L'ÉTHIQUE DANS

De
Publié par

L'ÉTHIQUE DANS

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 136
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Résumé de la programmation de recherche.
FQRSC-équipe en émergence (années : 2006-2008)
Projet: L’institutionnalisation de l’éthique : l’éthique dans les milieux de travail
Années : 2006-2008
Organisme subventionnaire : Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC)
Chercheur principal : Luc Bégin, Université Laval
Co-chercheur(e)s :
Yves Boisvert, Lyne Létourneau, Raymond Massé, Florence Piron,
Anne Chartier, Mark Hunyadi, Marie-France Lebouc, Dany Rondeau,
Steve Jacob, Lyse Langlois, Hubert Marcoux, Jocelyn Maclure.
L’éthique joue un rôle de plus en plus important dans de multiples contextes de travail.
Cela se manifeste autant dans les administrations publiques que dans les entreprises
privées. Tantôt, ce sont des codes d’éthique qui sont élaborés, tantôt ce sont des postes de
conseillers ou de répondants à l’éthique qui remplissent la fonction d’assurer la « qualité
éthique » des gestes posés par les travailleurs, qu’ils soient professionnels, syndiqués ou
gestionnaires. Les mécanismes mis en place pour assurer cette régulation par l’éthique
sont variés, tout comme les finalités visées et les résultats obtenus. Nous assistons ainsi à
une institutionnalisation croissante de l’éthique. Cette dernière devient une référence
normative incontournable aux côtés des autres grands paramètres que sont le droit, le
contrat de travail, les codes de déontologie et la règle administrative. C’est ce phénomène
qui est au départ de nos réflexions. Nous formulons l’hypothèse que ce phénomène
d’insertion croissante de l’éthique dans les rapports de travail est symptomatique d’une
transformation intérieure de la société du travail qui reste à comprendre. C’est pourquoi
notre programmation de recherche
vise à mieux comprendre ce que dit de nous et de
notre société du travail cette insertion de l’éthique dans les rapports de travail.
Nous développons notre programmation autour de deux grands axes susceptibles chacun
d’alimenter une série de projets de recherche : l’institutionnalisation de l’éthique: l’enjeu
de la régulation (axe 1), et l’Institutionnalisation de l’éthique : l’enjeu identitaire (axe 2).
L’enjeu de la régulation est un enjeu majeur de l’Institutionnalisation de l’éthique. En
prenant place dans les rapports de travail, l’éthique en vient à occuper une fonction de
régulation sociale
aux côtés d’autres dispositifs classiques de régulation. Nous comptons
interroger cet enjeu en fonction des quatre volets suivants : (A1) Comment procède cette
implantation de l’éthique en milieu de travail? (2) Les normativités associées aux
dispositifs de régulation en milieu de travail s’avèrent-elles concurrentielles ou
complémentaires? (3) Quelle est l’efficacité des structures de régulation par l’éthique
mises en place dans les organisations? (A4) Quelles sont les conceptualisations de
l’éthique mises de l’avant lorsque cette dernière est utilisées comme mécanisme de
régulation? Quant à l’enjeu identitaire (axe 2), il provient du fait que la transformation de
la société du travail affecte les acteurs qui doivent vivre au quotidien cette régulation par
l’éthique. À chaque fonction sociale sont rattachées des attentes de comportement qui
s’expriment au moyen de normes provenant des divers dispositifs de régulation. Ainsi,
l’ajout de dispositifs éthiques crée des tensions entre les références identitaires du
travailleur. Cela entraîne son lot de questionnements. Nous examinerons certains de
ceux-ci en fonction des deux volets suivants : (B1) Quelles formes prennent les tensions
identitaires en milieu de travail?
(B2) Comment sont arbitrés les conflits de normes par
ceux qui les vivent au quotidien et quelles sont les conditions de construction de leur
identité morale? : à quelles normes devraient-ils d’abord allégeance?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.