La gwerz du prêtre Maugwenn

De
Publié par

Pour l’historien des mentalités, les gwerziou constituent une source particulièrement intéressante car, à la différence de nos autres sources documentaires qui reflètent générale- ment la pensée des élites, ces complaintes bretonnes offrent un excel- lent témoignage des mentalités populaires en Bretagne sous l’Ancien Régime. Celle que nous vous présentons ici nous est connue sous trois versions différentes. Elles ont toutes les trois été collectées par François-Marie Luzel dans les années 1840-1850 mais une seule de ces versions avait été publiée jusqu’à présent
Publié le : lundi 18 mars 2013
Lecture(s) : 87
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins



La gwerz du prêtre Maugwenn

Pierre-Yves QUEMENER



Pour l’historien des mentalités, les
gwerziou constituent une source par-
ticulièrement intéressante car, à la
différence de nos autres sources do-
cumentaires qui reflètent générale-
ment la pensée des élites, ces com-
plaintes bretonnes offrent un excel-
lent témoignage des mentalités po-
pulaires en Bretagne sous l’Ancien
Régime.
Celle que nous vous présentons ici
nous est connue sous trois versions
différentes. Elles ont toutes les trois
été collectées par François-Marie
Luzel dans les années 1840-1850
mais une seule de ces versions avait
été publiée jusqu’à présent : il s’agit
1du manuscrit 3342 de la BnF, re-
transcrit en 1995 dans le tome 201-
2202 de Hor Yezh . Laurence Ber-
thou-Bécam en a donné une traduc-
tion française, que nous avons re-
3produite ci-dessous. Les deux au-
tres versions connues sont conser-
vées à la Bibliothèque Municipale de
4Quimper et à la Bibliothèque de
5Rennes Métropole .


1 Belek Maugwenn, Manuscrit Naf 3342, folios 527r-528r, Biblio-
thèque Nationale de France
2 Fanch AN UHEL, « Bêlek Maugwenn », Hor Yezh, Tome 201-
202, mars 1995, p. 77-114
3 Laurence BERTHOU-BECAM, Enquête officielle sur les poésies
populaires de la France, Thèse de breton et de celtique, Rennes,
1998, p. 382-383
4 Bèlek Mauguenn, Manuscrit 45 de la Bibliothèque Municipale de
Quimper, Collection Bibliothèque patrimoniale, Médiathèque des
Ursulines, Fonds Luzel, p. 156-157
5 Bèlek an Naonet, Manuscrit 1022 de la Bibliothèque de Rennes
Métropole, Fonds Luzel, cahier 8, p. 21-23
12■ KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013



L e p r ê t r e M a u g w e n n

Bêlek Maugwenn Bèlek Mauguenn
(Ms 3342 de la BnF) (Ms 45 de la Bibliothèque de Quimper)

Mar plij ganec’h e selaoufet Gelaouet oll ar a cleufet
Ur werz ’zo a-newe savet, Eur werz so a newez shavet ;
’Zo gret da diou Verc’h ar Penvenn, So graët da diou verc’h d’ar Penvenn,
Ha d’ho amourouz bêlek Maugwenn. Ar d’ho amourouz bèlek ar Mauguenn.

Ar bêlek iaouank a lâre, Hen hosteliry pa arruyè-hint,
En hostaleri pa arrue : Di-gant an hostisez a c’hoaleunyo-hint :
- « Hostizez koant, lâret-c’hwi d’in - « Hostisez koant, lavaret din
Ha c’hwi a c’halfe loja tri. » Ac a vé moyenn da logean try ? »

- « N’ ve ket kaer ma hostaleri, - « Mè na vè guet bras ma hosteliry
Mar na halfenn ket loja tri : Mar n’am bè moyenn wil logean try :
Diskennet, kloarek, deut en ti, Antroet, bèlek, deuet han ty,
Ho komagnones iaouank ha c’hwi. » Ho chompagnones iaouank ac c’hui. »

Bêlek ar Maugwenn a lâre - « Na lakaët ar beer disous an tân,
D’ann hostizes koant, en noz-se : E-wit âvan d’an dut-man hô c’hoân,
- « Lakaït ar ber oc’h ann tan, Quick glâzar p’autramant quéfélek,
D’ar merc’hed koant ha me d’hor c’hoan, P’autramant eur c’hachan laër rostet. »

Kig glujar pe gig kefelek,
P’autramant ur hochon rostet ;
Na digaset ket a winn gwenn,
Ar merc’hed ho defe poan benn. »

Ann hostizes koant a lâre - « Daâlet, ma mâtez, ma alc’hoës,
D’he mates vihan, en noz-se : Ac éet-c’hui da guerc’hat lincellio,
- « Dalet, mates, ann alc’houeo, Ac eet-c’hui da guerc’hat lincellio,
It-c’hwi da gerc’had linsellio ; Da ôber d’an dût-man goëlo.

