Bulletin de la Société historique franco-américaine

De
Boston,MA©2116 -~ ^riï" ,v> ^vVo/Lblo ANNEE NUMERO 1987 1JJ? BULLETIN -DE LA- SOCIETE HISTORIQUE pRANCO-AMERICAINE SOMMAIRE LA SOCIETE HISTORIQUEBUT DE FRANCO-AMERICAINE REUNION DU PRINTEMPS Apothéose franco-américaine de la Langue française LITTERAIRE—COMPOSITIONCONCOURS DU 1er LAUREAT Alfred Desautels REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 14 FEVRIER 1937 Antoine Clément COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 7 AVRIL 1937 Antoine Clément PRESIDENTDISCOURS DU Dr J.-Ubalde Paquin LEX-CONSUL ALPHONSE GAULIN Louis-J. Jobin CEREMONIE DE REMISE DES PALMES ACADEMIQUES DISCOURS DU VICE-PRESIDENT Dr Georges-A. Boucher DU CONSUL Jean-Etienne Maigret MERCI A LA FRANCE Mgr L.-J-A. Doucet, M. J.-G. Le Boutillier, M. le Dr J.-Ubalde Paquin LA SITUATION RELIGIEUSE EN FRANCE R. P. Henri Lalande, s. j. MERCI AU PERE LALANDE /^OSTO^ Adolphe Robert LE CONGRES DE LA LANGUE FRANCl Mgr Camille Roy, P. A. MERCI A MGR CAMILLE ROY V^RA.^ Abbé Adrien Verrette REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 16 MAI 1937 Antoine Clément CONCOURS LITTERAIRE—COMPOSITION DU 2e LAUREAT René Manès BOSTON, MASSACHUSETTS, Etats-Unis d'Amérique La Société Historique Franco-Américain^ BUT ... Faire mieux connaître la page d'histoire française en Amerique Apothéose franco-américaine de la Langue françai- dédiée au deuxième Congrès lase de Langue française de Québec. MGR CAMILLE ROY, I».
Publié le : samedi 29 septembre 2012
Lecture(s) : 54
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 674
Voir plus Voir moins

Boston,MA©2116
-~
^riï"
,v> ^vVo/LbloANNEE NUMERO
1987 1JJ?
BULLETIN
-DE LA-
SOCIETE HISTORIQUE
pRANCO-AMERICAINE
SOMMAIRE
LA SOCIETE HISTORIQUEBUT DE FRANCO-AMERICAINE
REUNION DU PRINTEMPS
Apothéose franco-américaine de la Langue française
LITTERAIRE—COMPOSITIONCONCOURS DU 1er LAUREAT Alfred Desautels
REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 14 FEVRIER 1937 Antoine Clément
COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 7 AVRIL 1937 Antoine Clément
PRESIDENTDISCOURS DU Dr J.-Ubalde Paquin
LEX-CONSUL ALPHONSE GAULIN Louis-J. Jobin
CEREMONIE DE REMISE DES PALMES ACADEMIQUES
DISCOURS DU VICE-PRESIDENT Dr Georges-A. Boucher DU CONSUL Jean-Etienne Maigret
MERCI A LA FRANCE Mgr L.-J-A. Doucet, M. J.-G. Le Boutillier, M. le Dr J.-Ubalde Paquin
LA SITUATION RELIGIEUSE EN FRANCE R. P. Henri Lalande, s. j.
MERCI AU PERE LALANDE /^OSTO^ Adolphe Robert
LE CONGRES DE LA LANGUE FRANCl Mgr Camille Roy, P. A.
MERCI A MGR CAMILLE ROY V^RA.^ Abbé Adrien Verrette
REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 16 MAI 1937 Antoine Clément
CONCOURS LITTERAIRE—COMPOSITION DU 2e LAUREAT René Manès
BOSTON, MASSACHUSETTS,
Etats-Unis d'AmériqueLa Société Historique Franco-Américain^
BUT ...
