Le sort de l'Empire ottoman

De
LE SORT DE L'EMPIRE OTTOMAN OUVRAGES PRINCIPAUX DU MÊME AUTEUR Les Conférences de La Haye pour la codification du Droit International Privé, Petrograd (En russe.)2 volumes, 1900. Commission d'Enquête de Paris sur l'incident de la mer du Nord, Paris 1905.La Dans la Revue Générale de Droit International Public et en brochure. (En français.) ottomane dans ses relations avec les puissances étrangères. Paris 1910.La Justice Série d'articles dans la Revue Générale de Droit International Public, et chez Pe- (En français.)done, édit. Puissance jeune-turque, Moscou Dans la Revue Rousskaya Myssl et enLa 1915. brochure. (En russe). Le Droit International Maritime la en cours de publicationpendant grande guerre, dans les Nouvelles du Ministère des Affaires Etrangères de Russie, v. livraisons II et III, année 916, Petrograd. (En russe.)1 LE SORT DE L'EMPIRE OTTOMAN PAR ANDRÉ MANDELSTAM INTERNATIONALDOCTEUR EN DROIT DE L'UNIVÏRSITÉ DE PETROGRAD ASSOCIÉ DE L'INSTITUT DROITDE INTERNATIONAL PREMIER DROGMAN DEANCIEN L'AMBASSADE DE RUSSIE A CONSTANTINOPLE ANCIEN SECRÉTAIRE DE LA SECONDE CONFÉRENCE DE LA PAIX Le Droit sera un jour le souverain du monde. Mirabeau. Ls Droit est une choseplusprécieuse que la Paix. Président Wilson. ieLIBRAIRIE PAYOT ET C LAUSANNE PARIS i, Rue de Bourg, i 106, Bd St-Germain, 106 I-Institut «**eus lWMs&RMm i 0\- rrn v y^y% rà .'~N pourTous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation réservés etous pays, Copyright by Payot & C' Paris.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 49
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 652
Voir plus Voir moins

