directives pour les travaux de groupe - Ethique et Informatique ...

De
Publié par

directives pour les travaux de groupe - Ethique et Informatique ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 96
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Ethique et Informatique (LINF 2202, UCL)2003-2004 (second semestre) Profs. Alain Pirotte et Axel Gosseries Instructions pour les travaux E-mail:gosseries@etes.ucl.ac.beAvis importantLes instructions qui suivent sont à lire très attentivement et à respecter scrupuleusement. Elles ont pour seule vocation de vous amener à donner le meilleur de vous-mêmes. L'expérience indique que ceci nécessite d'être strict sur le calendrier et les exigences qui suivent. La règle de priorité pour le choix des sujets est « premier arrivé, premier servi ». En termes de calendrier, il y a quatre échéances importantes. Notez aussi que l’accent sera mis sur la lutte contre le plagiat (voy. ci-dessous). Calendrier Choix du sujet et définition des groupes Pour le 9 fév.Les groupes de5 personnes chacunsont priés de désigner un(e) responsable pour au plus tardchacun d'eux qui soit un(e) utilisatrice/eur régulière/er de courriel. Le responsable de chaque groupe doit m'envoyer un courriel reprenant (1) son nom, (2) celui des autres membres de son équipe, (3) trois sujets choisis, par ordre de préférence. Chaque groupe est encouragé à comprendre au moins un étudiant étranger (Socrates). Il est demandé de mentionner dans le titre du message le nom du ou de la responsable de groupe. Par réponse d'E-mail, je confirmerai au groupe son sujet. Pour le 20 fév.Remise du projet de travailau plus tardLe groupe m’enverra sous forme d’E-mail (dans le corps du message, pas comme fichier annexé), un plan de travail de deux pages reprenant: 1.p. 1: la manière dont le groupe envisaged'aborder la questionposée (principaux arguments déjà identifiés, présentés sous forme d'enfilades de mots-clef, sources repérées, contacts avec acteurs de terrain envisagés) 2.p. 2: unerépartition des tâchesentre les différents membres du groupe. détaillée Cette feuille de répartition des tâches vise d'une part à vous pousser à gérer votre groupe de façon optimale et d'autre part à éviter lefree riding malheureusement fréquent de certains étudiants. Les étudiants recevront une évaluation de leur projet par courrier électronique. Pour le 29 marsRemise du travail intermédiaire au plus tardLe travail intermédiaire sera envoyé en annexe d’un E-mail. Dans votre propre intérêt, veillez à ce qu'il se présente déjà le plus possible comme un travail final, à la fois sur le fond et la forme. Plus il est avancé, plus je serai en mesure de vous fournir des indications en vue de l'améliorer. Une amélioration significative du travail sera fortement valorisée dans l'évaluation du travail final. Je ferai part par E-mail au responsable de chaque groupe de commentaires visant à permettre au groupe d'améliorer le travail.
Pour le 15 maiRemise du travail final au plus tardLe travail final (à envoyer en annexe d’E-mail) doit satisfaire les règles définies ci-après. Un bon travail est fait dequatre ingrédients: (1) une recherche approfondie sur les éléments defait, (2) une bonne élaboration desprincipes éthiques pertinents pour le sujet traité, (3) une articulation limpide des faits identifiés avec les principes éthiques concernés, (4) une organisation de l'ensembletravail autour de la du question initiale (éviter tout ce qui n'est pas nécessaire pour répondre à la question éthique posée). L'évaluationse fera sur base de (1) qualité et originalité des sources spécialisées rassemblées, (2) rigueur et clarté de la présentation du débat, (3) originalité et force des arguments développés. L'objectiftravail est (1) de forcer du les étudiants à percevoir la complexité des questions concernées et à articuler données empiriques détaillées et arguments normatifs, (2) de les amener à adopter une méthode pour traiter ce type de question, (3) de les encourager à oser se prononcer sur ces questions, à dire ce qu'ils pensent, de façon argumentée. Les étudiants sont encouragés à inclure en annexe des documents particulièrement originaux qu’ils auraient utilisé comme source. Règles que le travail final doit respecter Le travail final ne dépassera par4.500 mots, bibliographie et annexes non inclus. Le nombre de mots sera indiqué en entête du travail. La recherche desourcesest un des éléments-clef. Les remarques suivantes s'imposent à cet égard: (1)faut veiller à ilne pas se limiter à des sources internetaussi à aller récolter des mais informations (i) via des banques de données sur l'intranet de l'UCL (Econlit, Philosopher's index,…), (ii) dans les bibliothèques, et (iii) auprès de professionnels du secteur concerné (l'on exigeau minimum un contactun acteur de terrain du domaine concerné: professionnel du secteur, avec membre d'ONG, syndicaliste,…).(2) Lessources doivent porter sur les faits pertinents pour le sujet, mais aussi sur lesarguments éthiquespertinents. Bien souvent, les étudiants ont tendance à trop se concentrer sur les premières, au détriment des secondes.