Chronique artésienne (1295-1304) nouvelle édition, et Chronique tournaisienne (1296-1314) : publiée pour la première fois d'après le manuscrit de Bruxelles

De
'^A %->.^ ms^mi -V u, iM^' USE INFOR LIBRARY ONLY DH 801 FM62CM8 1899 Cl ROBA ^V). CHRONIQUE ARTÉSIENNE BYMICROFORMED PRESERVATION S£f»ViC£S AT'...F.Ffl.0.9.1981 MACO>, l'ROTAT FRERES, IMPRIMEURS. COLLECTION DE TEXTES SERVIR A L ÉTUDE ET A L ENSEIGNEMENT DE LPOUR HISTOIRE ^, de Hambourg. Ce qui plaide en faveur du texte de Hambourg c'est la réalité « intrante » le sens de faisantdes faits. Que l'on donne au mot 1. M, Henri Pirenne et ses élèves; M. von der Ropp dans la Deutsche Litteraturzeiliing (1" mai 1897), et un critique qui signe H. H., dans e Litterarisches ZentralhlaCl juin 1896).(27 INTRODUCTION xxt uson entrée, ou celui de déléguant que propose M. Pirenne, on», obtient un sens inexact, tandis qu'en conservant la version que nous avons imprimée le texte est rigoureusement conforme aux événe- ments : (( Les Leliaerts procurèrent, de la part de Jacques de Saint- Pol, au parti populaire de Gand qui lui envoyait des délégués, des paroles plus douces n*. La seule objection à cette leçon est quelle entraîne la suppression du mot per que donnent les deux sources Gand éd. de Hambourg) mais(ms. de et ; cette suppression est éga- si l'on donne klement entraînée au mot intrante » le sens proposé par M. Pirenne, et si on lui laisse son sens naturel, on arrive à une erreur historique si lourde qu'on ne peut admettre qu'elle ait été com- mise par un auteur exact comme le chroniqueur dont il s'agit, sur- tout qu'il est question d'un fait qui s'est précisément passé à Gand.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 164
Voir plus Voir moins

'^A
%->.^
ms^mi
-V u,
iM^'
USE INFOR
LIBRARY
ONLY
DH
801
FM62CM8
1899
Cl
ROBA^V).CHRONIQUE ARTÉSIENNE
BYMICROFORMED
PRESERVATION
S£f»ViC£S
AT'...F.Ffl.0.9.1981MACO>, l'ROTAT FRERES, IMPRIMEURS.COLLECTION DE TEXTES
SERVIR A L ÉTUDE ET A L ENSEIGNEMENT DE LPOUR HISTOIRE
^<X,rl ; ^^3
CHRONIQUE ARTÉSIENNE
u
(1295-1304)
NOUVELLE ÉDniON
ET
CHRONIQUE TOURNAISIENNE
(1296-1314)
publiée pour La première fois d'après le manuscrit de Bruxelles
PAR
Frantz FUNCK-BRENTANO
Avec une Carie inédile du Coudé de Flandre au XIIF siècle)
PARIS
ALPHONSE PICARD ET FILS, ÉDITEURS
Libraires des Archives nationales de laet Société de TÉcoIe des Chartes
Rue BoNAPAi\Ti%,82, 82
1899INTRODUCTION
CHRONIQUE ARTÉSIENNE
—I. Védition De Smet.
S'il est vrai que les Annales Gandenses forment la chro-
commencement siècle,nique la plus intéressante du du xiv^
la Chronique Artésienne en est la plus exacte. La précision
et l'exactitude de récit sont réellement surprenantes etce
nous ne sachions même pas de chronique intéressant l'his-
toire de France au Moyen-Age qui, à ce point de vue,
puisse lui être comparée. Nous n'avons malheureusement
pas conservé le manuscrit original et la seule copie qui
nous en soit connue renferme des négligences. Celles-ci ont
produit quelques erreurs portant sur les noms propres et
sur les chiffres qui marquent les effectifs des troupes et les
dates. Le nombre de ces erreurs a été décuplé par l'édi-
tion du chanoine De Smet, publiée en 1865 dans le tome IV
du Recueil des Chroniques de Flandre^ sous les auspices de
la Commission royale d'histoire de Belgique*.
Si nous insistons sur les défectuosités cette édition,de
la seule qui ait été faite de ce texte jusqu'à ce jour, ce
n'est pas pour la sotte et ridicule satisfaction d'étaler les
fautes échappées à un devancier, mais pour montrer à quel
point la commission qui préside à la publication de la
1. (Bruxelles, 4 i3-5<S(i.(jorpus Chronicoriim Flandriœ, t. IV 18G5;, p.
—FuN-nK-BuENTAKo. Chi'onique Artésieinie iII INTRODUCTION
(( Collection de textes pour servir à l'étude et à l'enseij^ne-
—l'histoire » bien inspirée en décidant surment de a été
les instances peut-être de quelques-uns des critiques qui,
récemment, rendirent compté de notre édition des Annales
Gandenses, où des fragments de la Chronique Artésienne
—étaient reproduits en note en décidant de donner une
édition nouvelle de ce document précieux.
Quand on saura dans quelles circonstances faite laa été
publication du chanoine De Smet, on ne sera plus surpris
qu'elle présente. Dansdes défectuosités le recueil de 1851
des Bulletins de la Commission royale d'histoire de Bel-
gique^ on trouve une lettre de Emile Cachet, « chef duM.
bureau paléographique à la Commission royale d'histoire »,
adressée au président de ladite commission, lettre qui est
ainsi conçue :
(( la petitesJ'ai l'avantage de vous envoyer copie de deux
(i chroniques dont l'une a transcrite par moi, l'autre parété
« unjeune homme, auquel, depuis plusieurs mois, je donne
(.( des leçons de paléographie. La chronique qu'il â copiée est
« celle dont j'ai joint l'analyse à mon dernier rapport et se
« 14564 Bibliothèquetrouve cotée sous le numéro à la
« grande partie des événementsroyale. Elle contient la plus
u de Flandre sous Guy de Dampierre et je ne doute pas que
(( M. le chanoine De Smet ne la trouve digne de figurer dans
(( sa collection des chroniques de Flandre. »
Cette lettre est suivie dans les Bulletins de la Commis-
a deux co23iession d'une délibération ainsi conçue : Les
transmises par Cachet seront adressées à le cha-M. M.
noine de Smet qui est chargé de la publication du Corpus
chronicorum Flandrise, »
prenaitOr, la chronique copiée par le jeune élève qui
1, II" série, tome II, 121-122.p.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.