Affiche annonce these

De
Publié par

Monsieur JAQUEMET Sébastien soutiendra publiquement sa thèse intitulée Rôle des oiseaux marins tropicaux dans les réseaux trophiques hauturiers du sud-ouest de l’océan Indien pour l’obtention du grade de Docteur de l’Université de La Réunion Spécialité : Océanologie biologique Le Mercredi 08 juin 2005 à 14 heures à l’Université de La Réunion Amphithéâtre Charpak de la Faculté des Sciences et Technologies Devant un jury composé de C. Conand Professeur émérite, Université de la Réunion Directeur de thèse H. Weimerskirch Directeur de Recherches, CNRS Chizé C. Feare Professeur, Université de Leeds, Royaume Uni Rapporteur D. Grémillet Chargé de Recherches, CNRS Strasbourg F. Marsac Directeur de Recherches, IRD Sète Examinateur M. Le Corre Maître de Conférences, Université de la Réunion Résumé : Le rôle des oiseaux marins tropicaux dans les écosystèmes hauturiers du sud-ouest de l’océan Indien a été étudié, à la fois, par un travail en mer et un travail sur les colonies, pendant la reproduction. Un total de 10 campagnes océanographiques a été réalisé dans le canal du Mozambique (43,9% de la surface prospectée), le bassin des Mascareignes (39,6%), la région des Seychelles (12,2%), et le sud de Madagascar (4,2%). Au cours de ces campagnes, 21808 oiseaux, appartenant à 37 espèces, ont été observés dont 55% sont des espèces tropicales, 27,5% des espèces sub-antarctiques, 12,5% sont cosmopolites et 5% viennent de la région palé-arctique. Les ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Monsieur JAQUEMET Sébastien soutiendra publiquement sa thèse intitulée Rôle des oiseaux marins troicaux dans les réseaux trohi ueshauturiers du sud-ouest de l’océan Indien pour l’obtention du grade de Docteur de l’Université de La Réunion Spécialité : Océanologie biologique Le Mercredi 08 juin 2005 à 14 heures à l’Université de La Réunion Amphithéâtre Charpak de la Faculté des Sciences et Technologies Devant un jury composé de C. ConandProfesseur émérite, Université de la RéunionDirecteur de thèse H. WeimerskirchDirecteur de Recherches, CNRS ChizéDirecteur de thèse C. FeareProfesseur, Université de Leeds, Royaume UniRapporteur D. GrémilletChargé de Recherches, CNRS StrasbourgRapporteur F. MarsacDirecteur de Recherches, IRD SèteExaminateur M. Le CorreMaître de Conférences, Université de la RéunionExaminateur Résumé: Le rôle des oiseaux marins tropicaux dans les écosystèmes hauturiers du sud-ouest de l’océan Indien a été étudié, à la fois, par un travail en mer et un travail sur les colonies, pendant la reproduction. Un total de 10 campagnes océanographiques a été réalisé dans le canal du Mozambique (43,9% de la surface prospectée), le bassin des Mascareignes (39,6%), la région des Seychelles (12,2%), et le sud de Madagascar (4,2%). Au cours de ces campagnes, 21808 oiseaux, appartenant à 37 espèces, ont été observés dont 55% sont des espèces tropicales, 27,5% des espèces sub-antarctiques, 12,5% sont cosmopolites et 5% viennent de la région palé-arctique. Les oiseaux en mer ont une distribution hiérarchique qui dépend de 3 l’échelle d’étude. A macro-échelle (10km), cettedistribution reflète les limites de leurs habitats. A méso-échelle (10²km), leur répartition en mer est en relation avec la présence de structures qui agrègent les proies, telles que les divergences, les 1 upwellings et les structures tourbillonnaires. A micro-échelle (10km), c’est la présence temporaire en surface de proies qui influence leur distribution et leur abondance. Ces proies sont rendues accessibles, le plus souvent, par les bancs de prédateurs en chasse tels que les thons et les mammifères marins. Au sein des communautés, les espèces les plus abondantes ont des stratégies de recherche alimentaire fondées sur le développement d’un réseau de prospecteurs. Ainsi, elles ont souvent un rôle catalytique dans les évènements de pêche dont les individus des autres espèces profitent pour s’alimenter. La sterne fuligineuse (Sterna fuscata), qui est l’espèce la plus abondante du sud-ouest de l’océan Indien (99% du total d’oiseaux marins de la région), est l’espèce caractéristique de cette stratégie en réseau. L’espèce se reproduit sur de nombreuses îles océaniques où les perturbations d’origine anthropique sont moins importantes. Les individus se reproduisent essentiellement de façon saisonnière aux Seychelles et dans le canal du Mozambique, lorsque la concentration en chlorophylle atteint son maximum annuel. Ainsi, la reproduction est observée en hiver austral à Bird Island dans le nord des Seychelles et à Europa dans le sud du canal du Mozambique ; elle est observée en été austral à Juan de Nova dans le centre du canal du Mozambique. La position de l’archipel des Glorieuses, sur le trajet du courant sud-équatorial, semble avoir favorisé une reproduction sub-annuelle. En effet, les conditions environnementales y sont moins variables qu’autour des autres sites. En particulier, le pic annuel de chlorophylle ne s’accompagne pas du développement de structures qui favorisent l’agrégation des proies. De ce fait, la présence des proies autour des colonies serait moins variable toute l’année. Le régime alimentaire des sternes du canal du Mozambique diffèrent entre les îles. A Europa, où la masse des repas est la plus grande, les sternes consomment essentiellement des juvéniles de poissons pélagiques (40%) et des calmars (59%), qui sont de plus grande taille qu’aux autres sites. A Juan de Nova, l’alimentation est fondée sur les poissons et plus particulièrement sur leurs larves (30%), dont une proportion importante d’espèces récifales. Aux Glorieuses, la masse des repas est la plus faible et le régime alimentaire est intermédiaire entre celui d’Europa et Juan de Nova. Il se compose à la fois de poissons juvéniles (25%), de larves (20%), et de calmars (55%). Ces différences de régime alimentaire reflètent la disponibilité en proies dans le milieu et traduisent des différences de structure et de fonctionnement des écosystèmes. En particulier, les chaînes alimentaires seraient plus longues à Europa qu’à Juan de Nova et aux Glorieuses. Les prélèvements de biomasse effectués par les sternes en reproduction sont estimés à plus de 55 000 tonnes par an, dans le canal du Mozambique. Ces prélèvements sont équivalents à ceux de la pêche thonière industrielle, dans le canal du Mozambique et indiquent ainsi le rôle important du compartiment oiseaux marins tropicaux dans les transferts de biomasse au sein des écosystèmes hauturiers du sud-ouest de l’océan Indien.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.