PL-7159 Cours Mastere 2007-2008 DEMARCHE QUALITE

De
Publié par

UNIVERSITE RENE DESCARTESFaculté de Pharmacie – MASTERE 2007-2008ECONOMIE DE LA SANTEL’Evaluation des Technologies Médicales: L’Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENTProfesseur Robert LAUNOISREES Réseau d’Evaluation en Economie de la Santé28, rue d’Assas75006 Paris – FranceTel . 01 44 39 16 90 – Fax 01 44 39 16 92E-mail : reesfrance@wanadoo.fr - Web : www.rees-france.comPPllaann dduu CCoouurrssLES PREUVES Une médecine fondée sur des preuves… Mais de quelles preuves s’agit il ? Comment passer des modèles expérimentaux à la vraie vie ?LES METRIQUES Le traitement est-il efficace ? Est il utile pour le patient ? Combien ça coûte ?LES CRITERES DE JUGEMENT L’amélioration de la qualité des soins Le retour sur investissement L’intérêt net de santé publique COMMENT ECLAIRER LA DECISION POLITIQUE ?Master Faculté de Pharmacie Paris V PL-7159/07 2Critères de jugement et indicateurs« Un critère est une caractéristique, dont la valeur, observée sur un groupe ou individu au moyen d’un métrique, permet de classer ce groupe ou individu. »[CREDES 2001].Master Faculté de Pharmacie Paris V PL-7159/07 311) L’AMÉLIORATION DE LA 1) L’AMÉLIORATION DE LA QUALITE DES SOINS AA llaa RReecchheerrcchhee ddee ll’’EEffffiiccaacciittéé PPooppuullaattiioonnnneelllleeL’exercice d’une médecine plus globalerepose sur la constitution de Recueils d’Informations Cliniques, Humaines, Économiques et Sociales en SantéDans le ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 81
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
UNIVERSITE RENE DESCARTES Faculté de Pharmacie – MASTERE 2007-2008
ECONOMIEDELASANTE
L’Evaluationdes Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT
Professeur Robert LAUNOIS REESRéseau d’Evaluation enEconomie de laSanté
28, rue d’Assas 75006 Paris – France Tel . 01 44 39 16 90 – Fax 01 44 39 16 92 E-m ail :reesfrance@ wanadoo.fr- W eb :www.rees-france.com
Plan du Cours
LES PREUVES Une médecine fondée sur des preuves… Mais de quelles preuves s’agit il ? Comment passer des modèles expérimentaux à la vraie vie ?
LES METRIQUES Le traitement est-il efficace ? Est il utile pour le patient ? Combien ça coûte ?
LES CRITERES DE JUGEMENT L’amélioration de la qualité des soins Le retour sur investissement L’intérêt net de santé publique
COMMENT ECLAIRER LA DECISION POLITIQUE ?
Master Faculté de Pharmacie Paris V
PL-7159/07
Critèresdejugement et indicateurs
« Uncritèreest une caractéristique, dont la valeur, observée sur un groupe ou individu au moyen d’unmétrique, permet de classer ce groupe ou individu. » [CREDES 2001].
Master Faculté de Pharmacie Paris V
PL-7159/07
2
3
1
1) L’ALIORATION DE LA QUALITE DES SOINS
A la Recherche de l’Efficacité
Populationnelle
L’exercice d’une médecine plus globale repose sur la constitution de Recueils d’InformationsCliniques, Humaines,Économiques etSociales enSanté Dans le cadre de lapratique médicale quotidienne
Master Faculté de Pharmacie Paris V
PL-7159/07
Qualité de la Preuve dans les Études Quasi-Expérimentales
TYPES D’ETUDES
Etude Après sans groupe contrôle Etude Après avec groupe contrôle Etude Avant Après sans groupe contrôle Etude Avant Après avec groupe contrôle Mesures répétées Avant Après* Séries temporelles Interrompues** sans série appariée Séries temporelles Interrompues ** avec séries appariées
*moins de 6 observations Avant Après ** plus de 6 observations Avant Après Master Faculté de Pharmacie Paris V PL-7159/07
Contrôle des facteurs de confusion NON NON NON PARTIEL PARTIEL PARTIEL
OUI
5
6
2
(3)Transmission anonymisée données de suivi
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Envoidonnées de (4) remboursement anonymisées
REES France
Enquête parallèle
PL-7159/07
Données trospectives
JO
Donnéesprospectives
Interventionà évaluer
7
JO
Données rétrospectives
3
Partage de l’Information
(1) Envoi identités patientsavec consentements éclairés
Cabinet Médic
PL-7159/07
PHASE APRES
Master Faculté de Pharmacie Paris V
(2) Générationidentifiant-patients
Informatisation
Donnéesrétrospective
Données prospectives
Etudesur le site d ’expérimentation
Données prospectives
JO PHASEAVANT
PL-7159/07
Master Faculté de Pharmacie Paris V
(5)
(1) (2)Génération identifiant-patients. F.O.I.N. Envoidonnées cliniqueset Alliance Medica actes en nature
UnExemple:LeScma Avant-Après Ici-Ailleurs de l’Etude RESALIS
CPAM Eure F.O.I.N.
