Les artistes écrivains

De
theTresented to theLiBRARY of OF TORONTOUNIVERSITY by MRS. MAURICE DUPR^ xr^f-^-"^ LES ÉCRIVAINSARTISTES LIBRAIRIE FÉLIX ALCAN ART ET ESTHÉTIQLIE Collection publiée sons la direction de M. PIERRE MARCEL. avec reproductionsVolumes in-8 écu, hors texte, à 6 et â lo fr. Ouvrages publiés : Titien, par Henry CARO-DELVAILLE. Velazquez, par AMAN-JEAN. Greuze, par Louis HAUTECŒUR. Holbein. par L FOUGERAT. par Henri FOCILLON.Hokousaï. Puvis de Chavannes, par RENÉ JEAN. Giorgione. par Georges DREYFOUS. William Morris, par G. VIDALENC. parRembrandt, Ch. COPPIER. Degas, par Henri HERTZ Caravage, par G. ROUCHÈS.Le Goya, par Jean TILD Courbet, par A. FONTAINAS. G.L'Art Norvégien contemporain, par VIDALENC. En préparation : par Ed. Pilon. —Philippe de Champaigne. Pisanello, par Jean — par Jean Chantavoine. —GuiFFREY. Claus Sluter, Art et esthé- tique, par Victor Basch.— Poussin, par Henry M&ssis.— Daumier, — par E. Port.—par Gustave Geffroy. Fromentin ClaudeLorrain, — par H Fierens-Gevaert.—par R. EscHOLiER. Rubens, Fra Ange- —par Ed. Schneider. — Toulouse Lautrec, par î. Cargo.lico, —Phidias par H. Caro-Delvaille. La crise présente des arts par Henri Hertz. — Constantin par Andréplastiques, Meunier Fontaine.—Memling, par Georges Huisman.— Eustache Le Sueur, —par Gabriel Rouchès. Maurice Denis, par Albert Thiebault-Sis- — —soN. L'ancien art bulgare, par B. Filow. Hogarth, par André Blum. ART ET ESTHÉTIQUE LES ARTISTES ÉCRIVAINS p.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 28
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 172
Voir plus Voir moins

