La citoyenneté dans l'Antiquité : les dérives politiques

De
Publié par

La citoyenneté dans l'Antiquité : les dérives politiques

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 88
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
La citoyenneté dans l'Antiquité : les dérives politiques
« THÉSÉE. Notre cité n'est pas au pouvoir d'un seul homme : elle est libre. Son peuple la gouverne : tour à
tour, les citoyens reçoivent le pouvoir, pour un an. Elle n'accorde aucun privilège à la fortune. Le pauvre et
le riche y ont des droits égaux.
LE THÉBAIN. La cité dont je viens est gouvernée par un seul homme, et non par la foule. Personne ne la
flatte ou ne l'exalte par son éloquence, personne ne la tourne ou ne la retourne selon son seul intérêt
particulier. [...] D'ailleurs comment le peuple, qui n'est pas capable de raisonnements droits, pourrait-il
mener une cité sur le droit chemin ? Un pauvre paysan, même instruit, en raison de son travail, ne peut
consacrer son attention aux affaires publiques.
THÉSÉE. [...] Pour une cité, rien n'est pire qu'un tyran. Sous la tyrannie, les lois ne sont pas les mêmes
pour tous [...], l'égalité n'existe plus. Au contraire, sous le règne des lois écrites, pauvres et riches ont les
mêmes droits. Le faible peut répondre à l'insulte du fort, et le petit, s'il a le droit pour lui, peut l'emporter
sur le grand. La liberté, elle est dans ces paroles : Qui veut donner à l'assemblée un sage avis pour le bien
de la cité ? Qui veut parler se met en avant, qui n'a rien à dire se tait. Peut-on imaginer plus belle égalité
entre les citoyens ? »
Euripide,
Les suppliantes
, vers 404 et suivants, vers 423 avant notre ère.
NB : Thésée, héros mythique athénien, s'adresse ici à un messager des Thébains (Thèbes, en Béotie), les
voisins et rivaux des Athéniens ; Euripide est un auteur tragique athénien.
1. Présentez le document ci-dessus. Ce dialogue a-t-il vraiment eu lieu ? [2 points]
2. À quelles institutions athéniennes fait ici référence l'auteur ? [2 points]
3. D'après ce texte, quels sont les régimes politiques d'Athènes et de Thèbes ? [1 point]
4. Faites un tableau avec les quatre arguments favorables & hostiles à ces régimes. [4 points]
« Quand les Athéniens eurent reçu leur commandement auquel les alliés souscrivaient, ils déterminèrent,
parmi les cités, lesquelles devaient fournir des fonds contre le Barbare, lesquelles des vaisseaux. [...] Le
premier tribut fixé se montait à quatre cent soixante talents ; on avait Délos comme siège de la
trésorerie. »
Thucydide,
La guerre du Péloponnèse
, V
e
siècle avant notre ère.
« Je ne me séparerai du peuple athénien par aucun moyen ni aucune manœuvre, ni en parole, ni en action.
Je n'obéirai point à quiconque s'en séparerait et, si quelqu'un s'en sépare, je le dénoncerai aux Athéniens.
Je paierai le tribut aux Athéniens, après entente avec eux.
Je serai un allié aussi zélé, aussi loyal qu'il ne sera possible. Je me porterai au secours et à la défense du
peuple athénien, si quelqu'un lui fait du tort, et j'obéirai au peuple athénien. »
Décret des Athéniens demandant serment aux Chalcidiens
, V
e
siècle avant notre ère.
NB : Chalcis est une cité de l'Eubée, île toute proche de l'Attique.
« Ce qui flatta le plus Athènes, c'est la magnificence des édifices publics dont Périclès décora cette ville.
[...] Le peuple, disaient les envieux, se déshonore et s'attire les plus justes reproches en faisant transporter
de Délos à Athènes l'argent de toute la Grèce. La Grèce ne peut se dissimuler que [...] les sommes qu'elle a
consignées pour les frais de la guerre sont employées à dorer, à embellir notre ville, à ériger des statues
magnifiques, à construire des temples.
Périclès, de son côté, répondait aux Athéniens qu'ils n'avaient pas à rendre compte à leurs alliés de l'argent
qu'ils avaient reçu d'eux. Nous combattons, disait-il, pour leur défense, et nous éloignons les barbares de
leurs frontières ; ils ne fournissent pour la guerre ni cavalier, ni navire, ni soldat [...]. »
Plutarque,
Vies, Périclès - Fabius Maximus
, XII, 3-5, éditions Les Belles Lettres, 2003.
NB : Plutarque est un auteur béotien du I
er
siècle de notre ère.
5. Présentez les trois documents ci-dessus. [3 points]
6. Qui sont les barbares pour les Grecs ? Qui est "le Barbare" pour Thucydide ? [2 points]
7. Quelles critiques peut-on faire du choix de Plutarque comme source historique ? [2 points]
8. Comment s'appelle l'alliance des cités autour des Athéniens ? Quel est son objectif ? [2 points]
9. Montrez que cette alliance entre cités se transforme au profit d'une seule. [2 points]
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.