Etude finale - Ets Humains et Santé

De
Publié par

TOGO MERF MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT REPUBLIQUE TOGOLAISE ET DES RESSOURCES FORESTIERES Travail-Liberté-Patrie ------- -------- DIRECTION DE L’ENVIRONNEMENT ------- PROJET PANA ------- ETUDES DE VULNERABILITE ET D’IDENTIFICATION DES PRINCIPALES MESURES D’ADAPTATION ET DES OPTIONS DE RIPOSTE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES SECTEUR DES ETABLISSEMENTS HUMAINS ET SANTE Novembre 2007 SOMMAIRE Sigles tacronymes I Résumé naltiqu IV Introduction 11- Contexte, objectifs et justification de l’étude 2 2- Méthodologie 3 4- Inventaire et analyse de la documentation existante (Revue de la littérature) 5 5- Présentaion dupays 6 6- Les phénomènes climatiques et leurs impacts au Togo 12 7- Aperçu général sur les Etablissements Humains et Santé 23 8- Populations et vulnérabilité 28 9- Effort du Gouvernement dans le domaine du Secteur des Etablissements Humains et Santé 33 10- Les mesures d’aptaion 35Concluion 8 Références bibliographiques 39 Liste des figures 42 tablaux ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 51
Voir plus Voir moins
TOGO
MERF MINISTERE DE LENVIRONNEMENT REPUBLIQUE TOGOLAISE ET DES RESSOURCES FORESTIERES Travail-Liberté-Patrie ------- --------DIRECTION DE LENVIRONNEMENT ------- PROJET PANA -------ETUDES DE VULNERABILITE ET DIDENTIFICATION DES PRINCIPALES MESURES DADAPTATION ET DES OPTIONS DE RIPOSTE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES SECTEUR DES ETABLISSEMENTS HUMAINS ET SANTE  Novembre 2007
IéRusémaanylcronymesERIAgiSselateMMSObjece,otextCon1-1nioctdurontIVIeuqitodologie2-éMht2éldetuioatdentsujcifisfittetéralitelauedrPsé5-)5uteryspaudontitaen-66Inventai34-lasyeederetnantmeioatalcudoetnveR(xenatsiuçgpArelasnéréesEurlissetabluHstnemtesniamtéanS8-32LsepéhonèmensclimatiquesetlsruepmistcauagoTo21-7adtnemenrevuoGdutorffE9-stEredtcueeSedumainedonsltiliénluvbarénsioteopPatul82inmaetsanStéilbamessstneuHsphraueiqsiLdet9338Rébbiilgoéfercnse53nionoisulcnoC-11esm-L1033tptaaadsedseru
i
lbeedsamitrèse42lbatsedxuaeTa24girusefse4ste2Li
SIGLES ET ACRONYMES AGR : Activités Génératrices de Revenus AME: Accords Multilatéraux sur lEnvironnement APD : Aide Publique au Développement CARP : Crédit dAppui à la Réduction de la Pauvreté CCNUCC : Convention - Cadre des Nations Unies sur les Changements  Climatiques CFA : Communauté Financière Africaine CGILE : Centre de Gestion Intégrée du Littoral et de lEnvironnement CNUEH : Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains COP : Conference of Parties (Conférence des Parties) DSRP : Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté FADC : Fonds dAppui au Développement Communautaire FAO : Food and Agriculture Organization (Organisation des Nations Unies  pour lAlimentation et lAgriculture) EDST : Enquête Démographique et de Santé au Togo FEM : Fonds pour l'Environnement Mondial GCES : Gestion Conservatoire de lEau et des Sols GES : Gaz à Effet de Serre GIEC : Groupe Intergouvernemental dExperts sur lEvolution du Climat IEC : Information Education Communication LDC : Least Developped Countries MAEP : Ministère de lAgriculture, de lElevage et de la Pêche MERF : Ministère de lEnvironnement et des Ressources Forestières
ii
OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement OMS : Organisation Mondiale de la Santé ONUDI : Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel ORSTOM : Office de Recherche Scientifique et Technique dOutre-Mer PANA : Plan dAction National dAdaptation aux Changements Climatiques PAS : Programme dAjustement Structurel PEV : Programme Elargi de Vaccination PIC : Projets Pôles Intégrés de Croissance PMA : Les Pays les Moins Avancés PNAE : Plan National dAction pour lEnvironnement PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement SOTOEMA : Société Togolaise dEnlèvement des Ordures Ménagères à Lomé UE : Union Européenne UL : Université de Lomé
iii
