Manuel d'art musulman

De
*^.•^^--^.. ^C7) (#3BmL*.^H "CD :L0 •CD f?»*»5C '^'i-k •^^vi^Xfî^ k.-îiih' MANUEL D'ART MUSULMAN MATON. l'KOr.M KKKHKS. IMI'llIMIM'HS "•^^rrx' ^ P1n&%*^ MANUEL D'ART MUSULMAN II LES ARTS PLASTIQUES ET INDUSTRIELS PAR GASTON MIGEON CONSEIIVATKIIR DES OUJETS Ii'aUT III' MOVi;\ Al.H AT MISlhc l>i; MllVUi: l'HOFESSEl'H l/Éf.OLE I.OIVHICA lH' 6 1989NQV 1DATE PA15IS AI.IMIONSI': lll.S. DIIIMIISIMCAIM) i:i' 1 Lihniircs des An-hircs ii;il ioii.il.s cl ilc l:i Sixiélr ilc l l\ri)lf ilcs (.'/i.ir/ N'J , m i; HoN Al'AH ri; , S"J 1!M)7 -___^^^^^^ A BERCHEMMAX VAX HOMMAGE DE GliATITUDE ET D'AFFECTIOX (]. M PRÉFACE est iiuoiicevable (juc riiitcnse activité des recherchesIl qui se sont appliquées à élucider tant de problèmes de l'Ar- chéologie auti(pie depuis cinquante années, se soit détournée la sciencede l'Archéologie Musulmane. C'est une branche de l'on s'aventurer dansmoderne demeurée en enfance, et si veut islami({ues si complexes et sile dédale des civilisations joies d'un dileltanlisinc rallinévariées, on peut goûter lesy enivrant leurs iloraisons arlisti(|ues ;à respirer le jiarfum de pas desla curiosité archéologi([ue trouve à cha([uemais y aucunedéceptions, devant les ténèbres de l'inconnu dont mystères. J'en ai laitprojection n'a cherché à pénétrer les l'.lOi-j'ai voulu enmoi-même la pénible expérience quand fois à l'iuole du l.(tu\re1905 esquisser pour la première industi'iels de l'Islam.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 570
Voir plus Voir moins

*^.•^^--^..
^C7)
(#3BmL*.^H
"CD
:L0
•CD
f?»*»5C
'^'i-k
•^^vi^Xfî^
k.-îiih'MANUEL
D'ART MUSULMANMATON. l'KOr.M KKKHKS. IMI'llIMIM'HS
"•^^rrx'
^P1n&%*^
MANUEL
D'ART MUSULMAN
II
LES ARTS PLASTIQUES
ET INDUSTRIELS
PAR
GASTON MIGEON
CONSEIIVATKIIR DES OUJETS Ii'aUT III' MOVi;\ Al.H AT MISlhc l>i; MllVUi:
l'HOFESSEl'H l/Éf.OLE I.OIVHICA lH'
6 1989NQV 1DATE
PA15IS
AI.IMIONSI': lll.S. DIIIMIISIMCAIM) i:i' 1
Lihniircs des An-hircs ii;il ioii.il.s cl ilc l:i Sixiélr ilc l l\ri)lf ilcs (.'/i.ir/
N'J , m i; HoN Al'AH ri; , S"J
1!M)7-___^^^^^^A
BERCHEMMAX VAX
HOMMAGE DE GliATITUDE ET D'AFFECTIOX
(]. MPRÉFACE
est iiuoiicevable (juc riiitcnse activité des recherchesIl
qui se sont appliquées à élucider tant de problèmes de l'Ar-
chéologie auti(pie depuis cinquante années, se soit détournée
la sciencede l'Archéologie Musulmane. C'est une branche de
l'on s'aventurer dansmoderne demeurée en enfance, et si veut
islami({ues si complexes et sile dédale des civilisations
joies d'un dileltanlisinc rallinévariées, on peut goûter lesy
enivrant leurs iloraisons arlisti(|ues ;à respirer le jiarfum de
pas desla curiosité archéologi([ue trouve à cha([uemais y
aucunedéceptions, devant les ténèbres de l'inconnu dont
mystères. J'en ai laitprojection n'a cherché à pénétrer les
l'.lOi-j'ai voulu enmoi-même la pénible expérience quand
fois à l'iuole du l.(tu\re1905 esquisser pour la première
industi'iels de l'Islam.l'histoire des Arts
