Mythes et réalités des sociétés secrètes

Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 147
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
ed sosictéséec sterès ssenarai app-sesèilceXs uaX  t : e.nc-maconLa frautens con-reeiseterèLe. téiéec shc sionirt sedai
La RoseCroix est née d'une blague d'étudiants
La religion . cathare est desti-née à des inities.
En 1870, le Ku Klux Klan est proche du Parti démocrate américain. Vrai.  Opposés à l'interventionnisme du pouvoir fédéral imposé par Washington aux Etats du Sud, après la guerre de Sécession, les membres du Klan se lient avec les démocrates, adversaires également du fédéralisme. Certains iront jusqu'à terroriser les Noirs pour les obliger à voter démocrate.
Mythes et réalités Les fidêles de La Kabbale, chère Bacchus à Rome se , à Madonna, est une forent à des orgies mystique juive.
La Mafia fst née dans Laleles mlllaunmdisn adtue n XVIie .s,i ècle plus pauvlrae  rdéeg iSoinc illae  A- Ol l u v ne sont qu'une poignée.
connaissent un revers aux conséquences funestes lors de la chute de Saint-Jean-d'Acre en 1291. Ayant failli à leur mission défensive, ils quittent l'Orient et gagnent l'Europe. Un échec militaire qui entache durablement leur réputation . . . d'ordre religieux aux caisses bien remplies et aux rites Vf31.  Créés à l'origine pour défendre la Terre sainte, les supposés secrets. Le roi Philippe le Bel et le pape Clément V Pauvres Chevaliers du Christ, qui sont des moines guerriers, n'auront de cesse de les éliminer. -
achtéh s :lArase qua desévêctre  7611 noitaérC ,gAneib ,
Les cathares, clandestins... malgré eux Ces "pasteurs de l'ombre" du XI e siècle, accusés de pratiques démoniaques opérées dans le plus grand secret, sont en réalité les représentants d'une Eglise organisée délivrant un Le sud de la France, fief des culte public. C'est seulement comtes de Toulouse, voit se sous la contrainte qu'ils ont dû développer à la fin du X I I e  siècle, une Eglise différente de l'Eglise catholique, où les se cacher. Récit. prêtres-pasteurs se nomment "parfaits", où il n'existe qu'un p a r Anne Brenon seul sacrement, le consolament, , une c o m m u n a u t é n o m m é e albi-historienne geoise, ou cathare. Pas de symbole, ni de lieu de prière, ni m ê m e une croix. En effet, la croix appelée, à t o r t , croix cathare, n'est autre que la croix de Toulouse (ou du Languedoc L'auteur rép de mystère ou occitane) : une croix grecque à branches égales rectilignes, pAarlcéhoivgirsatpe he des h us anciennes mités sont triplement bouletées hautes études, L rldaoeoinunt z.:  eudé tArecaésuth t ipiaolqnMnuo oeisyn eevsni ednA't Ogdere,-  rrrpaDCaaeabiéhpntgor nipniamhosoeiito nre entncneteatt ét   teesisen uAoe an xn dulB i cséo vmXaerumctêIar Ihaidgm e ree eo etsnst gi dte cènde erc eteinl ,o e mCrtsp,e aeehoellscauae nrbtrq em eCauthr  'enh.i à an . ln an .  td se tmeele»sesr,--.     cléchée (ses extrémités sont en et diplômée en ns reli forme d'anneaux de clés) et sciences religieuses dseésn oqnucii alteiso condagmineèu-- p o m m e t é e d'or, dont les extré-de l'Ecole des et perlées. Il s'agit à l'origine Anne Brenon  d'une roue solaire à douze ehsotn coroanirsee rdvateur lléa npsr,e mprieorbsa cbolensn upsr àé caavtohira réetés ,l isvorénst  l c i i e s u és x  seon mRbhreésn aetn iseo uptaerr rHaiilndse,  g e a x r o d r e - u rayons, chaque anneau repré-Patrimoine de es sentant un signe du zodiaque. France. Elle a au feu en 1022. Ils sont présentés par de Bingen pour pratiques démonia-publié : Le Dernier les chroniqueurs d'Eglise de leur ques occultes, les cathares sont en-des cathares, Pèire temps comme de secrets serviteurs core décrits, au début du XIII e  siè-Autier  (Perrin, d énèbres : « Ils adoraient le dia- cle, en Languedoc, par le théologien 2006) et Les es t Cathares (Albin ble, qui leur apparaissait d'abord Alain de Lille, comme  de ténébreux Michel 2007). comme un nègre puis comme un magiciens: « Dans leurs conciliabu-ange de lumière... Lui obéissant, ils les, ils font des choses très immon-
