombre d’entreprises qui n’utiliseront pas la technologie
Nombre d’entreprises qui pourraient utiliser la technologie
Le diagramme ci-dessous reprend les 2 principaux critères expliquant la diffusion de ces technologies clés : l’impact des technologies clés sur les entreprises et la facilité d’acquisition.
Impact de la technologie sur les entreprises
+ +
+
-
- -
42, 100, 110 *
36 *
- -
35 *
31, 115 *
119 *
-
34, 98, 109, 118 * 38, 43, 44, 45, 116, 117 *
114 *
111 *
+
+ +
Facilité d'acquisition de la technologie
6
Au vu des 50 entretiens réalisés, les 20 technologies clés peuvent être caractérisées de plusieurs façons : ¾en fonction de leur potentiel de diffusion : -Systèmes d’organisation et de gestion industrielle(ex : technologies à large diffusion améliorés - 109) ; -technologies pour spécialistes (ex : Matériaux pour procédés en milieux extrêmes - 35) ; ¾en fonction de la raison pour laquelle elles ont été intégrées : -par obligation réglementaire (ex : Ingénierie et traitement des surfaces – 38) -parce qu’imposées par les clients (ex : Supply Chain Management – 118) ; -dans une volonté d’innover (ex : Outils d’aide à la créativité – 111). IV. La présence des compétences régionales Les centres de compétences régionaux ont été souvent cités comme acteur potentiel sur les 20 technologies clés étudiées :
-CETIM : cité sur 12 technologies clés, par 19 entreprises différentes -CRITT POLYMERES : cité sur 5 technologies clés, par 5 entreprises différentes -UTC : cité sur 3 technologies clés, par 2 entreprises différentes -ESSIEE : cités sur 3 technologies clés, par 1 entreprise -ADEPA : cité sur 2 technologies clés, par 2 entreprises différentes -Autres (Lycée du Vimeu, Lycée Marie Curie de Nogent/Oise, CIFOR) : cités sur 1 technologie clé, à chaque fois par une entreprise. Par ailleurs, les entreprises se souviennent d’actions – collectives ou individuelles – menées avec ces mêmes prestataires (Adepa et Cetim notamment). V. Les actions à mettre en place sur ces 20 technologies clés Les aides financières (à l’investissement, à la formation, au recrutement, au conseil, …) constituent bien sûr une demande récurrente des entreprises vis à vis des instances régionales. En complément, les principales actions à mettre en place pour accompagner l’appropriation des 20 technologies clés par les entreprises peuvent se regrouper en plusieurs familles. Par ordre décroissant de demande : -des actions de veille technologique, des journées d’information et de sensibilisation ; -: essais, R&D, mise au point de nouvellesdes actions à fort contenu technique technologies, aide au choix de solutions ; -l’identification d’acteurs (centres de compétences, organismes de formation, partenaires, …) existants sur une technologie clé, et la mise en relation avec ces acteurs ; -du conseil (avis extérieur) ; -des actions visant au partage d’expériences entre entreprises.
7
Le tableau ci-dessous précise - pour chacune des 20 technologies clés étudiées - le type d'actions attendu par les entreprises picardes. Veille technologique, Essais, mise au point, aide au Identification d'acteurs Partage Technologie clé (n°) Conseil information choix de solutions et mise en relation d’expérience Alliages de polymères (31) X X XMatériaux absorbants de chocs, vibrations, bruits, X chaleur (34) Matériaux pour procédés en X X milieux extrêmes (35) Fibres textiles fonctionnelles X (36) Ingénierie et traitement des X X surfaces (38) Surveillance intelligente de l’élaboration et de la miX X X se en œuvre des matériaux (42) Evaluation non destructive de l’endommagement des X X X matériaux et des assemblages (43) Fabrication en petites séries à partir de modèles numériquesX X (44) Modélisation complète de la transformation des matériaux X X (45) Ergonomie de l’interface X X homme-machine (98) Véhicules intelligents et X communicants (100) Systèmes d’organisation et de gestion industrielle améliorésXX X (109) Formalisation et gestion des X règles métiers (110) Outils d’aide à la créativité X X (111) Multireprésentation des objets X X virtuels (114) Simulation numérique des X procédés (115) Représentation et gestion des processus de l’usine numériqueX XX X (116) Prototypage rapide (117) X X XSupply Chain Management (118) X X Soutien logistique intégré (119) XX Sur ces 20 technologies clés, les entreprises attendent des solutions originales et surtout personnalisées (à leur métier, à leur marché, à leur personnel). Néanmoins, des actions collectives sont également demandées pour avancer rapidement et à moindre frais.