RESUME ANALYTIQUE Le réchauffement général de la planète ou le changement climatique, que les scientifiques expliquent par lémission des Gaz à Effet de Serre (GES), népargne aujourdhui aucun pays de la planète. Dans la zone intertropicale, il se traduit par des sécheresses de plus en plus longues, répétitives et sévères, la baisse de la pluviométrie, la diminution du débit des cours deau. Les activités économiques seront perturbées si rien nest fait. La malnutrition et la famine qui vont en découler auront des conséquences néfastes sur la santé de la population, particulièrement celle des enfants et des vieillards qui seront touchés par de nombreux décès dus à la chaleur. Le changement climatique peut se traduire aussi par laugmentation sensible de la pluviométrie et de lélevation du niveau marin. Les conséquences prévisibles sur les Etablissements Humains sont linondation des zones de basse altitude, notamment la zone côtière, les plaines, les dépressions et le long des cours deau. Sur le plan de la santé, les maladies liées au climat vont se développer. La vulnérabilité qui est« le degré selon lequel un système est capable ou incapable de faire face aux effets néfastes des changements climatiques, y compris la variabilité du climat et les extrêmes climatiques », est une menace sérieuse pour les Pays les Moins Avancés (PMA). Faisant partie des PMA, le Togo sest engagé dans le processus délaboration de son Plan dAction National dAdaptation aux Changements Climatiques, ce qui justifie cette étude sur la vulnérabilité dans le secteur des Etablissements et Santé, dans le cadre du Plan dAction Nationale dAdaptation aux Changements Climatiques(PANA),permis par la ratification par le Togo le 8 mars 1995 de la Convention-Cadre desNations Unies sur les Changements climatiques (CCNUCC) signée en juin 1992 à Rio de Janeiro au Brésil. Il est financé par le Fonds pour lEnvironnement Mondial (FEM). Le même Fonds avait permis la réalisation par le Togo de sa Communication Nationale Initiale présentée à la 7è Conférence des Parties (COP) tenue à Marrakesh au Maroc en novembre 2001. Létude a permis de distinguer quatre zones géographiques fondées sur leurs spécificités : la zone côtière, les plateaux et les montagnes, les plaines et les dépressions, enfin la Région des Savanes où les conditions naturelles sont habituellement plus contraignantes en général. Quatre risques climatiques, dont les impacts varient dune zone géographique à une autre sont également identifiés. Il sagit des fortes pluies inhabituellement élevées, de la sécheresse, des fortes chaleurs et de lélevation du niveau marin qui peut provoquer des inondations tout comme les pluies inhabituelles. Lélevation du niveau marin ne peut naturellement avoir lieu que dans la zone côtière basse et ses environs. Quant aux populations vulnérables, elles sont identifiées suivant des critères comme le sexe, lâge, le lieu de résidence, les activités socio-professionnelle, etc. Il sagit des femmes, des enfants et des vieillards, des handicapés physiques et mentaux, de la paysannerie et des pauvres des centres urbains. Toutes ces catégories sociales jouissent de peu de droits dans la société et ont des revenus généralement faibles.  iv
Les impacts sur les populations sont à la fois physiques, économiques et sociaux. Ils seront plus ou moins importants suivant les zones géographiques et la gravité du risque. En cas dinondation provoquée par les fortes pluies dans les plaines, les dépressions ou éventuellement par lélevation du niveau marin dans la zone côtière, les écosystèmes comme les sols, la faune, la flore, seront perturbés ou détruits. Les débits des cours deau vont augmenter de façon considérable. Les fortes pluies provoqueront des éboulis et des glissements de terrain, ainsi que laccélération de lérosion dans les zones de montagnes et des plateaux. La sécheresse et les fortes chaleurs auront les mêmes impacts sur les différents écosystèmes, à savoir leur perturbation ou leur destruction. Les impacts économiques se traduiront par la perturbation des activités économiques : chute des rendements, de la production agricole et halieutique, destruction des infrastructures économiques, de transport et de communication. Sur le plan social, des maisons vont être emportées en cas de fortes pluies et dinondation. Les fortes chaleurs et la sécheresse seront à lorigine des incendies qui détruiraient des cases. La malnutrition et la famine provoqueraient des maladies et des décès, surtout au niveau des enfants et des vieillards. Pour survivre, une partie de la population serait obligée de migrer vers les centres urbains ou les pays voisins. Toutes ces perturbations vont entraîner des dépenses supplémentaires au niveau de lEtat et des collectivités. Au niveau de lhabitat, ladaptation des constructions devra induire un surcoût denviron 1 200  1 500 milliards de francs CFA dans les régions méridionales et entre 800 et 1000 milliards dans les régions septentrionales. A lhorizon 2025, les prévisions se chiffrent entre 5 et 10 milliards de francs CFA pour aider les populations vulnérables en cas de sécheresse aiguë ou dinondation. Une autre conséquence sera le développement de lindustrie du