Les poissons des eaux douces de l'Afrique occidentale : du Sénégal au Niger

De
Gouvernement Général de l'Afrique Occidentale Françaisey, p20 PUBLICATIONS Dïï COMITÉ D'ÉTDDES HISTORIEES ET SCIENTIFiaUES POISSONSLES nES EAUX DOUCES OCCIDENTALEL'AFRIOIIEDE (DT^ SÉNÉGAL AU NIGER) PAR JACQUES PELLEGRIN (Il Docteur ès-sciences, docteur en médecine Assistant au Muséum national d'histoire naturelle Ancien Président de la Société Philomalliique de Paris et de la Société Zoologique de France Secrétaire généial de la Société centrale d'Aquiculture Lauréat de l'Institut ^J7^ PARIS V«= EMILE LAROSE, LIBRAIRE-ÉDITEUR 11, RUE VICTOR-COUSIN, 11 1923 LES POISSONS DES EAUX DOUCES DE l'aFRIQUE occidentale, (DU sÉ I-TBOj^ !_. A.XJ I>TIO H3 K. ) INTRODUCTION Cet ouvrage fait suite à une série de monographies déjà consacrées par moi aux Poissons des colonies françaises. En 1914, en effet, j'ai publié un premier volume sur « les Poissons du bassin du Tchad » et, en un sur «1921, second les Poissons des eaux douces de VAfrique du Nord française «. L'étude des qui peuplent les fleuves et les rivières de l'Afrique Occidentale vient donc tout naturellement après ces premiers travaux. Quant aux formes marines, elles ont déjà été passées en revue ou décrites dans le volumineux mémoire que j'ai donné dans les Annales de l'Institut océanographique,en 1914, sur les Poissons des missions Gruvel sur la côte occidentale d'Afrique (1).
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 25
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins

Gouvernement Général de l'Afrique Occidentale Françaisey, p20
PUBLICATIONS Dïï COMITÉ D'ÉTDDES HISTORIEES ET SCIENTIFiaUES
POISSONSLES
nES EAUX DOUCES
OCCIDENTALEL'AFRIOIIEDE
(DT^ SÉNÉGAL AU NIGER)
PAR
JACQUES PELLEGRIN
(Il
Docteur ès-sciences, docteur en médecine
Assistant au Muséum national d'histoire naturelle
Ancien Président de la Société Philomalliique de Paris
et de la Société Zoologique de France
Secrétaire généial de la Société centrale d'Aquiculture
Lauréat de l'Institut
^J7^
PARIS V«=
EMILE LAROSE, LIBRAIRE-ÉDITEUR
11, RUE VICTOR-COUSIN, 11
1923LES POISSONS DES EAUX DOUCES
DE l'aFRIQUE occidentale,
(DU sÉ I-TBOj^ !_. A.XJ I>TIO H3 K.
)
INTRODUCTION
Cet ouvrage fait suite à une série de monographies déjà consacrées
par moi aux Poissons des colonies françaises. En 1914, en effet, j'ai
publié un premier volume sur « les Poissons du bassin du Tchad » et,
en un sur «1921, second les Poissons des eaux douces de VAfrique du
Nord française «. L'étude des qui peuplent les fleuves et les
rivières de l'Afrique Occidentale vient donc tout naturellement après
ces premiers travaux. Quant aux formes marines, elles ont déjà été
passées en revue ou décrites dans le volumineux mémoire que j'ai
donné dans les Annales de l'Institut océanographique,en 1914, sur les
Poissons des missions Gruvel sur la côte occidentale d'Afrique (1).
La région fort naturelle envisagée aujourd'hui s'étend depuis le
Sénégal au Nord, jusqu'à la Cross River (Vieux-Calabar) Sud,au un
peu au delà du delta du Niger. Le Cameroun a été exclus comme
présentant physionomie quelque peu différente.une
Comme je l'ai montré en effet, on doit diviser l'Afrique, en ce(2),
ichtyologiquequi concerne sa faune d'eau douce, en deux parties très
inégales, d'un côté une sous-région ou province Nord-Ouest ou mawi-
ianique, étudiée par moi en 1921, dont le caractère est nettement
paléarctique et qui comprend le Maroc, l'Algérie, la Tunisie jusqu'à
la lisière Sud de l'Atlas, d'un autre côté un énorme bloc constitué
par le reste du continent et qui s'étend jusqu'en Syrie c'est; la
région africaine de la zone équatoriale cyprinoïde d'A. Gûnther.
avis, doitCette dernière, à mon elle-même être subdivisée en
1° 2^7 sous-régions : mégapotamique sus-équatoriale mégapotamique;
Pour les indications bibliographiques complètes, ^^oir l'index 23.(1) p.
