Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

Publications similaires

12
/à propos de la culture
La culture lien entre tous donc bien public universel
ParMonique CHEMILLIER-GENDREAU Professeur émérite de Droit Public et Sciences Politiques à l’Université Paris VII-Denis Diderot
Pendantlacrisedesintermittentsquiamarquélété2003,untexteacirculédanslequellonpou-vaitlire:ulturee«Lacpneilbuutsibnonspbisasc,reatêertldioilétsi»ausneib«stomseisl.Ma public»manquentdeprécisionetilfautlesfairedégorgerunpeudetoutcequilscontiennent...  Lexpressionestutiliséeaussibienpourleau,lénergie,lesmédicamentsquepourlapaix,lebon-heurou...laculture.Devantcebric-à-brac,lesquestionsaffluent.Quelestcepublicbnéuaeféci duquelondéclaredessneibcilbups-tl,mahuténiY?t-ali-snuutat?Est-celacommnu,elaanitno type?Etpourquoilacultureentrerait-ellesouscettedénomination?A-t-ellebesoindeprotec-tion?Laculturenest-ellepasconsubstantielleàlhumain?Elleestrichessedesparticularismeset  échangesentreeux.Parlà,elleouvresurluniversalisme.Maisnoussavonsbiencommentonpeut  laréduire.Ilyadoncpéril.Etladéclarerbienpublicpourraitêtreunrecours.Ilfautalorspréciser  cequelexpression«bienpublic»signifie.  veclanducommunismeetladisparitiondelacollectivisation,onajetélebébéavecleaudu  A bain.Onaliquidélaquestionducommunaveclecommunisme.Etnousavonsdonctoutàrecons-truireautrement.Ceàquoilecommunismeavaitvoulusopposeresttoujourslà,plusmenaçantque  jamais.Carlecapitalismefaittomberdanslarubrique«marchandises»leschoseslesplusintimesetles  plusprécieusespourlhumain,jusquauxhumainseux-mêmes,leurspensées,leursdésirs.Ildéveloppe  lesappétits.Ilaiguiselesrivalités.Etilbarrelecheminàlacommunautépolitique,notammentcette  communautépolitiqueuniverselledontlhistoireafaitdésormaisunenécessité.  Afrmerquunechoseestbienpublic,cestrappelerdabordquelesbienspublicsetlesbiens  marchandsnouvrentpaslemêmetypederelationsentreleshumains.Sansdoute,largentest-ilné-cessairedanstouslescas.Maisilnejouepaslemêmerôle.Pourlesbiensmarchands,ilestunprot,  souventtrèssupérieurauxcoûtsdeproductionetilsertunintérêtindividuel.Pourlesbienspublics,  largentprovientduneffortdelacollectivitépourproduire,protéger,sauverquelquechosedessentielà  cettecollectivité.Sanscela,lelibremarchéattaquecertainsbiens,parexemplelaculture,danssavérité  quiestlibertéetdiversité.Lemarchéestarticuléàlademandesolvable.Lerégimedebienpublicestla  garantiequequelquechosepuisseexistermêmelàoùilnyapasdedemandesolvable.Ainsilanotion  correspond-elleaustatutdeprotectiondecequifaitlien.Ensuitelesmesuresserontdifférenciéesse-lonlescascarlesobjectifssontdiversiésenfonctiondelanaturedeschosesàsauvegarder.Lesbiens  naturels(lair,leau,leclimat)doiventêtreprotégéscontreladégradationetlaccaparement.Certains  biensmatérielsproducteursdebienfaits,commelesmédicaments,doiventêtremisàlaportéedetous  sansdistinction.Enn,lesbiensimmatérielsrequièrentdesmesuresspéciales.Laculturerelèvede  cettecatégorieaveclaconnaissance,lebonheur,lapaix.Lasauvegardedelapaixparexempleadabord  étéprivatiséeparleConseildesécuritéparlejeumenéentrelesgrandespuissances.MaisleConseil  desécuritéenestmaintenantdépossédépouruneprivatisationpluspousséeparlesÉtats-Unis.Ilya  donc,selonlesbiens,deséchellesdeprotectionetdepartagequisontàmodulerenfonctiondescas  etéventuellementdansunecertainecombinaisonaveclemarché.Lacultureétantàlafoiscréationet  connaissancedesœuvrescréées,ellepassenécessairementpardessupports.Cestlàquintervientle  marché.Maisparlebiaisdessupports(livres,lms,cassettes),lemarchétenteunemainmisecomplète  surlaculture.Léchangeneprotealorsquauxpluspuissantsnancièrement.Decefait,certainspar-ticularismessimposentetconsquentluniversalismeàleurprot.  Aussi,lurgenceàtoutprixdanslemomentprésentest-ellederenverserleprincipeetlexcep-tion.Lelibéralismeafaitdulibremarchéleprincipeenvahissant,totalitaire,destructeur.Etilnereste  plusquedefaiblesexceptionspourservirdultimeprotection.LUnionEuropéenneentémoigne.Avide  dêtreunmarché,defavoriserlaconcurrencecommerciale,elleenafaitsonprincipe.Etlesservices  dintérêtuniverselsontdesexceptions,accèsminimalàquelquesservicesessentiels,oùceuxquinont  paslesmoyensserontlesderniersservis.Rienàvoiravecleprincipedelégalitédetraitementquiétait  
