Les classes rurales en Bretagne du 16e siècle à la Révolution

De
RRETAGNELES CLASSES RURALES EN RÉVOLUTIONDU XVI« SIÈCLE A LA AUTEURDU MEME vol.XI et les villes, Paris, Alcide Picard, 1891, 1 in-S".Louis Paris, Alphonse Picard,Les États de Bretagne au XVI'' siècle, 1895, 1 vol. in-8°. Bretagne au Moyen-Age,Étude sur les classes rurales en vol. in-S".Paris, Alphonse Picard, 1896, 1 Moyen-classes rurales et le régime domanial en France auLes vol. in-S».Age, Paris, Giard et Brière, 1901, 1 *—yw V*/ LES CLASSES KORALES EN BRETAGNE DU XVI' SIECLE A LA REVOLUTION PAR HENRI SÉE PROFESSEUR l'unIVERSItÉ DE RENNESA 4923x0 PARIS BRJÈRE, ÉditkursV. GlARl) ET K. Soufflot (5«)16, rue 1900 HJD Bl'oi PREFACE Si, dans une certaine mesure, il est dès maintenant possible d'écrire, comme je l'ai tenté récemment, l'histoire des classes rurales en France au Moyen-Age, il évident pourest que, les temps modernes, une pareille synthèse serait encore tout à fait prématurée elle ne pourra être entreprise avec un ; mono-réel profit pour la science que le jour où de bonnes graphies régionales auront, pour la plupart des provinces, décrit avec précision la condition des paysans dans les der- niers siècles de l'Ancien Régime. rurales en Bretagne du XVP siècleL'histoire des classes à la Révolution m'a paru mériter tout particulièrement une même auxétude approfondie. C'est qu'en effet la Bretagne, conservé un caractère original.XVIP et XVIIP siècles, a royaume, elle n'a subi que lentementRéunie tardivement au gardé jusqu'enl'influence des institutions françaises.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 53
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 574
Voir plus Voir moins

RRETAGNELES CLASSES RURALES EN
RÉVOLUTIONDU XVI« SIÈCLE A LAAUTEURDU MEME
vol.XI et les villes, Paris, Alcide Picard, 1891, 1 in-S".Louis
Paris, Alphonse Picard,Les États de Bretagne au XVI'' siècle,
1895, 1 vol. in-8°.
Bretagne au Moyen-Age,Étude sur les classes rurales en
vol. in-S".Paris, Alphonse Picard, 1896, 1
Moyen-classes rurales et le régime domanial en France auLes
vol. in-S».Age, Paris, Giard et Brière, 1901, 1*—yw V*/
LES
CLASSES KORALES
EN BRETAGNE
DU
XVI' SIECLE A LA REVOLUTION
PAR
HENRI SÉE
PROFESSEUR l'unIVERSItÉ DE RENNESA
4923x0
PARIS
BRJÈRE, ÉditkursV. GlARl) ET K.
Soufflot (5«)16, rue
1900HJD
Bl'oiPREFACE
Si, dans une certaine mesure, il est dès maintenant possible
d'écrire, comme je l'ai tenté récemment, l'histoire des classes
rurales en France au Moyen-Age, il évident pourest que,
les temps modernes, une pareille synthèse serait encore tout
à fait prématurée elle ne pourra être entreprise avec un
;
mono-réel profit pour la science que le jour où de bonnes
graphies régionales auront, pour la plupart des provinces,
décrit avec précision la condition des paysans dans les der-
niers siècles de l'Ancien Régime.
rurales en Bretagne du XVP siècleL'histoire des classes
à la Révolution m'a paru mériter tout particulièrement une
même auxétude approfondie. C'est qu'en effet la Bretagne,
conservé un caractère original.XVIP et XVIIP siècles, a
royaume, elle n'a subi que lentementRéunie tardivement au
gardé jusqu'enl'influence des institutions françaises. Elle a
Etats, où prédomine1789 une constitution particulière; ses
exercent encore une autorité considé-l'aristocratie foncière,
privilègesessentiellement favorable au maintien desrable,
à un faible dévelop-seigneuriaux. Condamnée par la nature
médiocrejamais eu qu'une trèspement économique, elle n'a
toujours trèsindustrielle la vie urbaine a étéactivité ; y
pays plus exclusivementpeu intense en un mot, c'est un
;
Considé-régions de la France.rural que la plupart des autres
particulière-trouve des modes de tenuresrons aussi qu'on y
quevaise, le comptant.
: domaine congéable, lament curieux le
pré-j'entreprends sembleAu premier abord, l'étude que
pour lepour les temps modernes quesenter moins d'intérêt
qui a transformé l'es-L'évolution si remarquable,Moyen-Age.
un vilain franc, per-en servage et qui du serf a faitclavageVI PRÉFACE.
libre, est presque complètement achevée avantsonnellement
lafm du Moyen-Age. Déjà, vers le milieu du XIV^ siècle,la
paysans paraît fixée, dans ses traits essentiels,condition des
subsistera jusqu'à la fm de l'Ancien Régime. Ettelle qu'elle
percevoir lac'est à ce même moment que l'on commence à
seigneurial, à voir lesdécadence du régime domanial ou
premiers effets de la naissante fiscalité royale, qui va peser
rurales.de plus en plus lourdement sur les classes
trouvera dans cette étude la solutionMais, d'autre part, on
sansd'un problème certainement intéressant ; la Bretagne est,
disparu plus tôt,aucun doute, l'un des pays oii le servage a le
paysan semble avoir été le plus rapidementoù la personne du
émancipée; la question se pose donc de savoir si, à l'époque
conservé leurmoderne, les classes rurales de la Bretagne ont
soumises une exploi-avance, ou si, au contraire, elles sont à
tation aussi dure que les paysans des autres régions de la
—France. Puis, et voilà ce qui donne vraiment tout leur prix
— aux XVP,à des recherches de ce genre, c'est seulement
qu'apparaissent en pleine lumièreXVIP et XVIIP siècles
l'organisation de la propriété foncière, le caractère du régime
con-seigneurial, les divers modes de location des terres, la
nature de l'exploi-dition des diverses classes de cultivateurs, la
agricole, vie matérielle et morale des paysans. Autation la
Moyen-Age, on ne peut guère discerner que les principales
moderne,étapes de l'évolution des classes rurales; à l'époque
façon réelle etau contraire, on peut se représenter d'une
concrète l'existence populations agricoles.des
C'est qu'en effet les sources auxquelles il nous est possible
instruc-de puiser sont infiniment plus nombreuses et plus
tives que pour la période Moyen-Age. On n'en est plusdu
réduit aux données souvent très maigres et très sèches des
documentschartes. Les fonds seigneuriaux sont très riches en
de toutes sortes aveux généraux des sei-
: aveux des vassaux,
gneuries; comptes seigneuriaux, souvent très détaillés; cor-
seigneu-respondances d'affaires; procès; registres des justices
riales, etc. (1). Non moins importants sont les documents
(1) A cette catégorie de documents, il convient de joindre les titres doma-
roi Nat., royal (série P),niaux du (Arch. série Q) et les terriers du dornaine

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.