Dr J. Pellegrin. La distribution g<5ographique des Poissons d'eau douce en(2)
Afrique, R. Ac. t. 153, 297 et Av. Se, Congrès de Dijon, 1911,C. ScL, 1911, p. Ass.fr.
publication hors volume.
12 LES POISSONS DES EAUX DOUCES DE l'afRIQUE OCCIDENTALE
3° sous-équatoriale 4^équatoriale mégapotamique ; mégalimnique;
5^ 6° 7^orientale australe et madécasse. ; ;
La région siis-équatoriale renferme tous les grands
tropicaux situés au Nord de l'équateur onfleuves africains ; peut
encore distinguer, sans parler du Sahara en voie d'assèchement ety
à faune aquatique très réduite :(1)
1° l'exception du Haut-Nil Bleu etLe bassin du Nil, à du lac
Victoria
;
20 Celui du Chari avec le lac Tchad, étudié en 1914 ;
3° Niger avec les rivières côtières se jetant dansLe Sénégal et le
l'Atlantique entre ces deux grands fleuves et dont quelques-unes,
fortcomme la Volta, par exemple, sont importantes.
cette dernière partie de l'Afrique qui fontCe sont les Poissons de
l'objet du présent travail. Il s'agit là d'une région d'autant plus
intéressante à examiner que, tout en constituant une entité réelle au
ichtyologique, elle est, dans sa plus grandepoint de vue de sa faune
partie, placée sous notre domination. Elle comprend, en effet, nos
colonies du Sénégal, de Casamance, de Guinée française, du Soudan
divers territoires, de la Côte d'Ivoire et du Dahomey. Sansavec ses
doute, on voit figurer aussi des possessions britanniques plus ouy
lemoins importantes comme la Gambie, Sierra-Leone, la Côte de
Lagos et surtout la vaste Nigeria on trouve également lal'Or, le ; y
Guinée portugaise, l'Etat indépendant de Libéria et l'ancienne colo-
leurnie allemande du Togo ; n'empêche que, dans ensemble, ces con-
sont avant tout françaises et rentrent dans le Gouvernementtrées
général de l'A. O. F.
signalées lesVouloir séparer les espèces jusqu'ici seulement dans
possessions étrangères de celles habitant les colonies françaises, serait
une entreprise fastidieuse et de peu de valeur pratique en ce qui con-
l'Afrique En effet, multiples sont les raisons decerne Occidentale.
rejeter une pareille méthode, quand ce ne serait, sans entrer dans
d'autres détails, que l'enchevêtrement des territoires où prcsqu'au-
cun compte tenu de la disposition réciproque des bassins flu-n'est
viaux, ou l'imperfection des documents recueillis qui sont encore,
pour bien des points, incomplets et insuffisants, ou enfin le fait que
la distribution géographique de nombreuses formes est souvent beau-
coup plus vaste qu'on ne le suppose au premier abord.
C'est donc espèces jusqu'ici récoltées dans les fleu-l'ensemble des
ves et cours d'eau, depuis le Sénégal jusqu'à la Cross River, qui sera
duétudié ici, sans que soient omises par exemple les formes Sierra-
Leone, du Libéria ou de Nigeria, qui pourront, d'ailleurs, le plus sou-
DrCf. .T, Pellegrin. T.cs Vertébrés des eaux douces du Sahara, As.i.fr. Av. Sa'.,(1)
Tunis,Congrès de 1913, p. 340.LES POISSONS DES EAUX DOUCES DE L'aFRIQUE OCCIDENTALE 3
vent, être retrouvées tôt on tard dans les possessions françaises limi-
trophes.
Parmi —tous ces Poissons, puisqu'il ne s'agit pas d'un bassin
fermé comme celui du Tchad,— trois catégories doivent être établies :
d'une part les espèces vivant exclusivement dans les eaux douces,
qu'on ne rencontre jamais dans les eaux salées et qui sont naturelle-
ment les plus nombreuses et les plus intéressantes au point de vue de
la distribution géographique, d'autre part celles qui se trouvent à la
fois dans la mer et dans les eaux douces et remontent le plus souvent
dans les rivières pour frayer enfin les Poissons marins qu'on prendy ;
quelquefois dans les lagunes plus ou moins saumâtres, surtout à la
Côte d'Ivoire et au Dahomey. Il va de soi que nombrele de ces der-
niers pourrait être considérablement augmenté beaucoup sont sim-;
plement cités, sans que leur description détaillée figure dans cet
ouvrage, réservé surtout aux Poissons d'eau douce.
On arrive ainsi pour la région considérée à un total de près de 300
espèces, 293 exactement, réparties en 98 genres et 35 familles. C'est là
un chiffre imposant qui représente à lui seul le cinquième environ des
formes dulcaquicoles actuellementconnues d'Afrique, dont l'ensemble
peut être évalué aujourd'hui à un peu plus de 1.500 espèces.
