Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

Publications similaires

IFPIFrench6/4/051:51pmPage1
RAPPORT SUR LA MUSIQUE EN LIGNE
IFPI Fédération internationale de l’industrie phonographique
SNEP Syndicat national de l’édition phonographique
SCPP Société civile des producteurs phonographiques
FIIPFrench6/4/051:51pmPage2
RAPPORT SUR LA MUSIQUE EN LIGNE 2005
SOMMAIRE
03 04 04 06 06 07 07
08 08 08 09 09
10 10 12 12 13 14 15 16
18 18 18 19 22
PAGE 02
INTRODUCTION L’ESSOR DU MARCHÉ LÉGAL DE LA MUSIQUE EN LIGNE L’émergence de marques internationales Ventes et abonnements Enrichir le catalogue L’offre commerciale Croissance hors des pays d’Europe et des Etats-Unis
LE MARCHÉ DE LA MUSIQUE MOBILE L’Asie montre la voie Lancement de la technologie 3G en Eur ope L’émergence du marché de la musique mobile aux Etats-Unis L’avenir de la musique mobile
LES FACTEURS DU DÉVELOPPEMENT DE LA MUSIQUE EN LIGNE Initiatives émanant des maisons de disques L’impulsion de l’Internet haut débit et de la téléphonie mobile Licences internationales pour les services de streaming La musique portable stimule la demande Sensibilisation et engouement accr u des consommateurs Flexibilité d’écoute Principaux fournisseurs de services de musique en ligne
L’INDUSTRIE DU DISQUE S’ATTAQUE AU PIRATAGE EN LIGNE Qu’est- ce- que le piratage sur Inter net ? Le partage illégal de fichiers et son impact La réponse de l’industrie du disque Pourquoi mener ce combat ?
IFPIFrench6/4/051:51pmPage3
INTRODUCTION
John Kennedy, PDG de l’IFPI Le défi majeur de l’industrie phonographique ces dernières années a été de rendre la musique en ligne plus facile à acheter qu’à voler. En ce début d’année 2005, tandis que la musique numérique légale quitte le marché de niche sur lequel elle était alors cantonnée pour accéder au rang des biens de consommation courante, cette ambition devient une réalité. Comme en atteste ce rapport, l’année 2004 aura vu se produire un véritable bouleversement du paysage de la musique numérique. Et ce marché devrait également enregistrer une croissance rapide en 2005. Voici quelques-uns des points clé examinés dans ce rapport : Les maisons de disques ont numérisé et concédé sous licence plus d’un million de titres. En 2004, le catalogue des titres disponibles sur les plus grands services en ligne ont doublé, passant de 500 000 titres proposés à environ un million. Le nombre de plateformes légales de services en ligne sur lesquels les consommateurs peuvent acheter de la musique a quadruplé. On recense aujourd’hui plus de 230 plateformes de ce type à l’échelle internationale (dont plus de 150 sur le seul territoire européen). Les sites légaux tels que iTunes et Napster ont désormais acquis une notoriété mondiale – mais les plateformes locales se développent également à un rythme rapide dans de nombreux pays.
“Le défi majeur de l’industrie phonographique ces dernières années a été de rendre la musique en ligne plus facile à acheter qu’à voler. Cette ambition devient aujourd’hui une réalité.”
PAGE 03
La musique numérique accède au rang des biens de consommation courante Le marché du téléchargement numérique légale évolue dans un manque d’interopérabilité entre les légal de musique enregistre une contexte si extraordinairement services et les appareils proposés. Il en progression exponentielle – En défavorable qu’il relève presque du résulte une confusion considérable 2004, le nombre de morceaux miracle qu’il ait pu se développer. Quel chez les consommateurs et une téléchargés a plus que décuplé, autre secteur d’activité a réussi l’exploit mauvaise exploitation des opportunités atteignant par exemple un total de percer sur un marché 100% pirate ? sur un marché jouissant pourtant d’un cumulé de plus de 200 millions de potentiel de croissance extraordinaire. Il titres aux Etats-Unis, au Royaume-Uni La lutte contre le piratage constitue n’existe pas de solution simple, mais et en Allemagne. un volet essentiel de la stratégie tous les acteurs du marché de la vente de développement de l’industrie en ligne doivent s’atteler à la tâche et Pour la première fois cette année, du disque. Et elle s’est avérée travailler plus dur encore pour résoudre les maisons de disques ont remarquablement efficace. En diffusant ce problème dès 2005. dégagé des revenus substantiels largement le message selon lequel le de la vente de musique en ligne – partage non autorisé de fichiers Si 2004 fut l’année au cours de laquelle ces revenus passant de pratiquement musicaux est illégal et passible de les maisons de disques ont largement zéro à des montants atteignant lourdes amendes ou même de peines numérisé leurs répertoires pour le plusieurs centaines de millions de de prison, nous contribuons à créer mettre à la disposition des dollars. D’après la société Jupiter, ces l’espace vital nécessaire à l’émergence consommateurs, notre priorité en 2005 chiffres devraient doubler en 2005. des plateformes légales de service sera simplement la suivante : musicaux en ligne. En 2004, l’industrie commercialiser, promouvoir et vendre Les ventes de musique en ligne du disque a intenté plus de 7 000 de la musique, par le biais du pourraient représenter jusqu’à actions en justice en Amérique du Nord téléchargement, de la location ou de 25% des ventes totales d’ici cinq et en Europe. Le nombre de poursuites l’abonnement, partout et à tout ans , selon certains analystes judiciaires engagées en 2005 devrait moment. Les maisons de disques indépendants. être bien supérieur et concerner un plus souhaitent distribuer la musique sur un grand nombre de pays. maximum de plateformes légales, pour L’attitude des consommateurs un maximum de consommateurs, dans évolue – la dernière étude réalisée En tant qu’industrie, nous exploitons, le plus grand nombre de formats et par l’IFPI en Europe montre une plus d’une part, la technologie, tout en pour autant d’appareils que possible, grande sensibilisation des luttant, d’autre part, contre l’utilisation pour une utilisation aussi étendue consommateurs à l’utilisation des abusive de cette même technologie à géographiquement que possible. services de téléchargement légal. des fins illégales. En ce début d’année Quelques conditions simples doivent 2005, les maisons de disques travaillent alors être respectées : l’activité doit être Les sites légaux de musique en ligne en collaboration avec les entreprises de exercée en toute légalité, la musique ont accompli ce que certains pensaient technologie afin de déterminer la doit être distribuée avec l’accord des être inimaginable il y a seulement un an : meilleure façon d’exploiter le « peer-to- ayant droits concernés, les maisons de ils ont démontré qu’ils pouvaient peer » à des fins de distribution disques et autres ayant droits doivent rivaliser avec les alternatives gratuites commerciale. S’il en résulte une activité être correctement rémunérés. illégales. La musique en ligne a commerciale légale et viable, basée sur aujourd’hui une valeur incroyablement la rémunération des créateurs et autres J’ai confiance et je suis convaincu que intéressante pour le consommateur : en détenteurs de droits, et l’obtention dans les douze mois à venir, le marché Europe, pour 99 cents (le prix d’un d’autorisation auprès de ces-der niers, de la musique en ligne va enregistrer ticket de metro ou d’un soda), vous ceci pourrait constituer un une croissance très significative dans le pouvez désormais télécharger un développement particulièrement monde entier. Un secteur comptant morceau de musique que vous pourrez intéressant pour la vente de musique en actuellement pour un très faible conserver toute votre vie. Tous ceux qui ligne en 2005. pourcentage des revenus de l’industrie invoquaient l’absence d’alter native du disque est en passe de légale de distribution numérique, pour L’accroissement de la consommation véritablement décoller dans les années justifier la pratique du piratage, n’ont de musique sur les téléphones mobiles à venir. La menace s’est enfin désormais plus aucune excuse. sera une autre évolution majeure. transformée en opportunité. Certains spécialistes estiment que 50% La mise à disposition en ligne du des revenus résultant de la fourniture de Le rôle de l’IFPI est ici très clair : répertoire musical ne résout toutefois contenu sur les mobiles pour raient promouvoir les plateformes légales, qu’une partie du problème. Nous ne bientôt provenir de la musique. sensibiliser les gouvernements et les pouvons pas nous contenter de consommateurs à ce nouveau mar ché, promouvoir la musique en ligne, nous L’un des problèmes entravant et lutter activement contre le piratage. devons également la protéger. A l’heure considérablement la croissance des Tels sont les grands défis que nous actuelle, le marché de la musique ventes de musique en ligne est le devons relever en 2005.
FIIPFrench6/4/051:51pmPage4
RAPPORT SUR LA MUSIQUE EN LIGNE 2005
PAGE 04
“L’émergence d’une activité commerciale légale de vente de musique en ligne et son succès auprès du grand public constituent ESSOR DU MARCHÉ LÉGAL lliénvdoulusttirioendmuadjiesuqrueeceonns2t0at0é4e.dans DE LA MUSIQUE EN LIGNE
L’émergence d’une activité EMERGENCE DE MARQUES en avril 2004, et sur les principaux sites acquièrent une popularité commerciale légale de vente de INTERNATIONALES marchés européens en juillet. grandissante et rivalisent avec les musique en ligne et son succès auprès Rhapsody devrait faire de même plateformes d’envergure internationale. du grand public constituent l’évolution Des marques telles que iTunes (Apple), en 2005. Musicload détient actuellement la place majeure constatée dans l’industrie du Napster, Sony Connect et MSN Music, de leader du marché en Allemagne, et a disque en 2004. se sont déployées à l’échelle MSN Music, plateforme musicale de la franchi en décembre 2004 la barre du internationale en s’implantant sur de société Microsoft, a été lancée en 2002, million de téléchargements mensuels Les sites légaux