Journal d'un voyage en Normandie, 1819. Publié par J. Estrup

De

-/\.

Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 11
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 88
Voir plus Voir moins

-/\.<-^^ *zjVrU^H.-F.-J. ESTRUP
DR. PHIL.
JOURNAL
D'UN
VOYAGE EN NORMANDIE
1819.
PUBLIÉ PAR
J. ESTRUP
COPENHAGUE
ANDR.-FRED. H0ST & FILS, ÉDITEURS
1911€11
/
(iiÏÏ 6 1968
BOQTRVKKIBICIIi. &OMiW8
A. BACH)'OEOROPREFACE
Hector-F.-J. Estrup dont on présente ici au public
français le journal d'un voyage dans la Normandie en
est né le janvier 17941819, 5 à Randers (Jutland) où
son père Magister P. Estrup, théologien et philologue,
était alors principal du collège.
H. Estrup fréquenta ce collège depuis 1804 jusqu'en
1810 où il fut reçu bachelier; il partit pour l'Université
de Copenhague et passa l'année suivante l'examen phi-
lologique-philosophique la note supérieure.avec 1814
il fut récompensé par la médaille d'or l'Universitéde
d'un traité sur la «Servitude parmi les anciens Scan-
dinaves"; 1815 il obtint la licence en théologie avec la
note: Laudabilis et quidem imprimis egregie; et 1817
il passa son doctorat en philosophie après avoir soutenu
à l'Université de Copenhague Ideala thèse suivante:
hierarchiœ Romanx qualis seculo XIII in Scandinauia
prxsertim exstiterit etc. Les années de 1817—1820 se
passèrent en voyages à travers l'Allemagne, l'Autriche,
l'Italie, la Suisse et la France; de retour il fit pendant
une année des cours à l'Université de Copenhague, mais,
nommé 1822 lecteur de géographie, d'histoire et de
statistique à l'Académie et l'Institution de Soro, il se
fixa petitedans cette ville de Seeland où il demeurait
15 ans, d'abord comme lecteur et depuis 1831 en qualité
de directeur de cette Académie.IV
1837 Estrup donna sa démission, principalement à
santé et futcause de sa mauvaise nommé en même
conseiller d'État; il s'installa alors le vieuxtemps dans
château de Kongsdal, situé près de Soro qu'il avait
acheté déjà en 1835; et vécut là jusqu'à sa mort \e
29. décembre 1846. Des devoirs de grand propriétaire,
des recherches et des travaux historiques et la par-
ticipation à la vie politique en qualité de membre
neuf dedes États remplissaient les dernières années
sa vie.
Le savoir d'Estrup était étendu; ses ouvrages im-
primés (dont la plupart se trouvent dans ses «Œuvres
complètes" éd. les manuscrits pour ses cours,1851),
ses journaux et lettres attestent son érudition, car ces
travaux embrassent non seulement l'histoire de bien des
—— âges,pays différents, et leur histoire de tous les
multiples la recherche hi-mais encore les branches de
histoire topographique, politique, statistique,storique:
d'économie, du droit etc.
Tout en s'intéressant à ces études diverses, il faut
sur-dire que son intérêt et son amour se concentraient
tout à l'histoire de sa patrie; aussi pendant les an-
1817 il les biblio-nées de voyage —1820 où visitait
Vienne, Venise, Romethèques et archives de Dresde,
—principal était de découvrir là,et Paris, son but
rapports d'ambassadeurs, les descriptionsp. ex. dans les
etc. (voies et moyens peu employés alors parde voyage
danois) des documents ayant de l'importanceles savants
pour l'histoire du Danemark.
l'histoire desCependant Estrup ne négligeait pas
découvrit chez un libraire àautres pays. En 1818 il
cahier in-4") et en fit l'acqui-Rome un manuscrit (un
contenait la relation du légat Onu-sition. Ce document
publiafrius sur les affaires de Liège 1468 et Estrup

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.