Marcel Duchamp et la cascade du Forestay

Publié par

Marcel Duchamp et la cascade du Forestay

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 257
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Marcel Duchamp
et la cascade du Forestay
près de Chexbres, au-dessus du Léman
Colloque – Concert – Expositions – Intervention
Proposés par l’association Kunsthalle Marcel Duchamp, Cully
En collaboration avec le Philadelphia Museum of Art et l’ECAL, Lausanne
Concert: 6 mai 2010 / colloque : 7 – 9 mai 2010 / intervention: 7 – 9 mai 2010 / expositions: 6 mai – 13 juin 2010
Salle Davel, Galerie Davel 14, Kunsthalle Marcel Duchamp, Cully, chute d’eau du Forestay Bellevue/Chexbres
Conception et organisation : Stefan Banz et Caroline
Bachmann
Motif et teneur du projet
1
En 1946, Marcel Duchamp a séjourné cinq semaines en Suisse en compagnie d’une de ses amies, Mary Reynolds. Il a notamment
passé cinq jours – du 5 au 9 août – sur les bords du Léman. Il logeait à l’Hôtel Bellevue (aujourd’hui l’Hôtel Le Baron Tavernier),
près de Chexbres, en plein cœur du Lavaux, région qui fait aujourd’hui partie du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO.
L’hôtel, qui se trouve tout près de ce qu’on appelle la
Corniche
, offre une des plus belles vues de la région. Le spectacle du lac, des
Alpes vaudoises, valaisannes et savoyardes, et de la chaîne du Jura, est grandiose. Par temps clair, on se croirait dans un énorme
golfe maritime, et l’on embrasse du regard le Léman presque entier, de Villeneuve à Genève.
La
Corniche
est une route qui parcourt les exceptionnels vignobles de la région. Elle relie Chexbres aux villages d’Epesses, Riex
et Cully. En outre, l’Hôtel Bellevue ne se trouve qu’à une centaine de mètres du lieu que le parler populaire appelle le
Balcon
du monde
, et d’où l’on voit, en plus d’un panorama unique en son genre, les vignobles escarpés du
Dézaley
, tout proches. Cette
topographie explique aussi pourquoi, entre Bellevue et Chexbres, une cascade peut jaillir. Le terrain est rocheux et escarpé, et les
eaux longent à toute allure le village de Chexbres, comme surgies des entrailles de la terre. Juste à la limite des communes de
Chexbres et de Puidoux (à laquelle Bellevue est rattachée) – la cascade descend par paliers pour se précipiter dans la direction
du lac. Le cours du
Forestay
, tel est son nom, s’apaise ensuite brièvement, mais ne tarde pas à se précipiter à nouveau, en une
deuxième chute, sur les arrières du Dézaley, où, dompté, il se transforme en ruisseau sur quelques centaines de mètres, jusqu’à
ce que finalement, au niveau du petit village historique de Rivaz, il bondisse encore une fois de la falaise et se jette, en un flot
puissant, dans le lac Léman, à l’endroit où la rive, pour s’enfoncer dans les eaux, est au plus abrupt d’une pente à la fois dangereuse
et pittoresque.
Marcel Duchamp, à l’Hôtel Bellevue, a logé non loin de la première chute du Forestay. Il doit avoir entendu chaque nuit comment
la cascade domine, de son grondement sourd, le calme idyllique des lieux, et provoque, dans sa chute sans fin, un étrange bruit de
ressac. Cependant, cette cascade est un peu dissimulée. Elle se comporte d’une manière inversement proportionnelle à l’imposant
panorama du lac Léman. Elle inflige une coupe au paysage des vignobles, creuse un sillon semblable à une vulve, mais en même
temps, elle est dissimulée par les sapins et d’autres arbres. Duchamp a photographié cette situation et il a intégré cette image
dans son ultime grand chef-d’œuvre, l’installation
Étant donnés : 1° la chute d’eau, 2° le gaz d’éclairage
(1946-1966). Cette œuvre
représente le 1°, la chute d’eau, comme le vagin de la nature, d’où jaillit un flux, entre deux pans de montagne écartés (formant un
angle ouvert).
Hôtel Bellevue
(aujourd’hui : Le Baron Tavernier), à Bellevue près de Chexbres, et
Vue de l’hôtel
sur le Dézaley,
le lac Léman et les montagnes de la Savoie. Photographies : Stefan Banz, 2008
Le Forestay
, chute d’eau près de Chexbres, et bloc de rocher dans la chute. Photographies : Stefan Banz, 2007
On peut identifier la cascade aujourd’hui encore, même si son environnement a changé au cours des soixante dernières années.