de vente de musique nombreux territoires au cours de par l’intermédiaire de OD2, en France, (chiffre 80 fois plus élevé que lors de en ligne se sont multipliés à travers le l’année 2004. Ainsi, le leader mondial en Allemagne, en Italie, en Autriche et son lancement en octobre 2003). monde. A la fin de l’année 2004, le site iTunes a ouvert en juin 2004 ses au Royaume-Uni, avant d’être étendue D’autres services de musique en Internet www.pro-music.org, créé sous services de musique en ligne en France, à huit autres marchés européens en ligne opèrent en partenariat avec des l’égide de l’IFPI et dédié à la promotion en Allemagne et au Royaume-Uni, puis novembre dernier. A travers son slogan fournisseurs locaux d’accès haut de la musique légale en ligne, a recensé sur neuf autres marchés européens en “Plays For Sure” (que l’on pourrait débit ou avec des détaillants nationaux plus de 230 plateformes légales octobre. Apple déclare avoir déjà vendu traduire littéralement par « Soyez sûr de de musique. distribuant de la musique en ligne, cinq millions de titres au cours de ses pouvoir écouter »), Microsoft met en contre seulement 50 l’an dernier à la dix premières semaines d’activité en avant la grande compatibilité du format Les marchés européens les plus même époque et 20 en janvier 2003. Europe. Depuis son lancement, iTunes Windows Media Audio avec les avancés en ce qui concerne la vente Plus de dix d’entre elles opèrent sur a distribué pas moins de 230 millions de services de musique en ligne et les de musique en ligne sont le Royaume-au moins trois marchés. Sur le seul titres à l’échelle mondiale. iTunes est lecteurs numériques portables. Uni, avec plus de 30 sites dédiés, territoire européen, on compte plus également disponible au Canada l’Allemagne et la France avec de 150 services de musique en ligne, depuis le mois de décembre et De nombreuses plateformes locales respectivement entre 10 à 20 sites accessibles depuis 20 pays. envisage de lancer sa version de téléchargement de musique en dédiés. Le tableau ci-dessous recense En France, consultez le site : japonaise en 2005. ligne ont été lancées sur les marchés les principales plateformes légales www.promusicfrance.com d’Europe continentale. Elles de musique en ligne présentes sur Napster, marque bien connue des comprennent des sites de chaque marché. Le marché de la musique mobile amateurs de musique en ligne du téléchargement à vocation humanitaire, connaît également une expansion monde entier, a ouvert sa plateforme ainsi que des services légaux rapide, tandis que la troisième légale au Royaume-Uni et au Canada spécialisés dans le répertoire local, génération (3G) et les services de en mai 2004, en mettant notamment tels que T-Online de Musicload en musique sur mobile font leur apparition l’accent sur le répertoire local. Sony Allemagne, Rosso Alice en Italie et sur le marché. Connect s’est implanté aux Etats-Unis Archambaultzik.ca au Canada. Ces
LANCEMENT DE PLATEFORMES LÉGALES DE MUSIQUE EN LIGNE EN 2004 JANVIER MARS AVRIL MAI JUIN MyCokeMusic: Wal-Mart: Sony Connect: Napster 2.0 : iTunes : R-U Etats-Unis Etats-Unis R-U, Canada R-U, Allemagne, France MSN Music: MyCokeMusic : Australie Autriche Virgin Mega : France OCTOBRE NOVEMBRE DECEMBRE iTunes : MSN Music : iTunes : Autriche, Belgique, Finlande, Belgique, Espagne, Norvège, Canada Grèce, Italie, Luxembour g, Danemark, Suède, Finlande, Mynrjcokemusic.frPays-Bas, Portugal, Espagne Autriche, Suisse (E-Compil) : MSN Music : MyCokeMusic : France R-U, France, Allemagne, Italie, Suisse Pays-Bas, Etats-Unis, Japon Tesco : R-U
JUILLET SEPTEMBRE Sony Connect : Virgin Digital : R-U, Allemagne, France Etats-Unis Fnacmusic.fr France
FRANCE: PLATEFORMES FRANÇAISES LANCÉES AVANT 2004 : E-COMPIL (2001), WANADOO, TISCALI, MTV, ALAPAGE, MSN, HEWLETT PACKARD, CORA ET M6MUSIC AU TRAVERS DE LA PLATEFORME OD2/LOUDEYE (DÉBUT 2002). PLATEFORMES FRANÇAISES ANNONCÉES POUR 2005 : MUSICLOAD (CLUB INTERNET), CARREFOUR, AUCHAN, LECLERC, NAPSTER, PLAYLOUDER (TBA), RHAPSODY (TBA).
5GE0PA
Nouvelle-Australie Zélande
Afrique Pologne du Sud Grèce Bulgarie Inde
Autriche Italie
Portugal Espagne Brésil
LA MUSIQUE EN LIGNE EN FRANCE
“ITUNES LUTTE VERITABLEMENT CONTRE LE PIRATAGE, PAS CONTRE SES CONCURRENTS. LE PIRATAGE EST NOTRE SEUL VÉRITABLE ENNEMI. ACHETER LÉGALEMENT DE LA MUSIQUE EN LIGNE VOUS DONNE UN ‘GOOD KARMA’.” STEVE JOBS, PDG DE LA SOCIÉTÉ APPLE
EXPANSION INTERNATIONALE DES PLATEFORMES LÉGALES DE MUSIQUE EN LIGNE Etats-Unis Canada Irelande R-U Belgique Pays-Bas Allemagne Norvège Danemark Suède Finlande Taiwan Corée Japon
CHIFFRES CLÉS EN 2004 MULTIPLICATION PAR MULTIPLICATION PAR MULTIPLICATION PAR DIX DEUX DU REPERTOIRE QUATRE DU NOMBRE DE DU NOMBRE DE TITRES DISPONIBLE : ENVIRON SITES LEGAUX : 230 À TELECHARGES : PLUS DE UN MILLION DE TITRES L’ECHELLE MONDIALE 200 MILLIONS AUX ETATS-UNIS, AU ROYAUME-UNI, ALLEMAGNE ET EN FRANCE
5ncreFPI/0/46h15:15egaPmpFI
IFPIFrench6/4/051:51pmPage6
RAPPORT SUR LA MUSIQUE EN LIGNE 2005
