Groupe de travail sur l'éthique Mardi 14 Octobre 2008

De
Publié par

Groupe de travail sur l'éthique Mardi 14 Octobre 2008

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 104
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Groupe de travailsur l’éthique Mardi14 Octobre 2008 CAUDEHM Coordination de l’Autonomie, de la Dépendance duHandicap et de la Médiation Etaient présents: Mesdames BOULAYBECK (Droit de Cité), BONNEMAYRE (SAVS), KERHOMEN (SAVS), MONFORT (Résidence Robinson), LEROY (Association des infirmiers libéraux), MARCHAND (IME – MAS Gaifleury), FERRAND (ESATFoyer PONTMAIN), PIGEON (ESATFoyer PONTMAIN)et DUVAL (CLIC). Messieurs ROBINARD (Association des infirmiers libéraux) et GUINIC (Médical 35). Etaient excusés: Monsieur GOHEL (MARPA ParcéLuitré)  La prochaine rencontre est prévue le Lundi 1er Décembre 2008 A 14h00 A Droit de Cité 9 rue des Frères Devéria à Fougères  La mise en place de ce groupe de travail fait suite à la journée interprofessionnelle. Certains professionnels ont exprimé le souhait de poursuivre la réflexion sur l’éthique. COMPTERENDU DES ATELIERS DE LA JOURNEE INTERPROFESSIONNELLEAndré ROBINARD a rédigé un compterendu de la restitution des ateliers. Ce compterendu est relu. Il sera adressé aux participants de la journée interprofessionnelle et mis en ligne sur le site Internet du CLIC dans l’espace adhérent. L’ETHIQUE DANS LES DIFFERENTES STRUCTURESDroit de Cité: Le projet de l’établissement a été réactualisé en fonction du cadre législatif dans une dimension éthique. Il faut ensuite que le personnel de la structure s’approprie le projet d’établissement. L’éthique est ainsi présente dans la pratique de chacun, ellepermet aux personnels de modifier leur vocabulaire, d’aller plus loin dans la réflexion. C’est aussi un moyen pour comprendre et renforcer les partenariats. Association CAUDEHM Coordination de l’Autonomie, de laDépendance, duHandicap et de laMédiation 3, avenue de Normandie – 35300 FOUGERES Tel : 02.99.94.37.89Fax : 02.99.99.26.64E mail : caudehmclic@wanadoo.fr
Résidence Robinson: L’éthique fait partie intégrante de la démarche qualité qui nous amène à réfléchir sur nos pratiques. Elle s’applique aussi au projet personnalisé du résident : partir des choix et des besoins des résidents pour la mise en place d’activités. La résidence a mené une réflexion autour des pratiques affectives et sexuelles des résidents qui a permis de changer le regard des salariés visàvis des résidents. L’analyse de pratique est aussi essentielle. Gaifleury: L’éthique passe par l’évaluation interne. Gaifleury travaille autour du projet individualisé. Françoise MARCHAND met en avant le rapport médical avec les hébergés et indique qu’il est important de ne pas « chosifier ». Il faut expliquer à la personne handicapée, sa maladie, son traitement…Il faut que le résident trouve sa place. On remarque que l’accompagnement va bien audelà de l’aspect médical. Le rapport entretenu avec le résident est différent quand on prend le temps de lui expliquer sa pathologie. Médical 35: Didier GUINIC, orthésiste souligne qu’une pratique éthique nécessite un travail d’équipe. La collaboration avec le résident et l’équipe permet de réussir le traitement. Il faut veiller a impliquer l’équipe pour qu’elle accompagne le résident dans l’utilisation de sa prothèse. SAVS: Une pratique éthique passe par la prise en compte de la demande de l’usagerqui peut ainsi travailler sur son projet et l’estime de soi. L’équipe travaille cette approche avec l’appui d’un psychiatre. Christine BONNEMAYRE souligne qu’il est essentiel de dissocier le désir du salarié de celui de l’usager. ESAT Foyer PONTMAIN: Le travail éthique se fait dans le temps. Il passe avant tout par une démarche institutionnelle et fait partie de la démarche qualité. Dans ce sens, la structure propose aux salariés des formations sur la bientraitancemaltraitance, la relation d’aide mais aussi de l’analyse de pratique. L’institution veille à placer l’accueilli au centre du dispositif. Céline FERRAND indique qu’une pratique éthique passe par la connaissance de soi, indispensable pour comprendre l’autre. Il est essentiel de s’interroger sur sa pratique. Association des infirmiers libéraux du Pays de Fougères: Quand on réinterroge sa pratique professionnelle, on réinterroge l’organisation du travail. On peutêtre maltraitant par ce qu’on ne se sent pas bien au travail. Il est important de se poser dans sa pratique.
