Dans les griffes des sectes

Publié par

Publié le : mardi 5 juillet 2011
Lecture(s) : 337
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
culière-Dans notre section d’une secte religieuse. Elle constate quent d’outils pour intervenir dans ment de l’emprise de ces organisa- d’ailleurs à quel point les ressources ces cas précis», révèle-t-elle.tions sur les enfants qui y grandissent font cruellement défaut pour aider À preuve, encore récemment, les pratiquement coupés du monde LEADERSHIP ces personnes. autorités se sont tournées vers la cher-extérieur. Plus tôt cette année, celle Pages 7 à 10 C’est une rencontre il y a quel- cheuse pour guider une personne qui est également professionnelle de ques années avec une personne qui sans ressource. Lorraine Derocher recherche au sein du groupe Société, venait de quitter le groupe radical où mène actuellement une campagne droit et religion de l’Université de Mario Lambert elle avait été élevée qui a amené la de financement et agit Sherbrooke (SODRUS) publiait SuIte doctorante à s’intéresser aux enfants comme conseillère pour l’ouvrage Vivre son enfance au sein 5en PageBriser les cloisons des sectes religieuses. «Comme je aider cette personne d’une secte religieuse – Comprendre O • A C T U A L I T É VOLUME II • N 7 VOYAGE ArgentineCarnets de Caro au pays du Che CAROLINE DUFOUR par «che!», mot dont la seule utilité le bout du nez bientôt et non l’hiver. est d’attirer l’attention, dans la même Alors que le Québec est enseveli Étudiante au baccalauréat en droit veine que notre «eh!» québécois. Le sous les feuilles mortes, Buenos Aires e 25 juillet, j’arrivais en terre but principal de ce séjour de cinq semble reprendre vie. En effet, avec argentine. Je la surnomme mois à l’autre bout des Amériques ses parcs chaque jour plus verdoyants, L «pays du Che» non seu- était bien sûr d’y effectuer une partie ses terrasses animées jusqu’aux peti- lement parce que le célèbre Che de mes études en droit au sein de tes heures du matin et un soleil de Guevara y est né, mais aussi parce que la Pontificia Universidad Católica plomb, nul doute que la belle saison pratiquement chaque phrase débute Argentina. Toutefois, en m’installant est à nos portes. La Plaza de Armas dans l’immense capitale qu’est Bue- a bien meilleure mine et les pigeons nos Aires, j’avais un second objectif doivent maintenant cohabiter avec bien ancré dans mon esprit : découvrir des dizaines de Porteños (habitants de la culture argentine, entre autres en Buenos Aires) qui vont s’y allonger sur m’imprégnant de l’effervescence qui l’heure du dîner. Mais vaut mieux se règne dans un stade de fútbol, en ad- méfier de ce soleil si invitant, car 15 Publié 20 fois par année, Le journal UdeS est mirant la sensualité qui se dégage des minutes peuvent suffire à vous donner une publication du Service des communica- pas de tango, et en me familiarisant un bon coup de soleil. On est bien loin Les façades colorées du quartier historique et populaire de la Boca. tions de l’Université de Sherbrooke. aux règles implicites entourant la prise du soleil du Québec! Et bien que l’été Photos : Caroline Dufour du maté, une infusion très prisée en ne débute que fin novembre, nous Directeur du Service des communications : Serge Cabana Amérique latine. voilà déjà à des températures frôlant les 30 degrés, sans oublier l’humidité la culture argentine… et j’y prends Éditeur et responsable de l’information : Voilà le printemps! très élevée, qui exaspère les Porteños drôlement goût.Charles Vincent les plus endurcis. Je prends aussi goût au rythme Rédacteur en chef : Robin Renaud À mon arrivée à Buenos Aires, des Porteños, même si mon horloge j’aurais eu de la difficulté à croire Au rythme des Porteños biologique québécoise sonne à 3 h Collaboratrices et collaborateurs réguliers : que j’étais en Amérique du Sud du matin pour me rappeler qu’il est Diane Bergeron, Sandra Boissé, Caroline si ce n’avait pas été des palmiers Évidemment, le dépaysement ne temps de se mettre au lit. À l’heure où Dubois, Inès Escayola, Marie Ferland, qui parsèment la ville ici et là. Les se limite pas à la langue et au climat, la majorité des Québécois se glissent Reno Fortin, Rachel Hébert, Isabelle Huard, Pierre Masse, Marty Meunier, journées étaient froides, venteuses, mais s’étend aussi à la vie acadé- sous les couvertures, la soirée ne fait Dominick Poisson, Stéphanie Raymond, plutôt maussades, et la nature s’était mique. Même si l’université dans que commencer à Buenos Aires. Ce René Roy, Virginie St-Arnaud Lavoie, visiblement endormie le temps d’un laquelle j’étudie est privée, le cadre n’est pas très surprenant sachant que Etienne Samson hiver. J’aurais juré être au Québec en universitaire de sa faculté de droit les Argentins soupent habituellement automne, si on exclut les manifestants n’est assurément pas aussi rigide que vers 22 h. De plus, il est impensable Réviseure et correctrice d’épreuves : qui descendent presque quotidien- celui de l’Université de Sherbrooke. de se rendre en boîte avant 2 h de Rachel Hébert nement dans les rues pour exprimer Ici, qu’un professeur arrive avec 30 la nuit, où les rythmes internatio- Photographes : Michel Caron, leur mécontentement face au gou- minutes de retard et termine le cours naux et latinos se mélangent pour Robert Dumont vernement de Cristina Kirchner. 30 minutes à l’avance n’est pas excep- faire danser les Argentins jusqu’à Maquette électronique : Richard Lareau Heureusement, dans l’hémisphère tionnel. Il faut dire que le manque de 7 h du matin, heure de fermeture Ordinaplus inc., 819 563-2854 sud, c’est la chaleur qui se pointera ponctualité fait partie intégrante de des discothèques et bars. Je ne vous cacherai pas que cela nécessite une Publicité : 7/24 Marketing inc., période d’adaptation! Cette ville qui 819 562-9173 rassemble 13 millions d’habitants au impacts@724marketing.ca total grouille à toute heure du jour Impression : Impart Litho et de la nuit. Elle ne semble s’arrêter Caroline enlace un cactus du parc Ischi- que le dimanche, journée où presque gualasto dans la province de San Juan. Dépôt légal : tous les commerces sont fermés. Bibliothèque nationale du Québec : ISSN 1916-5692 C’est une journée réservée au bon temps en famille, aux asados, aux l’approche de la fin de session, une Abonnements (changements d’adresse) : longues promenades dans les nom- partie de moi ressent un mélange journalUdeS@USherbrooke.ca breux espaces verts de la ville, sans de soulagement et de fierté d’avoir Lectorat et distribution : oublier les conversations animées su relever le défi d’étudier dans la Le journal UdeS est tiré à 8500 exemplaires. qui se prolongent autour d’un maté. langue de Cervantes. D’un autre Il est acheminé gratuitement par courrier Car les Argentins sont des gens très côté, j’aimerais que cette session interne à 2600 membres du personnel : sociables, qui adorent converser et s’éternise pour pouvoir flâner encore professeurs, professionnels, directeurs de surtout débattre. En
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.