Façade de Saisie
(4) Envoidonnéesmédico-économiques anonymisées
17 fichiers, 189 variables
8
9
Privilégier le Malade et l’Usager Plutôt que laMaladie
NIVEAU DE PREUVE
FINALITES de l’évaluation
Le Malade
L’Usager
T R A I T E M E N T S
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Enquêtes d’Observation
Conséquences Psychologiques et Sociales
Effets des Com portements sur l’Efficacité
Répercussions sur les Trajectoires et les Contacts
PL-7159/07
Avant -Après Ici-Ailleurs
Impact Humain
Impact Clinique
Impact Économique
véridel’Asthme Stadification des Patients
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Essais Cliniques Randomisés
Efficacité Théorique
Stades symptomatiques
Stades médicamenteux
PL-7159/07
Stadesde Symptômes
Les symptômes sont récupérés à chaque consultation de suivi
Les fréquences ont été relevées au cours du mois précédant la consultation de suivi
Master Faculté de Pharmacie Paris V
PL-7159/07
10
11
12
4
Plus d’une fois par semaine
Moins de 2 foispar mois
Fréquence des réveils nocturnes
Identifier les Stades de Sévérité à partir des Symptômes GINA1995
Non renseignée
Symptômes nocturnestrès fréquents
Une fois par jour
9
Master Faculté de Pharmacie Paris V
17
26
Persistant léger 8
9
6
Intermittent
7
8
2
2
8
3
Stade symptomatique
6
63
Persistant sévère 2
Persistant modéré 8
8
32
-
3
-
45
3
3
1
25
5
2
Non renseigné 19
Tous confondus
ersistant léger
4
on renseigné
6
ors ecommandations
ntermittent
2
ersistant modéré
ersistant sévère
4
Stade 3 Persistant modéré
Stade 4 Persistant sévère
Pas de traitement de fond
S’assurer du Bien Fondé des Pratiques (Premièreconsultationdesuivi)
Moins d’une foispar semaine
PL-7159/07
Plus d’une foispar Plus de 2 foispar semaine, moins d’une mois fois par jour
Non renseignée
Une fois par mois
PL-7159/07
Fréquence des gênes respiratoires diurnes
Intermittent
Stade
Persistant modéré
Persistant léger
oral
et/ou
14
15
Fréquence d’utilisation des bronchodilatateurs
Plusieurs fois par jour
13
Une fois par semaine
Quotidien
19
186
5
PL-7159/07
70
35
22
Stade médicamenteux
5
Tous confondus
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Persistant sévère
Non renseigné
Non renseignée
Permanent
AdministrerlesDosesRecommanesparStade de SévèritéGina1995
40
otal stade s m tomati ue et médicamenteux onnus
102
Master Faculté de Pharmacie Paris V
LA
Beta2
ET Beta2 LA inhae /ou Théophylline retard
Stade 1 Intermittent
Stade 2 Persistant léger
Corticoïdes inhalés(£500µg)ouCromoneou Théophylline retard Si nécessaire, pousser les corticoïdes jusqu’à800µg O U Soit Beta2 LA, inhaléouoral,soitThéophylline retard Corticoïdes inhalés(8001 600µg) ET Soit Beta2 LA, inhaléouoral,soitThéophylline retard
Corticoïdes inhalés(1 6002 000µg)
Données Cliniques du Contrôle de l’Asthme
> 1 nuit / s
> 6j /7 j
CRITÈRES
Symptômes nocturnes
PL-7159/07
PL-7159/07
1 depuis la dernière consultation ou ayant motivé la consultation du jour > 6j /7 j < 80 % Oui
Master Faculté de Pharmacie Paris V
18
17
* Boulet et al.