CR – Groupe de travailsur l’éthique – 14/10/08
Page 2 sur 4
Les infirmiers doivent pallier à la non explication de la pathologie, du traitement… par le médecin. En outre, l’infirmier soigne une personne et non une pathologie. A la création de l’association, les réunions permettaient aux IDE « d’évacuer ». La pratique d’un IDE est basée sur une relation individuelle avec la patient néanmoins l’infirmier doit veiller a avoir une approche globale. L’éthique passe aussi par la coordination avec les professionnels. Dans ce sens, l’association des IDE a travaillé à une fiche de liaison avec les cadres de soin du centre hospitalier. André ROBINARD pose la question suivante : quand le patient se confie, qu’est ce qu’on fait de ce que l’on a entendu ? Il faut savoir écouterdes propos qui sont parfois détournés, suggérés… DEFINITION DES AXES DE TRAVAILLes membres du groupe de travail constatent qu’au sein de chaque structure l’analyse de pratique est déjà mise en place. Il est suggéré la création d’un café éthique sous la forme d’une rencontre trimestrielle en soirée. Cette organisation doit permettre aux professionnels de se rendre au café éthique en dehors de leur temps de travail. Dominique BOULAYBECK aborde la question du DIF, la participation au café éthique peutelle être décomptée du temps consacrée à la formation ? Il faudra veiller à impliquer ces professionnels. Ce café éthique propose une approche transversale, une démarche de citoyenprofessionnel. En matière de communication, il faudra faire jouer« le bouche à oreille » dans les différentes structures. Définition du projet :  une soirée par trimestre  un thème par soirée  lieu variable : les Ateliers, le centre hospitalier….  un modérateur  alterner rencontre avec un thème + débat ou film/documentaire+débat Choix des thèmes : Il est suggéréde consulter le questionnaire de satisfaction de la journée interprofessionnelle 2008 : Extrait du compterendu « bilan de la journée interprofessionnelle 2008
CR – Groupe de travailsur l’éthique – 14/10/08
Page 3 sur 4
Question 6: Lors de cette journée, avezvous repéré des thématiques sur lesquels nous pourrions réfléchir au sein du groupe de travail « Journée Interprofessionnelle » ?  Déontologie et démarche qualité L’autorité et le pouvoir  Les conflits Construction du sujet, de l’identité  L’euthanasie Le secret professionnel  La notion de responsabilité, les limites desuns et des autres  Changer de référent (direction) et s’adapter La médiation en travail social  Le travail de synthèse avec une équipe pluridisciplinaire  Maltraitance / Bientraitance La mort/ le deuil  Les nouvelles formes d’accueil alternatives à domicile ou en établissement  Les conséquences de la législation sur les professionnels et usagers  Humanité/ Humanitude  Interdisciplinarité des soignants et travailleurs sociaux Remarques du groupe de travail : Rester généraliste et transversale pour le choix du thème Thèmes évoqués par le groupe de travail pour l’organisation de la journée interprofessionnelle 2009 :  Connaître ses limites et celles des autres  Qu’est ce qui motive le professionnel ?  L’engagement, le don de soi  Bénéficiaire, patients, usagers, clients, résidents, consommateurs : quelspoints communs ?  A quel moment proposer de la compensation, de la réparation ?  Les différentes modes de communication  Accompagner la régression sans culpabiliser Les membres de la commission suggère d’organiser une première rencontrele 3 Février 2008 à 20h aux Ateliers. Aurélie DUVAL précise qu’il faudra définir davantage les modalités de ce projet et consulter le conseil d’administration du CLIC pour définir le rôle du CLIC dans cette action.
CR – Groupe de travailsur l’éthique – 14/10/08
Page 4 sur 4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.