8
VI. Les autres besoins des entreprises interrogées a) Ressources humaines Les entreprises qui envisagent de recruter rencontrent souvent des difficultés pour trouver les compétences qu’elles recherchent. Elles considèrent que les formations initiales ne sont pas toujours satisfaisantes. A cela se rajoute le fait que certains métiers n’attirent plus les jeunes. Les entreprises n’hésitent pas à former leur personnel pour le faire évoluer, et lui permettre de s’adapter aux nouvelles technologies. b) Moyens matériels Deux entreprises sur trois investissent ou prévoient de le faire à court ou moyen terme, parfois pour des montants importants. Ces investissements concernent surtout des machines de production, des bâtiments et du matériel informatique. Quelques projets se feront également dans le cadre du respect des contraintes environnementales. c) Stratégie de l’entreprise Les objectifs stratégiques poursuivis par les entreprises touchent : -l’efficacité interne (amélioration de l’organisation, démarche qualité, …) -l’innovation (développement de nouveaux produits, recherche de nouveaux marchés, …) -le périmètre de l’entreprise (croissance externe, réflexion sur une éventuelle délocalisation, …) VII. L’opinion des 50 entreprises sur les instances régionales Les aides financières constituent bien sûr le soutien le plus attendu par les PME. Elles sont appréciées, notamment en matière d’investissements, de formation et d’aide au recrutement. Néanmoins, les entreprises suggèrent plusieurs axes d’amélioration, notamment la simplification du processus d’obtention des aides, et l’ouverture de certaines aides aux filiales de groupes qui ont des besoins de PME, mais n’ont pas aujourd’hui accès à ce coup de pouce financier. Par ailleurs, de nombreuses entreprises s’interrogent encore aujourd’hui sur les aides existantes, et sur celles dont elles pourraient bénéficier dans le cadre d’un projet particulier. Une visite d’un représentant des pouvoirs publics est attendue pour au moins une dizaine d’entreprises pour clarifier les choses. Une vingtaine d’entreprises ont profité des entretiens réalisés dans le cadre de l’étude « Technologies clés » pour exprimer d’autres attentes vis à vis des instances régionales. Là encore, des actions doivent être menées – dans la mesure du possible – pour répondre à ces préoccupations. VIII. Les suites souhaitables à cette étude La présente étude constitue, à travers les propos de 50 dirigeants d'entreprises, l'expression des besoins des industriels de Picardie vis à vis des technologies clés. L'objectif étant de mettre en place des actions pragmatiques répondant à ces besoins, nous proposons de : -solliciter des experts pour qu'ils donnent leur avis sur l'impact des technologies clés et leur facilité d'acquisition par les entreprises. Ces avis valideront ou modifieront légèrement les notations issues des entretiens avec les industriels ; -choisir une technologie clé parmi les 20 étudiées, par exemple l’une de celles qui ont un fort impact sur les entreprises et qui ne sont pas trop difficiles à intégrer ;
9
-
-
-
-
sur cette technologie clé, établir la cartographie des dispositifs (aides financières, centres de compétences, …) existants en Picardie, voire dans les régions limitrophes ; exploiter cet existant, par exemple en rapprochant des entreprises de certains centres de compétences ; porter un regard critique sur ces dispositifs existants, en les complétant ou modifiant pour répondre le mieux possible aux attentes des industriels, et mettre en œuvre les actions permettant la diffusion de cette technologie clé dans les entreprises picardes ; communiquer très largement sur cette opération "pilote", pour faciliter la diffusion ultérieure d'autres technologies clés.
Technologie clé (n°)
Alliages de polymères (31)
Matériaux absorbants de chocs, vibrations, bruits, chaleur (34)
Matériaux pour procédés en milieux extrêmes (35)
Fibres textiles fonctionnelles (36)
Ingénierie et traitement des surfaces (38)
Surveillance intelligente de l’élaboration et de la mise en œuvre des matériaux (42)
Evaluation non destructive de l’endommagement des matériaux et des assemblages (43)
Annexe : les 20 technologies clés étudiées Définition, mots clés Secteurs d’application Mélanges physiques ou associations chimiques d’au moins 2 Transport (ex : carrosserie automobile), polymères différents. Électroménager, Bâtiment, Biomédical Recherche de propriétés plus élevées ou d’une mise en forme plusfacile. Possibilité d’améliorer les coûts ou la recyclabilité.Ils contribuent à la sécurité, à la qualité de la vie et à la Automobile (pare-chocs, structures de protection de l’environnement. voitures, ceintures de sécurité), Matériaux à structure interne : mousses, alvéoles, nids d’abeille Aéronautique, Bâtiment construction Composites à matrice polymère et alliages de polymères pour les (murs antibruit), Électroménager, pare-chocsDéfense Ce sont des métaux et des céramiques (céramiques massives et Acoustique, Transport, Bâtiment, composites) qui résistent à la corrosion et qui conservent leurs Armement, Énergie (parties chaudes des propriétés mécaniques en milieux extrêmes. moteurs, turbines et chaudières), Biens Matériaux difficiles à mettre en œuvre (procédés à