It-c’hi da gerc’had linsellio, Groët goëlo’r lerc’het hen traôn an ty,
D’ober d’ann dut-ma gweleo, Hinen ar bèlek hen cambr ar study. »
Gwele’r merc’hed en traon ann ti, Ar bèlek iaouank pa neûveus clewet,
Hini ’r c’hloarek ’n kambr ar studi. » D’a hostisez a neûveus lavaret :

Ar bêlek iaouank a lâraz - « Ne c’heus guet ezomp d’ober daou voëlé,
D’ann hostizes koant, p’he c’hlewaz : Ar ré-sè sô c’hoareset din-mé. »
- « Er memeuz kambr gret hon gwele, - « Gaôu a lèveret, mèsi, bèlek,
Ar re-ma ‘zo c’hoerezed d’in-me. » Ar zè-sè n’hint guet dec’h c’hoëreset ;

Ann hostizes koant a lâraz,
D’ar bêlek iaouank pa glewaz :
- « Na gaou a lâres-te, bêlek !
Ar re-se n’int ket d’id c’hoerezed ;

Ar re-se ’zo diou verc’h ar Penvenn, Ar rè-sè sô diou verc’h ar Penvenn,
Ha te eo bêlek ar Maugwenn ; Ac té eo bèlek ar Mauguenn :
Diou verc’h ar Penvenn, euz ar Faouet, Diou verc’h ar Penvenn, deus ar Faoüet ;
Ha te, bêlek, a vô krouget ! » Ac tè, Bèlek, a veso trougèt ! »

Ar bêlek iaouank a lâre An deïz voar-lerc’h, deus ar beüré,
D’ann hostizes koant, en noz-se : D’an hostisez hen a lavaré :
- « Savet, hostizes, euz ho kwele, - « Hostisez, saôvet deus hô goëlé,
Kanet ar c’hog, tost é d’ann de. » Cânet ar c’hillog, tost eo d’an dé. »

- « Me n’ savan ket euz ma gwele, An hostilez n’deûveus lavaret
Ken ’ve strinket gwalenn ann de ; D’ar bèlek iaouank, p’hèn deus-han clewet :
Ken ’ve strinket gwalenn ann de, - « Mé na saövan jamas deus ma goëlé,
Koulz ann dut onest da vale. » Quen a vé stringuet goalenn an deïz ;
KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 ■13 KAIER AR POHER N° 4 – Mars 2013 ■13



Neuze soudenn int partiet, Quen a vé stringuet goalenn an deïz,
Trezeg Kerarc’himiad ez int êt. Koulz an dut honnest da vâlé. »
Ha kerkent ével ma oant êt, Neusè soudenn hint sortiet,
Ar Penvenn koz ’zo arruet. Treûsek Kèr ar C’himiad a hint èet ;

- « Hostizes kez, lâret-c’hwi d’in, Treuzek Kèr ar Quimiat a hint èet,
N’oc’h euz ket lojet ’n noz-ma tri, Ar Penvenn-côz sô antrèet ;
Anezhe diou feumeulenn goant - « Hostisez koant, laret c’hui din,
Ha gant-he ur bêlek iaouank ? » Na c’heus guet lojet hen nôz-man try ?

A nèse diou feûmeûlenn goant,
Deus hô c’honduiz eur bèlek iaouank ?
Dindan-hè oa peb a varc’h rosenn,
Ar peb a vrid arc’hant hon hô fenn;

Voan daôu-dorn ar merc’het manchô gwenn,
Ac karkanio aôud hen hô c’herc’henn;
Ac karkanio aôud hen hô c’herc’henn,
E Doué ! Brawan diou feumeulenn ! »

- « Brema soudenn int partiet, An hostisez n’deûveus lavaret :
’Trezeg Kerarc’himiad ez in têt ; D’ar Penvenn, p’hen deûs-han clewet :
’Trezeg Kerarc’himiad ez in têt ; - « Brèman soudenn hint sortiet,
Mar karret hastan ho zapfet. » Treûsek Kèr ar C’himiat a hint èet ;

Merc’h hena ’r Penvenn a lâre, Treûsek Kèr ar C’himiat a hint èet ;
D’he zad neuze, na p’hen gwele : N’heûs nè-mad hastan ac hô zapfet. »
- « Ha d’ac’h, ma zad, penoz a ret ? Nen Kèr ar C’himiat p’eo arruet,
Ma mamm ha hi ’zo en iec’het ? Hi verc’h henna neûveus sâludet.

M’am bije diouaskel ha plun braz, - « Deîz-mad, ma zad, pènos a ret,
Me a nijfe dreist ar mor glaz ; Ma mamm gaës a hi sô hen iec’het ?
Me a nijfe driest ar mor glaz, Na m’am bijè diou-askel ar plun bras,
Wit gwelet ar vamm am ganaz ! » Mè a ninjfé driest ar môr bras :

- « Ar vamm ho kanaz na welfet ket, Mè a ninjfé driest ar môr bras,
He c’halon gant glac’har ’zo rannet; Wit gwèlet ar vamm, ma gânas. »
He c’halon gant glac’har ’zo rannet, - « Ar vamm hô gânas na wellfet guet,
P’hoc’h euz he c’huitêt gant ur bêlek ! » Hi c’halonèk paôur a sô rannet;

Kriz a gallon neb na oelje,
En Kerarc’himiad neb a vije,
’Welet krouga diou verc’h ar Penvenn,
Hag ho amourouz bêlek Maugwenn.

Pa ’c’h ee bêlek Maugwenn d’ar groug, Hi c’halonèk paôur a so rannet,
Oa gant-han ’r chazubl en he c’houg, Welet oc’h Doûet ho diou gant eur bèlek ! »
Oa ur bonnet karre war he benn, Pa hâa bèlek Mauguenn d’ar groûk
Un dismeganz vraz d’ar veleienn ! » A hèe gant ar chasuble voar hi c’hoûzouk !

Dastumet en Parrouz Plouillo Communiqué par Mr Lopez, 1849.
14■ KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 14■ KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013



L e p r ê t r e M a u g w e n n

La troisième version, assez différente, est présen-
tée à part :

Bèlek an Naonet
(Ms 1022 de la Bibliothèque de Rennes
Métropole)

Eur bèlek iaouank di-ous an Naonet,
So èet da verwell d’ar faouet;
So èet da verwell d’ar faouet;
Diou dimèzell hen deveus laëret.

Ar bèlek iaouank a lavaré
Hosteliry ar Faouët pa dréméné :
- « Hostisez koant, laret-c’hui d’hin
A c’hui c’heus moyenn da logean tri ?

