L'Astrée, ses origines, son importance dans la formation de la littérature classique

De
r~> IJK GKNÈVE - DKSUiMVEKSlTÉ FACULTÉ IITTKES L'ASTREE Ses origines, son importance dans la fornnation de la littérature classique THESE POUR L OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ES-LETTRES PAR Hiiiii BOCHET ' i I de Genève ^.-.'^^ ^>'^-^ GENKVE IStJCXÉTÉ Coopérative d'Impression Imi'kimkhie Jbnt. 8. A.. Boolevard Georoes-Havon. H 1923 NoThèse 44 PQ La Faculté des Lettres, sur le préavis d'une Commission composée de MM. les B. Bouvier, A. FrançoisProfesseurs et P. Kohler, autorise Vimpression de la présente thèse, sans exprimer d'opinion sur les propositions qui sonty énoncées, Genève, le 10 juin 1923. Le Doyen : Victor MARTIN. MESA PARENTS INTRODUCTION Henri IVLa première partie de ïAslrée parut en 1607. que tout le peuplevenait de rétablir en France la paix en prose, le bien-être,souhaitait. On célébrait, en vers et enfin rendus au pays après unela sécurité, la prospérité période de guerres civiles. Il semblait qu'unelongue transformation allait s'opérer aussi dans la littérature : une perfec-Malherbe donnait à la poésie une noblesse et lui, mais il écrivaittion qu'on avait rarement vues avant attendait une œuvre quipeu et surtout pour la cour ; on complètement aux goûts et aux aspirationsrépondît plus grand pubhc.du Aslrée fut cette œuvre : elle parut dans des conditionsU unanime,favorables, fut accueillie avec un enthousiasme frontières. 11 estet sa renommée passa rapidement les lus l'époque où ilspeu de romans qui aient été autant à d'aussi longue durée.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 18
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 202
Voir plus Voir moins

r~>IJK GKNÈVE - DKSUiMVEKSlTÉ FACULTÉ IITTKES
L'ASTREE
Ses origines,
son importance dans la fornnation
de la littérature classique
THESE
POUR L OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ES-LETTRES
PAR
Hiiiii BOCHET
' i
I
de Genève
^.-.'^^
^>'^-^
GENKVE
IStJCXÉTÉ Coopérative d'Impression
Imi'kimkhie Jbnt. 8. A.. Boolevard Georoes-Havon. H
1923
NoThèse 44PQ
La Faculté des Lettres, sur le préavis d'une Commission
composée de MM. les B. Bouvier, A. FrançoisProfesseurs
et P. Kohler, autorise Vimpression de la présente thèse,
sans exprimer d'opinion sur les propositions qui sonty
énoncées,
Genève, le 10 juin 1923.
Le Doyen :
Victor MARTIN.MESA PARENTSINTRODUCTION
Henri IVLa première partie de ïAslrée parut en 1607.
que tout le peuplevenait de rétablir en France la paix
en prose, le bien-être,souhaitait. On célébrait, en vers et
enfin rendus au pays après unela sécurité, la prospérité
période de guerres civiles. Il semblait qu'unelongue
transformation allait s'opérer aussi dans la littérature :
une perfec-Malherbe donnait à la poésie une noblesse et
lui, mais il écrivaittion qu'on avait rarement vues avant
attendait une œuvre quipeu et surtout pour la cour ; on
complètement aux goûts et aux aspirationsrépondît plus
grand pubhc.du
Aslrée fut cette œuvre : elle parut dans des conditionsU
unanime,favorables, fut accueillie avec un enthousiasme
frontières. 11 estet sa renommée passa rapidement les
lus l'époque où ilspeu de romans qui aient été autant à
d'aussi longue durée.})arurent et dont le succès ait été
donc une œuvre qu'on ne peut pas négliger dansC'est
connaîtra pasl'histoire httéraire mais tant qu'on ne la;
que lui doità fond, il sera impossible de déterminer ce
restera un jugementla UttéraUire classique : on en à
sans doute, défavorable. Combien deapproximatif et,
en ont parlé n'y ont-ils vu que des histoiresceux qui
invraisemblables et des bergers, c'est-à-dire des person-
qu'ils ne rêventnages faux et, en outre, ridicules parce
que d'amour, et d'amour platonique!
œuvre fameuse un chef-Sans vouloir proclamer cette
d'œuvre, notre intention est de la faire connaître telle
expliquerqu'elle est, et de la replacer à son époque, pour
les causes de son succès au XVlime siècle.h'Asirée est un roman à la fois sentimental, romanesque,
historique, dontpastoral, chevaleresque et les éléments
divers s'unissent pour concourir au même but, l'étude
du cœur humain : roman d'aventures, mais surtout roman
psychologique.
L'élément pastoral excepté, toute la matière littéraire
de VAstrée est d'origine française; l'analyse psychologique,
la casuistique amoureuse, la théorie de l'amour parfait
bien le pouraussi que goût les romans de chevalerie et
les aventures sentimentales, la rattachent à la tradition
française. D'Urfé ne change rien aux habitudes littéraires
de ses contemporains, il ne détruit pas pour reconstruire
avec des matériaux neufs : il flatte en apparence les
goûts du grand public pour assurer à son œuvre un succès
immédiat.
Mais comment une telle œuvre qui tient par toutes
fibres au littéraire deses passé la France, a-t-elle pu fa-
çonner un esprit nouveau ? C'est que d'Urfé interprète
à sa façon la matière traditionnelle qu'il utilise et la trans-
forme dans un but bien déterminé, dans le sens du vrai
du beau il l'anime de vie,et : de sa propre vie, sans pour-
tant que le lyrisme, contenu par la discrétion, ait jamais
la forme d'une confession on sent le besoin de vraisem-;
blance dans l'invention, de précision dans les descriptions;
l'emploi de l'histoire est une garantie d'authenticité ;
l'élégance et la noblesse de la prose dénotent un sens
artistique affiné. Ce sont bien là, avac l'analyse psycho-
logique, les traits fondamentaux de l'esprit classique.
Telle est la matière de notre étude.
Nous renvoyons, pour tout ce qui concerne la biographie
d'Honoré d'Urfé, et la bibliographie de VAstrée, à l'im-
portant ouvrage, qui nous a rendu de grands services :
La Vie et les œuvres d'Honoré de M. le Chanoined'Urfé,
^.Reure
' —Pion et Nourrit, 1910. L'étude de M. Bernard Germa: L'Astrée d'Honoré
d'Urfé, sa composition, so7i (A. Picard et fils, n'a que le mérite d'uninfluence 1904),
bon ouvrage de vulgarisation.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.