haute d’équipement. température : fusion, métallurgie des poudres, infiltration depréformes pour les composites) Fibres d’origine végétale, animale, minérale ou chimique. Textile (habillement, à usage Recherche de propriétés fonctionnelles plutôt que de technique,…), Médical, automobile caractéristiques esthétiques ou décoratives. (garnissage), bâtiment (toitures en Ces fibres ont des fonctionnalités spécifiques de mise en œuvre, textile enduit) d’usage (anti-transpiration, toucher agréable, anti UV), d’entretien(antiseptique, anti-acariens), d’élimination ou de recyclage.L’ingénierie des surfaces regroupe la caractérisation des Mécanique, Automobile, Électroménager, propriétés, la fonctionnalisation des surfaces, la conception et le Textile et cosmétique, Travaux publics, choix des revêtements de surface multifonctions et inclut la Bâtiment, Aéronautique, Électronique, problématique environnement (substitution des solvants, Optiquetechnologies propres en traitement, décapage et revêtement des matériaux).Développement des mesures et des modèles opérationnels pour le Métallurgie Mécanique (forge, fonderie), pilotage des procédés dans l’optique de respecter des consignes ou Traitement de surfaces, Chimie (de base proposer à l’opérateur des stratégies d’adaptation. et de spécialités) Ceci permet l’amélioration de la qualité des produits et laréduction des cycles de mise en œuvre. Utilisation des capteurs de mesure de surveillance sur les machines et du contrôle en ligne des pièces produitesObjectif : améliorer la disponibilité et la fiabilité + réduire les Mécanique, Transports, Chaudronnerie, coûts d’exploitation des systèmes mécaniques. Permettre une Levage Manutention, Génie civil, maintenance préventive. Nucléaire.
10
Fabrication en petites séries à partir de modèles numériques (44)
Modélisation complète de la transformation des matériaux (45)
Ergonomie de l’interface homme-machine (98)
Véhicules intelligents et communicants (100)
Systèmes d’organisation et de gestion industrielle améliorés (109)
Formalisation et gestion des règles métiers (110)
Outils d’aide à la créativité (111)
Multireprésentation des objets virtuels (114)
Techniques de CND (contrôle non destructif) appliquées auxmatériaux et aux assemblages Contrôle périodique, prévisions des avaries et évaluation de la durée de vie restante. Exigences réglementaires (équipements sous pression) S’appuie sur les acquis du prototypage rapide. Mécanique de petite série (ex : moules, Permet de réaliser automatiquement et très rapidement des maquettes, outillages). pièces « prototypes », de réduire les séries et de gagner enflexibilité en supprimant des étapes de réalisation des produits. Logiciels et bases de données prenant en compte l’ensemble des Industries mécaniques et de la caractéristiques des matériaux et de leur mise en œuvre, afin de transformation des matériaux. produire des pièces optimisées tant au niveau de leurcomportement en service qu’à celui de leur fabrication. L’objectif est d’éviter des essais dont la réalisation serait trop longue et trop coûteuse. Evolution vers la conception intégrée : concevoir des pièces, définir les appareillages nécessaires à leur mise en œuvre et déterminer les paramètres du procédésComposantes de l’ergonomie offerte à l’utilisateur : Industrie, Santé, Transports, Défense, - choix et hiérarchisation des informations qui lui sont données Spatial. - choix et hiérarchisation des inputs qu’il peut adresser enretour au système - supports physiques de l’interface Communication entre les organes d’un même véhicule, et entre Transports, Défense, BTP, véhicules et infrastructures Communications, Espace. Evolution, élargissement de l’assistance aux conducteurs (sécurité,confort de conduite, services multimédia à bord) et remplacement de fonctions électromécaniques actuelles par la technologie numérique augmentant les fonctionnalités. A terme : concept de la route intelligente, où l’offre de services s’étendra à la maintenance complète du véhicule, puis à l’aide à la conduite et enfin à la conduite automatique des véhicules. T Re-engineering des processus, avec comme axes d’amélioration : ous secteurs. - l’analyse des coûts- des changements de production plus rapides et moins coûteux - des indicateurs de performance plus pertinents et aisés à mettre en œuvre - accélérer les processus de développement de produits nouveaux La formalisation et la gestion des règles métier englobent les Tous secteurs. problématiques de normalisation, de réglementation dans lesméthodes de conception, d’expertise en choix de technologies au stade de la conception, de connaissance des contraintes liées à l’environnement, de compétences. Doit intégrer le retour d’expérience. Développement des outils qui simulent la créativité des individus, Tous secteurs. des groupes et des organisations.Logiciels, bases de données, moteurs de recherche, intelligence artificielle, réseaux neuronaux, logique floue, analyse de la valeur, QFD (Quality Function Development), TRIZ Représentation du même objet de différentes manières, pour que Tous secteurs, notamment les industries les acteurs du projet (designer, marketer, technicien, …) puissent manufacturières.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.