RD 594A - sur l'etude detaillee du reseau communautaire d'informatique medicale du systeme de sante

Publié par

Secrétariat du Grand Conseil RD 594-ADate de dépôt: 31 octobre 2006 Messagerie Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier le rapport du Conseil d’Etat au Grand Conseil sur l'étude détaillée du réseau communautaire d'informatique médicale du système de santé du canton de Genève appelé E-toile meRapport de M Laurence Fehlmann Rielle Mesdames et Messieurs les députés, La commission de la santé a examiné le RD 594 et le projet de loi 9671 lors de ses séances des 3, 10 et 24 mars, 28 avril, 5, 12 et 26 mai 2006 sous l’efficace présidence de M. Alain Charbonnier. Elle a bénéficié de l’appui meprécieux de M. Pierre-François Unger, chef du DES, de M Pauline de Vos Bolay, secrétaire adjointe au DES, de M. Pierre-Antoine Gobet, directeur de cabinet, DES et de M. Jean-Marc Guinchard, directeur général de la santé. Les excellents procès-verbaux ont été rédigés par M. Hubert Demain. Qu’ils et elle en soient remercié-e-s. 1. Présentation du projet E-toile Le conseiller d’Etat en charge de la santé présente les arguments à l’appui du projet E-toile : – L’accroissement des coûts de la santé est de 5% par an pour une augmentation de 1,5% du PIB. Cette augmentation des coûts de la santé se répercute sur les cotisations à l’assurance-maladie. L’objectif de ce ATAR ROTO PRESSE – 450 ex. – 11-2006 RD 594-A 2/18 réseau est de renforcer la relation entre soignant et patient tout en augmentant l’efficacité à moindre coût. – On estime à 100 ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 104
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins
 
Secrétariat du Grand Conseil 
Date de dépôt: 31 octobre 2006Messagerie  
RD 594-A
Rapportde la Commission de la santé chargée d'étudier le rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur l'étude détaillée du réseaucommunautaire d'informatique médicale du système de santé ducanton de Genève appelé E-toile
Rapport de Mme Laurence Fehlmann Rielle
Mesdames etMessieurs les députés,La commission de la santé a examiné le RD 594 et le projet de loi 9671lors de ses séances des 3, 10 et 24 mars, 28 avril, 5, 12 et 26 mai 2006 souslefficace présidence de M. Alain Charbonnier. Elle a bénéficié de lappuiprécieux de M. Pierre-François Unger, chef du DES, de Mme Pauline de VosBolay, secrétaire adjointe au DES, de M. Pierre-Antoine Gobet, directeur decabinet, DES et de M. Jean-Marc Guinchard, directeur général de la santé.Les excellents procès-verbaux ont été rédigés par M. Hubert Demain. Quilset elle en soient remercié-e-s. 1. Présentation du projet E-toileLe conseiller dEtat en charge de la santé présente les arguments à lappuidu projet E-toile : Laccroissement des coûts de la santé est de 5% par an pour uneaugmentation de 1,5% du PIB. Cette augmentation des coûts de la santése répercute sur les cotisations à lassurance-maladie. Lobjectif de ce
ATAR ROTO PRESSE  450 ex.  11-2006 
en rdet  lerrcfor  81/2 se uaeségnan soi patt etalit aertnernoe RD 594-Ads sphoou jéern noipanilatitasiillions  à 100 moctûd seedF l  e crendoi m àtéciemitse nO  .tûo augt en touientifaclfena temtnroocanidnoitnO .ap rllpeque nteisnod  eostreie t une meilleure of tiarvnu rinru àdeaie cidéa  lireérppoelp  s :t E-rojee detoil eodsseic leiud ojet estal du prg eprénérp eicnis.nt L dimémecaed sel sribadnséts ieffeaux ées il tnos secnegrus de% 10t  e 5repeuvent consulteseu itilasetru ss éee qus letrau enuesab ed nnodlort à e digins ioqaeu tsengnaest ces ch, itpratrap srnaD .ségale claibase légsns na sofmrtaoideé séviaiavétt orp  tej .ereL a étais ns mllio 0imno6 vnrià e a DF.e  dnsiollim 43 à énemar éi  lnxesieta cur. Actuellement, selesabed snod  cuntrone ôlr surptatn ssnq ciei desnéesfére difrbmon edni sesueegnr euit entristne 5 ereutitiarioll dnst  emi7  .uAidit e.F  2  P.-A. Son du Drdisérp ,redienhcn  EMGA ldet en erp,el bmlurpaéAMGde lent ésidèspr.  MgeUn lr,vniitsemess tnedevrait être couevtre  nedxua sn acerâ gnoco éuxaér seim .seésiludgeLe b font dennmetcoiess ne tro paue ac fteasisuohtne tid es , ildentrésime pC moeu.sllgè soc dnts anaiclmereiuq  av tamreuqiire infommunautaséae uocej tedr e GMA'l taler tsaus ontiden ei sia levtnopised sique ind l'é quene'lbmesd eles ee  drlpa perr ouecq iul e'pmcêehivement étendu, enttd  ep raastnns. itiopposes oni eniatrec enu as pen, onsicidésea nneéd reinrèobablemes ont prxe siréptreCeniaesnées cceenmes s me. Les dembresscol a'noo aiits en sleolévs dea snoituselleutcvue qui vont de 'lnehtuoissaemà  pntr ouurlear ped top sstni ed  a ériséis àté me m- ,nuésucia lmae qus usreeulhisopsid nas noitles cabinets priat lactnnolae  t cnsteetpt oueiq sévv edelliaD .uctlfiifsed tnl amme notviseeau ipôh'l ertne noiaticunmmcoe  déstcrutaoiemtn( afnégativent joué eC .sér enam)etnontier p fn,maorl ertne cnirp seacx auip às,urteio rs vaipat'lôh la l ete, avillli'uéma roil are tlansrassmin ioed sniofmrtaoisn et les échangesrée  detojpre  Citsnoc tuep uaes bénréel un tuersrq  sol eèdfécian c salenemcet isacd no tioco'lormation'une infraatég.em eixup s. o  ued soligicleelritémasebae  dga's li' ud essi coûique, quteuxei ltarémrtaniof snam nutsevd ripat ins vee enuledicsnn  eel sémident quefois évtuot tse lI .)eéisuréc slé(ct anffsi éusrutis céu deiveaun nvec 
multidimensional enietfrca eof rRAfo: D ovinivatr edoidaigolni e Osme Dratiban Rlepod véral épp av ngeman,ioatigomitlum i ytiladrgtaiu tmm ese te prograsion). Coc asimmsimsl à t enantr(d. umocul ssep sel eccnrétiles nd, e fol ruS .tenretnI ur suéibtris dette ,nep q esd eutoe e utnimae èr àemen rap r'ltEat en la matièreér enu aI .étilat entil enemalégsoiseld fnrorei que matiendrdevitsjeév destrro peG àevènpole séprer l'att à attius r'duaettnoi nsaliti'u detn io segami sed noitw-cot loroje : pimssarsnedt ts ,ret enmms vetilas seémiraton tnoce (rgentre « vicénauam d u'sieme nncèacà s uttosirb» eéuq )od imême si le risqusel sed noénse , sel euq srol sè dé,nutéatt ese éssearilectnap sont ne sées donn xuammoceppa ellidne rerM.. ch Se'tsp sarpjoten  que ce issairessec oftrnuc eh zin nertae deombricitarp tnos sne àesié laicra  ltn euq eecp orejt ne constitue uf enemroi'd urtnonsian dles cas aux.édicts mbineoi neutsenq A u irsaismmcoe undcitér xua eéil es praticences deS hcendieisn ,.Me que qu eerlixpsetnpxe  seliarcle tans té dpidi earted ti écicaff'e desbltanos niag sed simrep ie, et aradiologiuere  ns  erpdoquandeé  p'a masq )nn iusiréoitatnresni iaerémidnspa tra, sarentot tiaretnemelatmetèys s saldé i .vEdimeemtn ,elrmation médicalenahcd eg'l eofniitraenemett 'é l,ellehcé etitep natoan canplu  alb eéfarp éremtner àalise réde lp tetoli nu jorpévt emid Ie.esl fim ia sd fénitile commes'articusus dee  (tsorpp ,sotohpmun ,DVD évoiderl'évque oi nlotuattnocsnntmeu  aveni faurédé .laS .Menhcl avant d'imaginres noé algrsies tauveratimas oni'd rofnm edessades médetion ou f cautarsrd  ealdes cee que llpepar li ,sruerussgranune s à accèjé àtnd sro nreiA'l  .GMd lIr tides mes rembdes a sscoaiitno sedegretter que lesnet etteég ecnadon-cnsci Cs.ilseéiutniuqpuèreda  unenèrende  grareemd u'rétêà t direct dn accès  stnel àp seeitas éeanéts urnndo eedb sa ral ,usion isatutor l'ai lI .tneitap udnt'i lur steisnse.  A une interrgotaoi nus rel sfoinatrmnsio d àopsiitisd noa setendt en'uneu quroami fnc moitnoese ètplouujtot  sulp sruqifénébém sicedlbaied eontiar vlaolraboruu enc  uabéss un réseaéelle d'
 
st .tiens pat dens ee  dobprmaléqutireic ed g ecerneblent pas se soup taeitn sens mefiefl'r  rtécicaseuq sedus snoitire issaose se p nua.eU ocmmrt ee qu fladaononti  A- lIidni euq3/18 RD 594naecd u'enp lotiique incitative tér neci .sts lIlioue gniml'rtpoenf etu  eedargntici pratrèsens tuaf en cac sap 'iqur heisbssul e collabravail dm ia slirotaoi,n dse sitMG'At  e ed t ecsitatiafe leompten cris edl eu samqr serojpru  déergha cp tnemegral a te
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.