Pé-da goulz a c’heus guèlet an ty-man,
Na vijé pé va-dra en-hay;
Na vijé en-hay pé-a-dra
Da reï da dré den da gôania ? »

- « Med disquennet, devet hen ty,
Ho dimèzellet koant a c’hui;
Ho dimezellet koant a c’hui,
Lakaet vo ho kèzek er marc’ho-ty. »

An hostisez a lavaré
D’hi mâtez-vihan hen deïz-sè :
- « Querc’het diou lincell a daôu léc’het
Da lakaat vur goëlè ar c’hloarek;

Ac diou-all dues a tri léc’het,
Da lakaad d’an dimèzellet. »
Ar bèlek iaouank p’hen deveus clervet, Manuscrit de la gwerz - « Bèlek ar Mauguenn, d’hin-mé lavaret
D’an hostisez han deveus laret : Bibliothèque de Rennes Métro-Pé-lec’h ec’h-c’hui gant ma dimèzellet ? »
pole - Ms 1022 - Fonds Luzel
- « N’hez deveus ézouje a daou oëlé, - « Môut a zèn gant-è trések ar Spaign,
Ma c’hoërezet ac mè yousquo er memeus zé. » A-c’hané deujomp d’ar Allemaign.
- « Ar zè-sé nihint quet hô c’hoërezet, A-châné vijemp devet da Rôm
Rac mé anâo ar merc’het. Da bédin Doué ous ho dézomp. »
C’hui a sô bèlek ar Mauguenn,
Ar rè-man merc’het ar Penvenn. » Ar bèlek iaouank sô condaonet
Ar Penvenn côz a lavarè, Ou ar plac wèt bèsan dewet.
Hostèliry ar Faouet pa dréméné : Ar bèlek iaouank hen kreïz an tan,

Ar c’hlèzierr commanc soon hô c’himan.
- « Na hostisez koant d’hin-mè lavaret,

Na c’heus-c’hui guet gwelet eur bèlek ? Ar bèlek iaouank a sô dewet,
Na c’heus-c’hui guet gwelet eur bèlek, Kalon an dimèzellet so rannet;
A diou deux ma dimèzellet ?
Kalon an dimèzellet so rannet

Gant ar c’hoûn da hô Douez kloarek.
Dindan-hè peb a nikanè gwenn,

Deb a vrid arc’hant hen ho fenn ? »
Doué da bardônô an anâon,
- « Hervé an depeingn a roèt d’hin,
E ma-hint ho zri oar ar vaâz-kaôm !
Mé m’eus-hint lôget bars ma zy. »
Eet-hint hô zri hen eur memeus bé,

Doué da Véau ou rhô iné !
Pa oa digozet ar gambz oar-nèzé,

Oa-hint hô zry er memeus goëlé.
Keramborgne, 29 janvier 1850 Oa-hint ho zri er memeus goëlé,
Ar bèlek iaouank her kreïz tre-è.
Afin de faire ressortir au mieux les variantes de
ces trois versions, on trouvera ci-dessous une Ar Penvenn-côz a c’houlenné
présentation synoptique des différentes traduc-Ous ar bèlek iaouank enno neusé :
tions :
KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 ■15 KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 15



BnF Paris, Ms 3342 BM Quimper, Ms 45 BM Rennes, Ms 1022

Le prêtre Maugwenn Le prêtre Mauguenn Le prêtre de Nantes

S’il vous plaît, vous écouterez Ecoutez tous et vous entendrez Un jeune prêtre de Nantes
Une gwerz nouvellement composée, Une complainte nouvellement écrite A été mourir au Faouët ;
Qui a été faite aux deux filles de Le Penvenn, Qui est faite sur les deux filles Le Penvenn A été mourir au Faouët,
Et à leur amant le prêtre Maugwenn. Et leur amant, le prêtre Mauguenn Deux demoiselles il avait enlevées.

Le jeune prêtre disait, Quand ils arrivaient à l’auberge, Le jeune prêtre disait,
En arrivant dans l’auberge : A l’hôtesse ils demandent : Quand il passait à l’auberge du Faouët
- « Jolie hôtesse, dites-moi, - « Belle hôtesse, dites-moi - « Dites-moi, belle hôtesse,
Pourriez-vous loger trois (personnes) ? » S’il y a moyen d’en loger trois (person- Si vous avez les moyens de loger trois (per-
nes) ? » sonnes) ?

Quand j’ai vu la maison,
J’ai pensé qu’il y aurait ce qu’il faut,
- « Je ne tiendrais pas une belle auberge, - « Mon auberge n’est pas grande J’ai pensé qu’il y avait de quoi,
Si je ne pouvais loger trois (personnes) : Si je ne peux en loger trois (personnes), De donner à manger à trois personnes. »

Descendez, clerc, entrez dans la maison, Entrez, prêtre, venez dans la maison, - « Mais descendez, venez dans la maison,
Votre jeune compagnie et vous. » Vos jeunes compagnes et vous. » Vos belles demoiselles et vous ;
Vos belles demoiselles et vous.
Le prêtre Le Maugwenn disait On mettra vos chevaux à l’écurie. »
A la jolie hôtesse, cette nuit-là :
- « Mettez la broche au feu, - « Bien, mettez la broche sur le feu
Pour le souper de ces jolies filles et le mien ; Pour faire le dîner à ces gens-ci.