Au milieu du lit du ruisseau, immédiatement après la première chute, on peut encore voir deux grands blocs de rocher.
On peut
clairement reconnaître l’un d’entre eux sur la photo de Duchamp, tandis que l’autre demeure caché par des arbustes.
Il est intéressant de constater que Duchamp est peut-être le premier et le seul grand artiste de l’histoire qui, rendant visite à cette
impressionnante région du Lavaux, n’ait pas pris le lac et les montagnes comme sujet d’un travail artistique, comme l’ont fait par
exemple ses célèbres confrères Gustave Courbet, Ferdinant Hodler ou William Turner. Duchamp a porté son choix sur l’autre
côté ; il a comme enfoncé ses regards dans les vignobles. Et ce qu’il a fixé, c’est le jaillissement surgi des gouffres intérieurs de
la terre – tel un orgasme, qui contribue à alimenter ce lac imposant et à le transformer en une expérience optique extraordinaire.
Dans cette photographie, l’artiste, en un certain sens, rend également perceptible le bruit qu’on perçoit longtemps avant que la
vue, à travers les arbres, se dégage sur la chute d’eau. Il saisit ce qui est caché et, dans son installation de Philadephie, il lui donne
le mouvement même du temps ; il en fait ce qui sans repos entraîne et alimente le flux de la vie. Ce qui est caché constitue le centre
de l’œuvre. En même temps, c’est le redoublement discret de la femme nue et sans toison pubienne, avec sa lampe à gaz dans la
main. Notre regard rencontre d’abord, immédiatement, cette vulve sans poils, qui frappe nos yeux comme une large coupure. Mais
dès que nous glissons au-delà de cette agression optique, la coupure s’ouvre sur la nature, elle l’éclaire et la met en mouvement par
un mécanisme particulier. On croit que l’eau coule au milieu des rochers et des sapins, sans percevoir la présence de la civilisation,
pourtant toute proche.
On a vraiment l’impression d’entendre la chute d’eau, de flairer l’odeur de ce flux qui jaillit (les habitants de Chexbres, en 1946,
déversaient encore leurs déchets dans la cascade!), de toucher les arbustes vivaces, saisis par la photographie. Et l’on voit, à travers
les deux oeilletons de la porte de bois, les rameaux morts entassés ; on croit entendre la femme respirer, sa jambe écartée ouvre à
notre regard le sillon nu, tandis que sa main, énergiquement, élève la lampe à gaz et éclaire la chute d’eau.
2
À la suite des recherches de Jennifer Cough-Cooper et Jacques Caumont, on sait que Marcel Duchamp a photographié le
Forestay
en 1946. Mais jusqu’à présent, personne n’avait cherché à savoir pourquoi l’artiste avait photographié cette chute-là précisément,
et non point une autre. On doit bien constater que seuls quelques spécialistes de Duchamp ont visité ce lieu unique en son genre,
sur les bords du Léman. Ils ignoraient en outre que de l’Hôtel Bellevue, le regard porte directement sur la bourgade de La Tour-de-
Peilz, où Gustave Courbet a passé les dernières années de sa vie. Gustave Courbet est le peintre de cette œuvre fameuse,
L’origine
du monde
, qui fut une source d’inspiration directe pour
Étant donnés
, l’installation de Duchamp.
Duchamp, sa vie durant, a dénigré les conceptions artistiques de Gustave Courbet, et cela surtout parce que ses propres intérêts,
sur le plan des thèmes et des contenus, étaient largement les mêmes. Et c’est ce qu’il faut examiner de plus près, à propos d’
Étant
donnés
. Notons que Gustave Courbet ne fut pas seulement l’auteur d’une représentation sans équivoque d’un sexe féminin. Durant
Marcel Duchamp, Étant donnés : 1° la chute d’eau, 2° le gaz d’éclairage…
Mixed Media, 242.5 x 177.8 x 124.5 cm, 1946-1966, Philadelphia Museum of Art
sa carrière artistique, il a également peint de nombreuses chutes et sources d’eau, et les a mises en relation directe avec la femme
nue, dans des compositions comme
La source
(1862, Metropolitan Museum of Art, New York). Ce ne peut donc pas être un hasard
si Marcel Duchamp, en 1946, a pris le
Forestay
comme point de départ de son chef-d’œuvre : un lieu d’où il pouvait porter les yeux
sur la dernière demeure de son grand prédécesseur, tout en embrassant, du même regard, deux sommets (La
Tour de Mayen
et la
Tour d’Aï
), qui se dressent dans le ciel, de manière ostensible et provocante, comme deux seins. Le nom de
La Tour-de-Peilz
éveille
en outre nombre d’associations – pet, paix, ou paie –, qui sont des plus intéressantes si nous les mettons en relation avec la pensée
de Duchamp. De plus, elles rendent significatif le choix de l’endroit. De la même manière, un petit village proche de la cascade,
Cully
, pourrait signifier, si on le lit en lui adjoignant le diminutif alémanique, « petit cul ».