Carcassonne et Toulouse.  1209 Début de la croisade contre les albigeois.  1210 Mutilation des habitants de Bram, chute de Minerve - où sont brûlés 1 4 0 cathares - , Termes et Puivert.  1215 Quatrième concile du Latran. Soumission de Toulouse face à Simon de Montfort.  1218 Mort de Simon de Montfort lors du second siège de Toulouse. L e s i è g e d e C a r c a s s o n n e En 1 2 0 9 , la papauté décide de déclencher la  1226 première croisade contre les albigeois. Malgré Départ pour la farouche résistance de ses habitants, la ville la croisade de Louis V I I I . occitane capitule et livre son vicomte à l'assaillant.  1227 des âmes. L'Histoire montre aussi Les cathares des [...]. On les appelle cathares, de ticulièrement dans les zones méri-catus,  car, à ce qu'on dit, ils baisent d i o n a l e s d e l ' E u r o p e , c o m m e que ce fut le seul poids de la répres-dcleavniednensteinnts .  lSei  ld'einrrainèirteé  dd'eu tn ecllheast .a c» cusations de lo'ùO icl cpiutta ndiéev edleosp pXerI Ie e n- XpaIiIlx c   sesis èsctlreusc,-  j sion qui le contraignit à la clandes- 1233 tinité et fit de ses derniers bons hom-ldoénbatuchep se tf adiet  sloorncge lfleerui, e lae  dceapthuias- tpurreesss ioanv arnetl idg'iêetures ee. n butte à la ré- j mes, traqués par l'Inquisition, des eLs'Itn qourdisitioén e g em pasteurs de l'ombre. par le poanpne Certes, le vocable « secte » fut abon-Gré tcréiurslitmeeue  dx gea aldr'eodpemt ebtsor,e u ujrnoé usérsesor tvlé'éir imàs amdgeee   dm'di'ynuisn-- tbOureins r eplre aul at g acriaanrnsaid pesa acnhesé  rdgéerssai enm dyemt éhdidefisf éiecvtua lsltieé-  damment appliqué au catharisme 1 go 2 ir 4 e 3 I  X. par ses adversaires, les clercs de D  ébut du siège l'Eglise de Rome, qui dénonçaient tdiéosc. umOre,n ttrataivoani lalbanotn dà apntaer teitr  ddi'vuenre- qduaen,s  lsoeisn  rdéea lcitoénss;t iotuù elr' ounn ec osnosctiaétteé  ; ainsi dans l'hérésie un ensemble de de Montségur. sifiée, l'historien a maintenant les secrète - secte, religion à mystère groupuscules sans légitimité reli- 1244 o ou mouvement initiatique - le ca- I gieuse. Mais au sens premier du mot Fin théorique du rmismyeen, ts adnet  bdiaenns  csoesn nmaîatnrief eles tcataitohnas- tharisme se présenta comme simple hérésie - qui exprime une coupure, catharisme. sociales ouvertes que dans ses res- Eglise, publique et organisée, de j une faille, un processus de sépara-sorts religieux profonds ; et ce par- « bons chrétiens » voués à la cure tion - le catharisme ne peut-il •
Les sociétés secrètes Secret ! Le mot fascine depuis toujours. faux procès instruits par le reste de la société, à com-L'enfant s'en amuse, le pouvoir s'en mencer par le pouvoir en place. nourrit. Qu'il soit de famille ou d'Etat, A l'heure d'Internet et de la prétendue information il titille l'imaginaire des profanes et pour tous, on pourrait croire que ce numéro thémati-scelle la communauté des initiés. Ceux- que est consacré à une cause perdue, obsolète, presque ci peuvent viser le salut de l'âme ou le risible. A des fantasmes d'un autre âge. Que le culte du renversement d'un régime. Peu im- secret, bancaire, professionnel ou autre, s'est éteint dans porte, ils sont liés, peu ou prou, par un tacite consen- le village planétaire. Grossière erreur, comme vous tement au silence, absolu ou partiel, sur leurs activités aurez l'occasion de vous en rendre compte. Ne serait-ou sur leur  modus operandi. ce que parce que le présupposé humain n'a pas varié La notion même de société secrète appelle néanmoins d'un iota depuis la nuit des temps. On pourrait le for-quelques éclaircissements. C'est tout d'abord une com- muler ainsi : les événements (ou le monde) ne sont pas  munauté humaine dotée d'une organisation propre ce que l'on croit. Il y a donc une autre vérité. Cette dont les membres ont l'obligation de ne pas dévoiler, logique produit invariablement deux camps : ceux qui  voire de nier, leur appartenance au groupe. Jadis par savent et les autres.  