Comment gérer les échantillons de médicaments dans les cliniques externes?

De
Publié par

Apes 19/04/05 10:07 Page 85GESTIONComment gérer les échantillons de médicaments dans les cliniques externes?Josianne Malo et Jude GouletL’utilisation d’échantillons de médicaments comporteRésumétout de même certains avantages. D’abord, ils permettentLe présent article décrit la problématique reliée à la d’amorcer un traitement dans le bureau du médecin etgestion des échantillons de médicaments dans les cli- d’évaluer rapidement l’efficacité et l’innocuité du médica-niques externes d’un centre hospitalier affilié universi- ment avant même que le patient se le procure à la pharma-4,5taire et les solutions suggérées afin de résoudre ce pro- cie d’officine . Grâce aux échantillons, le médecin offreblème. Après mûre réflexion, nous avons choisi d’im- au patient la possibilité de diminuer les coûts de son trai-5pliquer les représentants pharmaceutiques dans la tement. Ensuite, pour certains médicaments couram-documentation de la distribution des échantillons et ment utilisés, comme les pompes pour le traitement ded’effectuer une campagne de sensibilisation auprès des l’asthme, les échantillons permettent au personnel médi-cal d’enseigner au patient la technique adéquate de leurprescripteurs afin d’exposer les dangers de cette pra-4,5utilisation . Les médecins peuvent aussi utiliser cestique. Dans cette campagne, il sera suggéré de toujourséchantillons dans des situations d’urgence et dans des casaccompagner les échantillons d’une prescription médi-6où les ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 156
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
GESTION Comment gérer leséchantillons de médicaments dans les cliniques externes? Josianne Malo et Jude Goulet
Résumé Le présent article décrit la problématique reliéeàla gestion deséchantillons de médicaments dans les cli niques externes dun centre hospitalier affiliéuniversi taire et les solutions suggérées afin de résoudre ce pro blème. Après mûre réflexion, nous avons choisi dim pliquer les représentants pharmaceutiques dans la documentation de la distribution deséchantillons et deffectuer une campagne de sensibilisation auprès des prescripteurs afin dexposer les dangers de cette pra tique. Dans cette campagne, il sera suggéréde toujours accompagner leséchantillons dune prescription médi cale pour la pharmacie communautaire et denseigner aux patients de toujours aviser leur pharmacien de la prise deséchantillons. Problématique Actuellement, il est toléréque les représentants de com pagnies pharmaceutiques remettent aux médecins du centre hospitalier deséchantillons de médicaments desti nés aux patients des cliniques externes. Ceséchantillons constituent un outil promotionnel majeur utiliséles par 1 compagnies pharmaceutiques. Or, la distribution des échantillons de médicaments aux patients par le médecin échappe totalement au contrôle du département de phar macie. La remise aux médecins, par les compagnies phar maceutiques, d’échantillons de médicaments est assujet tie au Code de déontologie de lAssociation des compa 2 gnies de recherche pharmaceutique du Canada . Les prin cipes de conduite dictés par cette association sont en accord avec la Loi sur les aliments et drogues et ses règle 3 ments . Ainsi, la distribution deséchantillons de médica ments doit se faire directement de la compagnie pharma ceutique aux médecins, dentistes, vétérinaires ou pharma 2,3 ciens .De plus, lorsque ceséchantillons sont distribués dans les hôpitaux, ils doiventêtre remis conformément aux règles de l’établissement, et leur distribution doitêtre autorisée par le chef du département de pharmacie. Autre pointàmentionner, les compagnies pharmaceutiques qui distribuent deséchantillons de médicaments sont respon sables dassurer la reprise deséchantillons excédentaires 2 ou périmés pour sen défaire adéquatement .
Découvrir toujours plus Vivre toujours mieux.
Lutilisation d’échantillons de médicaments comporte tout de même certains avantages. Dabord, ils permettent damorcer un traitement dans le bureau du médecin et d’évaluer rapidement lefficacitéet linnocuitédu médica ment avant même que le patient se le procureàla pharma 4,5 cie dGrofficine .âce auxéchantillons, le médecin offre au patient la possibilitéde diminuer les coûts de son trai 5 tement .Ensuite, pour certains médicaments couram ment utilisés, comme les pompes pour le traitement de lasthme, leséchantillons permettent au personnel médi cal denseigner au patient la technique adéquate de leur 4,5 utilisation . Les médecins peuvent aussi utiliser ces échantillons dans des situations durgence et dans des cas 6 où lespharmacies ne sont pas facilement accessibles. Enfin, la distribution d’échantillons permet aux résidents en médecine de mieux connaître les nouveaux médica 4 ments disponibles sur le marché.
