Le soulèvement des travaileurs d'Angleterre en 1381 : études et documents publiés avec und introd. historique par Ch. Petit-Dutaillis

De
if/€ m % i\n ^jfm^^™ IJSwÊPjjfMStà LE SOULEVEMENT DBS TRAVAILLEURS D'ANGLETERRE 8-1EN 13 MAI :i>\. l'I'.n'l'.vr KHKHKS. IMIMMMI-rMS w# MEMOIRES ET DOCUMENTS PUBLIÉS PAR LA SOCIÉTÉ DE L'ÉCOLE DES CHARTES II LE SOULEVEMENT TRAVAILLEURS D'ANGLETERRE EN 1381 P HA ANDRÉ 11ÉVILLE Professeur à l'Enseignement populaire supérieur de Paris AVEC UNEÉTUDES ET DOCUMENTS PUBLIES INTRODUCTION HISTORIQUE I' A lî GH. PETIT-DUTAILLIS Chargé de cours à la Faculté des lettres de Lille c^l^Oo PARIS s A. PICARD ET FILS, ÉDITEURS Libraires de la Soeiété de des Chartes desl'École et Archives Nationales 82, RUE BONAPARTE, 82 1898 Yaissière,Pierre de DA PREFACE André Rèville était né en Hollande, à Rotterdam, de parents fran- çais ', le .28 janvier 1867. Sa famille revint en France quelques années après et il commença ses études au collège de Dieppe. Puis il entra au Henri à Paris, termina son instructionlycée IV, et y secondaire. De ces premières études d'André Rèville, je veux retenir ici et la constance de son labeur, récompensée par d'innombrables —succès, et la solidité de sa culture littéraire. il écrivait le latin avec correction une aisance aujourd'hui— surtoutune et peu fréquentes et le qu'il manifestait pour les sciences exactes. Dès cette époquegoût cependant , et bien avant qu'il temps pour lui de choisir unefut carrière, il avait résolu de se consacrer à l'histoire, qu'il voyait culti- ver avec éclat dans sa famille même.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 27
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 498
Voir plus Voir moins

if/€
m
%
i\n
^jfm^^™ IJSwÊPjjfMStàLE SOULEVEMENT
DBS
TRAVAILLEURS D'ANGLETERRE
8-1EN 13MAI :i>\. l'I'.n'l'.vr KHKHKS. IMIMMMI-rMSw#
MEMOIRES ET DOCUMENTS
PUBLIÉS PAR LA SOCIÉTÉ DE L'ÉCOLE DES CHARTES
II
LE SOULEVEMENT
TRAVAILLEURS D'ANGLETERRE
EN 1381
P HA
ANDRÉ 11ÉVILLE
Professeur à l'Enseignement populaire supérieur de Paris
AVEC UNEÉTUDES ET DOCUMENTS PUBLIES INTRODUCTION HISTORIQUE
I' A lî
GH. PETIT-DUTAILLIS
Chargé de cours à la Faculté des lettres de Lille
c^l^Oo
PARIS
s
A. PICARD ET FILS, ÉDITEURS
Libraires de la Soeiété de des Chartes desl'École et Archives Nationales
82, RUE BONAPARTE, 82
1898Yaissière,Pierre de
DAPREFACE
André Rèville était né en Hollande, à Rotterdam, de parents fran-
çais ', le .28 janvier 1867. Sa famille revint en France quelques
années après et il commença ses études au collège de Dieppe. Puis
il entra au Henri à Paris, termina son instructionlycée IV, et y
secondaire. De ces premières études d'André Rèville, je veux retenir
ici et la constance de son labeur, récompensée par d'innombrables
—succès, et la solidité de sa culture littéraire. il écrivait le latin avec
correction une aisance aujourd'hui— surtoutune et peu fréquentes et
le qu'il manifestait pour les sciences exactes. Dès cette époquegoût
cependant , et bien avant qu'il temps pour lui de choisir unefut
carrière, il avait résolu de se consacrer à l'histoire, qu'il voyait culti-
ver avec éclat dans sa famille même. Il entra, en 1 8 86, à l'Ecole des
Chartes il de éludes, qui eussent été plus brillanteset fortesfity
encore s'il avait pu employer tous ses moments. Mais il prépara eny
même temps à la Sorbonne la licence, puis Vagrégation. A VEcole des
desHautes-Etudes, il fut un élèves les plus assidus de la conférence
d'Histoire anglaise dirigée par M. Hémont.
Ces travaux multiples ne le rebutaient pas un instant, n'altéraient
jamais la sérénité de son humeur. Parmi les archivistes de la promo-
tion l 890, qui ne se souvient de l'excellent camarade qu'était André
si a conseil? IlRéville, /fable, si discret et, à l'occasion, de si bon
alliait à une rare intelligence les plus nobles dons du caractère cl
du cœur. Ceux qu'il a consolés de leurs déboires, réconfortés par sa
1. Son père, aujourd'hui professeur au Collège de France, était pasteur de
l'Église réformée française de Rotterdam.
Mcm. et doc. de l'Ecole des Chartes.— aII.Il PRÉFACE
droite raison, guidéspar l'exemple de son énergie, n'ont pas oublié les
bien ils de sa ririle amitié.fa
André Réville soutint sa thèsepour obtenir le diplôme darchiviste'
paléographe enjanvier 1890. Elle avaitpour sujet un épisode impor-
tant de l'histoire sociale de l'Angleterre. le sou-C'était une Etude sur
lèvement des paysans d'Angleterre sous Richard II, en 1381 la révolte
;
dans les comtés de Hertford, Suffotk et Norfolk. // avait deuxfait
Londres temps luivoyages à pour en recueillir les matériaux. Mais le
avait manqué pour mettre en œuvre, propre tous lesà sa satisfaction,
éléments qu'il avait amassés au cours de ses recherches. Néanmoins il
classéfut dans un bon rang. Il sortit troisième de VEcole, et la même
année reçu second l'agrégationfut à d'histoire. Son apprentissage
scientifique était terminé. Il obtint une bourse de voyage et séjourna
890-pendant l'année 1 189 1 en Angleterre pour reprendre jusque
dans sur de 138 lses fondements le travail qu'il avait fait la rébellion
et le en thèse de doctorat es lettres. tâche le passionnait.transformer Sa
Il se sentait déjà attiré vers l'histoire économique et sociale : décrire
la condition des classes laborieuses dans les anciens âges, leurs
leurs espoirs leurs titre uncroyances, et révoltes, luiparaissait ajuste
travail plein d'intérêt et d'utilité. D'autre part, il étudiait depuis
longtemps, avec un goût particulier, lepassé de l'Angleterre. Si Fran-
çais qu'il par ses la générosité son cicur. il aimaitfut sentiments et de
et admirait les Anglais, leur sang-froid, leur énergie, leur joie de
vivre et d'agir.
mois 8Au de juillet l 9 I . il repassa ht Manche, sans avoir terminé
des recherches iju'il ne devait jamais reprendre.
De puissants intérêts rappelaient à Paris. Il avait appris que le
municipalConseil voulait créer une nouvelle chaire dans renseigne-
ment populaire supérieur il VHistoire; s'agissait de professer du tra-
vail. Rien ne pouvait mieux plaire à André Réville. Sa candidature
réussi/ cl il 1-1inaugura ses cours dans l'hiver de 189 892. Quelques
mois il une jeune digne de lui. devint sonaprès, épousait fille qui
intelligente et sûre dans l;i poursuite qu'il faisait du biencompagne
science. si paisiblementet de la L'union île ces deux jeunes êtres était
semblait indestructible destin*harmonieuse, siparfaite, qu'elle et

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.