VENTES ET ABONNEMENTS ENRICHIR LE CATALOGUE Les Etats-Unis détiennent la position Le consommateur peut aujourd’hui de leader mondial en matière de ventes faire ses achats sur des plateformes de de musique en ligne, que ce soit par musique en ligne, qui proposent un téléchargement à la carte ou par catalogue plus étendu que pratiquement abonnement, mais l’Europe progresse. toutes les grandes surfaces spécialisées. En 2004, le nombre de titres téléchargés Les catalogues disponibles par le biais individuellement, c’est-à-dire en excluant des services en ligne s’étoffent les téléchargements d’albums et les constamment. Aux Etats-Unis, iTunes, simples écoutes de titres en ligne Napster et Rhapsody ont doublé leur offre (Streaming), a atteint 142,6 millions aux de titres disponibles, passée de 500 000 Etats-Unis, alors qu’il ne s’élevait qu’à titres à plus d’un million au cours de 19,2 millions de titres au terme du second l’année 2004. En Europe, les services semestre 2003 (lorsque l’institut Nielsen opérés par OD2 (dont MyCokeMusic et SoundScan a commencé à recenser les Tiscali Music Club) ont étendu leurs téléchargements réalisés aux Etats-Unis). catalogues de 300 000 à 600 000 titres, Le nombre d’albums téléchargés s’est MSN atteignant même un million de titres. élevé quant à lui à 5,5 millions d’unités. En France, VirginMega propose un catalogue de plus de 500 000 titres. Au Royaume-Uni, premier marché En Europe, Napster a franchi le cap du européen de téléchargement de million d’enregistrements musicaux musique en ligne, le nombre proposés à l’écoute illimitée en d’enregistrements musicaux téléchargés “streaming” (en temps réel) par le biais est passé de pratiquement zéro à 5,7 d’un abonnement, après conclusion millions (Classement officiel du BPI - RU). d’accords avec des labels indépendants. Les services d’abonnement connaissent Nous assistons là à un accroissement un succès croissant aux Etats-Unis. Le spectaculaire du répertoire de titres nombre d’internautes souscrivant aux disponibles. Un catalogue d’un million formules d’abonnement des principales de titres représente l’équivalent d’environ plateformes de musique en ligne 80 000 albums, c’est-à-dire un volume (Rhapsody, Napster, MusicNet, supérieur à ce que peuvent proposer la MusicMatch et eMusic) a plus que doublé plupart des grandes surfaces spécialisées. en un an, pour atteindre aujourd’hui près de 1,5 millions d’abonnés (chiffre L’OFFRE COMMERCIALE enregistré en décembre). Virgin Digital a L’offre des leaders de la musique en ligne lancé son site de vente de musique en révèle l’émergence de deux modèles ligne en septembre 2004 sur le territoire distincts d’offres commerciales sur le des Etats-Unis. Cette autre grande marché de la musique numérique : le marque devrait également contribuer à ‘pay-per-download’ (téléchargement à la stimuler le marché de la vente de carte) et les services d’abonnement. musique en ligne par abonnement. Les services de téléchargement à la Les services d’abonnement se carte permettent non seulement au développent également hors des consommateur de disposer de sa ‘propre’ Etats-Unis. Napster (R-U), Wippit (R-U), musique, mais aussi, contrairement Vitaminic (Europe) et E-compil, aux CDs classiques, de sélectionner Fnac.com, Virgin Mega (France) en sont et télécharger les morceaux quelques exemples. individuellement et sur le champ. VENTES HEBDOMADAIRES DE MUSIQUE EN LIGNE AUX ETATS-UNIS EN 2004 (EN MILLIONS)
Source : Nielsen SoundScan. Seuls les téléchargements au titre (à l’exclusion des téléchargements d’albums et l’écoute en streaming) sont pris en compte.
PAGE 06
“2004 FUT UNE ANNÉE MARQUANTE POUR L’INDUSTRIE DE LA MUSIQUE. LES PLATEFORMES NUMÉRIQUES ONT DONNÉ À CETTE INDUSTRIE LE COUP DE FOUET DONT ELLE AVAIT BESOIN, EN STIMULANT L’APPÉTIT DU GRAND PUBLIC POUR LA CONSOMMATION DE MUSIQUE, TOUT EN LUI OFFRANT UNE ALTERNATIVE LÉGALE AUX SITES DE P2P. TANDIS QUE LE TAUX DE PENETRATION DU HAUT DEBIT NE CESSE DE PROGRESSER, LES SERVICES NUMÉRIQUES VONT S’IMPLANTER ENCORE PLUS SOLIDEMENT, ET POURSUIVRE LEUR EXPANSION À LA FOIS SUR LES MARCHÉS ÉTABLIS ET ÉMERGENTS DE LA MUSIQUE EN LIGNE. TOUT AU LONG DE L’ANNÉE 2005 ET AU-DELÀ, NOUS ALLONS CONTINUER À DEVELOPPER NAPSTER ET NOTRE NOUVEAU SERVICE D’ABONNEMENT POUR LA MUSIQUE ‘PORTABLE’ ‘NAPSTER TO GO’ À L’ÉCHELLE INTERNATIONALE, AVEC DES SERVICES TAILLÉS SUR MESURE, RESPECTANT LES PARTICULARITÉS LOCALES ET PRENANT EN COMPTE LE REPERTOIRE LOCAL.” CHRIS GOROG, PDG DE NAPSTER
PROGRESSION DU NOMBRE D’ABONNÉS AUX SERVICES DE MUSIQUE EN LIGNE AUX ETATS-UNIS (EN MILLIONS)
Source : Rhapsody, Napster, MusicNet, MusicMatch, eMusic (chiffres officiels)
FIIPFrench6/4/051:51pmPage7
