Reproductions de manuscrits enluminés; cinquante planches en phototypie d'après les MSS. de la Bibliothèque medicea laurenziana. Préf. et notes de Guido Biagi

De
2898 F5F54- \, sur deux colonnes, aves des lettresEcriture grandes miniaturesornementées de différentes couleurs et cinqtiales quatre EvangéUstcs avec leursdo l'école byzantine, représentant les Jésus-Christ. Les pi. VIII et IX représen-symboles et l'Asccn-sion de marginales sonttent Saint Matliieu et Saint Luc. Les annotations du XIV' siècle. Dei. Ms. sur parche-Plches. X-XII. S. AiTGUSTiNUS, De Civitate (Laur. Plut. XII. 17).min, XII" siècle, mill. 248X357. commeCe ms. qui appartint à Pierre de Cosimo des Médicis, —— 9 l'indique rinscription « Liber Pétri de Medicis Cos. fil. », est écrit par différentes mains, en minuscule Caroline. Il contient quatre miniatiu-es montrant les signes caractéristiques de l'art anglais, bien que l'on ne puisse affirmer que le manuscrit n'offre aussi des traces d'influence continentale, peut-être allemande. La première miniature (pi. X) re- présente St. Augustin ayant un livre ouvert à la main ; son visage res- sort d'un fond pourpre, sous un arc cintré : de droite à gauche des grou- pes de disciples. I^a seconde miniature (pi. XI) à gauche, en face de l'autre, est divisée en deux compartiments : dans le supérieur six per- sonnes, portant un rouleau et des tablettes, en train de discuter ; dans l'autre, on voit sept personnes dans la même attitude, dont l'une d'elles a sur la tête une mitre basse de forme antique. La troisième miniature est reproduite par la New Palaeographical Society (Part VI. pi. La quatrième138). miniatui-e (pi.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 124
Voir plus Voir moins

2898
F5F54-\< ^
ICinquante planches
d'après les manuscrits
Laurenzianala BibliothèquedeREPRODUCTIONS
DE
MANUSCRITS ENLUMINES
CINQUANTE PLANCHES EN PHOTOTYPIE
D'APRÈS LES MSS. DE LA BIBLIOTHÈQUE MEDIŒALAURENZIANA
PRÉFACE ET NOTES DE GUIDO BIAGI
LIBRAIRIE ANCIENNE T. DE MARINIS & C.
5, VIA VECCHIETTI - nRENZE J9I4.Stabilimento Tipogr.Aldino.Florence,
planches exécutées parLes
Arti Grafiche, Venise.ristit.VenetodiPRÉFACE
Nous attendons encore une histoire de la miniature:
cette étude a été jusqu'ici négUgée par les bibHologues aussi
bien, que par les critiques d'art, l'illustration du texte dé-
passant le domaine de la paléographie et celui de l'histoire
de la peinture. Les enluminures de la Bibliothèque Medioea
Laurenziana, qui représentent un de ses trésors, sont nom-
breuses et d'un prix inestimable. Elles peuvent, à elles
seules, former une belle et riche série de reproductions pui-
squ'elles renferment des exemplaii-es de tous les âges et de
toutes les écoles, du VI« au XVIII" siècles.
Pour ce volume, le premier d'une série qui, je l'espère,
comprendi-a les enluminures et les manuscrits les plus rares
de plusieurs collections itaUennes, j'ai glané uniquement les
pièces les plus caractéristiques de la Laurenziana. On les
admire sous les quelques vitrines qu'elle possède aujourd'hui.
Mon ambition est d'exposer ses trésors dans un futur Mîisée
du livre aussitôt que la salle de Michel-Ange sera parachevée
par la Tribune que ce grand artiste a dessinée : il me tarde
de la voii- construite, car eUe sera la première des salles
du futm' Musée.
En rédigeant cet album nous nous sommes inspirés des
Reproductions from illuminated manusoripts du British 3Iu-
seum, édités par G. F. Warner. J'ai essayé de donner une
description la fois brèveà et complète de chaque planche.— —6
pour éclairer les indications sommaires placées au-dessous
chaque fac-similé.de
pour les connaisseurs et fastidieuxIl serait inutile
différents fonds d'oii sont tiréspour les autres d'illustrer les
les originaux que nous avons reproduits. Rappelons seu-
lement que cette remarquable collection fut commencée par
élève adolescent d'Ambroise Traversari,Côme pater patriae,
l'huma-l'humble moine des Anges, un des fondateurs de
nisme à Florence, et enrichie par les Médicis, premiers ci-
RépubUque, puis par les Médicis devenustoyens de la
Lorraine, et en dernier lieugiands-ducs, par la Maison de
Tacquisition des manu-par le Gouvernement italien, avec
Ashburnham. Cette collection est encore con-scrits de Lord
vieille demeure, bâtie par Michel-servée et admirée dans sa
'à tombeaux desAnge côté de l'EgUse de Brunellesco et des
Médicis.
la vieille cultui-e humaniste verditL'arbre séculaii'e de
l'envient tandis qu'ilet refleurit devant les étrangers qui
peu près inconnu des Italiens qui ignorent l'âge d'orest à
le livre était apprécié comme un trésordu livre, lorsque
souru-e de l'art.de science digne d'être embelli par le
GUIDO BlAGI.
