Les conflits sociaux aux rivages du lac Tchad dus à la régression du niveau des eaux

De
Publié par

Le lac Tchad, quatrième en Afrique et septième dans le monde, a connu une régression rapide dans les quarante dernières années. La raréfaction des ressources en terres cultivables et en eau ainsi que le manque de coopération entre les acteurs impliqués dans la gestion des ressources en eau du lac expliquent la recrudescence des conflits entre cultivateurs, éleveurs et pêcheurs. Qui sont ces acteurs ? Quels rôles jouent-ils ? Comment communiquent-ils les uns avec les autres ?
Publié le : jeudi 1 janvier 2015
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782336365107
Nombre de pages : 108
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Nadmian NdadoumLes confits sociaux aux rivages du lac Tchad
dus à la régression du niveau des eaux
Le cas des populations du canton de Bol
Les confits sociaux aux rivages Nouvelle édition
du lac Tchad dus à la régression
L’eau est l’une des ressources naturelles indispensables. Son manque est
du niveau des eaux aujourd’hui source de confits. Le lac Tchad, quatrième en Afrique et
septième dans le monde, a connu une régression rapide dans les quarante
dernières années. Les causes de cette régression ne sont pas seulement Le cas des populations du canton de Bol
les sécheresses aiguës, mais aussi l’augmentation des besoins en eau.
Nouvelle éditionLe recul du niveau des eaux du lac Tchad a permis de récupérer d’immenses
terres cultivables, d’obtenir de grandes possibilités de pâturage et d’avoir de
grands espaces d’habitation. Ces immenses potentialités de la vallée du
lac Tchad ont attiré beaucoup de migrants, notamment les pêcheurs et les
éleveurs des pays riverains. La pression humaine conduit à la raréfaction
des ressources (en terres cultivables et en eau) et se solde par des confits
entre les cultivateurs, les éleveurs et les pêcheurs.
La recrudescence de ces confits s’explique par le manque de coopération
entre les diférents acteurs impliqués dans la gestion des ressources en eau
du lac Tchad.
Qui sont ces acteurs ? Quels rôles jouent-ils ? Comment communiquent-ils
les uns avec les autres ? Quelles relations ont-ils les uns envers les autres ?
L’auteur propose des pistes et stratégies, comme contribution pour une
gestion pacifque et durable des confits sociaux dans le canton Bol et,
au-delà , dans toute la région
Nadmian Ndadoum est, depuis avril 2011, candidat à une thèse de
géographie, option aménagement urbain, à l’université Humboldt de
Berlin. Il travaille actuellement comme chercheur à l’Institut de recherche
sur le transport (DLR) à Berlin ; son thème central de recherche concerne les
transports urbains en Afrique subsaharienne. Auparavant, il a enseigné dans
plusieurs instituts privés à N’Djamena et a travaillé comme stagiaire au
ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et de l’Habitat,
de 2003 jusqu’à 2005.
ISBN : 978-2-336-30973-6
12 €
Les confits sociaux aux rivages du lac Tchad dus à la régression du niveau des eaux Nadmian Ndadoum





Les conflits sociaux aux rivages
du lac Tchad dus à la régression
du niveau des eaux



Nadmian Ndadoum







Les conflits sociaux aux rivages
du lac Tchad dus à la régression
du niveau des eaux

Le cas des populations du canton de Bol



Nouvelle édition















































© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-30973-6
EAN : 9782336309736
Dédicace
A la mémoire de mes parents,
A ma famille,
A tous mes proches et amis.
Remerciements
Ce travail est une introduction à la connaissance des
conflits sociaux dans le bassin du Lac Tchad. Il ne s’agit pas
d’un travail fini, mais d’un travail qui peut être toujours
complété et amélioré par d’autres expériences et
connaissances. Pour la rédaction et la révision de ce mémoire, j’ai
bénéficié de la contribution de nombreuses personnes. Je
remercie tous ceux qui ont sacrifié une partie de leur temps
précieux en m’aidant tant pour l’amélioration que pour le
contenu scientifique de ce travail. Je tiens à remercier
particulièrement mon encadreur Prof. Dr. rer. nat. Joachim Vogt,
directeur de l’Institut des Sciences régionales et de la
planification spatiale à l’Université de Karlsruhe (Allemagne) qui,
malgré ses nombreuses occupations tant administratives que
pédagogiques, m’a suivi de bout en bout pendant la
recherche jusqu’à l’achèvement de ce travail. Monsieur Vogt a
relu plusieurs fois ce travail et n’a manqué en aucun instant
de me donner des conseils et de faire des remarques et
critiques pertinentes qui ont apporté un plus à ce travail.
Je remercie tous les formateurs, les enseignants, les
secrétaires, tout comme les étudiants en thèse et camarades de

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.