État actuel de la pairie de France; ou, Notices historiques et généalogiques ... extrait de l'Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles dy royaume et des maisons princières de l'Europe

De
-1' ÉTAT ACTUEL DE LA PAIRIE DE FRANCE, oc NOTICES HISTORIQUES ET GÉNÉALOGIQUES, l'RÉSE.NTAîir La carrière politique ies la chambre des Pairs, l'orij^iac, lesde tous membres de alliances, les services et les ouillustrations de leurs familles, et les emplois dignités civiles et militaires des personnes qui de nos repnisenleni lesjour» en arec la désignation des armoiries,diverses branches: et l'indication des mo- historiques où ces familles ont déjà été mentionnées.numents EXTRAIT DE L'HISTOIRE GÉNÉALOGIQLE ET HÉRALDIQUE PAIRS DE FRANCE,DES DES GRANDS DIGNITAIRES DE LA COURONNE. DC lOYACIIE ET DES MAISONSDES PRINCIPALeS FAMILLS» NOBLES PBINClbBER DE l'kCBOPK. Par AI. le Ch" l)L (.U LK(.ELLES, lionorairr du Itor.(jenéalofHitr DEUXIÈME LIVRAISON. F-M. Extraite du t. VII ii«K l'udiu^.DE 1,-IMI'RIMERIE DE PLASSA5, RUE DE VAUGinAHU, i5, premièreNota. La livraison, extraite du t. VI de l'Histoire Généalogique, comprend les Notices des lettres à E; la seconde livraison, extraite du VII,A t. les des lesNotices lettres F à M, et la troisième livraison, extraite du t. VIII, souscrivantNotices des lettres à Z. Ces trois livraisons sont indivisibles, et, enN les autres dans les bureaux de M. de,pour la première, on s'engage à retirer faubourg Saint-Germain.Courcelles, rue de Sèvres, n° 1 1 ,1 Jeu 1973 ( DE FRANCE.PAIRS néàCarcas-FABRE, del'Aude, (Jean-Pierre, comté), laron pair^csi juin 18.^ ^' "^ "g,*.sonne, le paricmeut de Toulouse,décembre 1^55.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 47
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 302
Voir plus Voir moins

