Les Écossais en France, les Français en Écosse

De
\ Présented to the UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY by the ONTARIO LEGISLATIVE LIBRARY 1980 (/) EN FRANGELES ÉCOSSAIS FRANÇAIS EN ECOSSELES i;i>RDF.*l X.— IMI'KIMKRIE G. GOrSOUlLHOIT, RIK r.l'lRAfllE, II. .^^^n^^ V iLES i^o^l .3 ECOSSAIS EN FRANCE LES FRANÇAIS EN ECOSSE FRANCISQUE-MICHEL C0RI1ESP0NDX51T DE L'INSTITUT DE FRANCE, DE l'ACADÉMIE IMPÉRIALE DE VIE.NXK ET DE l'aCADÉMIE ROYALE DES SCIENCES DE TURIN MEMBRE HONORAIRE DES SOCIÉTÉS DES ANTIQUAIRES DE LONDRES, D'ÉCOSSE ET DE NORMANDIE DE l'association ARCHÉOLOGIQUE CAMBRIENNE, ETC. DEUXIEME VOLUME LONDRES TRÙBNER à C'% PATERNOSTER ROW, N" 60 M DCCC LXII (Droits de traduction et reproduction réservés.)de LES ÉCOSSAIS EN FRANGE LES FRANÇAIS EN ECOSSE CHAPITRE XXIII. de Henri II, blessé filsMort par le commandant de la garde écossaise ; le grand prieur de France, de ce prince et de Lady Fleming joie de celle dame en se voyant enceinte du roi importation de danses écos- ; ; — —saises par le bâtard d'Ecosse. Anecdote relative à un Ecossais établi en Lorraine. Langaige escosac- françoia,jargon des Ecossais en France; Balade de deux £sco»«oi«; lYouel en eacossois.— L'écossais placé chez nous sur la même ligne que le basque; traducteur et interprète royal pour les langues écossaise et anglaise.— Proverbes français auxquels les Écossais ont donné lieu anecdote rapportée par Henri ; —Estienne. Fierté proverbiale des Écossais; mort héroïque de Gilbert Turnbull pendant l'expédition de Calabre en 1503.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 35
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 564
Voir plus Voir moins

\
Présented to the
UNIVERSITY OF TORONTO
LIBRARY
by the
ONTARIO LEGISLATIVE
LIBRARY
1980(/)EN FRANGELES ÉCOSSAIS
FRANÇAIS EN ECOSSELESi;i>RDF.*l X.— IMI'KIMKRIE G. GOrSOUlLHOIT, RIK r.l'lRAfllE, II..^^^n^^
V iLES i^o^l .3
ECOSSAIS EN FRANCE
LES
FRANÇAIS EN ECOSSE
FRANCISQUE-MICHEL
C0RI1ESP0NDX51T DE L'INSTITUT DE FRANCE, DE l'ACADÉMIE IMPÉRIALE DE VIE.NXK ET DE l'aCADÉMIE
ROYALE DES SCIENCES DE TURIN
MEMBRE HONORAIRE DES SOCIÉTÉS DES ANTIQUAIRES DE LONDRES, D'ÉCOSSE ET DE NORMANDIE
DE l'association ARCHÉOLOGIQUE CAMBRIENNE, ETC.
DEUXIEME VOLUME
LONDRES
TRÙBNER à C'% PATERNOSTER ROW, N" 60
M DCCC LXII
(Droits de traduction et reproduction réservés.)deLES
ÉCOSSAIS EN FRANGE
LES
FRANÇAIS EN ECOSSE
CHAPITRE XXIII.
de Henri II, blessé filsMort par le commandant de la garde écossaise ; le grand prieur de France, de ce
prince et de Lady Fleming joie de celle dame en se voyant enceinte du roi importation de danses écos-
; ;
— —saises par le bâtard d'Ecosse. Anecdote relative à un Ecossais établi en Lorraine. Langaige escosac-
françoia,jargon des Ecossais en France; Balade de deux £sco»«oi«; lYouel en eacossois.— L'écossais placé
chez nous sur la même ligne que le basque; traducteur et interprète royal pour les langues écossaise
et anglaise.— Proverbes français auxquels les Écossais ont donné lieu anecdote rapportée par Henri
;
—Estienne. Fierté proverbiale des Écossais; mort héroïque de Gilbert Turnbull pendant l'expédition de
Calabre en 1503.— Duel et combat du capitaine Leviston en Auvergne.— Evénements en Ecosse en 1S59,
—envoi de troupes françaises à Marie de Lorraine et préparatifs d'une seconde expédition. Garde de la
forteresse de Duubar au capitaine Sarlabous aîné.— Mesures expulser les Françaisdonnée indiquées pour
—de l'Ecosse. Retour de France du comte d'Arran, récemment dépouillé du commandement de la garde
écossaise; continuation de la guerre entre les lords confédérés les P'rançais; réclamation de la régenteet
—contre l'intervention d'Élizabetb dans les affaires d'Ecosse. Siège de Leith en 1560 noms des Français
;
marque qui défendaient la place.— Henry Drummond de Riccarlon.— Dénûmeut des assiégés; lade
—noblesse écossaise se tourne contre les Français. Situation difficile des Ecossais en France; Sir James
Melville l'bôtel Montmorency et va servir Marie Stuart à l'étranger.— Mort de Marie de Guise;quitte de
ses funérailles à Fécamp; son enterrement à Reims; honneurs rendus à sa mémoire par François II.