crainte de persécution religieuse, ou, c'est le cas le plus Ce dossier d'Historia n'est pas sectaire, lui : il s'adresse fréquent aujourd'hui, par peur du gendarme s'il s'agit aussi bien à ceux qui disent savoir, qu'à ceux, le plus d'activités criminelles. grand nombre, qui aimeraient tout simplement com-Une fois admis le principe qu'il faut être entre soi, la prendre. A travers quatre grandes catégories (reli-désignation couvre une grande variété d'intéressés. On gieuse, initiatique, politique ou criminelle), nous vous  peut aussi bien y trouver des organisations internatio- invitons à lever le voile, à dissiper l'ignorance et les nales à vocation financière ou philosophique que des malentendus, dans le plus strict respect des connais-sociétés étudiantes, des confréries (la franc-maçonne- sances historiques fiables dans ce domaine. rie est en cela discrète, non secrète) que des assemblées Bien sûr, nous n'avons pas, comme toujours, préten-ésotériques ou mystiques, des comploteurs autant que tion à l'exhaustivité (ces quelque cent pages n'y suffi-des mafieux ou des terroristes. On peut même y ren- raient pas) et nous sommes parfaitement conscients  contrer des chimères, autrement dit des sociétés fictives de la difficulté d'appréhender des communautés par ou très improbables, comme celle du Prieuré de Sion, nature aussi disparates. Mais le jeu en vaut largement après le succès du Da Vinci Code. la chandelle, tant cette litanie séculaire du secret est Au mieux, cela intrigue. Au pire, cela dérange. Et l'His- instructive pour qui aime, comme nous, comme vous, toire, comme vous le lirez dans ces pages, foisonne passionnément notre histoire. • d'exemples de suspicions plus ou moins légitimes ou de Historia
Sommaire juillet-août 2007 Les sociétés secrètes 
6 M y t h e s et réalités Les c a t h a r e s c l a n d e s t i n s . . . m a l g r é e u x par Anne  Brenon, historienne 12  La Kabbale, du m o n t Sinaï à Hollywood par Alain Chouffan 16  L'Opus Dei s o r t de l'ombre par  Pierre Abramovici 2 2  Les sectes r e c r u t e n t a u t r e m e n t par Victor Battaggion 24  Rome : des m y s t e s s o u s surveillance par Catherine  Salles, maître de conférence à Paris X-Nanterre 26  Les Templiers, chevaliers h o n n i s d u C h r i s t par Anne  Bernet 32  La Rose-Croix : t o u t est d a n s le secret par Jean-Pierre  Bayard, écrivain 36  Les francs-maçons i n t r i g u e n t t o u j o u r s par Luc Nefontaine, de l'Université libre de Bruxelles
4 2  Skull a n d Bones, la confrérie de la m o r t par Jean-Sébastien Stehli, rédacteur en chef adjoint à l'Express
44  Les I l l u m i n a t e n c o n t r e l ' o b s c u r a n t i s m e par Pierre-Yves Beaurepaire, professeur d'histoire moderne 46 La face cachée d u K u K l u x Klan par Paul-Eric Blanrue 52 La Cagoule tombe le m a s q u e par Rémi Kauffer professeur à l'Institut d'études politiques
58  La Mafia, u n e p i e u v r e e n v a h i s s a n t e par Jean-François  Gayraud, commissaire divisionnaire 64  Les t r i a d e s chinoises, m u l t i n a t i o n a l e d u c r i m e par Roger Faligot 6 8  Les y a k u s a m a î t r e s d u j e u par Roger Faligot 70  C o m m e n t Al-Qaida s'est i m p l a n t é e par Olivier Weber, grand reporter au Point