Les plateformes légales telles que iTunes, de musique en ligne Destra, qui alimente MSN Music, Wal-Mart (Etats-Unis) entre autres les services JB Hi-Fi, Sanity et Tesco (R-U) proposent des et ChaosMusic, a également enrichi son téléchargements à partir de 0,80$US catalogue, passé de 100 000 à 500 000 l’unité. Les titres ainsi téléchargés titres disponibles. peuvent être transférés sur des lecteurs portables et être gravés sur le disque Soundbuzz a étendu son activité dans la dur d’un ordinateur. région Asie-Pacifique, en concluant notamment un partenariat avec la société Les services d’abonnement proposent Singapore’s Creative Technology. Ce un très vaste choix d’enregistrements partenariat permet aux utilisateurs de musicaux, moyennant un for fait mensuel lecteurs numériques portables qui permet aux utilisateurs d’accéder aux développés par Creative d’accéder à la titres qu’ils souhaitent, avec la possibilité boutique de vente de musique en ligne de d’acheter les titres sélectionnés. Des Soundbuzz. Le pack Soundbuzz/Creative plateformes telles que Napster, a été lancé à Singapour en juillet dernier, Rhapsody et Virgin Digital proposent des puis étendu à l’Australie, l’Inde et l’Asie du services d’écoute en streaming et des sud-est à la fin de l’année 2004. radios en ligne, en contrepartie du paiement d’un abonnement mensuel, Au Canada, de nombreux détaillants en généralement à partir de 9,99$US. Le ligne ont rejoint la plateforme existante téléchargement est également proposé à Puretracks, en lançant leurs propres partir de 0,79$US par titre. Certains sites de musique en ligne dans le courant services d’abonnement, tels que celui de l’année 2004. Parmi eux, citons proposé par Napster, offrent désormais Archambaultzik, Sympatico Music Store, des ‘téléchargements captifs’ (en Bonfire@Future Shop, Napster et iTunes. location), pouvant être transférés sur des lecteurs portables pendant toute la durée Musica est la première plateforme de de l’abonnement. musique en ligne d’Afrique du Sud. Lancé en décembre 2004, le site débute CROISSANCE HORS DES PAYS avec 400 000 titres disponibles et utilise D’EUROPE ET DES ETATS-UNIS la technologie OD2. Les services de musique en ligne se sont étendus au-delà des territoires En Amérique latine, le marché de la de l’Europe et des Etats-Unis, avec musique en ligne se développe, malgré aujourd’hui plus de 40 plateformes de un faible taux de pénétration du haut musique en ligne disponibles. La région débit et des lecteurs portables. Brazil’s Asie-Pacifique a notamment enregistré iMusica est le seul fournisseur de services un accroissement considérable de ses de musique en ligne dans la région, sites de musique en ligne. alimentant notamment MSN Brazil et iGet. Des plateformes légales, basées En Australie, NineMSN, opéré par OD2, aux Etats-Unis et spécialisées dans le a été le premier service lancé hors du répertoire latino-américain, se sont territoire européen. En octobre 2004, le développées en 2004, avec notamment site a ouvert, en partenariat avec HMV, emepe3.com et emusiclatino.com. une boutique proposant à la vente des D’autres sites de musique en ligne enregistrements musicaux sous forme devraient ouvrir en 2005, attestant ainsi numérique et physique. Au cours de de l’accroissement de la demande pour l’année 2004, le fournisseur de service la musique latino numérique.
PAGE 07
LA NUMERISATION CROISSANTE DES CATALOGUES EN FRANCE Evaluations comparées au En l’espace de trois mois, le nombre 1er novembre 2004 et au de titres « clearés » pour la France a 31 janvier 2005 progressé de plus de 14 % (passant de 574 à 657 000 titres) et le nombre de En France, 657 000 titres disposent titres disponibles en numérique a cru de d’ores et déjà de l’autorisation des 22 % (passant de 373 à 455 000 titr es). ayant droits pour être digitalement commercialisés, soit 14 % de plus Parmi les 455 000 titres numérisés qu’il y a trois mois. disponibles, 60 % d’entre eux appartiennent au répertoire Près de 70 % d’entre eux (soit 455 international contre 17 % pour le 000 titres) sont d’ores et déjà répertoire francophone et 23 % pour numérisés pour être mis à disposition les répertoires classique et jazz. sur les plate formes françaises. Les majors compagnies disposent donc Plus de 95 % des titres numérisés d’une ‘réserve’ de 220 000 titres sont d’ores et déjà disponibles sur disponibles. Néanmoins, ces titres les plates formes de téléchargement sont peu susceptibles d’intéresser le légal. Au 1er novembre 2004, les consommateur français. Il s’agit majors compagnies avaient mis plus notamment de répertoires spécialisés de 308 000 titres à la disposition des des autres territoires (folklore local, sites de téléchargement. Trois mois country américaine, etc…) plus tard, on dénombre 436 000 titres (+ 41 %). L’offre numérique des majors sur les plate formes, en nombre de titres, dépasse aujourd’hui l’offre physique : l’offre numérique représente 436 000 titres, l’offre physique a été estimée à 350 000 titres. L’offre physique, en nombre de titres, a été estimée à partir d’un tri sur les codes ISRC au sein de la base Médiadisque. Ces chiffres traduisent une offre numérique plus riche sur le fonds de catalogue ou sur les musiques de ‘niche’ qu’en magasin.