Faire mieux
connaître
la page
d'histoire
française
en
AmeriqueApothéose franco-américaine de la Langue françai-
dédiée au deuxième Congrès lase de
Langue française de Québec.
MGR CAMILLE ROY, I». A
recteur de l'Université Laval et président de ce congrès, à qui la Société
Historique Franco-Américaine vient de décerner sa médaille Grand
Prix en reconnaissance du réveil à la vie française qu'il opéréa
chez nous par sa tournée récente en Nouvelle-Angleterre.Héritage FrançaisConservons Notre
Franco-Américains, jeunes et vieux,Pourquoi les
doivent aller >au Congrès de Québec.
1er LAUREAT
sont écoulées depuis le premier Congrès, oùDéjà vingt-cinq années se
leur langue maternelle: "Quemilliers ont prêté serment de fidélité àdes
à mon palais si je t'oublie, verbe de France, verbe dema langue s'attache
éprouvé leur parole d'honneur.Dieu," ont-ils juré. Un quart de siècle a
rendre compte de notre fidé-Aujourd'hui Québec nous appelle pour se
nous nous sommes acquittés consciencieusement de ce ser-lité, pour voir si
Franco-Américains, jeunes etment, et pour le renouveler. Rendons-nous y,
allons nous réfugier quelques moments dans les bras tendus de no-vieux;
tre mère patrie.
Franco-Américains, qui avez voulu quitter votre foyerVous, les vieux
pour venir fonder un autre Québec sur le sang encore tout chaud dei nos
rendez-vous au Congrès. Quoi! vous hésiteriez, vous renonceriez àmartyrs,
retournerpareil projet, maintenant que se 'présente l'occasion de au berceau
de votre race,.au foyer fervent de votre enfance! Oh! non.
Québec, n'est-ce pas là le berceau de votre race? N'est-ce pas là que son
solidement remblème son pays, ladécouvreur, l'illustre Champlain, fixa de
fleur de lys? et c'est grâce à son indomptable courage qu'aujourd'hui dans
fleurit lys.le coeur de nos frères canadiens ce
la maintenir nom de FranceCette fleur, vos ancêtres ont tenté de au la
par l'effusion de leur sang généreux dont ils ont ennpourpré les Plaines d'A-
acharnés, animés d'aucun espoir,braham; ils ont été les colonisateurs autre
si ce n'est la préservation de leur foi mise en péril sous le joug anglais.
Pourrais-je passer sous silence l'oeuvre inconcevable des ministres de
plusieurs ont rougi de leur sangDieu? Eu le^ civilisateurs inlassables dont
la hache meurtrière du sauvage. Peu leur importait la difficulté de la tâche;
d'apiporter spirituelle tous: imprégnés de leur sainteleur but était la vie à
mission, aucun obstacle ne leur parut infranchissable. Ils ont généreusement
donné leur vie pour vous, refuseriez-vous maintenant d'aller au Congrès de
Québec? Québec, le berceau de votre race?
Mais c'est aussi le enfance!foyer fervent de votre Resterez-
vous insensibles aux appels de votre foyer d'autrefois? Quelle joie, quel doux
plaisir éprouverez-vous à la vue des immenses prairies verdoyantes qui s'é-
tendent vue; vue monuments anciensà 'perte de à la des que la vétusté a
rendus moussus! Songez à la citadelle célèbre qui a tenu tête aux Anglais:
"Anglais, la citadelle te regarde!"
Oui, Québec, c'est le foyer votre enfance; c'est foyer fervent lade le de
vie famille;de là, vous avez appris pour la première fois sur les genoux de
votre mère, ce "verbe de France"; cependant, vous avez choisi de quitter
ce foyer pour venir faire fortune sur terrede votre plus tendre enfance la
inculte des Etats-TJnis.
