Toujours plus de performance à basse température

Pour se distinguer dans une offre surabondante, les fabricants travaillent à des groupes extérieurs toujours plus performants à température négative et à des modules hydrauliques à la régulation plus fine.

Publié le : lundi 10 janvier 2011
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 31
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Toujours plus de performance à basse température

La technologie des pompes à chaleur air/eau split est issue d’une utilisation des groupes froids de PAC air/air reliés à des modules hydrauliques (comprenant notamment un échangeur de chaleur, le circulateur de chauffage, un vase d’expansion, une vanne directionnelle 3 voies chauffage/préparation ECS et la régulation). Il a fallu toutefois adapter la régulation au nouveau vecteur de chauffage, l’eau, et tenir compte de son inertie plus importante que l’air des PAC air/air et accentuée par l’utilisation de planchers chauffants. « Au lieu d’une régulation appuyée uniquement sur la température ambiante comme sur les systèmes air/air, la régulation des PAC air/eau s’effectue en fonction de la température extérieure, de la température de l’eau du circuit de chauffage, et bien sûr de la température intérieure, explique Bertrand Noble, directeur R & D d’AJ Tech. Aujourd’hui, ces trois paramètres sont les données d’entrée du système lui permettant de calculer la puissance nécessaire. » AJ Tech a opté pour un large choix de fonctionnalités pour ses gammes de PAC air/eau qui sont capables de s’adapter à tous les besoins ainsi qu’à toutes les configurations d’installation : ECS, chauffage de piscine, relève de chaudières, etc.


Un segment de produit devenu incontournable

Le marché français des PAC air/eau s’est orienté aujourd’hui très majoritairement vers Inverter et split. La technologie Inverter cumule un certain nombre d’avantages : elle permet de faire varier la vitesse de rotation du compresseur en fonction des besoins réels de chauffage pour un meilleur contrôle de la température et de la régulation. Comparativement aux systèmes « tout ou rien » à vitesse fixe, l’Inverter évite les appels de puissance intensifs au démarrage ainsi que les cycles courts qui usent prématurément le compresseur. Elle permet ainsi une économie d’énergie de l’ordre de 30 %. La vitesse de rotation du compresseur étant réduite, le groupe extérieur est également plus silencieux. Dernier avantage, l’Inverter permet d’éviter l’ajout d’un ballon tampon sur le circuit.
Daikin, poids lourd du marché, propose des PAC air/eau Inverter split, aussi bien en basse qu’en haute température, pour toutes les applications et fournit même ses groupes extérieurs à de nombreux partenaires commerciaux. Mitsubishi, parmi son offre produit, se démarque par sa gamme Zubadan. « Cette gamme parvient à maintenir sa puissance thermodynamique, quelles que soient les températures extérieures et particulièrement jusqu’à -15 °C grâce à un système d’injection flash (mélange diphasique gaz/liquide envoyé directement à l’intérieur du compresseur), qui lui permet de bénéficier d’un débit de fluide constant pour pouvoir garantir une puissance calorifique élevée, détaille Christel Mollé, directeur marketing adjoint de la Division Chauffage Climatisation de Mitsubishi Electric France. Cette injection favorise la mise en température de la batterie d’échange thermique en 10 minutes environ, contre 20 minutes en système Inverter standard. »
La gamme Yutaki-S d’Hitachi ayant déjà comme principales particularités de bénéficier de hautes performances (COP) et de répondre à toutes les applications (radiateurs, plancher chauffant rafraîchissant, ventilo-convecteurs, ECS, solaire, etc.) sera complétée cette année par 4 tailles, dont celles de 19,6 kW et 24 kW (uniques sur le marché). La largeur de gamme répond au besoin des professionnels car, selon Julien Masson, directeur Marketing France chez Hitachi Europe SAS Division Air Conditionné « les installateurs attendent aujourd’hui des fabricants qu’ils leur proposent des machines intégrant tous les composants et dont la régulation permet de s’adapter à toutes les configurations. » Panasonic, nouveau venu sur le marché français, compte s’imposer rapidement dans le trio de tête des fournisseurs de PAC et mise avec sa gamme Aquarea, sur son aptitude à garantir des COP et puissances restituées en température négative jusqu’à -20 °C.
Au vu des parts de marché dominantes des produits Inverter split, certains spécialistes de PAC, traditionnellement et historiquement positionnés sur d’autres segments de produits (monobloc on/off), ont enrichi leur catalogue pour accompagner la tendance. Ainsi, Ciat, fabricant français acteur historique du vecteur eau et leader du monobloc air/eau, a lancé fin 2010 la Yuna, une PAC air/eau Inverter split dont la conception du module interne permet de gérer 2 circuits de chauffage différents avec 2 lois d’eau. Sa régulation facilite la maintenance avec une visualisation des débits d’eau, des températures des réfrigérants en différents points. Technibel, dont la PAC monobloc à vitesse fixe constitue le cœur de métier depuis 1977, propose depuis avril 2010 la gamme Aquaset-S et marque sa différence, selon Philippe Gery, responsable produit Technibel « en s’engageant sur un système complet comprenant tous les composants hydrauliques alors que beaucoup s’arrêtent à la sortie de la PAC. » Airwell, spécialiste du monobloc, a également lancé sur le marché français en novembre 2010 une nouvelle gamme, « Aquaheat Advance Split », dont l’échangeur à ailettes bénéficie d’un traitement hydrophilique « Bluefin » qui favorise l’écoulement des condensats, protège de la corrosion et garantit des performances élevées par tout temps.
Face à une telle abondance de l’offre, les fabricants généralistes de chauffage se démarquent des puissants fabricants japonais issus de la climatisation en s’appuyant sur leur cœur de métier. Viessmann, avec la Vitocal 200 S lancée en décembre 2010, mise sur sa maîtrise du module hydraulique et son aptitude à proposer deux circuits de chauffage indépendants, particulièrement appréciables en rénovation. Rotex, racheté par Daikin en 2008, se distingue par un module hydraulique « tout en un » qui intègre son ballon d’ECS sur la « HPSU Compact » et par le couplage PAC-solaire pour l’ECS et l’appoint chauffage (SSC) sur l’ensemble de ses gammes. Atlantic, qui bénéficie d’une double expérience en chauffage et en climatisation soutenue par un partenariat R & D pour les PAC hydrauliques avec Fujitsu, dote sa PAC Alféa S Excellia d’un échangeur coaxial exclusif faisant également office de ballon tampon. De Dietrich Thermique combine différents types de générateurs aux PAC, avec aussi une possibilité de couplage solaire.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.