"De la Medicea-Laurenziana .,
Pâques, 1914.INDEX DES PLANCHES
Plches. I-III. EvANGELiA Syriace conscripta. Ms. sur parchemin
du VP siècle, mill. 336 I.X 266. (Laur. Plut. 56).
C'est le célèbre ms. syriaque écrit par le moine Rabula et pro-
venant du monastère de Saint Jean de Zagba en ilésopotamie, da-
tant de l'année 586 après J. C. Les miniatiires occupent quatorze
feuillets dont le premier, le second et le dernier montés sur onglets. Dans
ce ms. on trouve, pour la première fois, mie représentation complète
du Crucifiement et de la Résurrection (pi. 1). Suivent les représenta-
tions de l'Ascension (ji!. II) et du Christ entre deux évêques et deux
chrétiennes,moines (pi. III). Avec cette figuration de grandes scènes
on peut dire que l'iconographie rehgieuse possède un de ses plus an-
ciens documents. Lenom de « Logiuos », écrit en lettres onciales grecques
aau dessus de la figiu"e du centiu-ion, dans la première miniature,
fait que ms. fût un original grec. Mais l'influencedouter le copié sur
de l'art monumental qui apparait dans la figure du Christ, semblable
à celles que l'on voit dans les absides, et en général toute l'ornemen-
miniatures sont copiées d'aprèstation, fait plutôt croire que ces les
mosaïques des sanctuaires de Palestine. Dans tous les cas ce manuscrit
démontre que l'art de la Syrie et de la Palestine ne fut pas sans in-
fluence sur l'art byzantin et sur l'art occidental.
Plches. IV-VII. Vêtus etNovum Testamextum. Ms. s. parchemin,
500X340VII^-VIII" siècles, mill. (Laur. Amiatino 1).
précieux mss. de la Vulgate, provenant de l'Abbaj^eUn des plus
de Saint Sauveur sur le Mont Amiata. Il est désormais prouvé qu'il
abbé de Saint Paulfut écrit en Northumbrie par ordre de Ceolfridus
disciple de Saint Benoît Biscop. D'une antiqua translatioà Jarrow, et
voyage avecqu'il reporta de Eome à l'époque de son quatrième Be-—— 8
tirer trois copies. Le ms. Aniiatino, copié à Jarrownoît en 678, il fit
dn vénérable Beda, est en effet l'exemplaire que Ceol-sous la direction
Rome en 715, voulait présen-fridus, dans le dernier voyage qu'il fit à
II. Ceolfridus mourut en voyage, à Langres, enter au Pape Grégoire
dumais son voeu fut exaucé par ses disciples ; à la fin neuvième716,
du siècle, le manuscrit passa de Rome auou au commencement X'
du Mont Amiata.monastère
Cœl/ridu? An-amiatin ôta de l'inscription le nom deL'abbé
sien Petrn Langobardorum, et à la(jloritm et le remplaça par le
Corpus et Pétri des deux premiers vers de l'in-place des mots
conjectures et lesscription, il écrivit Cenobinm et Salvatorù. Les
Rossi, de G. F. Browne, S. Berger et du Dr. Hortinvestigations de De
manuscritde reconstituer l' inscription originale. Ix;ont permis
entière, excepté le livre de Ba-contient la Bible latine toute
à chaque livre. Dans le cahier qui précède leruch, avec les préfaces
supposé par quelques critiques comme provenant de Cassio-texte,
(pi. IV), trois listes dudore, se] trouvent l'inscription de Ceolfridus
du Nouveau Testament (pi. V), un plan du Taber-Canon du Vieux et
Ezra qui res-une miniature sur fond pourpre représentantnacle et
du Nouveau Testa-taure les livres sacrés (pi. VI). Au commencement
(pi. VII) représente au centre de.i cieux Jésusment, une miniature
EvangéUstes.ressuscité et bénissant le monde : aux angles les quatre
Ms. sur parchemin, XI' siècle,Plches. VIII-IX. EvANGELiAKiiM.
(Laur. Acquisti e Doni 91).mill, 245X357
ini-« minuscola eretta >, sur deux colonnes, aves des lettresEcriture
grandes miniaturesornementées de différentes couleurs et cinqtiales
quatre EvangéUstcs avec leursdo l'école byzantine, représentant les
Jésus-Christ. Les pi. VIII et IX représen-symboles et l'Asccn-sion de
marginales sonttent Saint Matliieu et Saint Luc. Les annotations
du XIV' siècle.
Dei. Ms. sur parche-Plches. X-XII. S. AiTGUSTiNUS, De Civitate
(Laur. Plut. XII. 17).min, XII" siècle, mill. 248X357.
commeCe ms. qui appartint à Pierre de Cosimo des Médicis,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.