La peinture

De
Presented to the LiBRARY oj the UNIVERSITY OF TORONTO by MRS. MAURICE DUPR^ ïy L'ART VINGT ANSFRANÇAIS DEPUIS LA PEJNTU/^E FRANÇAIS DEPUIS VINGT ANSUART COLLECTION PUBLIEE SOUS LA DIRECTION DE DESHAIRSM. LÉON L'ARCHITECTURE, par H.-M. Magne. LA SCULPTURE, par P. ViTRY. LA PELNTURE, T.par L. Klingsor. LES DÉCORATEURS DU LIVRE, par Saunier.Ch. LA DECORATION THEATRALE, par L. Moussinac. LES TISSUS, LA TAPISSERIE, LES TAPIS, par G. Mourey. LE xMOBILIER, par E. Sedevt*. TRAVAIL H. Clouzot.LE DU MÉTAL, par P. Alfassa.LA CERAMIQUE ET LA VERRERIE, par LA MODE, par E. Henrict, L'ART FRANÇAIS DEPUIS VINGT ANS LA PEINTURE PAR TRISTAN L. KLINGSOR PLANCHES HORS TEXTE24 C^e,F. RIEDER ET ÉDITEURS Place Saint-Sulpice,7, 7 PARIS Vie MCMXXI IL A ETE TIRE DE CE VOLUME., ÉDITION ORIGINALE QUI\ COMPREND^^VNE >.de sombre qui se trouve contenu dans un ton On voit aisément comment, pour un même objet, cette valeur varie. Prenons deux objets, l'un très foncé, l'autre très clair, lorsque nous les voyons au premier Ilsplan, et transportons-les par la pensée à l'horizon. seront alors tous deux de la même valeur : celle pré- cisément de l'horizon. Ainsi, par conséquent, varie également le rapport entre la partie éclairée et la partie dans l'ombre d'un même objet. Plus celui-ci loin de l'œil, faible. Il ensera plus la différence sera va de même pour la hauteur du ton. Prenons un rouge, un jaune ou euxun bleu, et transportons-les, l'horizonaussi, à : ils auront pris tous le même ton neutre.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 31
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 186
Voir plus Voir moins

Presented to the
LiBRARY oj the
UNIVERSITY OF TORONTO
by
MRS. MAURICE DUPR^ïy
L'ART VINGT ANSFRANÇAIS DEPUIS
LA PEJNTU/^EFRANÇAIS DEPUIS VINGT ANSUART
COLLECTION PUBLIEE SOUS LA DIRECTION DE
DESHAIRSM. LÉON
L'ARCHITECTURE, par H.-M. Magne.
LA SCULPTURE, par P. ViTRY.
LA PELNTURE, T.par L. Klingsor.
LES DÉCORATEURS DU LIVRE, par Saunier.Ch.
LA DECORATION THEATRALE, par L. Moussinac.
LES TISSUS, LA TAPISSERIE, LES TAPIS, par G. Mourey.
LE xMOBILIER, par E. Sedevt*.
TRAVAIL H. Clouzot.LE DU MÉTAL, par
P. Alfassa.LA CERAMIQUE ET LA VERRERIE, par
LA MODE, par E. Henrict,L'ART FRANÇAIS DEPUIS VINGT ANS
LA PEINTURE
PAR
TRISTAN L. KLINGSOR
PLANCHES HORS TEXTE24
C^e,F. RIEDER ET ÉDITEURS
Place Saint-Sulpice,7, 7
PARIS Vie
MCMXXIIL A ETE TIRE DE CE VOLUME.,
ÉDITION ORIGINALE QUI\ COMPREND^^VNE
<-'
V^ÏXEXEMPLAIRESSUR VERGÉD'ARCHES
LA FORME, NUMÉROTÉS DE A A F^
MIS DANS LE COMMERCENON
EXEMPLAIRES VERGEDix SUR
D'ARCHES A LA FORME, NUMÉROTÉS
DE 1 A 10
CENT QUARANTE EXEMPLAIRES SUR
PAPETERIESVÉLIN PUR FIL DES
LAFUMA DE VOIRON, NUMÉROTÉS
DE 11 A i5o
Droits de traduction et de reproduction réservés pour tous pays
Copyright by F. Rieder et Cie, igziL'ACADEMISME ET
L'IMPRESSIONNISME
courants principaux ont entraîné la pein-DEUX
ture française dans la dernière moitié du
XIX* siècle : Tun qui croyait suivre la tradition
et s'en écartait plus en plus; l'autre, l'impression-de
nisme, qui se croyait révolutionnaire et, peu à peu,
nous ramenait à la tradition. Comme il arrive sou-
vent, tout peintres, issus d'une école,un gioupe de
prit profonde.l'apparence extérieure pour la réalité
Les mots leur sens vrai. Dessiner ne futperdirent
plus relief caractère à l'aidepour eux mettre en un
faireune misedu trait et du modelé; ce fut seulement
neen place photographique. Peindreexacte, voire
cherchait à conserverfut plus que colorier. Mais on
brunâtres etl'aspect du vieux tahleau et, par des jus
l'illusiondonnait au publicdes artifices faciles, on
lui offrait qu'un sac vide.d'un trésor alors qu'on ne
avait personnelle-Chercher à exprimer ce qu'on
chose perdue de vue. Cela, quiment ressenti était
— «L. La Peinture.Tkïstan Kl4N«sor.2 LA PEINTURE
était langage nousessentiel, puisque l'art n'est qu'un
impressionpropre,permettantdecommuniquer notre
visageétait tout à fait oublié. On ne regardait plus un
humain, l'incapacitéun paysage directement. Dans
peintresd'en dégager une expression nouvelle, les
académiques se référaient à desexemples anciens, et
ne les imitant donnaient plusqu'extérieurement, ne
une image plus ende la vie, mais seulement, et de
plus affaiblie, l'image d'une image. Pour avoir re-
gardé la réalité d'un œil franc clair, Manet connutet
la réprobation des faux tradition, etdéfenseurs de la
décidément exclus impressionnistesdes salons, les
travaillèrent de leur côté et cherchèrent à retrouver
lé vrai ton que la lumière impose aux objets.
C'est là qu'on en était lors de l'Exposition univer-
selle de Celle-ci la fois1900. permit de faire tout à
le bilan de l'académisme et de l'impressionnisme.
Autrefois camarades, Bonnat et Degas avaient depuis
longtemps pris des chemins opposés. Elie Delaunay,
l'un des derniers représentants de la tradition, le
peintre très français du portrait mère,de sa aujour-
d'hui au Luxembourg, était mort depuis près de dix
ans. Gustave Moreau, qui s'était surtout reporté aux
exemples italiens, venait de disparaître, et tel qui
croyait continuer Ingres ne s'appelait que Bougue-
reau. Meissonnier n'avait vu chez les Hollandais que
la minutie de métier d'un Gérard Dou; il n'avait rien
compris aux recherches de tons et de valeurs d'un
Terborch, d'un Metsu ou d'un Vermeer; il n'avait pas

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.