En contrepartie, lutilisation deséchantillons de médi caments dans les cliniques externes pose de nombreux problèmes de gestion. Dabord, leséchantillons peuvent encourager lutilisation dun traitement qui nest pas le premier choix ou qui ne figure pas sur le formulaire du 4,5,7 centre hospitalier. Par exemple, lutilisation irrationnel le des nouveaux antibiotiques est encouragée par les échantillons de médicaments, ce qui peut contribuerà 4 l’émergence de résistances bactéDe plus, lesriennes . échantillons fournis par les compagnies pharmaceutiques sont rarement des médicaments génériques. Certes, lutili sation dunéchantillon permet au patient d’économiser sur lachat de sa première prescription. Toutefois, en favo risant le renouvellement de médicaments brevetés, les échantillons de médicaments peuvent contribueràlaug 4,5,7 mentation des coûts du système de santé. Enfin, lorsque les médecins remettentàleurs patients deséchan
Josianne Malo,B. Pharm., candidate M. Sc., est résidente en pharmacieàlHôpital MaisonneuveRosemont.
Jude Goulet,B. Pharm., Pharm. D., est chef du départe ment de pharmacieàlHôpital MaisonneuveRosemont.
Merck Frosst est fière d’accorder son soutien à la publication desChronique de Gestionde PHARMACTUEL.
85
tillons de médicaments, le département de pharmacie est contourné. Ceci comporte une problématique denvergu re, puisque les patients se voient privés de la protection assurée par le pharmacien, notamment par la création dun dossier patient, la détection dinteractions médica menteuses et de duplications thérapeutiques, la remise du médicament préparéet identifiéadéquatement, la remise de conseils relatifs au médicament, le suivi du traitement 1,4,5,7 quantàlefficacité,àlinnocuitéetàl.observance, etc
En milieu hospitalier tout comme en milieu communau taire, le manque de communication entre le médecin et le pharmacien est une source derreur considérable, puisque le médicament remis au patient sous forme d’échantillon napparaît pas au profil pharmacologique généréla par pharmacie. Mentionnons aussi que, dans les cliniques externes, peu de ressources sont investies relativementà lentreposage deséchantillons de médicaments,àlorgani sation des armoires d’échantillons, au suivi des dates de péremption età ladestruction légale deséchantillons 1 expirés ou abandonnés . Lors dune prise de position conjointe sur leséchan tillons de médicaments, le Collège des médecins du Québec et lOrdre des pharmaciens du Québec se sont dits sensibilisés et conscients des problèmes qui existent rela tivementàla distribution etàlutilisation deséchantillons de médicaments. En ce moment, les deux ordres profes sionnels travaillent de concert afin de créer une nouvelle forme dassistance aux patients susceptible de remplacer 6 la forme actuelle d’échantillonnage . Dans lattente dune structure claire, nous faisons faceàune pratique difficile àencadrer. À lHôpital MaisonneuveRosemont (HMR), un centre hospitalier affiliéà lUniversité deMontréal, on compte environ cinquante cliniques externes. Ces cliniques offrent plusieurs soins ambulatoires, tels les services doncologie, de néphrologie et dORL. Actuellement, la majoritém desédecins du centre hospitalier et plusieurs résidents en médecine pratiquent dans ces cliniques. Chaque semaine, onévalueàenviron 5000 le nombre de visites dans les cliniques externes de lHMR. Malgré ce débit important, seulement 5,6équivalents temps plein pharmaciens sont dédiésàces secteurs. Les services cou verts par le dé:partement de pharmacie sont les suivants clinique doncologie, clinique de prédialyse, clinique din suffisance cardiaque, clinique danticoagulation, centre denseignement sur lasthme et antibiothérapieàdomici le. De plus, la presque totalitédu temps pharmacien dans les différentes cliniques externes est consacréeàdes acti vités cliniques plutôt qu’àdes activités de distribution. Résolution de la problématique Différentes approches peuventêtre utilisées pour mieux encadrer lutilisation deséchantillons de médica ments dans les cliniques externes de centres hospitaliers. 86 PharmactuelVol. 38 N°2 MarsAvril2005
Nous aborderons les stratégies envisageables en faisant ressortir les avantages et désavantages de chacune.
