Petit manuel d'apiculture à l'usage des écoles [microforme]

De
/^iL I PETIT MANUEL apicui^ture; -A. vmmt iii liiiii BELLEROSEL. H. • ARTHABASKAVILLE : " •'\m\xm\t h VUm m CANTONS DK ÏM, -I I "*--T ... i )/i- • ^•^ . * A .,— .^ / . ( • • I •«-»•:• I , 1 « t / Petit Manuel cTApicultureque offreLe y un abré-'^aujourd'hui au public,«contient ce qu'il est néces!?aire de con-d^ toutgé culturenaître pour bien réussir dans la des abeilles. Bien qu'il aitété préparé spécialement de nos écolespour les élèves canadien- nes, il sera aussi d'un précieux secours qui désirentà tous ceux se livrer à l'art si intéressant et si lucratif de TApicul- ture. On trouvera autant de rensei-y gnements qu'il a été possible d'en con- denser dans un aussi petit volume et; je suis convaincu d'avance, que les plus brillants succès couronneront les efforts de tousceux qui cultiverontleurs abeille» d'après la méthode indiquée dans cet ouvrage. Enfin,j'ose espérer que,malgré sesnom- breuses imperfections, ce petit livre, qui €8t le premier du genre publié au Cana- €lî?5 sera favorablement accueilli du pu- blic, estauquel il destiné à rendre d'inappréciables services, luien incul- quant le désir de se livrer à une occu- qui demande si peupation de capitaux qui paye si bien, et surtout en luiet plusdonnant les moyens les simples et pins infailliMes de parvenir à une-les '>/ •honnête aisance. * M'jî ni .: ' ': L. II. Bellekose. I -• POIT MANUEL ••-. .' • T D'APICULTURE INOTIONS PRELIMINAIRES ' *• i —Qu'est-ce que TApiculture ?Q. R.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 61
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins

/^iL
I
PETIT MANUEL
apicui^ture;
-A.
vmmt iii liiiii
BELLEROSEL. H.