Henri II venait de mourir, frappé dans une joute par Jacques
de Lorges, comte de Montgoinmery, colonel des archers de sa
garde*, qui était regardé comme d'origine écossaise, et que
1 En cette qualité, il assistait aux obsèques de sa victime. Conformément au
"cérémonial usité, un héraut d'armes lui cria : Monsieur de Lorges, apporte/
l'enseigne des cent archers de la garde escossoise, dont vous avez la charge." Lo
Vol. U. 1
^' |[^?$2—
2 LES ÉCOSSAIS EN FRANCE.
Jacques V, pour je ne sais quelle raison , avait voulu attirer
dans son royaume^ Le défunt laissait, outre François II qui lui
succéda, un bâtard d'une dame de la famille noble des Fleming^,
dont Brantôme "...raconte ainsi la joie naïve ayant esté enceinte
du roy, elle n'en faisoit point la petite bouche, mais très-hardi-
ment disoit en son escocement francisé : "J'ay faict tant que
"j'ay pu que, la bonne heure,à je suis enceinte du roy, dont je
"m'en sens très-honorée et très-heureuse, et si je veux dire que
" le sang royal a je ne sçay quoy de plus suave et friande li-
"queur que l'autre, tant que je m'en trouve bien , sans compter
"les bons brins de presens que l'on en tire^." Suit un éloge du
Trespas, el (hdre des obsèques, funérailles el enterrement de lefeu... roy Henri
deuxième etc.de ce nom, {Arch. curieuses de l'hist. de France, i^* série, t. III,
—p. 345.) Dix jours avant la mort de Henri II, on voit le comte de Montgomniery
mariagefigurer comme témoin au contrat de de Claude Gouflier, marquis de
Boissy, grand écuyer de France, passé à Paris, le dernier jour de juin 1539, en
présence de Marie Stuart et d'Antoinette de Bourbon, duchesse douairière de
donna lieu à une lettreGuise; cérémonie qui écrite par la reinc-daupliinc à Mar-
guerite Chasteigner. {Hist. geneal. de la maison des Chasteigners, liv. III, ch. II,
p. 213.) Montgommery néanmoins se bannit de France mais après avoir erré quel-;
que temps en Italie, il rentra dans le royaume, se mêla à la guerre civile, fut
pris et eut la tète tranchée sur l'échafaud. Brantôme,Hommes illustres et grands(
liv. II, ch. LUI, dans ses œuvrescapitainesfrançois, complètes, t. I, p. 312, col. 2
)
Deux autres ouvrages du temps, le Discours merveilleux de la vie de Catherine
de Médias, et le Journal de Henri III (samedi 26 juin 1374; coUect. Petitot,
série, t. XLV, parlent bien autrementl^* p. 97-99), de la mort de ce malheureux
gcntilii()mme,dont le père (chose remarquable!) avait de même blessé François I«'',
père de Henri II, d'une boule à la tète en une partie de jeu de boules de neige.
S'il faut en croire l'éditeur des Mémoires de Biaise de Montluc, existe en ma-il
nuscrit une espèce de complainte de son fils Gabriel, comte de Montjfonimery, qui
se dit fils du capitaine Alorges, c'est-à-dire de Jacques de Lorges, capitaine de la
garde écossaise. (Coliect. Petitot, l''* série, vol. XX, 416, not.)p.
1 —Thorpe, CalendarofState Papers, etc., vol. I, p. 31, n» 10. Plus loin, vol. II,
n" se trouve une demande de passeports pour deux Écossais,p. 708, 54, Mathew
Sempill et George Montgommery, qui se rendaient en France en 1596 pour leur
de leurs âmes.édification et le contentement
* Le P. Anselme {Hist. géncal. et chronol. de la maison roy. de France, t. I,
donne pour mère Henrip. 136, B; t. VII, p. 933, A) à d'Angoulèmc, grand prieur
France, N. de Leviston.de
^ Des Dames gallantes, VI» discours, {(l'ouvres complètes de Brantôme, t. II,
col. — d'Angoulème, pouvaitp. 410, 2.) Le bâtard à la mort de son père, bien être
âgé de dix ans. [Relations des ambassadeurs vénitiens, etc., t. I, p. 506.)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.