La botanique en Provence au XVIe siècle. Louis Anquillara, Pierre Belon, Charles de l'Escluse, Antoine Constantin

De
Publié par

LUDOVIC LEGRÉ \A BOTANIQUE EN PROYENCE AU XVl" SIÈCLE LOUIS ANGUILLARA PIERRE BELON CHARLES DE L'ESCLUSE ANTOINE CONSTANTIN MARSEILLE AUBERTIN & G. ROLLEH. LIBRAIRES-ÉDITKUKS et rue de la Darse, 41-43Rue Paradis, 34, 1901 ïis^ÊmatM "'*'-' *^--C^^7 CfL/?zzz/zz Aduersaria ne laisse échap- aucune occasion de lui reprocherper ses bévues, de le tourner en ridicule, de témoigner à son égard une animosité, une aversion des plus ardentes. Il Dans son Rarionim aliqiiot stirpiiim per Hispanias obscr-(1) Charles de l'Escluse fait plusieurs fois mention d'An-valariim, guiliara, en lui appliquant les qualificatifs de peritissimiis et diligentissimiis. Tragium c NobisMais ils ne retrouvèrent pas le ; literas[2) dédit [Anguillara] ad quendam perbonuni et industrium qui tamen plantam neque ipseLucensem pharmacopneum : potuit, neque quisquam alius, illic quo loco esset, indicare. » {Stirp. Adv. p. 360.) . . — -20 est permis de supposer que ces colères furent sus- citées ou avivées par le souvenir des invectives grossières dont le Commentateur avait si injuste-(1) ment accablé le doux Anguillara. Dans les qualorzes Parères dont se compose le recueil édité par Jean Marinello, Anguillara a étudié environ quinze cents espèces. Ce livre demeure, pour l'histoire tant de la tlore italienne que de celle du Levant, un document du plus haut intérêt.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 140
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins

LUDOVIC LEGRÉ
\A BOTANIQUE EN PROYENCE AU XVl" SIÈCLE
LOUIS ANGUILLARA
PIERRE BELON
CHARLES DE L'ESCLUSE
ANTOINE CONSTANTIN
MARSEILLE
AUBERTIN & G. ROLLEH.
LIBRAIRES-ÉDITKUKS
et rue de la Darse, 41-43Rue Paradis, 34,
1901ïis^ÊmatM"'*'-' *^--C^^7 C<>fL< ^H^LA BOTANIOUE EN PROVENCE
XV1«AU SIÈCLE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.