Sans doute, votre négligence vous aura fait oublier quelque peu vos
traditions et vos moeurs canadiennes: aujourd'hui, le Congrès de Québec
vous invite; il vous supplie de revenir vous retremper l'esprit dans vos tra-
ditions. appel?Resterez-vous sourds à son
Oh! vieux Franco-Américains! Il y a bien longtemps que vous vous êtes
éloilgnés de votre foyer; vous avez vécu dans une terre étrangère, et vous
avez voulu tout de même conserver votre belle langue, inconscients peut-
être l'oeuvre malaxeurde du impitoyable qui broie les langues et les fu-
sionne. Vous, les découvreurs, les colonisateurs, les civilisateurs, souffrirez-
vous que la langue vos ancêtres tombe dans ce malaxeur? Un excellentde
moyen, peut vous garantir assimilation:contre cette c'est d'aller au Con-
grès de enQuébec, où vous aurez toute occasion de raffermir votre langue
•prêtant l'oreille aux conseils nombreux et pratiques que l'on vous donnera
dans un français très pur et châtié.
SUITE A LA PAGE 39CONSEIL D'ADMINISTRATIONREUNION du
14 février 1937 au TouraineLe dimanche
à Boston
Franco-Américains et le 2e Congrès de laLes
Langue française
régionaux des Etats-UnisTous les comités invités à se faire repré-
à la réunion de la Société historiquesenter ffanco-améi.
première quinzainericaine dans la d'avril.
d'administration de la président, etconseil M. Goulet, secrétaire.Le
historique franco-américai- Un projet de participationSociété à la
leassemblée régulière, Mission françaisene, réuni en et à la Mission ca-
févrierdimanche après-midi, 14 nadienne-française qui se rendront a
Touraine de Bos- la Nouvelle-Orléans19 37, en l'hôtel pour visiter les
le Dr sites exploréston, sous la présidence de M. par Cavelier de La
Salle,Faquin de New-Bedford, a Bienville, Jolliet,J. Ubalde Marquette,
semestrielle du sera étudiédédié la réunion par un comité composé
de MiM.de la Société au deuxième Adolpheprintemps Robert, Eno et Pa-
française de quin.Congrès de la Langue
Québec. La question de publication d'un
réunion a été fixée provisoi-Cette manuel d'histoire franco-américaine
rement à la première quinzaine d'a- a été soumise à l'étude d'un comité
vril et sera organisée par un comité composé de M. Goulet, de M. l'abbé
composé du trésorier, M. le juge Ar- Adrien Verrette de Manchester, N.-
thur L. Eno; du secrétaire, M. le H. et de M. Josaphat Benoit, sous-
professeur Alexandre Goulet, et du secrétaire de l'Union St-Jean-Baptis-
secrétaire adjoint Antoine Clément. te d'Amérique, à Woonsocket, R. I.
Des personnages du Canada et de D'ici la prochaine réunion de la
France Société,seront invitéa à porter la pa- M. le curé F. X. Larivière
derole à cette fête qui se fera pour iMarlboro fera une étude du pror
tous les blême descomités régionaux des concours littéraires de la
Etats-Unis sous les auspices de la Société. Son rapport servira à orien-
Société historique. démarches ter la Société dansDes ses nouveaux
sont concours.déjà en cours pour lancer la
participation franco-américaine au
Les Missions aux fêtes du 250e
congrès de réunion.Québec à cette
anniversaire de la mort de La Salle
La s'arrêterontSociété historique s'est inscri- en Floride, à La Hava-
te comme membre bienfaiteur du ne à Mobile, à la Nouvelle-Orléans,
Congrès de la Langue française. Elle au Texas, à St-Louis et Chicago.
sera représentée au congrès par la La séance fut levée à 7 h. 30 di-
délégation suivante: M. le Dr Pa- manche soir. Les divers comités se
quin, réunirontprésident; M. le juge Eno, tré- sur convocation du secré-
sorier, et le R. P. Léon Loranger, taire après que leurs travaux préli-
o. m. i., ancien secrétaire adjoint. minaires auront été complétés.