Pour accéder au répertoire détaillé des sites, rendez-vous sur les sites www.pro-music.org et www.promusicfrance.com
“QU’EST-CE QUI NOUS DISTINGUE DES AUTRES ? NOUS VOULONS PROPOSER UN CONTENU PERTINENT A NOS CLIENTS, SUR TOUS LES TERRITOIRES SUR LESQUELS NOUS SOMMES IMPLANTÉS. LES GENS VEULENT ACHETER DE VERIT ABLES PRODUITS MUSICAUX ET VEULENT OBTENIR UN CONTENU PER TINENT. EN FRANCE PAR EXEMPLE, PLUS DE LA MOITIÉ DU CLASSEMENT DES MEILLEURES VENTES D’ALBUMS EST COMPOSEE D’ARTISTES FRANÇAIS. VOUS NE POUVEZ PAS OFFRIR UN SERVICE EN LIGNE AU CONTENU PUREMENT INTERNATIONAL, OU ALORS VOUS NE POURREZ PAS SURVIVRE SUR LE MARCHÉ.” GREGOR ERKEL, DIRECTEUR DE SONY NETWORK SERVICES EUROPE (SONY CONNECT)
FIIPFrench6/4/051:51pmPage8
RAPPORT SUR LA MUSIQUE EN LIGNE 2005
LE MARCHÉ DE LA MUSIQUE MOBILE
PAGE 08
La musique distribuée via la téléphonie L’ASIE MONTRE LA VOIE marché de la musique mobile (y Tout au long de l’année 2004, les mobile est destinée à devenir une Le marché de la musique mobile compris les tonalités de sonneries maisons de disques ont lancé diverses source significative de revenus pour les représente déjà un secteur important simples, les sonneries polyphoniques et initiatives dans le secteur de la maisons de disques. Elle a rapidement en Asie, en particulier au Japon et en les téléchargements d’enregistrements téléphonie mobile sur le territoire évolué, passant de l’offre de simples Corée du sud, où la technologie 3G est musicaux intégraux) était estimé à 158 européen. Ainsi, EMI a proposé, en tonalités de sonnerie à la distribution déjà bien développée et où le taux de millions $US en 2003. La Chine partenariat avec la firme ‘3’, la diffusion d’enregistrements audio intégraux, pénétration de la téléphonie mobile est constitue également un marché en en avant-première du clip de Robbie sous forme de ‘ringtunes’ (sonneries élevé. Une large gamme de produits et pleine expansion dans le secteur de la Williams « Misunderstood ». Le dernier polyphoniques), ‘ringback tunes’ de services est déjà disponible sur ces musique mobile, le nombre d’abonnés album de l’artiste a également été (sonneries d’attente), téléchargements marchés, des sonneries polyphoniques aux services de téléphonie mobile vendu sous forme de cartes mémoires de titres entiers et autres applications (ringtunes) (lancées dès 2002) aux atteignant désormais 290 millions compatibles avec les combinés de multimédia. Avec l’arrivée de la services de dédicace, sonneries (environ 20% de la population). téléphonie mobile et les ordinateurs technologie 3G, les consommateurs d’attente, services de vidéo et de portables au Royaume-Uni. ‘3’ a pourront accéder à un vaste contenu diffusion TV en streaming. Sur ces deux LANCEMENT DE LA également diffusé en streaming une interactif, incluant des enregistrements marchés, les ventes de musique mobile TECHNOLOGIE 3G EN EUROPE séquence du concert live Sony BMG audio et vidéo, téléchargés à des ont aisément pris le pas sur les En Europe, 2004 fut une année act Rooster. vitesses plus élevées et de meilleure téléchargements en ligne. décisive, avec le lancement de qualité. nombreux services clé et le Les consommateurs européens Au Japon, le marché des sonneries développement des réseaux 3G. En peuvent également accéder aux Les appareils mobiles ont eux-mêmes était estimé à 100 millions $US en novembre 2004, Vodafone a ainsi services suivants : le service de rapidement évolué, passant 2004. Label Mobile est le premier ouvert un service de téléchargement téléchargement de O2, qui propose d’appareils simplement destinés distributeur japonais, avec un catalogue de musique en ligne via la 3G, sous son propre lecteur portable compatible à la communication téléphonique de 80 000 titres disponibles provenant la marque ‘Vodafone live!’, sur 13 (Siemens SX1 Music), permettant aux à des accessoires de loisirs et de de 19 maisons de disques. En marchés. Ayant conclu des accords utilisateurs de transférer les morceaux divertissement à part entière, et les novembre 2004, Label Mobile atteignait de licence avec des maisons de téléchargés sur leur téléphone mobile, consommateurs se familiarisent de plus un chiffre de ventes moyen de 12 disques, ce service propose des le service « Mobile Jukebox », lancé en plus au concept d’achat de musique millions de sonneries par mois. En téléchargements audio et vidéo par T-Mobile au Royaume-Uni, en par le biais de leurs combinés mobiles. novembre 2004 également, l’opérateur intégraux, mais également le streaming Allemagne et en Autriche, qui offre 90 KDDI a commencé à proposer le audio et vidéo. En décembre dernier, à 120 secondes de clips musicaux, téléchargement d’enregistrements Orange a également lancé une offre le service ‘Melodeo’, lancé par audio intégraux sur les mobiles, de services 3G, proposant le l’opérateur espagnol Telefonica Mobile espérant franchir la barre du million de téléchargement d’enregistrements et offrant quelques 30 000 titres à ventes d’ici la fin de l’année 2004. audio intégraux. L’opérateur britannique télécharger. A la fin de l’année 2004, ‘3’ se concentre quant à lui sur les Warner Music a concédé sous licence En Corée du sud, où le marché s’est services de vidéo 3G, en proposant, l’ensemble de son catalogue à étendu au-delà des sonneries pour depuis mars 2003, des clips musicaux, Telefonica. proposer également le téléchar gement ainsi que des séquences vidéo sur le d’enregistrements audio intégraux, le sport ou l’actualité.
VENTES DE MUSIQUE MOBILE EN COREE DU SUD (EN MILLIONS DE $US)
Source : Korean IT Industry Promotion Agency (chiffres incluant les sonneries simples, les sonneries polyphoniques et les téléchargements d’enregistrements audio intégraux)
FIIPFercnh6/4/051:51pmPa
EMERGENCE DU MARCHE DE LA MUSIQUE MOBILE AUX ETATS-UNIS Aux Etats-Unis, le marché de la musique mobile n’en est encore qu’à ses balbutiements, mais il se développe rapidement, le nombre de propriétaires de téléphones mobiles étant estimé à 128 millions. Les sonneries constituent la principale forme de consommation de musique mobile, et ont même fait l’objet d’un classement, en novembr e dernier, dans le magazine new-yorkais Billboard. Dans leur volonté d’accroître leurs ventes de sonneries, différents opérateurs ont conclu des accords avec des maisons de disquess, majors et indépendantes. Les platefor mes ainsi créées incluent ‘Music Tones’ pour Sprint et ‘MmMode Music Stor e’ pour AT&T, et permettent aux consommateurs d’écouter en streaming, via leur téléphone mobile, des morceaux sélectionnés dans un catalogue de 750 000 titres ou d’acheter des titres à l’unité, téléchargés sur leur PC. Le service ‘Get It Now’ de Verizon propose quant à lui des clips audio de courte durée. Début 2005, Verizon a par ailleurs lancé des services vidéo et audio mobiles, en proposant des téléphones permettant de surfer sur Internet à haut débit.
