Gsrl programme laïcisation des mœurs,

Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 202
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Programme 7.Groupes religieux minoritaires, « sectes » et société (responsable : Patrice Rolland)
Problématique
Le phénomène social que constitue ce qu’on appelle ordinairement «sectes »et que les sociologues préfèrent décrire comme « nouveaux mouvements religieux » ou « groupesreligieux minoritaires», continue de poser de nombreuses questions. La perception sociale du phénomène est en France généralement négative ou méfiante. Ce n’est pas le cas dans tous les pays et ce fait mérite attention et explication. Il était donc utile de continuer, après les travaux de Martine Cohen et Françoise Champion, à examiner les rapports de la société française et de l’État à ces «sectes ».Ceci conduisait à s’intéresser aussi bien aux représentations sociales, souvent stigmatisantes, qu’aux problèmes de la régulation sociale et juridique du religieux. On devait continuer d’approfondir l’analyse des motifs de cette stigmatisation en France parce qu’ils représentaient un cas plutôt rare par rapport aux autres États européens et aux États-Unis. Le projet voulait préciser les éléments du débat politique sur les sectes par comparaison avec le débat scientifique et faire ressortir les causes d’un malentendu ou de manipulations des scientifiques lorsqu’ils intervenaient dans le débat social ou politique. Quelle position reste possible pour l’expert sur des sujets comme celui-ci? L’autre aspect du projet était de poursuivre l’analyse sociologique de ces groupes religieux minoritaires. La stigmatisation dont ils sont souvent l’objet ne garantit pas vraiment une connaissance exacte. On devait donc continuer les enquêtes de terrain sur leurs idées, leurs pratiques et leur évolution.
Fonctionnement et résultats
L’activité de ce programme a essentiellement consisté en un séminaire régulier (15 séances entre 2002 et début 2005) qui a permis, soit à de jeunes chercheurs doctorants, soit à des chercheurs confirmés d’exposer l’état de leur recherche sur ce thème, et qui a attiré des participants bien au-delà des membres du programme. Il n’a pas été organisé de colloque par le groupe même si l’un ou l’autre chercheur a participé à des colloques ou réunions sur les sectes dans d’autres enceintes. Le programme avait choisi dans un premier temps de se partager en deux groupes différents : «Médecine, sectes et guérisons» et «Sectes :débat scientifique/débat politique ».Cette subdivision n’a pas subsisté à l’usage et les deux groupes ont spontanément pris l’habitude de se réunir ensemble. Les exposés ont été largement tributaires des recherches des doctorants qui ne correspondaient pas entièrement aux axes qui avaient été initialement indiqués. On peut les diviser en deux grandes catégories : des enquêtes de terrain (les Églises évangéliques de Pentecôte à Besançon et à Mulhouse; religion et SIDA; les effets
sociaux de l’implantation locale d’une secte) et l’interprétation des réactions provoquées par le phénomène des « sectes » (le débat législatif sur la loi anti-sectes ; analyse de l’origine des mouvements anti-sectes). De la sorte le débat dans la société a bien fait l’objet d’analyses variées tant sociales que politiques ou juridiques. L’avenir du groupe semble plutôt s’orienter vers un développement des recherches de terrain sur les sectes et laisser de côté l’analyse des réactions socio-politiques au phénomène des « nouveaux mouvements religieux ». Cette évolution est en partie liée elle-même à l’évolution du débat dans la société. Certaines questions juridiques ou politiques sont maintenant connues et stabilisées. La curiosité des chercheurs, qui sont actuellement moins nombreux sur ce thème, pourrait s’orienter de façon plus neuve vers la connaissance de ces groupes qui reste encore bien lacunaire. C’est dans une telle perspective que le programme fusionnera dans le projet 2006-2009 au sein d’un programme nouveau plus large, intitulé « Religions et religiosités minoritaires en ultra-modernité ». La question des minorités religieuses et de leur perception par la société globale peut servir de lien entre ces deux groupes.
Membres du programme
Chercheurs CNRS :Martine COHEN, Sébastien FATH. Enseignants chercheurs:Régis DERICQUEBOURG, Patrice ROLLAND, Jean Paul WILLAIME. Chercheurs associés :Patricia BIRMAN, Jean Pierre LAURANT. Post-doctorants :Anne Cécile BÉGOT, Arnaud BLANCHARD, Jacqueline CATALOGNE. Doctorants :Laurent AMIOTTE-SUCHET, Christian EUVRARD, Louis HOURMANT, Bérengère MASSIGNON, Sabrina PASTORELLI, Anne PERRIN.
Principales publications en rapport avec le programme
BÉGOT, Anne-Cécile, « Formes organisationnelles et pratiques thérapeutiques au sein de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme »,Convocations thérapeutiques du sacré, R. Massé, J. Benoist, éd., Paris, Karthala, coll. « Médecines du monde », 2002, p. 61-80. BLANCHARDLe monde jéhoviste des imprimés, Arnaud, «»,de sciences sociales Archives des religions, à paraître. DERICQUEBOURG, Régis, «Construction d’un type-idéal des religions de guérison à partir d’un échantillon de groupes religieux minoritaires », in R. Massé et J. Benoît, éd.,Convocations thérapeutiques du sacré, Paris, Karthala, 2002, p. 39-59. ——, «Politique antisecte et argument de la laïcité»,Les nouvelles formes du sentiment religieux : un défi pour la laïcité moderne ?, D. Kounkou, éd., Paris, L’Harmattan, 2003, p. 143-167. ——, « Les groupes religieux minoritaires chrétiens nés au 19e siècle et leur destin », «et «Sectes »de l’Antiquité à nos jourshérésies », J. Dierkens et A. Morelli, éd., Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 2002, p. 149-161. LAURANTOrigines et formes de l’antimaçonnisme contemporain»,, Jean Pierre, « Franc-Maçonnerie et histoire, bilan et perspective, C. Gaudin et E. Saunier, éd., Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2003.
PASTORELLILaïcité française et italienne: la gestion des nouveaux, Sabrina, « mouvements religieux », Actes du colloque «Le fait religieux comme objet de savoir : institutions et méthodes », Sorbonne, Paris, 13-21 mars 2003, à paraître. ROLLANDOrdre public et pratiques religieuses, Patrice, «», in J.F. Flauss, éd.,La protection internationale de la liberté de religion, Bruxelles, Bruylant, 2002, p. 231-271. ——, «La loi du 12 juin 2001 contre les mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme. Anatomie d’un débat législatif»,Archives de sciences sociales des religions, 121, 2003, p. 149-165. ——, « Le droit devant le nouveau fait social »,Traité de droit français des religions, sous la direction de F. Messner, P.H. Prélot et J.M. Woerlhing, Paris, Litec, 2003, p. 179-194.
Thèses soutenues
Véronique ALTGLAS,« N’importe quelle échelle, du moment que ça monte »… La globalisation du religieux: modes de diffusion et d’appropriation de pratiques et valeurs se référant à l’hindouisme. Etude du siddha Yoga et des centres Sivananda en France et en Angleterre, 25 juin 2004, EPHE, sous la direction de Jean Baubérot. Bernard URLACHER,La diversité de la pratique religieuse des églises évangéliques, 21 décembre 2002, EPHE (diplôme), sous la direction de Jean-Paul Willaime.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.