Il y a une vingtaine dannées, le département de médeci ne familiale du Centre médical de la Caroline du Nord a formé uncomitéde la gestion de l responsablearmoire 8 d’éCe comitchantillons .é, formé dun médecin, de trois résidents en médecine, dune infirmière et dun pharma cien, se réunit quatre fois par année afin de décider quels médicaments seront inclus dans larmoire d’échantillons. En se basant sur les besoins communs des patients de la clinique, sur la littérature disponible et sur les coûts des médicaments, le comité metà jourune liste de médica ments qui pourront se retrouver dans larmoire d’échan tillons. Les médicaments rarement utilisés ou remplacés par dautres agents sont retirés de larmoire. Sous la supervision du pharmacien, linfirmière commande, entre pose,étiquette ou retire les médicaments de larmoire d’échantillons. Grâceàce comité, la clinique réussitàne garder quun seul ou deux médicaments les moins chers dune même classe thérapeutique,àfavoriser lutilisation de médicaments génériques età bienconnaître les nou veaux médicaments quliste. Ce groupeils incluent sur la interdisciplinaire constitue un système efficace et instruc tif pour gérer leséchantillons de médicaments et limiter lutilisation de nouvelles molécules plus coûteuses. Cependant, cette approche ne permet pas de retracer la distribution deséchantillons et ne favorise pas limplica tion du pharmacien dans le traitement du patient et son suivi. De plus, une lourde planification est nécessaireàla création et au bon fonctionnement dun tel comité.
Au Centre des sciences de la santél deUniversité de Californie, un autre modèle de gestion deséchantillons de médicaments en clinique externe est utilisé. De façon générale, leséchantillons sont limités aux médicaments 9 apparaissant sur le formulaire du centre hospitalier . Les médecins souhaitant utiliser un médicament hors formu laire doivent soumettre leur demande au Comitéde phar macie et des produits thérapeutiques. Leséchantillons du médicament hors formulaire sont alors permis pour une période limitée. Cet encadrement est utile puisquil offre la possibilitéde mettreàjour le formulaire de l’établisse ment selon les demandes des médecins. Toutefois, il ne permet pas de retracer les médicaments distribués et ne favorise pas la prestation de soins pharmaceutiques aux patients.
Afin de diminuer les coûts associés au renouvellement de médicaments originaux dispendieux dans leur clinique médicale, Lurk et coll. ont remplacé leséchantillons de médicaments des compagnies pharmaceutiques par des 7 trousses de départ . Ces trousses, constituées de médica ments génériques fréquemment prescrits, permettent aux patients damorcer leur nouveau traitement pour une durée de 14 jours. Dans le contexte des cliniques externes de lHMR, de telles politiques sur leséchantillons de médi caments sont difficilement réalisables. En effet, les
sources de financement limitées et la pénurie de person nel restreignent les processus dacquisition des médica ments, de préparation et de distribution des trousses de départ. Pour terminer, cette stratégie ne favorise pas le suivi deséchantillons distribués ni lintervention du phar macien auprès des patients.
Au Texas, certains centres interdisent simplement luti lisation d’échantillons de médicaments dans leurs cli niques. Toutefois, un changement si radical dans la régle mentation entourant leséchantillons de médicaments nest pas envisagé parla direction de la pharmacie et serait probablement mal reçu par les médecins de lHMR. Effectivement, la littérature mentionne que les médecins perçoivent leséchantillons de médicaments comme un privilège leur permettant de renforcer leurs relations avec 9 les patients .