(3)rappelle que le L'onplagiatn'est autre que du vol et qu'il est interdit. En outre, il rend l'évaluateur incapable d'aller vérifier les affirmations que vous avancez. Il est sanctionné en principe parune cote de 0/20. Le plagiat peut consister par exemple à développer une idée qui vient de quelque part sans en mentionner la source ou à recopier une phrase ou un morceau de phrase sans utiliser de guillemets) (sur le plagiat: <http://www.etsu.edu/philos/classes/hhl/plagiari.htm>). Souvent d'ailleurs, l'étudiant plagie sans s'en rendre compte. Pour éviter cela, il vous est vivement conseillé d'indiquer directement la source dès le début de votre rédaction, faute de quoi vous risquez de recopier des idées ou des passages sans vous souvenir ensuitevous les avez trouvé, ni d'ailleurs si elles sont les vôtres ou celles de quelqu'un d'autre.(4)Une bonnebibliographiene suffit pas, encore faut-il tout au long du texte renvoyer à vos sources sous forme denotes infrapaginales. Une page normale peut à cet égard contenir aisément jusqu'à cinq ou six notes infrapaginales. Pour ces notes, vous pouvez suivre les exemples suivants:Article: Rican, G., 2003. "Où sont passés mes étudiants?",Revue trimestrielle de pédagogie avant-gardiste, vol. 3 (1), p. 233/Livre: Hagé, I., 2002. Productivité et consommation de frites. Paris: Presses de Sciences Po, p. 15. La nature de l'exercice qui vous est demandé est parfois obscure pour des étudiants qui ont peu entendu parler d'éthique dans leur curriculum. Les remarques qui suivent visent à préciser la nature du travail attendu:(1)qui dit "éthique" ne dit pas "généralités". Le but de l'exercice est de vous amener à articuler des principes certes généraux mais formulés de façon précise, avec des situations d'application concrète. Il ne suffit pas de brandir des notions telles que "vie privée", "efficience", "liberté",… Encore faut-il donner à ces mots un contenu un peu élaboré que l'on soit prêt d'ailleurs à maintenir dans des domaines qui n'ont rien à voir avec le sujet traité.(2) Non seulement faut-il être précis en ce qui concerne les principes éthiques que l'on invoque, mais aussi en ce qui concerne les éléments de fait. Si l'on affirme que telle pratique accroît tel type d'inégalités ou que l'entreprise qui renoncerait à telle autre pratique serait irrémédiablement amenée à disparaître par le jeu de la concurrence, il importe d'apporter des preuves chiffrées de ce qui est avancé. Ce qui fait un bon travail, c'est à la fois une définition précise des principes éthiques choisis, mais aussi une recherche poussée sur les causes et impacts de la pratique concernée. Des
références à des études issues de revues d'économie, de management,… sont donc chose tout à fait normale. Il ne faut pas avoir peur d'entrer dans les détails des techniques actuarielles, managériales,… et de proposer des alternatives.(3)Parlons d'alternatives: lorsque vous analysez une pratique et que vous considérez ses conséquences comme inacceptables en raison de votre théorie morale, il faut faire l'exercice de se demander: que peut-on mettre à la place, quelle est l'alternative et est-elle plus acceptable? La relation entredroit et éthique:(1)de l'argument d'autorité: souvent l'on invoque telle Rejet convention internationale, ou tel texte de droit qui interdit une pratique donnée pour appuyer la thèse selon laquelle elle devrait être rejetée. Soulignons cependant que l'invocation d'un texte juridique ne suffit pas à justifier votre position dans ce travail. Ce qui compte, c'est que vous justifiez votre position sur base de principes éthiques que vous défendez. Que ces principes soient par ailleurs reconnus dans un texte juridique est certes heureux mais n'est pas comme tel une justification suffisante. (2) Utilité d'informations juridiques: par contre une attention aux textes juridiques est tout à fait pertinente dans deux cas: (i) lorsqu'il s'agit de définir le contexte dans lequel les acteurs se trouvent, contexte qui impose des contraintes au champ d'action de ces acteurs, ce qui est pertinent dans l'évaluation de la moralité de leurs actes, (ii) les textes juridiques et leurs travaux préparatoires peuvent souvent nous donner des précieuses indications quant aux raisons de rejeter telle pratique ou aux cas particuliers dans lesquels il serait justifié de faire exception à une règle donnée. Sujets possibles (parmi d’autres) Est-il légitime qu’un Etat refuse à ses citoyens l’accès au software de vote électronique auquel il recourt pour organiser ses élections ? Est-il acceptable qu’un citoyen quelconque puisse avoir accès à l’ensemble des archives E-mail d’une administration ? Faut-il accepter que des personnes achètent des noms de domaine internet sans aucune intention de les utiliser à d’autres fins que pour les revendre ? L’internet contribue-t-il à une fragmentation des espaces de débat, faut-il s’en inquiéter et si oui, par quels modes d’actions est-il légitime de renverser cette tendance ? Est-il juste qu’un Etat renonce à publier son journal officiel sous support autre qu’internet ? Trois thèmes en rapport avec Napster(séance de cours prévue pour les 3 groupes): Est-il légitime de télécharger gratuitement de la musique que d’autres paient ? Même question en comparant avec les revendications du collectif des sans tickets (transports en commun) Même question en comparant avec le problème de l’objection de conscience
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.