De la chair de perdrix ou de bécasse, De la viande de perdrix ou de bécasse,
Ou bien encore un petit cochon rôti ; Autrement un porcelet rôti. »
Ne nous donnez pas de vin blanc,
Les jeunes filles auraient mal à la tête. »

La jolie hôtesse disait L’hôtesse disait, ce jour-là,
A sa petite servante, ce soir-là : A sa petite servante :
- « Tenez, servante, prenez les clefs - « Tenez, servante, mes clés, « Prenez deux draps de deux largeurs
Et allez chercher des draps de lit ; Et allez chercher de draps ; Pour faire le lit du clerc,

Et allez chercher des draps de lit, Et allez chercher des draps, Et aussi deux autres de trois largeurs
Pour faire les lits de ces gens-ci, Pour faire un lit à ces gens-là. Pour mettre aux demoiselles. »
Le lit des jeunes filles au bas de la maison, Faites le lit des filles en bas de la maison,
Et celui du clerc dans la chambre d’étude. » Celui du prêtre dans le bureau. »

Le jeune prêtre répondit Quand le jeune prêtre a entendu, Le jeune prêtre, quand il a entendu,
A la jolie hôtesse, quand il l’entendit : Il a dit à l’hôtesse : A l’hôtesse, il a dit :
- « Faites nos lits dans la même chambre, - « Ne faites pas deux lits, - « Je n’avais pas pensé à deux lits,
Car ces jeunes filles sont mes sœurs. » Ces personnes sont mes sœurs. » Mes sœurs et moi dormirons dans la même
pièce. »
La jolie hôtesse répondit
Au jeune prêtre, quand elle l’entendit :
- « Tu mens, prêtre ! - « Vous mentez, prêtre, dit-elle, - « Ces personnes ne sont pas vos sœurs,
Ces jeunes filles ne sont pas tes sœurs ; Ces personnes ne sont pas vos sœurs, Je connais le nom des filles,

Ce sont les deux filles du Penvenn, Ces personnes sont les filles Le Penvenn, Vous êtes le prêtre Mauguenn,
Et toi, tu es le prêtre Maugwenn ; Et toi, tu es le prêtre Mauguenn. Et elles, ce sont les filles Le Penvenn. »
Les deux filles du Penvenn, du Faouët Les deux filles Le Penvenn, du Faouët,
Et toi prêtre, tu seras pendu ! » Et toi, prêtre, tu seras pendu ! »

Le jeune prêtre disait Le lendemain matin,
A la jolie hôtesse, cette nuit-là : Il dit à l’hôtesse :
- « Levez-vous, hôtesse, de votre lit, - « Hôtesse, lève-toi de ton lit,
Le coq a chanté, le jour est proche. » Le coq a chanté, le jour va se lever. »

L’hôtesse a dit
Au jeune prêtre, quand il l’a entendu :
- « Moi, je ne me lève pas de mon lit, - « Je ne me lève jamais de mon lit
Avant que l’aurore n’ait jailli ; Tant que le jour ne s’est pas levé ;
Avant que l’aurore n’ait jailli, Tant que le jour ne s’est pas levé,
L’heure des honnêtes gens pour être sur Le moment pour que les honnêtes gens se
pied. » promènent. »

16■ KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 I rs



L e p r ê t r e M a u g w e n n








Tôt après ils partirent, Rapidement, ils sont sortis,
Et se dirigèrent vers Kerarc’himiad. Ils sont allés vers Ker ar C’himiad ;
Et à peine furent-ils partis, Ils sont allés vers Ker ar Quimiat, Le vieux Le Penvenn disait
Que le vieux Le Penvenn arriva : Le vieux Le Penvenn est entré : En arrivant à l’auberge du Faouët :

- « Bonne hôtesse, dites-moi, - « Belle hôtesse, dites-moi, - « Belle hôtesse, dites-moi,
N’avez-vous pas logé, cette nuit, trois (per- N’avez-vous pas accueilli cette nuit ces N’avez-vous pas vu un prêtre ?
sonnes), trois-là ? N’avez-vous pas vu un prêtre,
Dont deux jolies jeunes filles, Dont deux belles filles, Et deux de mes filles ?
Accompagnées d’un jeune prêtre ? » En compagnie d’un jeune prêtre ?

Montés chacun sur un cheval, Sous chacune d’elles un cheval (docile)
Avec une bride d’argent sur la tête ; blanc,
Avec chacun une bride d’argent sur sa
tête ? »
Sur les mains des filles, des manches blan-
ches,
Et une chaîne d’or autour du cou ;
Et une chaîne d’or autour du cou,
Mon Dieu, les deux plus belles femmes ! »

L’hôtesse a dit
A Le Penvenn, quand il l’a entendue :
- « Ils viennent de partir ; - « Ils sont sortis précipitamment,
Ils sont allés vers Kerarc’himiad ; Ils sont allés vers Ker ar C’himiat ;