theTresented to
theLiBRARY of
OF TORONTOUNIVERSITY
by
MRS. MAURICE DUPR^xr^f-^-"^
LES
ÉCRIVAINSARTISTESLIBRAIRIE FÉLIX ALCAN
ART ET ESTHÉTIQLIE
Collection publiée sons la direction de M. PIERRE MARCEL.
avec reproductionsVolumes in-8 écu, hors texte, à 6 et â lo fr.
Ouvrages publiés :
Titien, par Henry CARO-DELVAILLE.
Velazquez, par AMAN-JEAN.
Greuze, par Louis HAUTECŒUR.
Holbein. par L FOUGERAT.
par Henri FOCILLON.Hokousaï.
Puvis de Chavannes, par RENÉ JEAN.
Giorgione. par Georges DREYFOUS.
William Morris, par G. VIDALENC.
parRembrandt, Ch. COPPIER.
Degas, par Henri HERTZ
Caravage, par G. ROUCHÈS.Le
Goya, par Jean TILD
Courbet, par A. FONTAINAS.
G.L'Art Norvégien contemporain, par VIDALENC.
En préparation :
par Ed. Pilon. —Philippe de Champaigne. Pisanello, par Jean
— par Jean Chantavoine. —GuiFFREY. Claus Sluter, Art et esthé-
tique, par Victor Basch.— Poussin, par Henry M&ssis.— Daumier,
— par E. Port.—par Gustave Geffroy. Fromentin ClaudeLorrain,
— par H Fierens-Gevaert.—par R. EscHOLiER. Rubens, Fra Ange-
—par Ed. Schneider. — Toulouse Lautrec, par î. Cargo.lico,
—Phidias par H. Caro-Delvaille. La crise présente des arts
par Henri Hertz. — Constantin par Andréplastiques, Meunier
Fontaine.—Memling, par Georges Huisman.— Eustache Le Sueur,
—par Gabriel Rouchès. Maurice Denis, par Albert Thiebault-Sis-
— —soN. L'ancien art bulgare, par B. Filow. Hogarth, par
André Blum.ART ET ESTHÉTIQUE
LES
ARTISTES ÉCRIVAINS
p. RATOUIS DE LIMAY
AVEC 16 PLANCHES HORS TEXTE
PARIS
LIBRAIRIE FÉLIX ALCAN
BOULEVARD S A IN ï-G ERMAIN VI"*108, ,
I192
d'adaptationTous droits de traduction, de reproduction et
réservés pour tous pays.7/-
\ V,'AVANT-PROPOS
« n'éprouve pas, à beaucoup près pour écrire, laJe
difficulté que trouve faire mes tableaux,même je à a
Delacroixécrit Eugène dans son Journal. Pour arri-
ver à me satisfaire en rédigeant quoi que ce soit, il
me faut beaucoup moins de combinaisons de composi-
tion que pour me satisfaire pleinement en peinture. »
Tous les artistesn'eurentcertes pas, pourtenirlaplume,
la même facilitéque Delacroix, et si nous rencontrons
des Vinci, des Michel-Ange, des Cochin, des Rey-
nolds, des Fromentin, des Garnier, des Breton, qui
témoignèrentdans leurs écrits derares qualités d'esprit,
d'observation, d'érudition, et d'un sens du pittoresque
tout à fait charmant, il faut avouer qu'il se trouve
les écrivains, plus d'unpar contre, parmi artistes
discoureur ennuyeux et pédant.
En France, la pédagogie sévit surtout, drapée d'un
caractère officiel, à la fin du xvii'' siècle et au com-
mencementdu xviii% avec les Conférences de l'Acadé-
mie royale Des questionsde peinture et de sculpture.
du dessinbrûlantes, telles que l'importance relative
et de la couleur, furent mises à l'ordre du jour, dont
la discussion souleva bien des tempêtes sur des flotsAVANT-PROPOSIl
libellesd'encre. Discours, opuscules, constituèrent
—l'arsenal des combattants rubénistes et poussinistes
— engagés dans cette lutte sans merci. Il se trouva
dans leurs rangs, hâtons-nous de le dire,néanmoins
cultivés, tels que Le Brun, de Piles,des esprits très
jusqu'à prétendre, commeAntoine Coypel. Sans aller
l'Académie diri-Brunetière, que les Conférences de
gèrent la critique d'art « dans la bonne, dans la vraie
et dans la seule voie », il faut reconnaître cependant
cette tradition, abandonnée seulement à la fin duque
parmi trop de discours décla-XVIII'' siècle, provoqua,
d'intérêt et d'impartialité,matoires et d'écrits dénués
d'érudition trèsdes pages de critique subtile et sûre.
Que la littérature d'art ait le plus souvent pris un
caractère didactique sous la plume des artistes écri-
rien de moins surprenant. Ne devaient-ils pasvains,
enclins penser qu'il n'estêtre tout naturellement à pas,
doctrine vraimenten matière d'art, de critique ni de
solides, si elles ne sont étayées sur la connaissance
parfaite des ressources de la technique et des moyens
d'expression ?
« Pour développer l'essence cachée et mettre au
notre art, a écrit Rey-jour les principes intérieurs de
il fautplusnolds dans le XV' de ses Discours, d'ha-
bitude d'écrire qu'on ne peut raisonnablement en
attendred'unhomme occupé de la pratique du pinceau.
C'est peut-être laraisonqui fait que la poésie bénéficie
d'une meilleure critique sa sœur la peinture. Lesque
quand ils expli-poètes écrivent facilement en prose;
quent et développent les principes les plus raffinés de
leur art, on peut dire qu'ils ne font qu'en pratiquer

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.