froid, qui représentera, selon le jugement dexpert, un coût denviron 125 milliards de francs CFA à léconomie nationale à lhorizon 2025 seulement (Communication Nationale Initiale du Togo, 2001). Dans le secteur de la Santé, le développement des maladies comme le paludisme, les diarrhées, les affections cardio-vasculaires et autres nécessiteront des dépenses supplémentaires. Par conséquent, le Projet PANA dans lequel sinscrit cette étude, répond à la nécessité didentifier les actions prioritaires immédiates et urgentes au niveau national pour faire face aux effets néfastes quengendreraient les changements climatiques sur les Etablissements Humains et la Santé de la population. Le concept des Etablissements Humains nest pas nouveau, mais son usage a été popularisé en juin 1976 à partir de la conférence mondiale sur lHabitat organisée à Vancouver au Canada par les Nations Unies. Les Etablissements Humains désignent toute localité (hameaux, fermes, villages et villes) abritant une population. La croissance démographique du Togo est rapide (entre 2,4 et 3,1 % par an). Le premier recensement de 1960 avait dénombré 1 443 000 habitants. Les deux qui ont suivi en 1970 et 1981 affichaient respectivement 1 950 000 et 2 720 000. Les
v
estimations pour 2005 révèlent un effectif de 5 212 000 habitants. La population est également jeune (47,7 % des habitants ont moins de 15 ans contre 6 % des plus de 60 ans). Elle est très inégalement répartie : la Région Maritime seule en représente 48 % sur 11 % de la superficie du territoire national. La densité est passée de 34 hbts/km2 en 1970 à 92 en 2005. Son taux durbanisation est de 35 %. On distingue lhabitat de type rural (matériaux précaires) et lhabitat de type urbain (matériaux modernes et durables). Le sous-équipement est un problème général : moins de 50 % de la population a accès à leau potable contre 33 % pour lélectricité. Sur le plan de la santé, la population est confrontée à de graves difficultés : insuffisance des structures sanitaires et du personnel de santé. Les maladies les plus fréquemment rencontrées et liées au climat sont :  le paludisme, maladie parasitaire, qui occupe le premier rang des causes de -consultation dans les formations sanitaires,  - les maladies hydriques : les diarrhées, le choléra, la dracunculose, lonchocercose  - les maladies liées à la forte chaleur et à la poussière : le rhume, la méningite, la sinusite, les pneumonie, lasthme. Lincidence de la pauvreté au Togo saggrave du sud vers le nord : 24,5 % à Lomé contre 90,5 % dans la Région des Savanes. Les mesures dadaptation identifiées dans le Secteur des Etablissements Humains et Santé sinscrivent dans les orientations générales des documents de stratégie de développement durable. Il sagit en gros de diminuer de moitié la pauvreté des Togolais à lhorizon 2015. . Lobjectif de réduction de la pauvreté vise à ramener lincidence de la pauvreté et de lextrême pauvreté de 72,2 % et de 57,4 % à 36,1 % et à 28,7 % respectivement en 2015. Le principal document est le Document de Stratégie Intérimaire de Réduction de la Pauvreté. Les signes du changement climatique au Togo ne manquent pas. Dans toutes les régions, les températures sont en hausse et les cumuls pluviométriques affichent une tendance à la baisse. La situation climatique de base a été établie sur la période 1961-2005 et les projections ont été faites à lhorizon temporel 2025. On observe en général une décroissance de la pluviométrie du sud au nord. Les températures des mois de Février, Mars et Avril, qui présentent de fortes chaleurs, peuvent dépasser 35°C. Les mesures dadaptation retenues lors de la Communication Nationale Initiale peuvent se résumer comme suit :  - réalisation des cartes à risques  - réhabilitation des cours deau  -renforcement du contrôle foncier  - renforcement du système dalerte
vi
 -renforcement du système de formation, déducation et de sensibilisationLes nouvelles mesures dadaptation au niveau de la Santé sont les suivantes :  - renforcement des capacités professionnelles du personnel de la santé - identification et destruction de repères des agents pathogènes - organisation des actions préventives contre les maladies vectorielles - renforcement du système dassainissement - organisation de léducation et sensibilisation au niveau des élèves - amélioration de lalimentation. Différentes mesures dadaptation ont été identifiées au niveau de chaque risque climatique. En définitive, ce travail constitue une synthèse des mesures dadaptation retenues pour le secteur Etablissements Humains et Santé.
