Etude logiciels sant.

Publié par

Les Études EurasantéLES PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES LOGICIELS ADESTINATION DES PROFESSIONNELSDE SANTE LIBERAUXEURASANTEParc Eurasanté310 Avenue Eugène Avinée59120 LOOSFRANCETél. (33) 03 28 55 90 60Fax. (33) 03 28 55 90 61Site internet : http://www.eurasante.comE-mail : contact@eurasante.comDocument réalisé grâce au concours deEURASANTÉ LES PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES LOGICIELS A DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE LIBERAUX 2003PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES LOGICIELSA DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE LIBERAUXSommaireIntroduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 - Les logiciels pour les professionnels de santé libéraux (hors radiologues etbiologistes) : un marché mature à l’évolution fortement modulée par laréglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61.1 Un marché initial chaotique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61.1.1 Une informatisation massive sous l’effet de la réglementation . . . . . . . . . 61.1.2 Le cycle de croissance rapide de la fin des années 1990 : une désorganisa-tion passagère du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71.1.2.1 Des utilisateurs insuffisamment sensibilisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71.1.2.2 ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 98
Nombre de pages : 90
Voir plus Voir moins
EURASANTEParc Erusanaét13 0vAne EueènugAve éein2195OL 0RFSOECNA (33Tél. 28 ) 03 006559 ( 33aF.x8  203) 610  955tni etiS : tenrewwe.rusathpt/:w/E-mail :ante.comrue@nasanoc tcat.cteomDcomunoc ua eed sruocalrét enâcgré isDE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES LOGICIELS ALES PERSPECTIVES Les Études EurasantéDE SANTE LIBERAUXDESTINATION DES PROFESSIONNELS
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES LOGICIELSA DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE LIBERAUXSommaireIntroduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 - Les logiciels pour les professionnels de santé libéraux (hors radiologues etbiologistes) : un marché mature à l’évolution fortement modulée par laréglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61.1Un marché initial chaotique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61.1.1 Une informatisation massive sous l’effet de la réglementation . . . . . . . . .61.1.2 Le cycle de croissance rapide de la fin des années 1990 : une désorganisa-tion passagère du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71.1.2.1 Des utilisateurs insuffisamment sensibilisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71.1.2.2 De nombreuses inconnues de marchépour les éditeurs de logiciels . .141.2Un secteur qui retrouve une vraie logique de marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161.2.1 Un processus darwinien de sélection naturelle et de concentration encore en cours161.2.2 De vraies stratégies marketing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181.2.2.1 La prise en compte du paramètre prix " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18"1.2.2.2 Des stratégies de type " produits " qui évoluent vers des stratégies de type " services " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241.2.2.2.1 Des évolutions techniques qui ne suffisent plus à se différencier de la concurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241.2.2.2.2 La prise de conscience du besoin d’échanges de données : vers des solutions communicantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251.2.2.3 Le développement des services en ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281.2.2.3.1 La prise en compte de l’exercice à domicile : l’émergence de solutions mobiles…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .291.2.2.3.2 Le renforcement des stratégies de type " relations clients " . . . .311.2.3 Lémergence de lopen source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .332 - Des segments de marché à l’évolution particulière : l’officine, l’imagerieet la biologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .392.1L’informatique officinale : un marché ancien et mature, dominé par de grandes entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36le laboratoire : des marchés ancar 2.2uLniem angetetreie  deiftf érenciation entre logiciels techniiqeunes se te t mloagtiucrieesls,  cdaer agcetsétriiosnés  .p . .422.2.1 Une genèse et une évolution de marché similaires… . . . . . . . . . . . . . . . .422.2.2 Mais des acteurs spécifiques à chacun de ces deux secteurs… . . . . . . . . .463 - Le marché des logiciels médicaux à destination des professionnels de santé libéraux :perspectives d’évolution du marché et positionnement du Nord-Pas-de-Calais . . . . . .55Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .651