Ils sont allés vers Kerarc’himiad, Ils sont allés vers Ker ar C’himiat, - « Selon ce que tu me dépeins,
Si vous voulez vous hâter, vous les attrape- En vous dépêchant vous les attraperez. » Je les ai hébergés dans ma maison. »
rez. » Quand il est arrivé à Ker ar C’himiat»,
La fille aînée du Penvenn disait Sa fille aînée l’a salué : Quand ils sont arrivés dans la chambre où
A son père, quand elle le vit : ils étaient
Ils étaient tous dans le même lit.
- « Comment vous portez-vous, mon père ? - « Bonjour, mon père, comment allez- Ils étaient tous dans le même lit,
Et ma mère, est-elle en bonne santé ? vous, Le jeune prêtre au milieu.
Ma chère mère est-elle en bonne santé ?
Le vieux Le Penvenn a demandé
Si j’avais deux ailes, avec de grandes plumes, Si j’avais deux ailes avec des plumes, Alors au jeune prêtre :
Je m’envolerais par-dessus la mer bleue ; Je m’envolerai au dessus de la grande mer ; - « Prêtre Mauguenn, dites-moi,
Je m’envolerais par-dessus la mer bleue, Je m’envolerai au dessus de la grande mer, Où allez-vous avec mes filles ? »
Pour aller voir la mère qui me donna le Pour voir la mère qui me donna naissan-
jour ! » ce. » - « Je vais avec elles vers l’Espagne,
Et de là, nous irons en Allemagne.
- « La mère qui vous mit au jour, vous ne la - « Vous ne verrez pas la mère qui vous Et de là encore à Rome,
verrez pas, donna naissance, Pour prier Dieu pour nous. »
Son cœur s’est brisé de douleur ; Son pauvre cœur est brisé ;
Son cœur s’est brisé de douleur, Son pauvre cœur est brisé, Le jeune prêtre est condamné
Parce que vous êtes parties avec un prê- De voir que vous êtes parties toutes les Sur la place à être brûlé.
tre ! » deux avec un prêtre. » Le jeune prêtre au milieu du feu,
Les cloches commencent à sonner.
Cruel eut été le cœur de celui qui n’eut
pleuré, Le jeune prêtre a été brûlé,
S’il eut été à Kerarc’himiad, Le cœur des jeunes filles est brisé ;
En voyant pendre les deux filles du Pen- Le cœur des jeunes filles est brisé,
venn, Avec le souvenir du clerc de Dieu.
Ainsi que leur amant le prêtre Maugwenn.
Que Dieu pardonne aux trépassés,
Quand le prêtre Maugwenn marchait à la Quand le prêtre Mauguenn allait vers la On les a mis tous les trois sur le même
potence, potence corbillard !
Il avait la chasuble au cou, Il avait sa chasuble au cou ! Tous les trois dans la même tombe,
Et le bonnet carré sur la tête, Dieu donnera la vie à leurs âmes !
Un grand déshonneur pour les prêtres !

Recueilli en la paroisse de Ploumilliau. Communiqué par Mr Lopez, 1849 Keramborgne, le 29 janvier 1850
KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 ■17


La traduction du manuscrit de la BnF est celle de retrouve un thème similaire dans la gwerz du clerc Le
Laurence Berthou-Bécam tandis que les deux autres Gallic : Un jeune clerc qui était allé étudier à Nantes ; il était
manuscrits ont été traduits par Roland Jourden et allé étudier à Nantes, et avant de revenir à la maison, il avait
7Goulven Péron, ce qui explique certaines légères été fait prêtre.
variantes pour la traduction d’un même texte breton.
Le kloarek (clerc) est un personnage récurrent des
gwerziou bretonnes. Anatole Le Braz en a fait un
portrait savoureux : Un fondement historique ?


« L’école est longtemps restée, en Bretagne, ce qu’elle
Nous ne disposons pas de trace judiciaire de la
était au Moyen Age, l’annexe d’une église cathédrale
condamnation d’un prêtre accusé d’enlèvement de
ou de quelque grande abbaye. Les jeunes gens qu’on y
jeunes filles. Il existe bien dans les archives criminelles
élevait étaient tous destinés à entrer dans les Ordres.
du Parlement de Bretagne un dossier relatif à
On les appelait clercs. La plupart ne commençaient 6l’instruction d’un procès intenté en 1602 impliquant
leurs études qu’assez tard, aux approches de la seiziè-un certain Bizien Le Mauguen du Faouët, mais
me ou même de la dix-huitième année. Le collège
l’individu est marchand, il s’agit d’une affaire
n’était pour eux qu’un stage, une préparation au sacer-
d’homicide et rien ne permet d’établir un lien entre ce
doce. Ils ne quittaient les bancs de la classe que pour
procès et l’histoire racontée dans la gwerz du prêtre
les marches de l’autel. Aux vacances toutefois, le cloarec
Maugwenn.
ou clerc reparaissait parmi les siens. Issu d’ordinaire

d’une famille de cultivateurs, il se refaisait paysan, au
Une analyse des noms de personnes et noms de lieux
milieu d’eux, prenait part à leurs travaux et aussi à
peut nous aider à mieux situer l’action dans son
leurs plaisirs. On le retrouvait aux champs, on le contexte historique et géographique.
retrouvait sur les routes fleuries des pardons. Souvent il

y renouait amitié avec sa douce d’autrefois. Oh ! c’étaient
La gwerz fait intervenir cinq personnages principaux :
de discrètes amours, sans racines bien profondes, une
le prêtre Maugwenn, le vieux Le Penvenn, ses deux
sorte d’idylle de vacances, sans cesse interrompue, sans
filles et l’hôtesse de l’auberge dont le nom nous est
cesse recommencée, et qui s’achevait sans éclat, à
inconnu. Avec quelques variantes orthographiques, les
moins que la jeune fille délaissée ne mourût de déses-
deux patronymes cités se retrouvent dans les trois
poir, comme cela se lit en quelques gwerziou, et alors,
versions. Les prénoms ne sont jamais mentionnés.
le clerc devenu prêtre, se donnait garde de lui survivre
[…] eDans les registres paroissiaux du 17 siècle, MAU-
Plus d’un clerc, d’ailleurs, s’arrêtait à mi-chemin de la
GUEN (ou MAOGUEN, MOGUEN) est un nom de
prêtrise, et s’en retournait aux rustiques occupations
famille fréquent dans les quatre évêchés de Basse
de ses ancêtres. Mais, longtemps encore, ses mains
Bretagne. Le nom est composé du vieux breton mau,
restaient plus blanches que celles du commun. Il avait
jeune garçon, et du moyen breton guen, blanc, pur,
quelque chose de distingué dans la mine, et parlait une
saint. Il existe une forme francisée MAUGUIN aux
langue savante, émaillée de termes incompris du peu-
confins des diocèses de Saint-Brieuc et du Vannetais.
ple. […] Les hommes leur témoignaient une crainte
respectueuse, les filles les aimaient avec trouble. Elles
Le patronyme PENVEN est également un nom bre-
les aimaient, d’abord parce qu’ils avaient une façon à
ton, formé à partir des termes penn, tête, et guen, dont
eux de conter fleurette, parce qu’ils n’étaient ni rustres ni
la consonne initiale a été lénifiée. Sous cette forme, le
balourds, ensuite parce qu’ils savaient l’art de chanter
nom est présent en Trégor, Cornouaille et Vannetais.
leurs douces, en des vers où abondaient les métapho-
8res. »
Les deux noms nous situent donc clairement en Basse