Les référentiels d'Historia Histoire d'un objet: le savon Mémoires de la France. Les trois couleurs, par Françoise Labalette la naissance du drapeau national par Emmanuel de Waresquiel L'inventeur: Thomas Edison et l'électricité 90  Beaux livres, oar Vér i ue Dumas par Alain Frerejean on q 92  Livres jeunesse, oar Véronique Dumas 84  Le dessous des cartes 94  Multimédi ,  Victor Battaggion en partenariat avec ARTE Editions a par et les Editions Tallandier 96  Tradition: V avocat,  par Janine Trotereau 
daleth : 4, etc.). On peut ainsi calcu-ler la valeur numérique d'un mot et rapprocher ainsi des mots de même valeur, ce qui ouvre des perspecti-ves exégétiques p a s s i o n n a n t e s . L'écriture hébraïque étant conso-nantique, on peut donc vocaliser di-versement chaque mot. Par ces tech-niques de permanente remise en mouvement du sens, les kabbalistes découvrent les significations cachées et infinies de la Bible. Ainsi entrent-ils en contact avec la Source, l'Infini  (ain sof),  l'Esprit divin qui a inspiré la Torah, qui en est la matérialisation. Pour les kabbalistes, le Dieu caché, celui qui 1 n'est pas concevable par l'esprit hu-3 main, porte le nom  d'Ain Sof ^ (In-fini). En revanche, Dieu se mani-feste par des émanations : ce sont les dix  sefirot. Charles Mopsik, disparu en 2003, a consacré sa vie à l'étude de la Kab-Signes kabbalistiques bale et tout particulièrement à la A gauche: un parchemin destiné à être porté en traduction en français du  Zohar. amulette (XVI e siècle). A droite: le fameux Arbre des Selon lui, les kabbalistes cherchent dix  sephirot  qui représentent les différentes manifesta-à pénétrer les mystères recelés dans tions de Dieu "sous l'horizon de l'Eternité" (planche ce texte biblique : « Les rabbins tra-extraite d'un traité d'Athanase Kirchner, XVII e  siècle). ditionnels, écrit-il, se posent la ques-tion du "comment", par exemple • A la Renaissance, puis au siècle des choses d'en bas mais se réfère comment traduire en lois les 613 com-des Lumières, l'étude de la Kabbale en réalité aux choses d'en haut. » mandements bibliques. Les kabba-connaît également un grand essor, Outre le sens littéral du texte  {ps-listes, eux, cherchent à percer les bien au-delà des milieux juifs, no-chat),  chaque mot possède un sens secrets des commandements. Ils tamment par le biais de kabbalistes caché  (sod),  ésotérique, qu'il s'agit veulent en connaître l'origine et la chrétiens comme Pic de La Miran- de dévoiler. Les kabbalistes préten- signification. Ils s'attachent au "pour-dole (qui trouve dans quelques as- dent que la Vérité ne peut être ex- quoi". Ils visent aussi la recherche pects de la Kabbale une préfigura- primée par les mots, ceux-ci déno- des voies qui permettent d'accéder tion et une explication de certains tant simplement ce qu'éprouvent les directement à un contact avec la di-dogmes chrétiens, notamment celui vinité : rejoindre la Source est leur C o m m e n t a i r e s fdGaeru leiall. l TaOruinmn dieti té P)é,o gsdatele elJ meoaeunn  tJ Rqaecuuqe cuhWelsii lnlG,i aadfme-  On dit que bdauupt p umrlotoicnmhdeee..   »Pd oivuir ne uexs,t  llaa  ccolné ndaies staonuctee  ésotériques Le domaine de la connaissance S h a k e s p e a r e e t I s a a c N e w t o n Shakespeare et Ainsi, la Kabbale tend à « désoccul-ésotérique est lR'aéusreariveénet  àé tl'uodriigéien..e.  