TEUR DLIBERAULOPPEMENT DANS LE SECIVCTS DEED EEVNAETES  EPSGOLXLEIICP2D SEREASNNOISSEFS ED SLEONTINATIRO PES D
teecir dnt intmenad érgéup enu su unce ochine mauocr.eS4 "eL e :ndra eesrentispr" serP3.argo emminformatique embrauq é :oligicleofni sed étilauqamr ou pnsioatrmauilalq er rléoi ", oinses sté dud stap od seénngéta :esntiear pru eudp l  auctlt de la artage ePERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES LOGICIELSA DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE LIBERAUXIntroduction3.En 2002, l’Assurance Maladie recensait253 592 professionnels de santé libéraux1en activité. Ce chiffre n’intègre pas lesofficines et les laboratoires d’analyses debiologie médicale privés. Nous incorpore-rons cependant à cette étude ces deuxtypes de structures du fait de la nature deleur besoin informatique qui leur confèrecertaines similitudes avec les professionnelsde santé libéraux en général. On peut ainsiestimer à plus de 280 000 le nombre deces professionnels en incluant les 22 800officines et 3 981 laboratoires d’analysesprivés présents sur le territoire national.Ce marché peut être estimé à plus de 200millions d’Euros2même si la mesure exac-te de sa taille est rendue difficile par la varia-bilité des prix des logiciels d’un éditeur àl’autre, d’un segment de marché à l’autreet par l’absence de données fiables sur lestaux de renouvellement des logiciels.professionnels de santé que lesprogrammes créés spécifiquement pour cesprofessionnels. Ceci exclut de facto les solu-tions logicielles utilisées par les profes-sionnels de santé mais destinés à un publicplus large : outils bureautiques, systèmesd’exploitation…On retiendra donc, pour cette étude, ladéfinition suivante du logiciel pourprofessionnel de santé libéral : " ensembledes programmes, des procédés et desrègles relatifs à la réalisation d’une ouplusieurs fonctionnalités de traitement del’information, conçu pour être exécuté surun ordinateur (de bureau, portable ou depoche) et développé spécifiquement pourêtre utilisé par des professionnels de santélibéraux, y compris les pharmaciensd’officine et les biologistes privés ".IH ,0230 ,arpproPr. Marius FIESCerèt ed s alétnaret s mi Mauisin parvert couhampelc ne tésm-éric pirndée  drdboad tuot tneivnoché, ilcl ce marned téiaanyles rntvaa dauér?Ax étnabil  sles ed eassld ilébtn éprofdes onneessiitsed à  noitan- lar pndlsieicoguuEarastn éneet, déterminer ceqa ,eertutnemtid a  lésprteenudétdeà l ieioatinstorp sednnnoissefuesQq u-tecgocinul ttceéte  dnss anc-nioruluon n snformatirammes isep org-du einl llcee que rglas ulp tnadnepec tsfet,n efs. Edronitne sern uoqeeuicigà lesed aniterérs onmmcoloe tion desdsel in atnemucomb eesqu3,ésquar senn uoisd-c nos. Etiontre,n ousnmelb ese tle"grammes,des pro-édécte ssed orp s,leté ees dèg rr telnoS. iarxuitiodén la ientuoraL titeP ud nl ieicog lune,ssun ensemble detartimene tedl iornftima "onCe.  ett-éditine nouellventt deemenoducl  ataoiemtna-el rn,u  afstinoitcnofd tnemenar mleibecune obétéh sèrt gnitekpourCecine. rogèsies cald noarti p àorriper ernscrams éhuq iec eès segmeerait trfeef,tl tn.éE  netteCétitinéd lou  don àelcigiitand sed seitnoessiprofls donneas e étnébilxuarmê,  smellieese  teralitevemtnr estrictive, engl eéhétoreng ardnépit duEn ded snas oisslenn pesferonégééditoffre qui lest ottuuaattn.érétgèo- snestenoc tits eéu enu eed ànuca eeuf ri hprioe à mandagé essial )4 05rqsepoup sntmelerpfoseisd  eec snviron 1onnels(egoleeiciuetid srnationti àlses dtropmi edéd tna, usple brom nleà l r-laerD.atue sael dlibénté ed eorp ssefnnoiérfftsenundyp tr dacilamene tidnformations sontitdenemitra ten snioseb sel euqser uppoer sis-s talmenetcvifeef pest euédamalicteserap dém lacicialitést de spémioptrnanemorb eatrmueiqf onaci: el nu crama éhncien et mature,d moni éap redg  oueiqatlenacifuon euq  snova suée évalointau p . :2 1.niof "Locnee ertart noi e")det con s ureld  uaml  aatlilinformrché de ssecorp nU " : .e  denniwiar dusuter nantcoiéselncene coet dlle uo svano séreptrx éditeurs que nud uiop 1 tn1.2.iéorcfs(ta. eabliditldasec nod n baatiosur sée p sed seuapicnirs reffhiirfaafdurance M°38, Assat t,"N P iotnS  eneimstci iu ds ltigadalaI2ei " :ceurSo1
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

IST 2000

de EUROPEAN-COMMISSION-DIRECTORATE-GENERAL-FOR-THE-INFORMATION-SOCIETY-AND-MEDIA