Quitte à revenir plus tard, il étén'a pas possible, faute de place,y
de faire précéder ce volume de considérations générales sur la classe
des Poissons, sur les différents groupes ou familles qui peuplent les
eaux douces de l'Afrique Occidentale, pas plus que de donner un
aperçu de la distribution géographique des Poissons dans le monde,
ou d'insister longuement sur leur classification, leurs caractères zoo-
logiques, leur biologie et leurs mœurs, leur valeur économique ou
leur pêche.
On voudra donc bien se reporter provisoirement à mes ouvrages
antérieurs sur les Poissons du Tchad et sur les Poissor>s de l'Afrique
du Nord, où ces questions sont traitées en détail.
volume, avantCe tout systématique, débute par une étude assez
complète de l'anatomie et particulièrement du squelette et de la
morphologie externe de deux Téléostéens connus de l'A. O. F., pris
comme types, et qui pourront servir de termes de comparaison pour
arriver à la détermination précise des autres espèces, objectif prin-
cipal de ce travail. Ensuite, sont donnés pour les voyageurs natura-
listes, des conseils sur la capture et la récolte des Poissons aux colo-
nies, sur les moyens lesde conserver en vue d'une étude scientifique
ultérieure, de les transporter et de les amener la métropole, indi-dans
cations nécessaires, car nombreuses sont les formes curieuses, rares
ou même nouvelles qu'on peut encore rencontrer Afrique Occi-en
dentale et qu'il aurait grand intérêt pour la science à voir recueilliry
et rapporter aux spécialistes.OCCIDENTALEDES EAUX DOUCES DE l'aFRIOUE4 LES POISSONS
principaux ouvrages français ougénérale sommaire desUne liste
régions avoi-Poissons de l'A. O. F. ou desayant trait auxétrangers
se reporter directement auxon le désire, depermettra, sisinantes
sources.
proprement dite.gros-œuvre, la partie descriptiveensuite leVient
tableaux synoptiques permettentde nombreuxDe multiples clefs,
dans la famille, le genre, l'espècechaque forme rencontréede placer
elle se rapporte.auxquels
familles et des genres sont exposés degénéraux desLes caractères
sont fortles diagnoses spécifiquessommaire, mais précise,façon
coloration et accompagnées dedescription de lacomplètes, avec la
donnent une idée desnombres de l'écail-d'un coup d'œil,formules qui,
nageoires et de leurs variations.rayons deslure et des
me suis borné indiquerla bibliographie, je àce qui concerneEn
description, les formes principalesespèce la premièrepour chaque
ouvragesla mention de mes précédentsramener au type,qu'il faut
pour une synonymie absolu-renvoyantPoisson figure déjà,ou le
the Fresh-water Fishesau précieux Catalogue of ofment complète
M. G.-A. Boulenger.Ajrica de
la taille maxima des spécimensest notéeAprès chaque diagnose,
géographique générale et particulière àdistributionobservés, la
renseignementsle plus souvent, dele tout accompagné,l'A. O. F.,
de Paris ou des Musées étran-types du Muséumsur lessommaires
donateurs, ainsi que sur la biologie, lesprovenances, leursleursgers,
l'espèce.ou comestible devaleur économiquemœurs, la
exécutés d'après nature, illustrentfidèlementnombreux dessins,De
M. Angel, quelques-uns à M. Fritel,plupart sont dus àtexte lale ;
nouvelles décritesmoi-même. Toutes les espècesou àM. Bideault,
représentées, ainsi que quantités'élèvent à 19 sontmoi et quipar
caractéristiques.remarquables oud'autres
l'espère, une idée aussi com-donnera donc, jemonographieCette
sait actuellement sur la systémati-de ce que l'onplète que possible
douces de l'A. O. F.Poissons des eauxque des
pour moi d'adresser mesun agréable devoirmaintenantC'est
m'ont fourni les moyens matériels deà tous ceux quiremercîments
M. Tassel, direc-et particulièrement àau jour cet ouvragemettre
Merlin, Gouverneur général deColonies, à M.au Ministère desteur
Administrateur des Colonies, enfinà M. Henry Hubert,l'A. O. F.,
française pour l'Avance-et à l'Associationl'Académie des Sciencesà
nombreuses reprises, prodiguequi m'ont, à dement des Sciences
précieux encouragements.récompenses et leursleurs
ces témoignages de recon-d'oublier non plus dansn'ai gardeJe
qui, sous les climats les plus inhospi-les voyageursnaissance tous
naturelle Parispour le Muséum d'Histoire deont rassemblétaliers,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.