La démarche du cours

De
Publié par

Faculté Administration et échanges internationauxMaster 1 AMITer - Administration Publique et Gestion des Collectivités LocalesOrganisation et gestion des systèmes complexesPolycopie 2011/2012Jalal BOULARBAHJalal BOULARBAH Page 1Évolution des rôles des SIContenu du chapitre• Systèmes d'information (SI) performants, rêve ou réalité ?• Les rôles des SI dans l’organisation• Les compétences clés du manager en SIJalal BOULARBAH Page 2Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?• Préambule– Quels que soient sa fonction dans la société, son niveau hiérarchique, ses responsabilités, tout salarié doit avoir un minimum de compréhension du monde des SI... et garder à l'esprit que :» les SI constituent une science à part entière et une science qu'il faut s'efforcer de rendre la plus exacte possible (sachant que le « 0 défaut » n'existe pas) ;» les exigences vis-à-vis des directions des systèmes d'information et de communication ne sont jamais simples et se révèlent de nature très hétéroclite d'une structure à l'autre;» l'art de maîtriser ces systèmes est complexe, car en perpétuelle évolution pour permettre aux structures d'être plus compétitives et innovantes.– Alors, systèmes performants, cohérents, sources de profit construits par des DSI (directeurs/ directions des systèmes d'information) impliqués, innovants, immergés dans l'opérationnel... Rêve ou réalité ? Voyons plutôt!– Quelles sont les attentes vis-à-vis d'un système ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 61
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