inanipientcependant ne sont pas les laboratoires (|ui :Kt ce
sr |)rèlaii'ntce sont les bonnes Nolontc'S. |)eu\ (''tablissenuMils
enseigiu-nienl : l'iù-oleparfaitement ii l'organisation de cet
di's Lettres d'.Mgi'r.des Langues orientales et la l'acuité
desfacile di- ti ansforniei' uneDans chacun d'eux il é-tait
où on aurait(rArclu'ologic Musulmane, Ichaires en une chaii'e
on on leui'aux ('lèves de bonnes niétluxK'S de tia\ail.donné
|)rin(i|)alrs de I islam, laaurait a|)|)ris en deliois des langues
et un bon rliihe pholo-manièi-e de l'aire un b(M» estamjiage
graphi(pie.( !fS ll'-sull.il s iil)|r|ltls. Il ;t\ ,lll -KM |»;is ;i Sil (IlSpOSlllOII Wlli'
(iiis, etl'icdli' tl ;i[i|tli(;itiiiii ;i(liiin .iMc, (|iii .1 ('•le* civiM» 51 deux
.'(li)iil une sciilr .1 (•If ic Iiistilwl .ucIk'-oIo-nis(|ii ici ))i»ursiii\ I,
(lu (liiiif. i;iii(i' ;i l;i lcii;i(i' \ii|i>iilc d un M.isjjj'to. .1{^"•Klilc
•Inniii' <l (xcriliiils l'Ij^-N |)|ii|ui^iii's : les ( iii l< |U''s Ar.'ihisaiits
[
(|iii 111 sniil sdilis, (le l;i (liicclmn sont|>ri\(''s d un iiiaitr»',
(les ;iulii(li(l;i(lcs i|ui)nl iiiil;.i liiiniil siniliiiiis Iciiis (|ii,i lih'-s
( |'. (i.i\fl,|)crs(iiiiii'll(s : MM. !.is;iiiii\;i, |{.i\.iiss.'. Allxil
Silnioii. cl (les iiicillciMs c[)Ii,t;i|)Iiis|cs i\f milrc Icnips.
I un
un Suisse. M. M,i\ \ ;i|i I )e|(lle|ll.
Il ;ilir;iil ele si liicile. :i ri'!cu|e des Laii^Mles (irielil.des 'et
diiniier |)eu 1 laii (•(^•lieiiiics|)('ul-t'tri' ^ioi-icux 1, (le un <l ;iu\
dAic^lu'oloj^ic Musuliiuiiie. eu |)re|).ii ,inl |).ir de Ihuhh's
nuHliodcs CCS aïeuls considaircs. dont I .\ n^ lelenc a su hieii
S(iu\i'iit tirer si hoii |)arti le jirilisli Muséum et le Keiisin;::^-
loii [)('U\('iil en l(''iiiiM_i;iicr el (|ui (le\raieiil loujouis eiii|i(ir-
.
t(.'r dans K>ur valise di|)l()inali(jut' lOutillacc si peu iMUdiiiliraul
de rarciu'oloi^ue. Vax dehors de MM. (11. Iluart et (ireiiard,
ou eoi|)s ou consu-ne sauiail eili'i- dans tout \v di|)l(Uiiati(|ue
laire, mi seul ai;'eiil (jui ait rendu à notre |>avs. (|ue|([ues
si'i'N ii-es de ci' ^cnre ; eu (.•iu([uaiite ans. c est \rainient trop
peu.
encore de richessesVa (jue penser de ce cpie recide artis-
li(pu's insoupçonnées le sol de lAsii' et de I .Mricpie? La l-"rance
ne s"aflirnie-t-elle pas politiquenieiil tut net' de llslani en
Afrique? Et cependant nous niarcpKuis une totale indilVérence
pour tout qu'une fouille niusuhnnnc pourrait nous apprendre.ce
Un trè'S j^ros cri^dit est accordé à la (léK''i;ation de M. de
Morj;an en Perse, de très grands privilèg'es sont attachés;y
les fouilles sont heureusement poursuivies enri-de Suse ety
chissent chaque jour le domaine de l'Archéologie antique..
jamais jxuir arracherUn elfort sera-t-il tenté leurs secrets aux
tuinuli qui jalonnent la [)laine où s'élevait, débutau du
xiii' siècle, la célèbre ville de Heï ou Rhairès ? l'^t laisserons-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.