eg9
L’AVENIR DE LA MUSIQUE MOBILE En 2005 et au-delà, le développement continu des réseaux 3G et le remplacement des combinés mobiles favoriseront l’apparition de nouvelles applications musicales, toujours plus sophistiquées, pour la téléphonie mobile. Au fur et à mesure de l’enrichissement du contenu et des services disponibles, les consommateurs se familiariseront de plus en plus au concept d’achat de musique en ligne par le biais du téléphone. Les téléphones mobiles commencent quant à eux à offrir une capacité de stockage, une autonomie et des fonctionnalités considérablement accrues. Même si la capacité de mémoire des combinés actuellement disponibles sur le marché s’avère faible par rapport à celle des lecteurs portables tels que le iPod, les combinés 3G pourraient bien rivaliser avec ces appareils dans un proche avenir.
“La musique distribuée via la téléphonie mobile est destinée à devenir une source significative de revenus pour les maisons de disques ” .
PAGE 09
“MSN MUSIC, PLATEFORME ACCESSIBLE SUR UNE VINGTAINE DE MARCHÉS, CONSTITUE UN ÉLÉMENT CLÉ DE LA VISION DE MICROSOFT, QUI CONSISTE À PROPOSER AUX CONSOMMATEURS UNE OFFRE IMPORTANTE DE LOISIRS NUMÉRIQUES, TOUT EN LEUR DONNANT LA POSSIBILITÉ D’ADAPTER SUR MESURE LEURS EXPERIENCES EN MATIÈRE DE LOISIRS. NOUS AVONS DÉCOUVERT QUE LES CONSOMMATEURS VEULENT AVANT TOUT DEUX CHOSES : LE CHOIX ET LA SIMPLICITÉ. GRÂCE ÀUX PARTENARIATS QUE NOUS AVONS CONCLUS AVEC PLUS DE 3000 LABELS ET PLUS DE 70 FABRICANTS D’APPAREILS, NOUS OEUVRONS À LA SATISFACTION DE CE DESIR EN PERMETTANT AUX GENS DE TROUVER, DE MANIÈRE SIMPLE ET AMUSANTE, LEURS CHANSONS PRÉFÉRÉES, ET DE LES ÉCOUTER SUR DES APPAREILS ADAPTÉS À LEUR BUDGET ET À LEUR STYLE DE VIE.” ROB BENNETT, DIRECTEUR DE MSN ENTERTAINMENT, MICROSOFT
FIIPFernch6/4/051:51pmPage10
RAPPORT SUR LA MUSIQUE EN LIGNE 2005
LES FACTEURS DU DÉVELOPPEMENT DE LA MUSIQUE EN LIGNE
De nombreux facteurs clé favorisent la croissance du marché de la musique numérique, parmi lesquels les partenariats conclus entre les maisons de disques et les services de musique en ligne/mobile, l’élévation du taux de pénétration du haut débit et de la téléphonie mobile, les ventes de lecteurs et de combinés téléphoniques portables, la sensibilisation grandissante du consommateur en faveur des services légaux, la flexibilité accrue offerte au consommateur et la lutte contre le piratage de musique en ligne.
PAGE 10
INITIATIVES EMANANT DES de son catalogue actif de musique années à constituer sa chaîne MAISONS DE DISQUES sur le continent européen (quelques d’approvisionnement mondiale pour La numérisation et la mise à disposition 300 000 titres issus de plus de ses services de musique en ligne légale des enregistrements musicaux 25 000 albums). La société numérise et de musique mobile. Les produits constituent une priorité essentielle pour aujourd’hui environ 2500 nouveautés numériques peuvent atteindre les les maisons de disques, et s’avèrent chaque semaine. En novembre 2004, marchés mondiaux à l’heure même cruciales pour le développement du Universal a par ailleurs lancé un label du lancement des produits physiques marché de la musique en ligne. Bon numérique, UMe Digital, qui conclura à équivalents. EMI a également nombre de maisons de disques la fois des accords exclusifs avec de considérablement développé ses ont créé des unités opérationnelles nouveaux artistes et des accords de ressources consacrées à la vente et spécifiquement dédiées à la distribution numérique pour le compte à la commercialisation de produits distribution et à la commercialisation de labels indépendants. numériques sur les territoires clé. d’enregistrements musicaux à Elle a également lancé certaines l’échelle internationale. Sony BMG a créé une unité innovations, telles que la distribution opérationnelle mondiale, centrée sur le du dernier album de Robbie W illiam Des maisons de disques, majors et développement de l’activité numérique sous forme de carte mémoire. indépendantes, ont concédé sous à l’échelle internationale pour la licence leurs catalogues à de grandes téléphonie mobile et la musique en Warner Music a numérisé et concédé plateformes de musique en ligne, ligne. Cette unité travaille également à sous licence la majorité des titres de dont Apple, Napster, Microsoft, OD2, l’élaboration de mesures anti-piratage, son catalogue, en concluant des RealNetworks et AOL, ainsi qu’à une au développement de nouvelles contrats de licence avec un grand sélection de plateformes de moindre technologies industrielles, telles que nombre de distributeurs en ligne et envergure ou cantonnées à des les logiciels de gestion des droits avec Verizon dans le secteur de la marchés de niche. Des efforts numériques, et au lancement de téléphonie mobile aux Etats-Unis. importants ont par ailleurs été fournis en nouveaux formats. Sony BMG a matière de concession de licence à des également numérisé l’ensemble de son Par ailleurs, un grand nombre de opérateurs de téléphonie mobile, tels catalogue actif, ce qui lui a per mis de se producteurs indépendants ont que Orange, Sprint, Verizon, Vodafone, concentrer sur des titres non édités numérisé leur répertoire et proposé T-Mobile et SKT Telecom. antérieurement. Plus de 1600 clips leurs catalogues à de nombreux sites vidéo ont déjà été numérisés en vue de téléchargement légaux. La numérisation représente également de leur diffusion électronique. une priorité. Universal Music a ainsi travaillé deux ans à la mise en œuvr e du EMI a conclu des centaines de contrats projet de numérisation de l’ensemble de licence et consacré ces der nières