LE SORT
DE
L'EMPIRE OTTOMANOUVRAGES PRINCIPAUX DU MÊME AUTEUR
Les Conférences de La Haye pour la codification du Droit International Privé,
Petrograd (En russe.)2 volumes, 1900.
Commission d'Enquête de Paris sur l'incident de la mer du Nord, Paris 1905.La
Dans la Revue Générale de Droit International Public et en brochure. (En français.)
ottomane dans ses relations avec les puissances étrangères. Paris 1910.La Justice
Série d'articles dans la Revue Générale de Droit International Public, et chez Pe-
(En français.)done, édit.
Puissance jeune-turque, Moscou Dans la Revue Rousskaya Myssl et enLa 1915.
brochure. (En russe).
Le Droit International Maritime la en cours de publicationpendant grande guerre,
dans les Nouvelles du Ministère des Affaires Etrangères de Russie, v. livraisons
II et III, année 916, Petrograd. (En russe.)1LE SORT
DE
L'EMPIRE OTTOMAN
PAR
ANDRÉ MANDELSTAM
INTERNATIONALDOCTEUR EN DROIT DE L'UNIVÏRSITÉ DE PETROGRAD
ASSOCIÉ DE L'INSTITUT DROITDE INTERNATIONAL
PREMIER DROGMAN DEANCIEN L'AMBASSADE DE RUSSIE A CONSTANTINOPLE
ANCIEN SECRÉTAIRE DE LA SECONDE CONFÉRENCE DE LA PAIX
Le Droit sera un jour le souverain
du monde.
Mirabeau.
Ls Droit est une choseplusprécieuse
que la Paix.
Président Wilson.
ieLIBRAIRIE PAYOT ET C
LAUSANNE PARIS
i, Rue de Bourg, i 106, Bd St-Germain, 106
I-Institut
«**eus lWMs&RMmi
0\- rrn
v y^y%
rà .'~N
pourTous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation réservés
etous pays, Copyright by Payot & C' Paris.191 7, ,PRÉFACE
Ce livre est l'œuvre d'un libéral russe, d'un juriste qui aime le
droit, et qui a passé seize ans dans un Empire qui déclaréa à
droit une guerre éternelle. Dès lors,l'idée du tout homme de
pourquoi l'auteur s'attaquecœur comprendra aujourd'hui à l'Em-
pire Ottoman.
Dès notre arrivée en Turquie,en nous avons ressenti1898, la
haine que conçoit naturellement tout esprit libéral pour le Sultan
Rouge, et cette haine n'a fait que croître durant les dix année3
au cours desquelles nous avons dû être le témoin indigné et impuis-
sant de ses crimes. Mais cette haine ne s'étendait aucunement au
peuple turc. Bien au contraire. Arrivé à Constantinople après les
massacres arméniens de 1895-1896, et voyant les libéraux turcs
souffrir non moins, peut-être, sous la griffe sanglante d'ABD-ux-
Hamid, que les chrétiens, nous avons cru sans peine ce que nous
avaient dit nos collègues turcs à l'Ecole des sciences politiques de
Paris : que le peuple turc était foncièrement bon et noble, et que
son gouvernement seul le déshonorait, en commettant en son nom
des crimes dont l'horreur faisait frémir ses sujets turcs non moins
que l'Europe.
C'est donc avec une joie sincère que nous avons accueilli, nous,
lelibéral russe, soleil levant de la révolution jeune-turque de 1908,
dont les premiers rayons promettaient des temps meilleurs pour
tous les peuples installés sur le vaste territoire Otto-de l'Empire
—man. D'autant plus on —pouvait l'espérer du moins, que le
rapprochement entre la Russie, la France et l'Angleterre, d'uni/EMPIRE OTTOMANLE SORT DEVI
de l'autre, permettrait d'opposer uneet la nouvelle Turquiecôté,
pangermanistes qui se dessinaient avec unedigue aux plans
plus inquiétante.chaque jourclarté
sait, étaient celles de la majeure partie desillusions, on leCes
Malheureusement, elles ne furent pas dede l'Europe.libéraux
qui se flattaientdurée. I,esJeunes-Turcs, audébut de suivrelongue
girondin, finirent par devenir de sinistres jacobins, chezl'idéal
lesquels un chauvinisme aigu et un panislamisme combatif, d'au-
plus révoltant qu'il ne reposait sur aucune conviction reli-tant
gieuse, remplacèrent les grands principes de la Révolution.
nous nous joignions à ceux qui proclament queNon pas que
n'ont jamais été sincères. Les ayant beaucouples Jeunes-Turcs
premiers mois de leur révolution, nousfréquentés pendant les
amicaux de ce temps l'impres-avons conservé de nos entretiens
Ottoman où toussion qu'ils caressaient, en effet, le rêve d'un Etat
les citoyens seraient libres et égaux ils ne comprenaient cepen-;
dant pas, même alors, qu'aucune des vieilles races non-turques
de l'Empire ne consentirait se laisser fondre dans un ottoma-à
nisme incolore, reconnaissance des droitsdel'homme,et que dans la
il faudrait développement du génie decomprendre celui au libre
sa nationalité. restèrent fidèles àMais, du moins, les Jeunes-Turcs
cet réactionnaire du« ottomanisme libéral » jusqu'au coup d'Etat
31 mars avril à leur exode à Salonique et à leur retour/13 1909,
triomphal à Constantinople avec l'armée de Mahmoud Chefket
Pacha.
C'est à partir de ce retour que se révéla toute la petitesse,
toute la pusillanimité de ces hommes qui, s'ils avaient eu une
attitude virile et auraientconforme aux idéals proclamés pareux,
certainement quidonné une autre face à plusieurs des événements
ont préludé età la guerre mondiale. En face de l'ignorance crasse
du fanatisme borné du peuple turc, qui avait éclaté à leurs yeux
dans la journée du 31 mars, et qui avait coûté la vie à certains

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.