Bretagne mais il n’est guère possible de préciser davan-
François Marie Luzel rajoutait pour sa part que « les tage.
clercs, pour leurs études, quelque élémentaires qu’elles

fussent, avaient ordinairement habité plus ou moins
On remarquera que ces noms pouvaient aussi avoir un
les villes, et en rapportaient, souvent, des mœurs et des
sens symbolique pour les auditeurs de la gwerz puis-
vices inconnus, ou du moins rares, alors, dans nos
que Mauguen peut se traduire par « jeune et pur » et que
campagnes. C’est ce qui explique pourquoi on les
Penven signifie « tête blanche ». A de multiples reprises,
trouve fréquemment mêlés aux affaires scandaleuses,
le prêtre Maugwenn est qualifié de « jeune prêtre » (ar
ou même criminelles, qui fournissent le sujet d’un
belek iaouank) tandis que le père des jeunes
9grand nombre de gwerziou » filles est nommé « le vieux Le Penvenn » (ar C’est bien à un conflit de
Penvenn koz). C’est bien à un conflit de
générations que nous générations que nous allons assister : la
7 François-Marie LUZEL, « Le clerc Le Gallic », dans Gwerziou jeunesse et l’insouciance d’un côté, la vieil-allons assister
Breiz-Izel, Chants populaires de la Basse Bretagne, Tome II, (en lesse et la respectabilité de l’autre.
abrégé Gwerziou II), Lorient, 1874, p. 397
8 Anatole LE BRAZ, dans l’Introduction au premier volume des
Les indications toponymiques ne sont pas nombreu- Soniou de François Marie LUZEL, 1890, p. xxix-xxx
ses. Dans la version rennaise (Ms 1022), on nous dit 9 François-Marie LUZEL, Gwerziou II, p. 359. Sur les kloarek, on
que le jeune prêtre était de Nantes (Eur bèlek iaouank pourra lire également l’article d’Anatole LE BRAZ sur « Le cloarec
di-ous an Naonet). Il faut probablement comprendre ici breton d’après la poésie populaire » (Bulletin de la Société
que le jeune Maugwenn s’en était allé faire ses études à Archéologique du Finistère, tome 16, 1889, p. 23-43) et les pages
d’Emile SOUVESTRE (Les derniers Bretons, 1836, p. 94-97 et 123-la ville de Nantes et qu’il y avait reçu la prêtrise. On
128 de l’édition de 1843), celles de Théodore HERSART DE LA
VILLEMARQUE (Barzaz Breiz, 1867, p. xxix et xliii de l’édition de
6 Archives du Parlement de Bretagne, Archives Départementales 1963) et d’Eva GUILLOREL (Le complainte et la plainte, Thèse de
d’Ille-et-Vilaine, cote EG 907 doctorat, Rennes, 2008, p. 602-609).
18■ KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013


L e p r ê t r e M a u g w e n n

Le Faouët (22) - L’église parois-
siale Saint-Hervé
www.lefaouet.com
La mère qui vous mit au jour, vous ne la verrez pas,
Dans notre gwerz, le jeune Maugwenn est générale- Son cœur s’est brisé de douleur ;
ment qualifié de belek (prêtre) mais, dans deux de nos Son cœur s’est brisé de douleur,
versions (Ms 3342 et 1022), il est quelquefois désigné Parce que vous êtes parties avec un prêtre !
par le terme kloarek (clerc).
En définitive, l’onomastique nous permet de situer
Les deux jeunes sœurs Le Penvenn sont quant à elles l’action dans le Trégor mais le fondement historique
originaires du Faouët, comme il est dit explicitement est bien ténu. Les noms de personnes et les noms de
dans les deux premières versions de la gwerz (Ms 3342 lieux semblent avoir été choisis davantage pour leur
et 45). Mais de quelle localité s’agit-il exactement ? sens allégorique que pour leur authenticité. Le thème
Nous avons en effet la petite ville du Faouët en Cor- du jeune kloarek devenu prêtre peut être l’indice d’une
nouaille morbihannaise, bien connue pour ses halles composition originelle postérieure à 1650 : c’est en
e edu 16 siècle, et le bourg plus modeste du Faouët effet au cours de la seconde moitié du 17 siècle que se
trégorrois, proche de Pontrieux. Comme les seules développa fortement en Basse Bretagne la scolarisa-
12versions de la gwerz que nous connaissons ont été tion des enfants issus de familles paysannes.
recueillies par François-Marie Luzel, dont le Trégor
10constituait la zone de collecte principale, tout porte à Au-delà de son caractère historique plutôt incertain,
croire que la localité en question était Le Faouët tré- c’est finalement l’histoire elle-même, dramatique et
gorrois. passionnelle, qui explique sans doute la popularité de
cette gwerz dans le Trégor.
En outre, concernant les textes des manuscrits 45 et
1022, Goulven Péron me précise « qu’en dehors des
formes françaises et de quelques mots léonards, ils L’histoire
sont clairement trégorrois ou nord-cornouaillais, issus
tous deux du triangle Tréguier – Callac – Morlaix.
Dans la gwerz, l’histoire commence au moment où un
L’influence léonarde fait de plus privilégier la zone
jeune prêtre s’arrête dans une auberge avec deux 11Plougasnou – Lohuec – Plouzelambre. » 13jeunes filles et demande à y passer la nuit. Le manus-