ARTHABASKAVILLE :
"
•'\m\xm\t h VUm m CANTONS DK ÏM,-I
I
"*--T ... i )/i- • ^•^ . * A .,— .^/
. ( • • I •«-»•:• I
, 1
« t
/
Petit Manuel cTApicultureque offreLe y
un abré-'^aujourd'hui au public,«contient
ce qu'il est néces!?aire de con-d^ toutgé
culturenaître pour bien réussir dans la
des abeilles.
Bien qu'il aitété préparé spécialement
de nos écolespour les élèves canadien-
nes, il sera aussi d'un précieux secours
qui désirentà tous ceux se livrer à l'art
si intéressant et si lucratif de TApicul-
ture. On trouvera autant de rensei-y
gnements qu'il a été possible d'en con-
denser dans un aussi petit volume et;
je suis convaincu d'avance, que les plus
brillants succès couronneront les efforts
de tousceux qui cultiverontleurs abeille»
d'après la méthode indiquée dans cet
ouvrage.
Enfin,j'ose espérer que,malgré sesnom-
breuses imperfections, ce petit livre, qui
€8t le premier du genre publié au Cana-
€lî?5 sera favorablement accueilli du pu-
blic, estauquel il destiné à rendred'inappréciables services, luien incul-
quant le désir de se livrer à une occu-
qui demande si peupation de capitaux
qui paye si bien, et surtout en luiet
plusdonnant les moyens les simples et
pins infailliMes de parvenir à une-les
'>/
•honnête aisance. * M'jî ni .:
' ': L. II. Bellekose.I
-•
POIT MANUEL
••-.
.'
• T
D'APICULTURE
INOTIONS PRELIMINAIRES
'
*•
i
—Qu'est-ce que TApiculture ?Q.
R.—L'Apiculture est Tart d'élever,
de soigner, lesou même, de cultiver
abeilles manière à retirer le pluade en
de profits possibles avec l'emploi des
moyens les plus sûrs les moins dis-et
pendieux.
Q. Qu'entend-t-on ruche ?par—
R. On entend par rucbe l'habitation—
dans laquelle on loge les abeilles.
Q. Qu'est-ce qu'une ruchée ?—
R.—Une ruchée est la population en-
tière d'une ruche.
Q. Qu'est-ce qu'un essaim ?——— 6
— Un essaim est uneR. colonie-
d'abeilles qui, chaque année, abandonne-
une ruche pour aller au dehors, chercher
i'?,#.une autre habitation. fi
Q. Qu'entend-on par rucher ?—
R.—On entend par l'endroit
sont placéesoù les ruches.
Q.—Qu'est-ce que la propolis?
R.—La propolis est cette matière rési-
neuse que fabriquent les abeilles, et
dont elles ee servent pour clore et bc^u-
les ouvertures inutilescher de la ruche.
Q. Qu'est-ce que le pollen ? .—
Le pollen est une poussièreR.— très-
le plus souvent jaune, qu'on voitfine,
fleurs, et lessur les dont abeilles se
servent pour faire ce qu'on appelle com-
munément le j9am.
d'abeillesI>esdifférentesespèces
Q—De combien d'espèces se
compose une bonne ruchée?
ruchée se compose deR—Une bonne
trois espèces d'abeilles, c'est-à-dire d'une• —7- \
reine ou mère, de plusieurs milliei s ^om-
et de quelques centainesvrièreSf de/mu*-
hourdona ou mfiles.
Q—Décrivez la reine?
t..
K—La reine est la mère de la rucbée
entière: elle est plus grosse, et surtout
beaucoup plus longue que les autres
abeilles, puis elle est aussi d'un brun
plus foncé. Elle est armée d'un aiguil-
mais prétend qu'ellelon : on ne s'en
sert que pour faire la guerre à d'autres
reines» • --,x r.^ .-^ft jj*^
Q— Décrivez les ouvrières?
Les ouvrières sont cesR— petites
abeilles jaunâtres qu'on voit constam-
ment occupées à entrer à sortir deet la
ruche; elles sont aussi munies d'un ai-
guillon redoutable mais, moins fière
;
que la reine, elles s'en servent pour
quicombattre et repousser tout ce sembla
vouloir s'opposer à la marche régulière
de leurs opérations ordinaires.
Q Décrivez les bourdons ?—
—Les faux-bourdons sont grossesR ces
abeilles d'un brun foncé, dont le corps
yest plus lourd que celui des ouvrières.
Leur bourdonnement est beaucoup plu»
fort que celui des autres espècep. Ils
' * 'point " ' ^n'ont d'aiguillon.
Q Quelle est la durée de la vie de—
chacune de ces espèces d'abeilles ?
R~La reine atteint généralement
troisl'âge de ans : la durée de la vie des
ouvrières varie de un à huit mois si
;
elles naissent pendant la saison du miel,
elles ne vivent que quelques semaines;
si ellesmaïs naissent à la fin de Tété,
c'est-à-dire lorsque la récolte du miel
est terminée, elles vivent plus long-
temps. Quant aux faux-bourdons, la
dépendlangueur de leur existence de la
quantité de miel que la ruchée a pu
si n'estrecueillir la récolte pas abon-;
dante, leur exécution a lieu sans retard
;
règnesi, au contraire, l'abondance dans
ruche, leur existence est tolérée jus-la
qu'au mois de septembre. Dans tou^
les cas, les ouvrières se chargent, vers
la fin d'aoôt ou le commencement de
septembre^ de complète-les détruire
ment.-9-
Q reine qui dirige les tra-—Est-ce h
vaux de la colonie ?
—Non, la reine n'est pas, comme onR
Ta cru pendant longtemps, et le
prétendent encore certaines personnes,
nila directrice de la colonie, la directri-
des travaux : sa seule et uniquece
occupation est de pondre, et elle s'en
ac<|uitte généreusement, paraît-il : on
qu'elle jusqu'àprétend pond deux mille
œufs dans l'espace de vingt-quatre
• •••
.heure».
Q Quelles sout les fonctions ou-des—
vrières ?
R—Ce sont les ouvrières qui vont de
en butiner mielfleur fleur le ce sont,
elles qui construisent ces inimitables
rayons dans lei^quels elles mettent leur
miel, et où la reine dépose ses œufs ce
;
sont elles aussi qui apportent à la ruchée
Teau nécessaire à la reine et aux jeunes
abeilles^ la propolis dont elles se servent
pour boucher toutes les fissures de la
pollen,ruche, le qui sert de nourriture
aux jeunes abeilles ce sont elles enfin,
;
qui sont chargées de la garde du trésor

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.