Histoire de la magie en France, : depuis le commencement de la monarchie jusqu'à nos jours;

De
':9im M ..,,'. -^^ 40( ) que plusieurs militaires, accusés d'avoir trempé dans celte affaire, viennent d'être renvoyés absous : on pourrait croire d'après cela que le gouvernement es- pagnol sent qu'à la suite d'une révolution il est utile d'unir la clémence à la légitimité, mais on apprend que le grand inquisiteur est nommé conseiller d'état; cette seconde nouvelle détruit l'eCet de la première; il serait à souhaiter que cet esprit de modération qui réconcilie les rebelles avec leur gouvernement pût se fortifier et se répandre. On ne verrait point, dans le royaume de Naples, une prévôtale, après avoircour condamné quatorze pour crime de lèse-prévenus, majesté, ordonner soit traîné à laque leur chef queue d'un cheval, puis etpendu, enfin décapité, que s^/ tète attachée à une grille de la porte Saint-Georges, soit exposée aux regards du peuple. Le dix-neuvième tiècle devait-il fournir l'exemple d'une telle barbarie? La France a dû au progrès des lumières l'abolition des supplices qui l'humanité.déshonoraient inutilement Son exemple - - pour les autresrestera i il stérile peuples ?
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 39
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 424
Voir plus Voir moins

':9im
M
..,,'. -^^40( )
que plusieurs militaires, accusés d'avoir trempé dans
celte affaire, viennent d'être renvoyés absous : on
pourrait croire d'après cela que le gouvernement es-
pagnol sent qu'à la suite d'une révolution il est utile
d'unir la clémence à la légitimité, mais on apprend
que le grand inquisiteur est nommé conseiller d'état;
cette seconde nouvelle détruit l'eCet de la première;
il serait à souhaiter que cet esprit de modération qui
réconcilie les rebelles avec leur gouvernement pût se
fortifier et se répandre. On ne verrait point, dans le
royaume de Naples, une prévôtale, après avoircour
condamné quatorze pour crime de lèse-prévenus,
majesté, ordonner soit traîné à laque leur chef queue
d'un cheval, puis etpendu, enfin décapité, que s^/
tète attachée à une grille de la porte Saint-Georges,
soit exposée aux regards du peuple. Le dix-neuvième
tiècle devait-il fournir l'exemple d'une telle barbarie?
La France a dû au progrès des lumières l'abolition des
supplices qui l'humanité.déshonoraient inutilement
Son exemple - - pour les autresrestera i il stérile
peuples ?
Il est aussi une révolution dans l'Amérique Méridio-
nale et c'est sur ce point que tous les regards sont,
dirigés : pas un habitué politique qui ne fusse sur celte
gvierre d'insurrection de nombreuses conjectures en,
faveur du général espagnol, s'il est royaliste; en fa-
veur des indépendans, est républicain; pas uns'il
la censurejournatiste qui ne tremble en présentant à
une feuille où le nom de MacGrégor se trouve mis en
védelle. Au reste, ce qui est certain, c'est que les
deux partis sont aux prises, que les ailes de la victoire
^0^
HISTOIRE
DELA
MAGIE EN FRANCE.
LIBRARYPUBLICBOSTONTHE
COLLECTIONARCOFJOANIMPRIMERIE DE FAIN, PLACE L'ODÉON.DE
SkXc?CÂtf^ht^i'M^ t/<r/,
HISTOIRE
DE LA
MAGIE EN FRANCE,
DEPUIS
LE COMMENCEMENT DE LA MONARCHIE
JUSQU'A NOS JOURS
;
Par m. Jules GARINET.
Les superstitions ne se détruisent pas facilement
et on ne les attaque sanspas trouver un grand nombre
de défenseurs : et cette inclination à croire aveuglé-
ment toutes les rêveries des déoionographes est
,
produite et entretenue par la même cause qui rend
Ifs superstitieux opiniâtres.
Mallebranche Recherches de la Vérité^( ,
liv. II, chap. Yï,)
A paris:
CHEZ FOULON ET COMPAGNIE, LIBRAIRES/
aUE DES FRANCS-BOURGEOIS-SIINT-MJCHEL j N®. 3.
1818.,
PREFACE.
JL ERSONNE jusqu'ici n'a entrepris d'écrire
la magie en France. C'est un videl'histoire de
à remplir, dans un moment où la vérité re-
prend ses droits. Mais, outre les recherches
demande un pareil il deuxque travail , ay
écueils à éviter : celui d'être trop long , et ce-
d'être troplui court. J'ai taché de rassembler
ici , dans une espace raisonnable, tous les faits
qu'il est le plus important de connaître , et qui
se trouvent disséminés dans des milliers de vo-
insipides.lumes
J'ai du commencer par un léger examen de
puis-l'imagination , considérée dans ses écarts,
que c'est là que les superstitions et la magie
pris ensuite à faireont naissance. J'ai cherché
connaître les différentes natures des démons
et les prouesses qu'on a mises surleur compte.
souventLa description du sabbat, dont il est si
devait se placerquestion dans cet ouvrage,PREFACE.)
naturellement a la suite des prouesses du dia-
ble et en tête de l'histoire de la, magie.
J'ai été obligé de rappeler des détails qui ne
peuvent être dangereux pour personne , et qui
expliquerserviront au moins à toutes ces hi-
deuses déclarations des sorcières et des possé-
dées, par les vapeurs et les affections histéri-
On s'étonnera sans doute de voir desques. pré-
dessidens et parlemens entiers montrer autant
d'ignorance, dans ces procès scandaleux, que
les plus petits baillis de village.On peut à peine
aujourd'huiconcevoir que des misérables aient
condamnés , en si grand nombre , à expirerété
sur le bûcher, pour avoir raconté leurs aven-
galantes avec les Incubes les Succubestures ,
y
les Boucs les Dragons enflammés etc. mais, , ;
n'était pas en-l'empire d'une sage philosophie
commencé , et les plus habiles magistratscore
étaient dupes des intrigues de certains moines,
intéressés à multiplier les exorcismes qui les
,
faisaient vivre dans l'abondance. La tournure
uniforme que présentent tous les procès de
démon-magie et la plupart des possessions,
clairement qu'il existait une liguetrent assez
raison etpuissante contre les progrès de la ,
que l'on ne faisait diable de tempsparaître le
uneen temps que pour retenir le peuple dans
,
on seprofonde ignorance. Quelquefois aussi

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.