à quelqueséru-Isaac Newton tleers  l'mocculte » et non à l'entretenir : désigné par les  lkea nbobamli sdtee  s p  a s r o d u è s s   dmitasr,i éets  aux èhroesmmes de ipnlsu sd e4u0x  aenns-, auraient on la mys-(paraedrigse).r , Clee  mot ffiann ltes , rôlale et  Kpdae blba a Vld'eoa luqo unmteoés teito ndne el a saDni-s la Kab bétalued ié npéutirséssye, s ltêeètsrr eev so uislnoe jns otl eufrav iétmss. i psS oealuur  jêotruer  ppéa-r le v tique juive, il n'y a donc rien qui ne est formé des l'homme. Est-ce possible ? « Oui, quatre consonnes rmecotniodne , dciovimnemse  dcaenlsu il ad eC rl'éation du lsae nTso hrauhm easitn és certi tl'ei natveellce dcte. sPmooutrst.a nEtt,  répond un rabbin qui tient à rester liPtt ( é p r s al h ), a  t R t,  ( s r e e n m s ez, et l'œuvre de « réparation H» oqmui mluei,  donc, disent les kabbalistes,  ces mots anonyme, car dans cette doctrine, sens allégorique) échoit. Cet enseignement explique doivent forcément receler la Vérité tout est relié, du plus haut au plus D  (derash,  sens, le pourquoi de l'univers ainsi que divine. Alors, comment la décou bas, du plus raréfié jusqu'au plus   figuré) et S {sod, son fonctionnement. Il consiste, onvrir? En essayant d'en dépasser le- dense. S'il y a une séparation, un sens secret).  court-circuit, c'est le désordre, la l'a vu, en une relecture au niveau le cel désorganisation, la dysharmonie. » plus haut et le plus élaboré de la sens premier. Pour a, ils s'appuient La Kabbale est donc une doctrine Troarnadh.s  pLrei  n Z c o i h p a e r s : o«p èLrae  Tsoelroanh  pdaerulxe  csohuùir f fcurhnea  e ( q a du l e e es p l h se  p : t étrc1,ei  fi b cc e io t t h ré r:s  e 2 sd , pe   g ol u 'n i hd m éb e à l r : e u3un,,   d'échange dans laquelle l'homme g est à la fois réceptacle et émetteur. 14
Plus il reçoit, et plus il répond à sa raison d'être : donner. « Le courant devient continu. L'échange s'har-monise, s'étend, s'enfonce de plus bballod en plus loin, de plus en plus haut et Kaywo plus bas. L'intelligence cosmique Madonna  (ci-contre)  a entraîné à sa suite le Tout-s'incarne en lui jusqu'à s'identifier Hollywood et autres jet setters : son mari Guy Ritchie, avec lui. Ce sont, très sommaire-Britney Spears (à qui elle a offert une édition du  Zohar ment, les grandes lignes de cette du XII e siècle), Demi Moore, Ashton Kutcher, Paris mystique. » Hilton, Gwyneth Paltrow, Naomi Campbell, Winona Devant la somme de connaissances Ryder, Barbra Streisand, Donna Karan, le couple que requiert l'étude de la Kabbale Beckham, Elizabeth Taylor et Mick Jagger. L'ex-épouse - connaissance poussée de l'hébreu, de ce dernier, Jerry Hall, est la première à avoir craqué: du Talmud, du Midrash - on s'éton-elle a rompu avec le centre londonien, parce qu'elle nera de la vogue incroyable qu'elle en avait assez de « demander à ses amis de donner un connaît actuellement aux Etats-dixième de leurs revenus annuels au Rav Berg »... Unis. Après le bouddhisme chic et la Scientologie, la Kabbale est deve- j driers, cartes de méditation, disques, quer cette doctrine qui, dit-elle, a nue la dernière tocade spirituelle à : colliers divers, bougies, encens, un chamboulé sa vie. Elle se fait désor-la mode, notamment dans les mi- bazar digne d'un sorcier de village. mais appeler Esther, observe le shab-lieux du show-biz. Mais quelle Kab- Ou d'un pro du marketing... bat  et écrit des contes à thèmes kab-bale ? Celle du Rav Philip Berg ! Le Le fameux ruban rouge, signe de balistiques pour enfants, dont trois coup de génie de cet ancien agent ralliement des nouveaux disciples, recueils ont été traduits en 30 lan-d'assurances américain reconverti est vendu sur le site 26 dollars ! Il est g u e s e t v e n d u s d a n s p l u s d e dans le rabbinat en 1962 est d'avoir censé protéger des vibrations néga- 100 pays... dont la France. mis la Kabbale à la portée de tous tives. En vertu de quoi ? Explication Le club de Kabbally wood (voir en-en la dépouillant de toute sa com- d'un proche du Rav Berg, à Los An-cadré),  et surtout l'activisme