-1'ÉTAT ACTUEL
DE
LA PAIRIE DE FRANCE,
oc
NOTICES HISTORIQUES ET GÉNÉALOGIQUES,
l'RÉSE.NTAîir
La carrière politique ies la chambre des Pairs, l'orij^iac, lesde tous membres de
alliances, les services et les ouillustrations de leurs familles, et les emplois
dignités civiles et militaires des personnes qui de nos repnisenleni lesjour» en
arec la désignation des armoiries,diverses branches: et l'indication des mo-
historiques où ces familles ont déjà été mentionnées.numents
EXTRAIT
DE L'HISTOIRE GÉNÉALOGIQLE ET HÉRALDIQUE
PAIRS DE FRANCE,DES
DES GRANDS DIGNITAIRES DE LA COURONNE.
DC lOYACIIE ET DES MAISONSDES PRINCIPALeS FAMILLS» NOBLES PBINClbBER DE l'kCBOPK.
Par AI. le Ch" l)L (.U LK(.ELLES,
lionorairr du Itor.(jenéalofHitr
DEUXIÈME LIVRAISON.
F-M.
Extraite du t. VII <Ic l'Hùtoire Gin-aVtqiq^u.
PARIS,
M. DCCC. XXVI.
^• Diia>ii«K l'udiu^.DE 1,-IMI'RIMERIE DE PLASSA5, RUE DE VAUGinAHU, i5,premièreNota. La livraison, extraite du t. VI de l'Histoire Généalogique,
comprend les Notices des lettres à E; la seconde livraison, extraite du VII,A t.
les des lesNotices lettres F à M, et la troisième livraison, extraite du t. VIII,
souscrivantNotices des lettres à Z. Ces trois livraisons sont indivisibles, et, enN
les autres dans les bureaux de M. de,pour la première, on s'engage à retirer
faubourg Saint-Germain.Courcelles, rue de Sèvres, n° 1 1 ,1
Jeu
1973(
DE FRANCE.PAIRS
néàCarcas-FABRE, del'Aude, (Jean-Pierre, comté), laron pair^csi juin 18.^
^'
"^ "g,*.sonne, le paricmeut de Toulouse,décembre 1^55. D'abord avocat au9
il fut successivcmeut Languedoc en com-député aux états de 1783,
missaire nommé, l'organisation départementalepar Louis XVI pour
,
de l'Aude com-en procureur-^énéral-syndic, et enfinpremier1790,
missaire royal près le tribunal Echappé auxcriminel de Carcassonne.
proscriptions de la terreur, on le nomma, le 16 octobre député1796,
au conseil des cinq-cents, pour le département de l'Aude. Ses connais-
sauces administratives et financières lui ont fait prendre une très-part
discussions et relativesactive à toutes les , plus particulièrement ù celles
aux et au crédit public. la brumaireimpôts Après révolution du 18
an VIII novembre M. Fabre fut envoyé en qualité de com-(9^ ,1799)
missaire nouveau gouvernement dans midi.du les départements du
Pendant le cours de cette session, il fut nommé, le 25 décembre de
la même année, membre du tribunal. En 1801, il fut désigné pour
présider la commission des finances. Il devint secrétaire du tribunal,
le 23 décembre 1800, pour la session de 1801 et Futnommé comman-,
dant de la Légion-d'IIoniieur le i/| juin i8o4, président du tribunal
le 5i juillet suivant (réélu le*i5 avril 1S06) «énalcur le i4 août 1807,
membre du grand conseil ded'adminutralion du sénat pour la session
procureur-généralibio, et près le conseil du sceau des titres, le 26
mars i8i 1. Lorsque les événements militaires curent renversé la puis-
de Buonapartesance M. Fabre vota la création d'un gouvernement,
*1"provisoire; et, le même jour, avril i8i4, il indiqua, pur une mo-
tion d'ordre, quelques-unes des principales bases constitutionnelles qui
adoptées par la déclaration S.furent de M. Louis XVIII, datée de Saint-
Ouen. Peu de temps après, M. Fabre fut l'un des commissaires chargés
de faire un rapport sur le projet de constitution présenté par le gou-
vernement provisoire, et fut pairnommé de France, lor» de l'institu-
tion de la chambre haute, le l\ juin i8i4- Appelé la chambreà siéger à
créée, le a juin i8i5, par Buonaparte, lors de son retour de l'ilc
t2 r.UUS DE FRANCE,
Fabred'Elbe, M. futcompris dans l'ordonnance royale du juillet. 11 a24
été de nouveau créé pair par le roi, le 21 novembre et sa pairie1819,
a été déclarée héréditaire par lettres patentes du i5 mars 1820. 11 a un
fils, eu faveur duquel il a fait ériger un majorât au vicomte,litre de
le avril 1818.29
Armes : De gueules, à la bande d'or, accompagnée 1 1tesanlsde du même.
jn.n .S14.4 FABRE, comte de la MARTILLIÈRE, (Jean), filsd'un conseillerau
parlement de Toulouse, naquit à Nîmes, le 10 mars i^ô^ Destiné(1).
par sa famille à l'état militaire, il vint achever ses études à Paris, et
entra au service avec grade de sous-lieutenant d'artillerie en Il fit175^.
la campagne de celte année et celles de i^SS et 1762 en Allemagne,
Pendant les dans les colonies occi-années à 1 , il fut employé1 764 768
endentales, et fut breveté capitaine Divers mémoires qu'il pu-1769.
blia é Guadeloupe, sur la fonlede l'artillerie, déterminèrent lela choix
que fit de lui le comte cieGribeauval, lorsque ce célèbre ingénieurlui con-
. fia l'inspection de la fonderieroyaledeDouay. L'heureuseapplicalion qu'il
sut faire du fruit de éludes, dansses ce poste important, le placèrent
dès-lors au rang des plus habiles officiers de l'artillerie. En il était1789,
parvenu au grade de colonel , et avait la croix de l'ordre de Saint-Louis.
M. delà iVlarlillière, chargé, fcn du commandement en chefde l'ar-1792,
tillerie à l'armée des Pyrénées-Orientales, eut laplusgrande part à lacon-
scr\atiôn de Perpignan. Il dirigea la vigoureuse défense de Bellegarde, et
commanda l'artillerie du de la citadelle de la Trinité.siège Ce fut dans
le cours de celte campagne qu'il fut nommé général de brigade. Le 17
novembre conférant avec le général Dugomraicr, pendant l'al-1794?
taque de Peyreslortes et de Lupia, M. de la Martillière fut légèrement
blessé du même éclat d'obus qui frappa mortellement ce général, chéri
du soldat, et universellement estimé. L'armée française, jusqnes-là vic-
ébranlée; ce fut dans cette circonstancetorieuse, se trouva un instant
Martillière l'ennemi futque, par la prévoyance du général delà , arrêté
dite la Montagne-INoire, où, deux jours avanten présence de la position
l'action, et en moins de trente-six heures, ce général était parvenu â
de douze pièces du calibre de malgré desfaire établir une batterie 24 ,
qui jusqu'alors avaient fait considérer celte positionescarpements ,
,
un frère aîné, capitaine au régiineril d'Auvergne, lequel mourut aux co-(i) Il avait
coup de feu qui lui emporta la cuisse.lonies d'un

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.