Suivide 3MoisAvec ouSansContrôledel’Asthme
Définition de l’état de contrôle/non-contrôle pour chacune des consultations Dénombrement du nombre de consultations contrôlées et non contrôlées par trimestre Si le nombre de consultations non contrôlées > nombre de consultations contrôléesle patient est réputé non contrôlé sur le trimestre
6
16
du
PL-7159/07
Symptômes diurnes
CONSENSUS CANADIEN
B CA 2 DEP Arrêts de travail
Exacerbations
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Master Faculté de Pharmacie Paris V
SeuilsdeNon-Contrôle
Critère composite basé sur les critères consensus canadien* : Symptômes diurnes Symptômes nocturnes Exacerbations de l’asthme Consommation de Beta2 mimétiques Débit expiratoire de pointe Arrêts de travail et absences scolaires
Un Nouveau Modèle de Gouvernance duSystèmedeSoinsFrançais
Secteur médico-social
Solidarité Familiale Travailleurs sociaux Associations de malades
Patients Informés
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Education thérapeutique
Secteur Sanitaire ENTREPRISES DE SANTE
Plateforme de services nouveaux
Interactiv
Meilleurs ré PL-7159/07
Aide à la décision clinique
Dossier médical partagé
Médecins Proactifs
19
La Démarche Qualité:Au cœur des Nouvelles Entreprises Médicales
Cellule Fédérative d’Amélioration de la Qualité M issions : -Eduquer les patients, -Former les médecins, -Partager l’information, -Evaluer les pratiques, -Rémunérer les praticiens. -Gérer le risque, O rganisation : - Conseil d’Administration composé enmajoritépar des professionnels de santé des cabinets libéraux, - Présence d’undirecteur médical , -Cercles de qualitésur les sujets médicaux qui posent problèmes rassemblant les praticiens des cabinets libéraux sous l’autorité de la direction médicale
Master Faculté de Pharmacie Paris V
PL-7159/07
Association de permanence des soins
Maisons médicales de garde
Cabinets de groupes
Une Autre Idée du Soin et des Aides
Les enjeux Nature de la relation médecin malade Qui sont les principaux acteurs du soin ?
Quel est l’objectif ?
Comment changer les comportements ?
Qui identifie les problèmes ?
Qui les résout ?
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Colloque singulier
Relation principal agent
20
Alliance thérapeutique
Le malade partenaire
Le malade est un des Les professionnels de santé acteurs du soin au coté des exclusivement professionnels Le patient fait ce qu’on lui dit Le patient développe ses de faire, Si il agit à sa guise, propres capacités d’action c’est à ses risques et périls sur son état de santé
Motivation externe
Implication personnelle
Les professionnels Le malade et son médecin diagnostiquent les appréhende la nature du comportements problème de façon préjudiciables interactive Les professionnels apportent Le malade sujet actif du une solution projet thérapeutique
PL-7159/07
21
7
Évaluer l’Éducation Thérapeutique
Contenu de la démarche éducative
Comment le problème est-il posé ?
Quel est le rôle de l’éducation thérapeutique?
Quelle est la théorie explicative sous-jacente?
Master Faculté de Pharmacie Paris V
Logique d’enseignement
Transmettre un savoir ex cathedrasur la maladie, et ses modalités de traitement
Les problèmes reconnus se limitent aumauvais contrôlede la maladie, du ou non à l’existence de comportements pathogènes
Logique d’apprentissage
Développer les capacitésdes patients à gérer leur maladie
Identification personnalisée des facteurs psycho-sociaux favorisant ou limitantla mise en place de stratégies d’éducation
Elle définit desque lecom pétences Elle ne porte que sur unepatient doit acquérir:-résolution des pathologie spécifique problèm esconcrets-m obilisation des ressources m entales
Mieux informé, le patient change de comportement et recouvre la santé
PL-7159/07
Ayant retrouvée la confiance, le patient sait qu’il estcapablede peser sur le cours des choses
22
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.