Enfin,àlHôpital SainteJustine, des politiques et procédures encadrant la gestion deséchantillons de médica ments en clinique externe ont récemmentétéapprouvées par le comitéde pharmacologie. Selon cette politique, les échantillons ne peuventêtre utilisés pour la clientèle hos pitalisée, alors quils sont, du moins pour le moment, tolérés pour la clientèle ambulatoire. Afin dassurer un usage adéquat des médicaments au sein de l’établissement, le médecin ou le représentant pharmaceutique qui le visite doit fournir au chef du département de pharmacie une copie de la liste deséchantillons remis, incluant la quanti té, la date de péremption et le numéro de lot des pro 10 duits .Cet encadrement est essentiel puisquil permet au département de pharmacie d’être informé surleséchan tillons de médicaments distribués dans les cliniques externes du centre. Une telle procédure donne aussi aux pharmaciens la possibilitédeffectuer rapidement un suivi des dates de péremption deséchantillons distribués et de gérer adéquatement les médicaments périmés. La faisabi lité etlencadrement quoffre cette option en font une solution intéressante.
Lannée dernière en NouvelleÉcosse, Sampling Technonologies a lancé unsystème innovateur de distri
bution deséchantillons de méle Smartdicaments : 11 Sampling .Tout dabord, lentreprise recrute des compa gnies pharmaceutiques souhaitant distribuer deséchan tillons de médicaments. Les compagnies pharmaceu tiques intéressées reçoivent des cartesà distribueraux médecins. Ensuite, les médecins utilisent ces cartes comme une prescriptionàladresse du patient. Ce dernier remet la carte dûment remplie au pharmacien de son choix et reçoit l’échantillon sans devoir en assumer les frais. Le pharmacien est ensuite remboursé parle biais dunéchangeélectronique avec le tiers payant, ESI Canada. Le Smart Sampling vient tout juste de faire son apparition au Québec, et les impacts de cette stratégie sont nombreux : elle permet d’éviter le stockage des médi caments dans de mauvaises conditions, de documenter la distribution deséchantillons de médicaments et de profi ter de lexpertise du pharmacien.
Pour résoudre la problématique de lutilisation des échantillons de médicamentsàlHMR, nous estimons quil est essentiel den sensibiliser les différentes parties concernées. Dans un premier temps, les représentants pharmaceutiques seront sollicités afin de documenter la distribution deséchantillons de médicamentsà lHMR. Ainsi, les représentants devront transmettre au chef du département de pharmacie une copie de la liste des échantillons de médicaments remis aux médecins lors de leurs visitesàlhôpital. Afin duniformiser cette procédu re, un outil aétécréé, permettant de mettre en place au département de pharmacie un registre deséchantillons de médicaments (voir tableau I). De plus, le département de pharmacie, qui se rapporte au Code de déontologie de lAssociation des compagnies de recherche pharmaceu tique du Canada, demande aux compagnies pharmaceu tiques qui distribuent leséchantillons de médicaments dassurer la reprise deséchantillons excédentaires ou périmés pour sen défaire adéquatement. Dans un deuxième temps, les médecins, résidents en médecine et infir mières qui participent aux cliniques externes de lHMR seront sensibilisés aux risques encourus par la distribu tion d’échantillons de médicaments. Lors de cette approche, les politiques suivantes seront précisées.
Tableau I :Liste deséchantillons remis par un représentant pharmaceutique pour les cliniques externes Nom commercial du mé(mg) Quantitdicament Teneuréremise
Date de péremption
_____________________________________________________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________________________________________________________ Nom du médecin : _____________________________________________________________________________________________________________________ Nom du repré:sentant pharmaceutique _____________________________________________________________________________________________________________________ Compagnie pharmaceutique: _____________________________________________________________________________________________________________________ Date de remise au médecin : _____________________________________________________________________________________________________________________ PharmactuelVol. 