Faculté Administration et échanges
internationaux
Master 1 AMITer - Administration
Publique et Gestion des Collectivités
Locales
Organisation et gestion des
systèmes complexes
Polycopie 2011/2012
Jalal BOULARBAH
Jalal BOULARBAH Page 1Évolution des rôles des SIContenu du chapitre
• Systèmes d'information (SI) performants, rêve
ou réalité ?
• Les rôles des SI dans l’organisation
• Les compétences clés du manager en SI
Jalal BOULARBAH Page 2Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?
• Préambule
– Quels que soient sa fonction dans la société, son
niveau hiérarchique, ses responsabilités, tout salarié
doit avoir un minimum de compréhension du monde
des SI... et garder à l'esprit que :
» les SI constituent une science à part entière et une
science qu'il faut s'efforcer de rendre la plus exacte
possible (sachant que le « 0 défaut » n'existe pas) ;
» les exigences vis-à-vis des directions des systèmes
d'information et de communication ne sont jamais
simples et se révèlent de nature très hétéroclite d'une
structure à l'autre;
» l'art de maîtriser ces systèmes est complexe, car en
perpétuelle évolution pour permettre aux structures
d'être plus compétitives et innovantes.
– Alors, systèmes performants, cohérents, sources de
profit construits par des DSI (directeurs/ directions
des systèmes d'information) impliqués, innovants,
immergés dans l'opérationnel... Rêve ou réalité ?
Voyons plutôt!
– Quelles sont les attentes vis-à-vis d'un système
d'information aujourd'hui ?
– Elles sont nombreuses, complémentaires et parfois
contradictoires, dans la mesure où les SI:
» représentent des sources de profit;
» sont innovants et efficients;
» sont construits sur la durée;
» sont construits sur des systèmes-réseaux de
communication pérennes.
Jalal BOULARBAH Page 3Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?
• Des SI sources de profit
– Dans un contexte économique de plus en plus
performant et évolutif, les SI et de
communication doivent tout d'abord contribuer
à la création de valeur ajoutée, et le
management des SI doit devenir un atout
concurrentiel.
– De plus, les SI constituent à la fois une source
de réduction des coûts et un levier sur les
ventes, et engendrent une rentabilité des
capitaux engagés.
– Ensuite, ces SI doivent s’autosuffire
financièrement en faisant bénéficier à
l'entreprise d'un retour sur investissement
supérieur à l'investissement consenti, tout en
«collant» au mieux à la stratégie de l'entreprise.
– Enfin, ils se doivent d'améliorer la qualité du
travail et de contribuer à donner une image
dynamique de l'entreprise.
Jalal BOULARBAH Page 4Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?
• Des SI innovants et efficients
– Une entreprise de progrès doit disposer de SI
innovants, vecteurs de modernité, sources de
productivité et de motivation.
– Ils doivent en plus se révéler utiles, accessibles,
robustes (à base de produits et technologies
ayant fait leurs preuves).
– Pour y parvenir, il est nécessaire entre autres :
» d'évaluer les besoins futurs, d'identifier en
permanence les «justes besoins » et d'y répondre
par les «justes moyens »;
» de rechercher l'excellence et les conditions
optimales par l'itération, l'implication de tous les
salariés et/ou décideurs, et/ou utilisateurs, et ce,
par la conception de SI intégrés à l'opérationnel,
réalistes et pragmatiques, mesurés par des
indicateurs de performance.
• Des SI construits sur la durée
– Lors des phases de conception et de décision, il
convient de ne jamais oublier les exigences de
mise en œuvre , de déploiement, de
maintenance et d'exploitation
– En effet, le coût d'acquisition ne se paie qu'une
fois... alors que le coût de maintien dans des
conditions opérationnelles s'échelonne pendant
toute la vie du SI.
Jalal BOULARBAH Page 5Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?
• Des SI construits sur des systèmes-réseaux de
communication pérennes
– La partie immergée de l'iceberg est composée
des systèmes et réseaux de communication -
partie rarement visible mais néanmoins vitale
pour le bon fonctionnement des SI.
– La sécurité reste une priorité en «toile de fond»,
car elle permet de préserver l'entreprise des
erreurs et des malveillances de tout bord.
– Elle doit permettre de construire une forteresse
imprenable de «l'extérieur» et invisible de
«l'intérieur».
– En contrepartie, chaque acteur est responsable
dans la forteresse de ses données, ses
informations, sa communication...
– La disponibilité des systèmes et réseaux doit
être adaptée à la criticité des différentes
applications.
– Cette disponibilité se traduit par la mise en
place de back-up humain, matériel et logiciel,
de contrats de maintenance adaptés...
– La pérennité découle aussi de partenariats avec
l'ensemble des fournisseurs et prestataires,
inévitablement impliqués.
Jalal BOULARBAH Page 6Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?
– Qu'attendre alors d'un directeur des systèmes
d'information (DSI) ? Qu'il soit:
» immergé et conscient : capacité tant de
comprendre la stratégie, les produits et les
services de la structure dans laquelle il évolue
que d'appréhender les aléas de ce milieu;
» innovant: force de proposition, anticipation
(veille...);
» efficient;
» un véritable chef d'orchestre : création de liens,
d'échanges, aide à la prise de décision sans
décider à la place des autres, dialogue visant à
asseoir la confiance, pas de citadelle technique,
langage compréhensible, connaissance suffisante
de la technique pour construire un tout
synchrone et cohérent... ;
» communicant: capacité à dialoguer, informer,
faire du reporting... ;
» ouvert: confrontation antérieure à divers modes
d'organisation, à diverses technologies, cultures,
architectures. Approche orientée vers les
utilisateurs... ;
» dans une logique projet plutôt que produit.
Jalal BOULARBAH Page 7Évolution des rôles des SISI performants, rêve ou réalité ?
– Quels sont alors les freins, écueils et contraintes ?
» Les principaux sont :
1. Ne jamais oublier le client. Les entreprises dans leur
ensemble, y compris les DSI, oublient parfois les attentes
premières des clients ainsi que la façon dont ils se
comportent. Le DSI, comme tout autre acteur, doit se
projeter dans la dimension de service client.
2. Éviter les effets de mode. Ils influencent fortement le «
monde des SI » (décideurs, parties prenantes, experts...).
3. Le « tout-outils ». L'outil, solution à tout et remède à tous
les maux! Il est fondamental de ne pas faire trop
rapidement le lien entre «problème » et « solution sous
forme d'outil informatique » ou encore le leurre de la
solution miracle universelle.
4. La difficile mesure de la performance. Comme toute
fonction support, il n'est pas facile de calculer en quoi
les TIC contribuent directement ou indirectement à
améliorer la performance de l'entreprise dans son
ensemble.
5. Le comportement des décideurs. Ils expriment et
imposent des moyens plutôt que des besoins ou alors
rejettent les TIC, n'investissent pas, ne décident pas : il
faut, au regard des points ci-dessus, investir
intelligemment et régulièrement dans les projets
informatiques.
6. Une fonction récente. Il existe peu de guides pratiques à
destination des DSI: fonction très spécifique ? Jeune ?
Très changeante d'une société à l'autre ?
7. En contexte en perpétuelle évolution. Des organisations
en évolution permanente nécessitant de réévaluer en
permanence les moyens à mettre en œuvre pour
atteindre les objectifs.
8. La banalisation des TIC. La banalisation des TIC dans les
foyers rend difficilement compréhensibles les difficultés
et coûts croissants dans le monde de l'entreprise.
9. Une source de pouvoir dans l'entreprise. Les SI sont
souvent considérés comme Big Brother, au sein même
de l'entreprise.
Jalal BOULARBAH Page 8Évolution des rôles des SILes rôles des SI dans l’organisation
• Préambule
– Pour représenter les rôles des SI dans
l'organisation, il est nécessaire d'utiliser une
grille d'analyse à la fois suffisamment large
pour s'appliquer à la plupart des organisations,
et suffisamment précise pour que l'on puisse se
faire une juste idée de la place des SI.
– La vision fonctionnelle (articulation de
l'organisation en fonctions : marketing, finance,
etc.) peut constituer une première approche du
problème.
– Nous ne décrirons pas chacune des applications
possibles, mais les quelques exemples ci-
dessous confirment notre impression liminaire.
Jalal BOULARBAH Page 9Évolution des rôles des SILes rôles des SI dans l’organisation
– cette grille de lecture insiste moins sur les rôles
globaux des SI que sur leurs applications
locales ; moins sur leurs rôles que sur les
fonctions de l'entreprise où ils apparaissent.
– La vision fonctionnelle peine donc à représenter
le caractère systémique du système
d'information, et notamment l'émergence de
systèmes d'information « transfonctionnels »,
impliquant simultanément plusieurs fonctions
– Il faut donc une double grille d'analyse :
» une vision « statique » - ou synchronique -
s'intéressant aux rôles permanents des systèmes
d'information dans l'organisation ;
» une grille de lecture dynamique - ou «
diachronique » - centrée sur la compréhension de
l'évolution des rôles des SI dans l'organisation.
• Invariants des SI
– Les systèmes d'information jouent deux rôles
fondamentaux dans les organisations :
» faciliter (voire automatiser) les opérations
courantes ;
» faciliter la prise de décision en apportant les
informations et les modélisations nécessaires au
décideur.
Jalal BOULARBAH Page 10Évolution des rôles des SI

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.