vii
1. INTRODUCTION Le réchauffement général de la planète (élévation de la température moyenne globale), qui est attribué à lémission des Gaz à Effet de Serre (GES), népargne aujourdhui aucun pays de la planète. Dans la zone intertropicale, les sécheresses de plus en plus longues, répétitives et sévères (Sahel dans les années 1970, Togo en 1977, Région des Plateaux en 1982-83), accompagnées par la baisse de la pluviométrie, ainsi que de la réduction du débit des cours deau et du niveau de la nappe phréatique, etc., sont des signes évidents de ce phénomène qui risque de saggraver à court, moyen et long terme si rien nest fait. Les activités économiques risquent dêtre sérieusement perturbées et menacées, notamment le secteur agricole fortement dépendant du climat. La malnutrition, linsécurité alimentaire et la famine qui vont en découler, auront des conséquences néfastes sur la santé de la population, particulièrement celle des enfants. De nombreux décès dus à la chaleur, toucheront surtout les vieillards et les enfants. Les populations pauvres qui seront les plus concernées migreront vers les villes, entraînant de fortes pressions sur les logements et les infrastructures urbaines déjà précaires. De nombreuses maladies respiratoires et cardio-vasculaires vont se développer. Les changements climatiques pourraient également se traduire par laugmentation de lintensité et de la fréquence des évènements pluvieux extrêmes tels que les inondations. Les conséquences prévisibles seront tout aussi néfastes sur les Etablissements Humains et la Santé de la population. Dans les zones de montagnes et sur les pentes fortes, il y aura des glissements de terrains et de fortes érosions. Les zones dhabitat et lensemble des activités économiques et des infrastructures situées sur le flanc et en contrebas des montagnes pourront être détruites par les glissements de terrain. Les maisons situées sur les pentes seront «déchaussées» et risquent dêtre basculées vers le bas de la pente. Les zones de basses altitudes, notamment la zone côtière, où la population est très dense et où plus de 90 % des industries du pays sont installées, ainsi que les villes secondaires, villages, fermes et hameaux situés au bord des cours deau, des lagunes et dans les zones de dépression, seront inondées et menacées de destruction et même dans les cas extrêmes de disparition sur la carte. Les catégories sociales les plus pauvres des villes comme des campagnes, donc les plus vulnérables, seront atteintes de maladies diarrhéiques, suite à la consommation deau de mauvaise qualité.La vulnérabilité est«le degré selon lequel un système est capable ou incapable de faire face aux effets néfastes des changements climatiques, y compris la variabilité du climat et les extrêmes climatiques». Quil sagisse de lélevation de la température ou de la pluviométrie, il faudra beaucoup plus de moyens pour permettre à la population de sadapter à ces phénomènes climatiques extrêmes : rafraîchissement des logements par lusage des climatiseurs et des ventilateurs, utilisation de matériaux de construction adaptés à la chaleur à travers la nécessité dun bon choix de matériaux, fondations des maisons plus profondes et  1
plus solides pour lutter contre lérosion en cas de fortes pluies, difficultés de conservation des aliments doù un recours aux réfrigérateurs et congélateurs pour les classes sociales aisées pendant les périodes de chaleur excessive. Toutes ces perturbations climatiques sont majoritairement liées aux activités humaines : agriculture, industries, transport, énergie, etc., comme le souligne le rapport de synthèse du Groupe Intergouvernemental dExperts sur lEvolution du Climat (GIEC):plus récentes et plus concluantes permettent de dire que la majorité«Des preuves du réchauffement climatique observé au cours des cinquante dernières années est due aux activités humaines»(GIEC, 2001). Dans le cadre du PANA, les mesures dadaptation aux changements climatiques qui consistent à chercher des solutions immédiates et urgentes à ce problème, vont très lourdement peser sur léconomie nationale déjà sérieusement éprouvée depuis les années 1980 et 1990, suite aux Politiques dAjustement Structurel (PAS) et aux difficultés politiques que le Togo connaît. Cette étude a donc pour ambition détudier la vulnérabilité et didentifier les principales mesures urgentes et immédiates dadaptation aux changements climatiques, car«les effets néfastes sur la santé du changement climatique seront plus importants au sein des populations à faible revenu et plus vulnérables, surtout dans les pays tropicaux et subtropicaux. Des politiques en matière dadaptation permettront, en général, de réduire ces effets»(GIEC, 2001). 