Babe0f et la naissance du communisme ouvrier

Publié par

i;: 1 1 v !r" ^ * ,M i'* * f » ' V\/ V m HV'|. .•' -. .'.. V. ;:./v^;!' :;W-'' , \' ' • ' •; ' • '••''•• / ''-'''/:'•'';'..;'?-^ ,'$ • ' ', '/"' I'', ; ' --Ml le cas qui nmis oecupe, toutes les « explications » sur tarati du tf avail .M66 > t \ , ' \i i i i > ' sociales assez disparates, c'est qu'elles ont toutes fourni leur regardent I'impression sur toile. Parmi ces manufactures (une contingent a Farmee du proletariat revolutionnaire et que letirs^ centaine), quelques-unes depassent largement le millier d'ou- diverse^ conceptions ont joue un grand role dans Telaboration vriefs : 2.300 pour Fune d'eHe en Alsace (5). La filature est des premieres doctrines communistes. moins concentree : une quarantaine d'usines moyennes em- Les paysans pauvres formaient de loin la plus impor- ployant de 20 a 800 ouvriers. La metallurgie rassemble une tante de ces categories. II y a au village, un/grantt nombre de- serie de petites forges autour de, quelques usines mqjlernes, le journaliers ou de « managers s>. Us ne possedent qu'une mise- type le plus net est presente par Tusine du Creusot avec 1.400 rable chaumidre, un jardin et parfois un petit champ, ils ddi- salaries. Ehfin, les mines presentent quelques types isoles mais vent louer quelques parcelles, mais ils ne peuvent vivre qij^ puissants d'ehtreprises capitalistes classiques : par exemple, la grace a rexploitation des communaux, aux aun^ones ou aux compagnie' d'Arizin groupe 4.
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 258
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins