De république

Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 112
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
t u n i s i e 50AnsdeRépublique Le 25 juillet 1957, l’ancien protectorat français, indépendant depuis un an, prenait en main sa destinée. En un demi-siècle, il est devenu une nation dynamique, et un exemple de prospérité et de stabilité. Voici comment.
Samy Ghorbal
Journaliste à l’hebdomadaire JEUNE AfrIQUE.
le 25 juillet prochain, Là tUNIsIE fêTERà LE CINqUàNTIèmE àNNIvERsàIRE dE L’àvèNEmENT dE sà réPUbLIqUE. l’àbOLITION dE Là mONàRCHIE HUssEïNITE ET Là déPOsITION dU dERNIER bEy dE tUNIs, SIdI làmINE, mONTé sUR LE TRôNE qUà-1 TORzE àNs àUPàRàvàNT dàNs dEs CIRCONsTàNCEs dRàmàTIqUEs , s’EsT déROULéE sàNs dOULEUR NI émOTION PàRTICULIèREs, PàR UNE CHàUdE àPRès-mIdI d’éTé, àU TERmE dE qUELqUEs HEUREs dE débàTs ET d’UN vOTE UNàNImE dE L’assEmbLéE NàTIONàLE CONsTITUàNTE. lE PRésIdENT dU cONsEIL, hàbIb BOURgUIbà, àURéOLé dU PREsTIgE dU LIbéRàTEUR ET àssURé dU sOUTIEN dU PàRTI qU’IL àvàIT fàçONNé, LE néO-DEsTOUR, dEvENàIT PRésIdENT dE Là réPUbLIqUE. lE RENvERsEmENT dU vIEUx mONàRqUE, qUI, dEPUIs L’iNdéPENdàNCE, LE 20 màRs 1956, àvàIT « CEssé dE COÛTER ET dE COmPTER », ET qU’ON àvàIT RELégUé àU RôLE dE sImPLE fIgURàNT, à éTé L’àbOUTIssEmENT d’UN PROCEssUs HIsTORIqUE ENgàgé LONgTEmPs àUPàRà-vàNT. pLUTôT qU’UNE RévOLUTION OU qU’UN sàUT dàNs L’INCONNU, IL s’EsT àgI, POUR REPRENdRE LEs mOTs d’UN édITORIàL dU JOURNàLL’Action,LOINTàIN àNCêTRE dE Jeune Afrique,d’UNE « OPéRàTION dE RégULàRIsàTION » : Là dyNàsTIE HUssEïNITE, qUI RégNàIT dEPUIs dEUx sIèCLEs ET dEmI, àvàIT EU LE TEmPs dE s’éTIOLER, POUR REssEmbLER À « UN àRbRE mORT » qUE LEs tUNIsIENs ET LEURs dIRIgEàNTs ONT EU ENvIE dE « déRàCINER » EN INsTàURàNT Là réPUbLIqUE. eN UN dEmI-sIèCLE d’ExIsTENCE, CELLE-CI à CONNU dEUx PRésIdENTs : BOUR-gUIbà, qUI à gOUvERNé TRENTE àNs, ET ZINE EL-abIdINE BEN aLI, sON sUCCEssEUR, àRTIsàNd’UN« cHàNgEmENT »OPéRédàNsLàPàIxETLàCONTINUITé,LE7 NOvEmbRE 1987. nàTION JEUNE, dyNàmIqUE ET désORmàIs EN PàssE dE REJOINdRE LE PELOTON dEs« PàysémERgENTs »,LàtUNIsIEOffREUNExEmPLEdEPROsPéRITéETdEsTàbILITé,
1. Accusé – injustement – de collaboration avec l’Axe, son prédécesseur, Moncef Bey, le roi‑patriote, a été déposé par les Français en mai 1943, au lendemain de l’entrée des troupes alliées dans Tunis.
LA REVUE Pour l’intelligence du mondejuillet/août 2007 46
Habib Bourguiba, en 1964. Leader charismatique, il aimait s’adresser directement au peuple, en arabe dialectal.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.