Les substituts sont M. le Dr Geor-
—Antoine CLEMENT.ges A. Boucher de Brockton, vice-
1937.Réimprimé de l'"ETOILE", de Lowell, Mass., 16 février
3RENDUCOMPTE
relations avecdans nosprin- la famille,brillante réunion duA la
de même sang,des compatriotes'historique fran-la Sociététemps de
l'espritque nous avons tperduavril c'esttenue le 7 1937,co-américaine,
dont nous sommes.même de la racel'hôtel Touraineen la salle Rubis de
révèle queAbandonner sa languerecteurBoston, Mgr Camille Roy,de
trahi l'esprit.du déjà l'on aLaval et présidentde l'université
langue et l'esprit,Il a entre laLangue ydeuxième Congrès de la
me permettrez de le préciser,vousQuébec, dit à 200 mem-française de
relation. C'est l'es-une nécessairecomitésbres, amis et invités des
créé saprit de chaque peuple qui atous les coinsrégionaux venus de
pourquoi, chaquelangue; et c'estNouvelle-Angleterre, que notrede la
depeuple a une langue différenteopportu-vient à une heureCongrès
celle des autres peuples. L'espritqu'il estne, non seulement parce
la langue,conçoit, organise, façonnedede tenir une assembléeagréable
l'ajuste sur lui-même et la propor-parce que la fa-famille, mais aussi
son goût, à sa vertu, à sationne àinquiétudes,mille est en proie à des
laculture ... Il a donc dans lan-des yde ses foyers àet en certains
gue d'une race toutes les qualités,
ip-rofondes inquiétudes.
esprit et detoute la lumière de sonles enthousiasmesA travers, tous-
son ciel, toute la chaleur de sonMonsei-que suscite le Congrès, dit
sang climat,et de son toute la ri-desgneur, nous sentons s'exprimer
chesse de sa culture, toutes les sub-lesanxiétés commeanxiétés. Et les
tilités de sa pensée et toute la no-exacte-enthousiasmes traduisent
blesse de son génie. C'est pourquoicon-l'état actuel de notrement
chaque peuple a sa langue, appro-notre conscien-science nationale, de
priée à ses besoins, expression né-oufranco-américaindce française,
cessaire de son âme, collective, deconscience, ajou-canadienne. Cette
histoire, de vertus siVulai-son sesparticulièrementte-t-il, est plus
res et de sa civilisation, et c'estles problè-troublée aujourd'hui par
pourquoi donc la langue françaisel'avenir.les incertitudes demes et
la plus douce,est la plus claire, laconservé l'espritAvons-nous bien
plus logique, la plus subtile, lal'esprit, françaisnous sommes,dont
plus délicate, la plus belle qui soitanciens,ont transmis nosque nous
au monde. Migr Roy fut l'objetsoiuivent sacri-de générationstant
d'une ovation avant et après con-savictori-à fin toujoursfiées mais la
férence.encoredemandaeuses? Cet esprit,
Pour l'édification comme pour legarde-t-il en nousconférencier,le
renseignement de nos lecteurs surnotreflamme? Donne-t-il àtoute sa
l'importance du prochain congrès desociale, les qualités,vie familiale,
Québec, le mêmetexte du discoursquispirituelles, morales,les vertus
de Mgr Roy sera publié en entierdes vertus fran-sont des qualités et
dans le journal ces jours-ci avec lescomme auEtats-Unis,çaises? Aux
autres discours et allocutions de lal'esprithéritiers deCanada, les
soirée pour la compilation du tractfructifier l'héri-français ont-ils fait
la Société historique dede au sujetl'ont-l'ont-ils amoindri, outage, ou
cette fête.
ils troqué pour un autre esprit?
M. l'abbé Adrien Verrette deC'est à notre langue Que l'on re-
Manchester, N.-H., répondittoujours de quelle race élo-connaîtra
quemmentlan- à Mgr Roy en lui assu-nous sommes, dit Mgr Roy. La
rant la coopération des Franco-Amé-est l'expression naturelle degue
ricains à l'oeuvre du Congrès et ilrace. Si donc,l'esprit de chaque
dans fit à l'auditoire le vif plaisir de luinous parlons une autre langue,
1!)",;.Réimprimé r'ETOILK", de Lowell, Mass., 8 avrilde

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.