com-plexité et de sa charge spirituelle geles : « Selon le Zohar, il est dit que mercial du rabbin-gourou exaspè-pour la réduire à une batterie de Rachel protège contre le mauvais rent les vrais kabbalistes. Quand on maximes de sagesse correspondant ! œil. Nous nous rendons donc sur son sait que plus de quatre millions de aux attentes d'adeptes aussi naïfs tombeau à Bethléem pour charger personnes ont déjà fréquenté les que novices. Comme feu Ron Hub- | ce ruban d'ondes positives. Puis on 50 centres de la Kabbale disséminés bard, ancien auteur de science-fic- | le met autour du poignet gauche, le dans le monde, notamment en Is-tion devenu prophète autoproclamé j bras gauche symbolisant pour les raël, aux Etats-Unis, en Amérique de l'Eglise de Scientologie, le Rav | kabbalistes le désir. Le désir d'agir du Sud, en Australie, au Japon et à Berg ne pense qu'à développer son | pour le mieux, de faire le bien, qui Londres, on imagine les perspecti-fonds de commerce. Pour convain-cre, par exemple, les plus réticents ! cMhaanisg el 'taotuotu.t. . m» aître de Berg, c'est lvdaeérsjs à. d.ée.  vdMaléauviées l làoe p 1pp0le0um s meginrltla ivdo'enu, sn c 'deeesm t dpqiourlee-  l a  CKoabmbparleen, ddree  d'acheter les 23 volumes du  Zohar Madonna. Depuis qu'elle est deve- cette entreprise semble bien présen-(QEueronltlien s,L u2d0w0i6g) . (350 euros) auxquels ils ne peuvent rien comprendre à moins de maîtri- nue citoyenne du Kabbalaland, la ter toutes les caractéristiques d'une  yCabale et ser parfaitement l'araméen et l'hé-s de breu, il a inventé le scanning : « Pas-sez vos doigts sur le texte ou regardez !  Plus besoin de smeacîtter e: , pcruéltéem dien lean pceer sd'ounnn agloituér (odua onus  (cCAahlbbaairllnie sstM eiMc,hopesl,i k simplement ces lettres, cela peut co ndre cha e p«vr ooQususp aaenpctdp ujoser  tdneeer   slcaoo np maKipxar eb»nb, alaiiltsa- hpo anC ss,e unrmt euornn.   i  l'hébmrepur,e il suffit radpevreci essecqoet u tdnse eusé p rp«dr l ioeleè 'usercs eahea,u  dals reekol pannatttbo eabpsmn,ar   lo-dri uneso tocniRon qascuuveér e sess  t)»o à,,ci   egedclnmeauseri-    2 dCm e0oyL u0seGrt3siaeq )nr.Gut srseha  jodnumedi vsl ea,  professeur me disait : "Tu scannes", de "scanner" le la Lumière du Créateur guérit -,  tc'ue lsits- eàt- tduir ree ttiue pnhs.o tÇoag sr'iapmhpireism cee  dqaunes  texte sacré! uptoilliitsiaqtiuoen  daeb ruesicvreu tdeems etenxt tienst esancsirvése,,  2 S 0cLh0eo2sl)e.G mr a(nPdasy ot, le cerveau », se souvient Bernadette, ulatio  48 ans, qui a quitté le centre il y a Material Girl a manifesté sa recon-et enfin manipesn  cednetsr eess pkrits Textes de la trois ans, après avoir répertorié tou-i naissance en donnant 6 millions de fragilteis. eEsn  sIosrnat ëclo, ncsidérés comambe- Kabbale, de tes les incohérences de cet enseigne-| dollars au Kabbalah Centre de Lon-sbeaclitsairqeus et, en France, toutes les (CVhearrdlieesr,  M1o9p9s3ik).  ment. Surfant sans scrupule sur la ; dres, ouvert il y a sept ans et dirigé autorités rabbiniques les condam- M tères crédulité de ses recrues, le Rav Berg par Michael Berg, le fils du Rav, et nent. Devant une telle caricature de de lay sKabbale, utilise aussi Internet ( www.kabba-22 millions à celui de New York... l'esprit originel de la Kabbale, il se-dOeu aMknairnc-Alain lah.com ). Cliquez sur  store  (maga- I La superstar, qui a troqué ses réfé- rait temps que les érudits juifs fas-(Ed. Assouline sin) et toute une liste de produits | rences coquines pour cette version sent entendre leur voix. Mais en ont-2002). , apparaît : livres du Rav Berg, calen- j  new âge  de la Kabbale, n'accorde ils simplement envie ?  • plus une seule interview sans évo-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.