Nous l’avons déjà dit : la chute d’eau au nom évocateur du
Forestay
se trouve si bien intégrée au paysage qu’elle ne jaillit pas
seulement entre deux parois (deux cuisses) fortement marquées, mais que de l’hôtel, on peut la voir entre les sapins – comme
Ferdinand Hodler, Bleu Léman
Huile sur toile, 70 x 108 cm, 1904,
Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne
Le Forestay
sous le couvert des sapins
Photographie: Stefan Banz, 2008
Gustave Courbet – L’Origine du monde
Huile sur toile, 46 x 55 cm, 1866,
Musée d’Orsay, Paris
Gustave Courbet – Paysage du Jura
Huile sur toile, 32 x 46 cm, après 1866,
Musée des Beaux-Arts, La Chaux-de-Fonds
un vagin au travers des poils du pubis. Aujourd’hui encore, de la maison qui se trouve à gauche de la chute, on voit les restes
d’un moulin à eau qui était encore en service en 1946 – un sujet central dans l’œuvre de Duchamp, qui dans son
Grand Verre
,
par exemple (
La mariée mise à nu par ses célibataires, même
, 1915-1923, Philadelphia Museum of Art), associe le moulin à la
masturbation masculine ! En outre, ce moulin produisait de l’huile (le bâtiment s’appelait « huilerie »), ce qui, en relation avec
l’œuvre de Courbet, peut aussi être interprété comme une métaphore de la peinture en tant qu’onanisme esthétique.
Duchamp a très vraisemblablement réalisé sa photographie à partir d’une petite cabane en bois qui se trouve directement en face
de la chute d’eau. Cette cabane, à l’époque, appartenait à la
Société de tir au pistolet, Chexbres, Palézieux et environs
, à laquelle elle
servait de stand de tir. Ce qui est intéressant ici, ce n’est pas seulement le double sens du mot « mitrailler », mais aussi le fait que
les tireurs de la commune de Puidoux visaient aussi, au-delà du
Forestay
, le territoire de la commune de Chexbres.
Toutes ces observations donnent au contenu et à la signification d’
Étant donnés
une tournure tout à fait nouvelle. D’une part, elles
permettent de remettre en jeu les préférences métaphoriques les plus importantes des œuvres plus anciennes. Et d’autre part,
l’œuvre se révèle beaucoup plus proche de la peinture rétinienne de Gustave Courbet, que l’artiste, sa vie durant, voulut surpasser.
Stefan Banz
Les Tours d’Aï
Photographie : Stefan Banz, 2004
Ruines du moulin
Photographie : Stefan Banz, 2008
Les événements
Il y a quarante ans, Etant donnés était présenté pour la première fois au public au Philadelphia Museum of Art. C’est aujourd’hui
l’occasion de proposer, lors d’un événement pluridisciplinaire qui se tiendra sur les rives magiques du Léman, une discussion
sur différents aspects de l’oeuvre, qui tienne tout particulièrement compte de faits et de sources iconographiques récemment
réapparus et qui permette de réévaluer la portée artistique de cette oeuvre complexe.
Colloque
Les plus éminents experts de l’oeuvre de Marcel Duchamp tiendront des conférences sur la chute d’eau, la région de Lavaux, Etant
donnés et sur la réception de Marcel Duchamp chez les artistes contemporains.
Concert
L’artiste et musicien suisse Andreas Glauser proposera une réinterprétation contemporaine de « Musical Erratum », l’unique pièce
musicale composée par Marcel Duchamp.
Expositions
Inauguration de la toute nouvelle Kunsthalle Marcel Duchamp avec une exposition personelle de l’artiste allemand Ecke Bonk.
A la galerie Davel 14, une exposition, réunissant des œuvres de plus de 40 artistes, soulignera l’influence d’Etant donnés sur la
pratique des artistes contemporains. L’exposition présentera également des sources iconographiques relatives à la chute d’eau
réapparues récemment.
Intervention
Roman Signer, en hommage à Marcel Duchamp, proposera une installation dans la chute d’eau du Forestay.
Publication
Publié par JRP
|
Ringier à l’issue de l’événment, un ouvrage recueillera les actes du colloque ainsi que les sources iconographiques
et les œuvres exposées.
La Tour-de-Peilz avec les Tours d’Aï
Photographie : Stefan Banz, 2008
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.