Le fonctionnement du rein de la grenouille

De
668 E2P76 1910 '^'^/'•^•SérieA,N*46 rTiTT T7 O T7^ O PRESENTEES A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR ES SCIENCES NATURELLES a; policard Médecin aide-major l'Écoleà du Service de Santé militaire Chef de laboratoire à la Faculté de Médecine de Lyon. jr. —XHÈSE. Le fonctionnement du uein ue la grenouille. 2^ —THÈSE. Propositions données par la Faculté. Soutenues le Juin 1910, devant la Comniisision d'exanten. MM. DASTRE Président. VÉLAIN ) ^ MATRUCHOT...r'^"^"^""''"''^^- MASSON ET C% EDITEURS LIBRAIRES DE l'ACADÉMIE DE MÉDECINE 120, BOULEVARD SAINT-GERMAIN 1910 Tous droits réservés. FACULTÉ DES SCIENCES DE L UNIVERSITÉ DE PARIS Doyen : V. APPEI.L, Professeur Mécanique rationnelle. Doyen honoraire : G. DARBOUX, Professeur. Géométrie supérieure. ( L. TROOST. Professeurs honoraires :} CH. WOLF. ( J. RIliAN. LIPPMANiN ... Physique. BOUTY Physique. BOUSSINESQ Physique mathématique et Calcul des proba- bilités. PICARD Analyse supérieure et Algèbre supérieure. H. POINC.\RE Astronomie mathématique et Mécanique cé- leste. Y. DEI.AGE Zoologie, .\natomie, Physiologie comparée. G. BUN.MER Botanique. DASTRE Physiologie. KOENIGS Mécanique physique et expérimentale. Vr.LAIN Géographie physique. (iUURSAT Calcul différentiel et Calcul intégral. CHATIN Histologie. HALLEH Chimie organique. JOANMS (Enseignement P. C. N.). —JANET Physique WALLERANT Minéralogie. ANDOYER Astronomie physique. PAINLEVE. Mathématiques générales. HAUG Géologie.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 26
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 134
Voir plus Voir moins

668
E2P76
1910'^'^/'•^•SérieA,N*46 rTiTT T7 O T7^ O
PRESENTEES
A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS
POUR OBTENIR
LE GRADE DE DOCTEUR ES SCIENCES NATURELLES
a; policard
Médecin aide-major l'Écoleà du Service de Santé militaire
Chef de laboratoire à la Faculté de Médecine de Lyon.
jr. —XHÈSE. Le fonctionnement du uein ue la grenouille.
2^ —THÈSE. Propositions données par la Faculté.
Soutenues le Juin 1910, devant la Comniisision d'exanten.
MM. DASTRE Président.
VÉLAIN ) ^
MATRUCHOT...r'^"^"^""''"''^^-
MASSON ET C% EDITEURS
LIBRAIRES DE l'ACADÉMIE DE MÉDECINE
120, BOULEVARD SAINT-GERMAIN
1910
Tous droits réservés.FACULTÉ DES SCIENCES DE L UNIVERSITÉ DE PARIS
Doyen : V. APPEI.L, Professeur Mécanique rationnelle.
Doyen honoraire : G. DARBOUX, Professeur. Géométrie supérieure.
( L. TROOST.
Professeurs honoraires :} CH. WOLF.
( J. RIliAN.
LIPPMANiN ... Physique.
BOUTY Physique.
BOUSSINESQ Physique mathématique et Calcul des proba-
bilités.
PICARD Analyse supérieure et Algèbre supérieure.
H. POINC.\RE Astronomie mathématique et Mécanique cé-
leste.
Y. DEI.AGE Zoologie, .\natomie, Physiologie comparée.
G. BUN.MER Botanique.
DASTRE Physiologie.
KOENIGS Mécanique physique et expérimentale.
Vr.LAIN Géographie physique.
(iUURSAT Calcul différentiel et Calcul intégral.
CHATIN Histologie.
HALLEH Chimie organique.
JOANMS (Enseignement P. C. N.).
—JANET Physique
WALLERANT Minéralogie.
ANDOYER Astronomie physique.
PAINLEVE. Mathématiques générales.
HAUG Géologie.
TANNERY Calcul différentiel Calcul intégral.et
RAFFY Application de l'Analyse à la Géométrie.
HOUSSAY Zoologie.
LE ClIATELiER....H. Chimie.
G. BERTRAND Chimie biologique.
P. CURIEM-"'' Physique générale.
CAL'LLERY Zoologie (Évolution des êtres organisés).
CHABRIÉC. Chimie appliquée.
G. URBAIN Chimie.
BOREL Théorie des fonctions.
