La liberté de commerce dans le Bassin conventionnel du Congo

De
COMMERCEIBERTÉ PE dans le CONVENTIONNELBASSIN CONCOPU PAR LE QR9\NPJ. DOCTEUR EN DROIT DEUXIÈME ÉDITION PARIS l^SCI^SRC ediTe-ltsAt^I^RÊD MONSIEUR-LE-PRINCE, 1919, RUE 1906 wA//, PREFACE quelquesOn a beaucoup écrit sur le Congo, depuis années, et surtout on a trop polémiqué à son sujet, car paix et le recueillement que s'accomplis-c'est dans la sent les grandes choses. La Conférence de Berlin de 1885 avait stipulé la liberté dans le Bassin Conventionnel dude commerce Congo. Des traitants parcouraient donc le pays, ache- tant à vil prix les produits du sol, et les indigènes qui les préparer d'au-leur livraient s'inquiétaient peu d'en tres bientôt que le système derécoltes. L'on s'aperçut « » sans tarder à l'épuise-rafle ainsi pratiqué aboutirait ment économique de ces riches contrées. déten-Soucieux de l'intérêt social, lesGouvernements ce titre desteurs de la Souveraineté, et propriétaires à « de con-terres sans maître en disposèrent au profit», valeurcessionnaires qui devaient assurer leur mise en soLet l'exploitation rationnelle des produits du étaient enMais de puissants intérêts commerciaux commerce étaitjeu. On prétendit que la liberté de 1Le Grand atteinte, que l'Acte de Berlin était violé. De suite les passions 'humaines sont intervenues dans le conflit et ont complètement transformé l'aspect de la question. Guidé par des prédécesseurs plus compétents, nous nous faire leefforcerons de un peu de lumière dans chaos de ces réclamations.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 101
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins

COMMERCEIBERTÉ PE
dans le
CONVENTIONNELBASSIN
CONCOPU
PAR
LE QR9\NPJ.
DOCTEUR EN DROIT
DEUXIÈME ÉDITION
PARIS
l^SCI^SRC ediTe-ltsAt^I^RÊD
MONSIEUR-LE-PRINCE, 1919, RUE
1906wA//,PREFACE
quelquesOn a beaucoup écrit sur le Congo, depuis
années, et surtout on a trop polémiqué à son sujet, car
paix et le recueillement que s'accomplis-c'est dans la
sent les grandes choses.
La Conférence de Berlin de 1885 avait stipulé la
liberté dans le Bassin Conventionnel dude commerce
Congo. Des traitants parcouraient donc le pays, ache-
tant à vil prix les produits du sol, et les indigènes qui
les préparer d'au-leur livraient s'inquiétaient peu d'en
tres bientôt que le système derécoltes. L'on s'aperçut
« » sans tarder à l'épuise-rafle ainsi pratiqué aboutirait
ment économique de ces riches contrées.
déten-Soucieux de l'intérêt social, lesGouvernements
ce titre desteurs de la Souveraineté, et propriétaires à
« de con-terres sans maître en disposèrent au profit»,
valeurcessionnaires qui devaient assurer leur mise en
soLet l'exploitation rationnelle des produits du
étaient enMais de puissants intérêts commerciaux
commerce étaitjeu. On prétendit que la liberté de
1Le Grandatteinte, que l'Acte de Berlin était violé. De suite les
passions 'humaines sont intervenues dans le conflit et
ont complètement transformé l'aspect de la question.
Guidé par des prédécesseurs plus compétents, nous
nous faire leefforcerons de un peu de lumière dans
chaos de ces réclamations.
Nous inspirant des principes du droit pur, nous exa-
minerons l'esprit de la Conférence de Berlin, les droits
de l'État souverain, et si les faits sont restés en harmo-
nie avec les principes.
Mais nous souvenantde l'adage Summumjus, summa
injuria, nous craindrons pousser l'applicationde du
Droit jusqu'en ses plus extrêmes limites, et l'équité
tempérera la rigueur de nos conclusions.
Tel est l'objet de ce modeste ouvrage.
Paris, 15 février 1906.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.