crit de Rennes nous précise qu’il s’agit d’un enlève-
Les deux premières versions mentionnent par ailleurs
ment mais nous voyons bien que les jeunes filles ont
le toponyme Kerarc’himiad (variantes Ker ar C’himiat,
suivi le prêtre de leur plein gré.
Ker ar Quimiat) : c’est le lieu où le vieux Le Penvenn

rattrapa ses filles et le jeune prêtre. Ce toponyme est L’incident se produit lorsque le jeune prêtre, qui pen-
cependant complètement inconnu dans le Trégor, tout
sait voyager incognito, demande à l’aubergiste de les
comme aux environs du Faouët cornouaillais. Il s’agit
installer dans une même chambre (et aussi dans un
vraisemblablement d’un nom inventé pour la circons-
même lit dans deux des versions), au prétexte que ses
tance et possédant un sens métaphorique. Le topony-
compagnes sont en fait ses sœurs.
me peut se traduire par « village des adieux » et c’est en

effet bien de cela qu’il s’agit puisque le vieux Le Pen-
Malheureusement pour lui, l’hôtesse l’a reconnu,
venn y déclare à sa fille aînée qu’elle ne reverra plus sa
comme elle a reconnu également les deux jeunes
mère désormais :

12 Le recours fréquent à cette époque au parrainage des « escho-
liers » témoigne de cette évolution significative. Cf. PIERRE-YVES
10 François-Marie Luzel a vécu au manoir de Keramborgne en QUEMENER, Les choix de prénomination dans la sénéchaussée
e ePlouaret (aujourd’hui Vieux-Marché) ; le texte du Ms 3342 a été de Gourin aux 17 et 18 siècles, Mémoire de Master Histoire,
recueilli « en la paroisse de Ploumilliau » et le Ms 45 a été Rennes, 2012, p. 206.
13communiqué par Mr Lopez, peut-être Yves Marie Lopez, né à Sur la thématique de l’auberge dans les gwerziou et les soniou,
Ploumilliau le 8 décembre 1811. cf. EVA GUILLOREL, La complainte et la plainte, Thèse de doctorat,
11 Communication personnelle du 16 octobre 2011 Rennes, 2008, p. 339-342
KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 ■19


La séparation
Dessin d’Olivier Perrin
14 15compagnes pour être les filles du vieux Le Penvenn du clerc Geffroi, celle d’Isabelle Le Cham, celle du
16 17Faouët. clerc Le Gallic, celle du clerc Lammour.

Entre-temps, ce dernier s’est lancé à leur recherche et La seconde strophe – que l’on retrouve dans les trois
la scène suivante se déroule le lendemain matin, lors- versions sous des formulations légèrement différentes
qu’il arrive à l’auberge. Dans les deux premières ver- – constitue également un topique des gwerziou, com-
sions, le trio vient juste de repartir mais dans la version me on peut le voir dans la gwerz de Jeanne Le Titro,
rennaise ils vont se faire surprendre dans la chambre, dans un contexte pourtant tout à fait différent :
tous trois dans le même lit, le jeune prêtre au milieu…
Il sera condamné à être brûlé tandis que ses deux - « Jolie hôtesse, dites-moi,
compagnes meurent de désespoir, le cœur brisé. Y-aurait-il moyen d’être logé ?
Hôtesse jolie, dites-moi,
La fin est légèrement différente dans les deux autres Avez-vous le moyen de loger trois ? »
versions : le vieux Le Penvenn rejoint le trio à Ke- - « Je ne tiendrais pas hôtellerie,
18rarc’himiad et il se montrera inflexible à l’égard de ses Si je n’avais le moyen de loger trois. »
deux filles, qui seront pendues, tout comme leur
amant le prêtre Maugwenn. Par rapport aux autres récits, l’auteur de la version BnF
attribue au jeune prêtre des attentions particulières à
En dépit de ces quelques variantes, la trame du récit l’égard des deux sœurs (Ne nous donnez pas de vin blanc,
est globalement identique dans les trois versions et il les jeunes filles auraient mal à la tête) et il est le seul à dire
est bien difficile de dire laquelle est la plus proche du qu’il y avait plusieurs lits dans la chambre. A sa façon,
texte primitif. Chaque auteur a pu en effet aménager le il donne ainsi du jeune prêtre une image plutôt positi-
récit qu’il connaissait selon son interprétation de ve, à qui l’on n’a finalement pas grand-chose à repro-
l’événement. cher, si ce n’est d’être aimé de deux jeunes filles et de
les avoir emmenées avec lui.
L’interprétation
Cet appel à la compassion des auditeurs est encore

renforcé dans la conclusion du récit par l’emploi d’une
On considère ici le texte dans son état définitif. Quel
formule stéréotypée que l’on retrouve dans de nom-
qu’ait pu être le récit originel, l’intérêt de la multiplicité
breuses gwerziou :
des versions est de voir comment chaque auteur a pu

apporter une touche personnelle au récit : quel a été
19Cruel eut été le cœur de celui qui n’eut pleuré…
son regard sur l’événement ? A-t-il pris parti ? Porte-t-
il un jugement ?
14 François-Marie LUZEL, Gwerziou II, « Le clerc Geffroi », p. 355
15 François-Marie LUZEL, Gwerziou II, « Isabelle Le Cham », p.
379 • La version de la BnF
16 François-Marie LUZEL, Gwerziou II, « Le clerc Le Gallic », p. Cette version débute par une formule relativement
397
classique dans les gwerziou de Luzel : S’il vous plaît, vous 17 François-Marie LUZEL, Gwerziou II, « Le clerc Lammour », p.
écouterez une gwerz nouvellement composée. On retrouve en 467
effet cette expression à l’identique dans la gwerz du 18 François-Marie LUZEL, Gwerziou II, « Jeanne Le Titro », p. 389
19 Quelques exemples dans le tome II des Gwerziou de François-
Marie LUZEL : le clerc de Plourin (p. 361), la Religieuse (p. 371),
Jeanne Le Titro (p. 391), Anne Le Gardien (p. 453), le clerc de
Laoudour (p. 465).
20■ KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013