MARCHIS Aviation.
J. PERRIN Chimie physique.
N Zoologie, Anatomie, Physiologie comparée.
PUISEUX Mécanique et Astronomie.
LEDUC Physique.
MATRUCIIOT Botanique.
MICHEL Minéralogie.
G. PRUVOT Anatomie comparée.
HÉROUARD Zoologie.
L. BERTRAND (léolcgie.
R. PERRIER Zoologie (Enseicnemenl P. C. N).
MOLLIARD Physiologie végétale.
COTTON Physique.
Secrétaire : A. GUILLET.
/FONCTIONNEMENTLE
LA GRENOUILLEREIN DEDU
partie d'un plan étendu de recherchesLe présent mémoire fait
fonctionnement des organes urinaires chezsur la structure et le
Vertébrés.les
généralesDepuis 1901, nous cherchons à discerner les lois
étudié, avecqui président à la sécrétion rénale. Après avoir
des Reptiles;M. Cl. Regaud, le rein des Poissons Cyclostomes et
des Poissons Téléostéens; après avoiravec M. J. Mawas, celui
à élucider la constitution et le fonctionne-exposé et cherché
ment histophysiologique du tube urinaire des Mammifères,
nous envisagerons dans ce mémoire le mécanisme de la sécré-
maniementtion urinaire chez un animal de laboratoire d'un
doncfacile, la Grenouille. Par certains côtés ce travail constitue
temporaria.aussi une étude d'anatomie comparée de Rana
cherché à nous rendre compte de la significationNous avons
détails histologiques constatés. Bien souventphysiologique des
nous sommes posé des questions qui sont demeurées sansnous
réponse; d'autres chercheurs seront plus heureux. Si nous avons
éclaircir quelques points ou montrer la possibilité ou l'inexac-pu
titude de telle ou telle interprétation, nous nous considérerons
peines.comme largement payé de nos
deNous prions M. le professeur Morat d'accepter la dédicace
nous voulons qu'ilce travail, poursuivi dans son laboratoire;
afTection et de notre respectueusevoie là un témoignage de notre
gratitude.
POLICARD.THESE— DU 1U:I> l)L LA GKt;>OLlLl.t:.l-K KU^Cno.NMiMEM2 POLICARD.
Regaud furent pour nous des maîtres etM. DovoN el Cl.MM.
depuis ioni>:temps déjà associé à leur vieamis. Us nous ontdes
ils savent qu'ils ont en nous plus qu'un élève.scientifique;
nos ])lus respectueux remerciements à notreNous adressons
M le professeur Renaut.premier maître,
nous honorer sesprofesseur Dastue, a bien voulu deM. le
accepter la présidence de cette thèse.si bienveillants etconseils
notre gratitude.le prions de croire à touteNous
militaires nous ont permis de mener à bienSi nos fonctions
travail, c'est grâce à la bienveillance quel'achèvement de ce
M. le médecin-inspecteur Févkieh, directeurnous a témoignée
Ministère de la Guerre. Qu'il soit assurédu Service de Santé au
reconnaissance.de notreINTRODUCTION
Le présent travail comprend deux parties relativement dis-
tinctes.
Dans la première, nous avons essayé de donner une descrip-
tion cytologique du rein de Rana te^nporaria; dans la seconde,
nous avons étudié les modifications que montre la structure
pendant certains états fonctionnels. Après la morphologie sta-
tique, la morphologie dynamique.
Les résultats de recherches biologiques ne valent que par les
méthodes employées. Avant toute description nous avons dû
faire un exposé détaillé et critique de notre technique, tant
expérimentale que cytologique.
Nous nous sommes efforcé d'être bref. Avec la formidable
production scientifique contemporaine, un devoir s'impose aux
savants, la brièveté. Nous nous efforcerons le plus possible d'être
économe du temps de nos lecteurs.
Toujours nous ferons divisionune bien nette et bien précise
entre nos résultats et ceux de nos devanciers. Nous commence-
rons par exposer d'une façon en quelque sorte didactique les
résultats de nos recherches et notre façon de concevoir les faits
et l'enchaînement des phénomènes. Ensuite, et d'une manière
très indépendante réalisée par l'emploi de caractères typogra-
phiques difTérents, nous exposerons les opinions des auteurs sur
le point particulier étudié. Contrairement à l'usage habituel,
nous ne ferons pas d'introduction historique; cet exposé est le
plus souvent inutile puisqu'il doit être répété en fragments dans
le texte.
Les indications bibliographiques sont données en fin du tra-4 — FO^CTIONNEMEMPOLICARD. l.E
vail par oi'dro alj)liabéli(jue. Dans le texte, une date et au besoin
un numéro d'ordre permettront de se reporter à cet index biblio-
graphique.