38 N°2 MarsAvril200587
Premièrement, leséchantillons de médicaments ne doi vent jamaisêtre remis aux patients hospitalisés, alors quils sont tolérés pour les patients qui visitent les cliniques externes. Deuxièmement, lorsque deséchantillons sont offertsàun patient, la durée de traitement ne devrait pas excéder quelques jours. Troisièmement, toutéchantillon de médicament devra nécessairementêtre accompagné dune prescription médicale et dun encouragementàren contrer son pharmacien le plus tôt possible. Enfin, il serait pertinent denvisager uneétude de suivi afin de documen ter les problèmes reliésàlutilisation deséchantillons (trai tement incomplet, interaction, duplication, etc.). Conclusion En espérant que le Collège des médecins du Québec et lOrdre des pharmaciens du Québec revoientéventuelle ment leur position afin de mieux encadrer cette pratique, il nous apparaît présentement difficile pour un départe ment de pharmacie de gérer lutilisation deséchantillons de médicaments en clinique externe. Il sagit pourtant dune problématique réelle dont les impacts se reflètent sur plusieurs plans. Il est souhaitable dimpliquer les représentants pharmaceutiques dans la documentation et la déclaration de la distribution deséchantillons dans les établissements de santé. Enfin, il est pertinent deffectuer une campagne de sensibilisation auprès des prescripteurs afin dexposer les dangers de cette pratique. Effectivement, la distribution d’échantillons de médica ments enétablissement de santéet en milieu communau taire prive le patient duneévaluation de la thérapie médi camenteuse dans son ensemble. En suggérant aux patients daviser leur pharmacien de la prise deséchan tillons, nous pouvons maximiser les chances dutiliser lexpertise pharmaceutique pour l’évaluation de leur dos sier pharmacologique. Pour toute correspondance : Josianne Malo Département de pharmacie Hôpital MaisonneuveRosemont 5415, boulevard de lAssomption Montréal (Québec) H1T 2M4 Tél. : (514) 2523530 Télé(514) 2523450c. : Courriel :josianne.malo@umontreal.ca
88 PharmactuelVol. 38 N°2 MarsAvril200
Abstract This article describes the problems associated with management of drug sample in outpatient clinics at an affiliated university hospital.A drug sample policy was implemented in order to solve the problem.Drug representatives were involved in the process of docu mentation the distribution of the drug samples. Health care professionals were informed on the potential dan ger of such a practice.It was suggested that when a drug sample is given to a patient, it should be accompa nied by a prescription.The patient should also infor med his community pharmacist that he received drug samples.
Références 1. TeichmanPG, Caffee, AE. Drug sample availability and prescribing beha vior. J Am Board Fam Pract 2002;15:50910. 2. Codede déontologie de lAssociation des compagnies de recherche phar er maceutique du Canada (Rx&D) [citéjanvier 2005] [1le 1écran]. http://www.canadapharma.org/Industry_Publications/Code/Code_of_condu ct_Jan2005wBulletins_FR.pdf (site visitéle 20 janvier 2005). 3. Ministère de la JusticeCanada. Loi sur les aliments et drogues (L.R. 1985, ch. F27), disponible en ligne[citéle 31 août 2004] [1écran]. http://lois.jus tice.gc.ca/fr/F27/ (site visitéle 20 janvier 2005) 4. BoltriJM, Gordon ER, Vogel RL. Effect of antihypertensive samples on physician prescribing patterns. Fam Med 2002;34:72931. 5. ChewLD, OYoung TS, Hazlet TK, Bradley KA, Maynard C, Lessler DS. A physician survey of the effect of drug sample availability on physiciansbehavior. J Gen Intern Med 2000;15:47883. 6. Collège des médecins du Québec et Ordre des pharmaciens du Québec. Prise de position conjointe sur leséchantillons de médicaments, disponible en ligne: [citéle 2 juillet 1997] [1écran] http://www.opq.org/fr/prise_posi tion/PDF/ECHANTILLON.pdf (site visitéle 20 janvier 2005). 7. LurkJT, DeJong DJ, Woods TM, Knell ME, Carroll CA. Effects of changes in patient cost sharing and drug sample policies on prescription drug costs and utilization in a safetynetprovider setting. Am J Health Syst Pharm 2004;61:26772. 8. SigmonJL, Anastasio GD. Drug sample closet. J Fam Pract 1992;34:2623. 9. ArriolaE. The changing relationship between health care professionals and the pharmaceutical industry. Hosp Formul 1995;30:1615; discussion 1639. 10. Bussières JF. Département de pharmacie. Hôpital SainteJustine. Politiques et procédures :Échantillons de médicaments en cliniques externes. 2005. 11. SabourinG. Une«révolution»dans le domaine de l’échantillon de médi caments. Lactualitépharmaceutique 2005;13(1):56.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

EPP infos n° 25 - Mai 2008

de haute-autorite-sante-qualite-et-securite-soins

REMINYL - Annexe 2

de haute-autorite-sante-troubles-mentaux-et-comportementaux