L e p r ê t r e M a u g w e n n

Le sort réservé aux trois compagnons semble finale-
ment assez injuste pour l’auteur de cette version. Ce
qu’il déplore surtout, c’est que l’événement a contribué
à ternir l’image des prêtres dans le pays :


Quand le prêtre Maugwenn marchait à la potence,
Il avait la chasuble au cou,
Et le bonnet carré sur la tête,
20Un grand déshonneur pour les prêtres !


• La version de Quimper
Cette version, qui comporte dix-neuf strophes, est très
proche de la précédente, qui en comportait vingt. Il
manque dans cette version quelques formules intro-
ductives (ex. la jolie hôtesse disait…) mais son auteur est Cette repentance tardive du jeune prêtre restera sans
par contre le seul à donner une description détaillée de effet pour ses juges : il est condamné au bûcher com-
l’apparence des jeunes filles : me les hérétiques et les sorcières (les auteurs des ver-
sions précédentes le condamnaient seulement à la
Sur les mains des filles, des manches blanches, potence, châtiment infligé aux criminels). Ce n’est plus
Et une chaîne d’or autour du cou ; ici le cœur de la mère qui est brisé mais celui des
Et une chaîne d’or autour du cou, jeunes filles :
Mon Dieu, les deux plus belles femmes !
Que Dieu pardonne aux trépassés,
Si l’on rajoute à cela la mention des brides d’argent sur On les a mis tous les trois sur le même corbillard !
la tête des chevaux, on se rend compte que l’auteur a Tous les trois dans la même tombe,
voulu souligner ici la richesse du vieux Le Penvenn et, Dieu donnera vie à leurs âmes !
indirectement, l’atteinte portée à sa réputation dans la
communauté paroissiale. Comme il est dit dans la En dépit du jugement des hommes, l’auteur – peut-
gwerz de l’évêque de Penanstank, il n’y a pas de plus être un kloarek – a pris fait et cause pour ces trois
grand déshonneur pour un père que de voir sa fille victimes d’un système social qui ne supporte aucun
enceinte d’un prêtre, qui n’a plus ni honneur ni esti- travers. C’est l’œuvre d’un anticonformiste révolté.
21me.

L’auteur a pris clairement parti pour le père déshonoré
et l’on ne s’étonnera pas de l’absence totale de com- Conclusion
passion pour le jeune prêtre et ses compagnes : ils
n’ont eu que ce qu’ils méritaient !
Trois versions pour une même gwerz. Trois regards
portés sur un même événement. C’est l’histoire d’un
tabou social enfreint, devenu aussitôt objet de scandale • La version de Rennes dans la communauté. Dans cette société rurale rigide,
C’est la version la plus courte (seize strophes) et aussi où la recherche de l’honorabilité trouve son contre-
la plus originale puisqu’elle ne possède que sept stro- pied dans l’humiliation du déshonneur, la gwerz joue
phes en commun avec les versions précédentes. un double rôle : témoin fidèle des mentalités populai-
res de son époque, elle participe également à leur
L’auteur a accentué la responsabilité du prêtre : il a évolution.
enlevé (laeret) les deux jeunes filles ; on les retrouve
tous dans le même lit, le jeune prêtre au milieu. Malgré
Pierre-Yves QUEMENER cela, même démasqué, il ne subit pas les foudres de
l’aubergiste : on ne le traite pas de menteur, on ne
remet pas en cause son honnêteté, on ne lui annonce
pas le châtiment qui pèse sur sa tête. Et lorsque le
vieux Le Penvenn finit par les retrouver, ce n’est pas la De nombreuses personnes m’ont aidé à préparer ce dossier. Je les
fille aînée qui va intercéder auprès du père mais le cite dans l’ordre alphabétique en espérant n’oublier personne :
jeune prêtre, qui lui annonce leur souhait de se rendre
en Espagne, puis en Allemagne et enfin à Rome, pour Marine Bedel, conservatrice en chef des Bibliothèques de Rennes
implorer le pardon de Dieu. Ces trois destinations Michèle Coïc, directrice des Bibliothèques de Quimper Commu-
lointaines évoquaient alors trois pèlerinages prestigieux nauté
(Saint Jacques en Galice, Saint Servais à Maastricht, Yann Cochennec
saint Pierre à Rome) où l’on se rendait notamment Hervé Le Gall
lorsqu’il y avait une faute importante à expier : plus Daniel Giraudon
lourde était la faute, plus long devait être le chemin ! Eva Guillorel
Roland Jourden
Patrick Malrieu
20 Le bonnet carré était l’insigne des docteurs en théologie, cf. Joël Pensec
PIERRE-YVES QUEMENER, « Saint Servais et les Bretons », Kaier Goulven Péron
ar Poher, n° 37, juin 2012, p. 24-25
21 François-Marie LUZEL, Gwerziou I, « L’évêque de Penans-
Avec mes plus vifs remerciements. tank », p. 429
KAIER AR POHER N° 40 – Mars 2013 ■21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mon curé, mon amour

de le-nouvel-observateur

Onze minutes

de editions-flammarion