être diversesLa fonction urinaire peut étudiée de façons. Pour
dans son mécanisme intime, il est nécessaire d'utiliser lapénétrer
expérimentale. Mais l'instrument technique utilisé dansméthode
cette étude peut être variable. Ce peut être, suivant le cas, « l'ins-
1' «trument physique » ou instrument chimique ». On peut étu-
dier par exemple les variations de composition chimique de
l'urine quand on fait varier les conditions de cette sécrétion. En
supju'imant ou exagérant tel ou tel facteur on pourra se rendre
compte de son importance.
parallèlement cette étude, avec la méthodeOn peut aussi, à
chimique utiliser la méthode physique; dans les mêmes condi-
tions expérimentales on recherchera les variations de volume
du rein, de la pression sanguine, de la concentration osmotique
de l'urine, etc.
Dans ce travail, nous avons utilisé la méthode cytologique
pour étudier rein.le fonctionnement du Mettant cet organe dans
certaines conditions de sécrétion, nous nous sommes elTorcé de
rechercher les modifications cytologiques corrélatives de ces
variations de fonctionnement.
Connaissant la méthode que nous employerons, nous l'avons
appli([uée à l'étude d'un cas bien précis, le fonctionnement du
tube urinaire de Rana temporaria. Chez cet animal, pris comme
type, nous avons donc essayé de faire une étude de la sécrétion
urinaire })ar la méthode cytologique.
Nous n'avons évidemment pas la prétention de faire ainsi une
chose bien nouvelle : depuis le mémoire fondamental de H. Hei-
denhain un certain nombre d'auteurs onlentre|)ris des recherches
de cet ordre. Mais les coins de la science qu'ils défrichés sontont
bien petits. Nous avons essayé nous labourer de notreaussi de
mieux avec des instruments nouveaux un jietit espace de ce vaste
chanq) inculte de la connaissance humaine. Nous nous sommes
elTorcé de collaborer de notre mieux à l'œuvre commune.DU REIN DE LA GREINOUILLE.
Ce travail comprendra cinq chapitres :
1° Exposé critique des techniques.
2'^ L'objet de nos expériences : le rein de Rana temporaria.
3° Nos recherches expérimentales.
4" Synthèse de nos résultats concernant la sécrétion urinaire.
5° Index bibliographique.
Les recherches qui forment la base de ce travail ont été poursui-
vies dans diflérents laboratoires, mais surtout dans les labora-
toires d'Anatomie générale (prof. Renaut) et de Physiologie
(prof. Morat) de la Faculté de médecine de Lyon. Les nécessités
de la vie militaire de l'auteur de ce mémoire l'ont amené à
demander, pendant certaines périodes, l'hospitalité de leurs labo-
ratoires au regretté professeur Malassez, au Collège de France, et
M. Mesnil, de l'Institutà Pasteur de Paris. Ces mêmes raisons
lui ont rendu particulièrement difficile le travail de biblio^-ra-
phie. Il s'est efforcé d'être aussi complet que possible et de ne
laisser de côté aucun travail. Son plus grand désir serait d'avoir
réussi.CHAPITRE I
EXPOSÉ CRITIQUE DES TECHNIQUES
Nous examinerons ici dans ce chapitre les différentes condi-
tions de notre teclinique expérimentale et cytologique.
I. — TechxMQue expérimentale.
1" Animaux — étaient cap-d'expériences. Nos Hana temporarla
turées aux environs Elles étaient conservées au labora-de Lyon.
toire dans un petit minimum de temps.terrarium pendant un
Toujours un examen du sang- de l'animal était pratiqué. Ceci
pour nous renseigner sur l'existence de parasites.
2° —Voie d'introduction des substances expérimentées. Les
substances que nous désirions introduire dans l'organisme
étaient ou bien utilisant unedonnées par la voie stomacale (en
fine sonde urétrale introduite par l'œsophage), ou bien injec-
tées dans les sacs lymphatiques dorsaux, ou bien injectées
dans la grosse veine sous-cutanée abdominale.
3° Obtention — très faci-de l'urine. Nos grenouilles étaient
lement sondées cloacal une canuleen introduisant par l'orifice
à injection intra-artérielle une opération facilepour chien. C'est
à condition que l'on opère doucement en dirigeant la canule un
peu en haut deparallèlement au plan de la surface dorsale
l'animal. La cen-quantité d'urine obtenue dépasse souvent un
timètre cube ou même deux. quantités sont naturellementCes
loin de permettre une analyse un peu complète et surtout (juan-
titative; cependant elles furent toujours suffisantes pour que

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.