2. CONTEXTE, JUSTIFICATION ET OBJECTIFS DE L ETUDE2.1. Contexte et justification La ratification par le Togo le 8 mars 1995 de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques (CCNUCC) signée en juin 1992 à Rio de Janeiro au Brésil, a permis au Togo de bénéficier dun financement du Fonds pour lEnvironnement Mondial (FEM) pour la réalisation de sa Communication Nationale Initiale. Cette Communication a été présentée en novembre 2001 à la 7èmeConférences des Parties (COP) tenue à Marakesh. Les études de vulnérabilité menées depuis 1998 dans les secteurs cibles que sont lEnergie, les Ressources en Eau, lAgriculture, les Etablissements Humains et la Santé, et la Zone Côtière, études à partir desquelles a été réalisée la Communication Nationale Initiale, ont permis de déterminer les effets potentiels des changements climatiques sur ces secteurs dactivités socio-économiques. Les changements climatiques constituent une menace sérieuse pour le développement des Pays les Moins Avancés (PMA) comme le Togo. Les efforts de développement vont être freinés. Pour faire face à cette menace, la 7èmeCOP a approuvé lélaboration
2
de Programmes dAction Nationaux dAdaptation aux Changements Climatiques (PANA) dans ces pays. Les PANA se justifient par la faible capacité dadaptation des PMA aux effets néfastes des changements climatiques. Ces pays ont plus que jamais besoin dun appui immédiat et urgent pour faire face aux effets actuels et à venir des extrêmes climatiques. Lélévation de la température, tout comme celle de la pluviométrie va sans doute entraîner des surcoûts et des dépenses supplémentaires considérables, aussi bien pour lEtat et les collectivités que pour les ménages en matière dalimentation, de santé, dinfrastructures économiques et de transport. Au niveau de lhabitat, ladaptation des constructions induira des dépenses supplémentaires. Par conséquent, le PANA dans lequel sinscrit cette étude, répond à la nécessité didentifier les actions prioritaires immédiates et urgentes au niveau national pour faire face aux effets néfastes quengendreraient les variabilités et les changements climatiques sur les Etablissements Humains et la Santé de la population. 2.2. Objectifs de létude Cette étude sur la vulnérabilité a pour objectif de faire le point sur la vulnérabilité au Togo dans le secteur des Etablissements Humains et Santé, afin didentifier les principales mesures dadaptation immédiates et urgentes aux impacts de la variabilité et des changements climatiques représentés, entre autres par lélévation des températures moyennes, les longues sécheresses, les inondations et lélévation du niveau marin. Les impacts potentiels seront une recrudescence des maladies infectieuses, des diarrhées, des décès dus à la forte chaleur, des glissements de terrains, etc. Plus spécifiquement, létude vise à : -faire linventaire et analyser la documentation existante ; -procéder à un examen succinct des principaux objectifs de développement du Togo dans le secteur des Etablissements Humains et Santé ; géographiques et les populations les plusidentifier et analyser les zones -vulnérables aux effets des changements climatiques ; -identifier et analyser les risques, les effets et les principales mesures économiques, technologiques, législatives et réglementaires devant favoriser la mise en uvre des mesures dadaptation/atténuation préconisées ;
3. METHODOLOGIE La méthodologie comporte plusieurs étapes. Elle a dabord consisté à faire la synthèse de la documentation existante sur les études réalisées lors de la préparation de la Communication Nationale Initiale sur les changements climatiques et sur les études de  3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.