à propos de la culture/
aucœurduservicepublicàlafrançaiseetquisedéglinguesousnosyeux.Orlégalitédetraitement  étaitlunedesconditionsdelexistencemêmedelacommunautépolitique.Linversiondoitêtreopérée  durgence,cartoutebataillepourdéfendreuneexceptionestlesignequelonaperdusurlesprincipes.  Ilfautreprendreloffensive.Leprincipefondateurdelacommunautépolitiqueestceluidubienpublic.  Acetitre,laprotectiondesbienspublicsestdelaresponsabilitédelacommunautépolitique.Demême  peut-elle,àlintérieurdelacatégoriedesbienspublics,réintroduiredesformesdemarché,maistou-jourslimitéesetencadrées.Etlesmesuresdepartageéquitableserontdifférentesselonlararetédubien  etsoncaractèrerenouvelableouépuisable.Laculture,léducation,lesavoirsontlesseulsbiensquine  diminuentpaslorsquonlespartage.Aucontraire.Maispourtouslesbiensendanger,quellequesoit  laformedudanger,quilsagissedelaculture,delasanté,deléducation,lacollectivitédoitlessubven-tionner.Supprimerlessubventionsaccroîtlesinégalitésdaccèsetlapauvretématérielleouculturelle.  Cestàlacollectivité,àtraversunepolitiquepublique,quilrevientdegarantirunstatutdesécuritéà  ceuxquisengagentdanslavoiedelacréationetdefavoriserunlargeaccèsàlacultureaubénécede  tousetnonpasseulementduneéliteéconomique.  Maisleproblèmedeléchelleterritorialedelapolitiqueculturelleestmalposé.Atousles  échelons,lapenséedelaculturecommebienpublicdoitêtreactivée.Etnoussavonsbienqueléchelle  mondialeconditionnelereste.Riendecequiserafaitdans«ma»communeoudans«mon»paysne  résisterasilOMCimposesesprincipes,cest-à-direlaconcurrencecommerciale,léliminationdesaides  publiquesetlentréedopérateursprivésétrangerspartout.Considérerlesservicescommedesmarchan-disesestuneperversionsociale.Léchelleinternationaleestlespaceinéluctableducombatpourretirer  laculturedelempiredumarché.Cheznous,elleestmenacée,maisailleurselleestnaufragée,dansces  paysoùchaquesemaineonfermedesclassesaunomdelajustementstructurel.Siunbienestdéclaré  publicaunomdubiencommun,celanepeutpasaujourdhuisarrêterauxfrontièresdunecommu-nauténationale. Restelaquestiondesinstrumentsjuridiques.Partoutlesloisinternesontétéaffaiblies.Lemot  dordreestladéréglementation.Et,àléchelleinternationale,ilnyajamaiseudeloi.Ainsipartoutle  contrattriomphe.Maislecontratestdurapportdeforcesàlétatpuretleplusfaibleesttoujoursen  mauvaisepositionsilnapasdesalliéspuissantsàsescôtésdanslanégociation.Ilnyaquelaloiqui  puisse,àcertainesconditions,corrigerlesinégalités.Touteslesconquêtessocialesontétéentérinées  parlaloi.Maisvoilàquelesloisrésultantdelasouveraineténationalesontbattuesenbrèchepardes  accordsinternationaux.Orledroitinternationalestlui-mêmecontractuelentreÉtatsfortsetÉtatstrès  faibles.Lerapportdeforcesestplusviolentquejamais.Lemouvementverslaglobalisationadétruitla  fonctionsouverainequipermettaitladénitiondubienpublicetlaprotectiondesbienspublicsdansles  sociétésnationales.Riennapparaîtdelareconstructiondunesouverainetésupérieurequi,aunomdun  peupleuniversel,mettraitenplacedesprotectionsglobales.Leparadoxeestpourtantdanslefaitque  lesparticularismesnepeuventsurvivrequedansuneprotectionglobaleetlanotiondepeupleuniversel  nestpasuneabstractionparcequelesdangerssontmondialisés.Maiscestunpeuplesansdroitetdonc  sansprotection.  
Lacultureparessencenepeutêtreniprivatisée,nimarchandisée,ninationalisée.Toutesceshypo-thèsessontdesnégationsdelaculture.Lontentedelaréduireàunéchangesordide:utt,uiodrpiaj achèteséfdsienntdeésitcalutlu.sevrOreseismaiderib,téedlal,noinonexpressfairelroedneuoecn déclinesurlemode:nousnousrencontrons,nouséchangeonsautourdelacréationdequelquesuns,  nousmettonsenmouvementnossensibilités,nosimaginations,nosintelligences,nosdisponibilités.  Carlaculturenestriendautrequelenousextensibleàlinnideshumains.Etcestbiencelaqui  aujourdhuisetrouveendangeretrequiertnotremobilisation.
13