FIIPFernch6/4/051:51pmPage11
INITIATIVES MARKETING 2004 Distribution d’enregistrements existant exclusivement au format numérique. Diffusion en ligne et via la téléphonie mobile d’un contenu exclusif relatif à un artiste. Diffusion en ligne d’enregistrements audio avant, ou en même temps que leur diffusion sur les radios, et avant la par ution des produits physiques correspondants. Sites Internet d’artistes offrant le téléchargement de certains titres ainsi que des bonus exclusifs. Mise à disposition d’informations complémentaires relatives aux enregistrements, telles que les informations concernant les compositeurs, producteurs et artistes ayant participé au projet, etc. Création de sites en partenariat avec les plus grosses radios qui vendent des titres en ligne sous leur marque et réalisent des classements quotidiens des téléchargements (NRJ, Fun Radio et OD2). Création de sites de niche, tels que Warchildmusic.com et Bignoisemusic.com (UK), sur lesquels une par t du montant acquitté pour le téléchargement de musique en ligne est reversé à des œuvres de bienfaisance ou organisations humanitaires. Nouveaux circuits numériques, incluant les “services kiosque”, sur lesquels les consommateurs peuvent compiler leurs pr opres CD, composés sur mesure. Campagnes spéciales lancées par des labels tels que 7 Digital Media ou Recordstore.co.uk, utilisant le marketing direct pour séduire les fans. Publication de classements des téléchar gements de musique en ligne et de sonneries de téléphones por tables dans plusieurs pays. Conclusion d’accords entre les fournisseurs d’accès Internet haut débit et les services de musique en ligne, afin de pr oposer des ‘packs’ incluant les deux services, moyennant un montant for faitaire global (AOL, Tiscali, T-Online). En France, signature d’une charte pour la promotion de la musique en ligne entre les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) et les représentants de la filière musicale sous l’égide du gouver nement en juillet 2004.
PAGE 11
“La numérisation et la mise à disposition légale des enregistrements musicaux constituent une priorité essentielle pour les maisons de disques, et s’avèrent cruciaux pour le développement du marché de la musique numérique.”
EXPLOITATION DU PEER-TO-PEER (P2P) L’industrie du disque fait appel à une Qtrax et Peer Impact (Wurld Media) large gamme de technologies créant constituent d’autres exemples illustrant les moyens légaux de vendre et acheter bien la façon dont la technologie P2P de la musique en ligne. Elle est toutefois peut être utilisée pour faciliter le partage résolument hostile à l’usage abusif légal de fichiers, avec différentes des technologies existantes, et en formules de paiement proposées particulier de celles utilisées par aux usagers. Des sociétés telles certains réseaux P2P, qui favorisent que Audible Magic et Overpeer ont le vol à grande échelle d’œuvres également développé des systèmes protégées par des droits d’auteur. d’identification de morceaux similaires Les maisons de disques examinent à celui de Snocap. Certains de ces actuellement les possibilités d’utiliser le services devraient être lancés dès le P2P de manière légale et commerciale, début de l’année 2005. en veillant à garantir que les ayant droits soient correctement rémunérés pour Lancé en novembre 2004, le projet leur travail. ‘Open Royalty Gateway’, développé par Blueprint et soutenu par BT (R-U), Un certain nombre de projets, déjà compte également parmi ce type publiquement annoncés, sont en cours de projets innovants. Ce système de mise en œuvre. Ainsi Snocap, repose notamment sur le principe nouvelle société créée par Shawn du ‘bouche à oreille’. L’utilisateur Fanning, fondateur de Napster, a recommande des morceaux à ses élaboré une technologie permettant amis, et reçoit un bon d’achat pour de filtrer les contenus circulant sur tout titre acheté par ses amis. les réseaux P2P, en identifiant les morceaux de musique protégés par droits d’auteur et en offrant automatiquement aux usagers la possibilité d’acheter légalement ces titres. Un nouveau projet, intitulé Mashboxx, développé en collaboration avec Snocap, vise également à proposer un accès légal et payant aux contenus musicaux dans un environnement P2P.
“LA FIRME SNOCAP EST FIERE ET HEUREUSE D’ÊTRE PARVENUE À DÉVELOPPER UNE TECHNOLOGIE QUI PERMETTRA DE TRANSFERER VERS LE MARCHE PAYANT LE GIGANTESQUE RESERVOIR DE MUSIQUE EN LIGNE CIRCULANT ACTUELLEMENT SUR DES SERVICES ILLEGAUX. GRÂCE A CETTE TECHNOLOGIE, NOUS POURRONS FAIRE EN SORTE QUE LES SERVICES P2P SOIENT UTILISES POUR SATISFAIRE TOUS LES ACTEURS DE L’INDUSTRIE DE LA MUSIQUE, EN PARTICULIER LES FANS, MAIS BIEN ENTENDU ÉGALEMENT LES ARTISTES, LES AUTEURS, LES COMPOSITEURS, LES MAJORS ET LES LABELS INDÉPENDANTS. SHAWN FANNING, FONDATEUR DE SNOCAP