Thème 4 : Féminin/Masculin ? Chapitre 2: Prendre en charge sa vie sexuelle

De
Publié par

THÈME 4: MASCULIN OU FÉMININ ? Chapitre 2: Prendre en charge sa vie sexuelle La prise en charge par un individu de sa vie sexuelle passe par une bonne connaissance des cycles hormonaux qui jouent un rôle dans la procréation. Il est important également de comprendre les mécanismes qui permettent de choisir le moment de procréer ou d'aider médicalement un couple stérile à avoir un enfant, dans la limite des règles éthiques et de la réglementation. La stérilité peut être causée par une infection sexuellement transmissible (IST) – tout individu doit donc connaître les mesures d'hygiène qui empêchent sa contamination et leur propagation. 1. MOLÉCULE DE SYNTHÈSE ET RÉGULATION DES NAISSANCES Dès l'Antiquité les femmes ont utilisé différentes techniques destinées à empêcher le sperme de franchir le col de l'utérus : placer des pierres au fond du vagin, imbiber des tissus ou des éponges de substances supposées spermicides, etc. Ces techniques étaient peu efficaces. Les hommes quant à eux se sont mis à utiliser les ancêtres des préservatifs, en boyaux d'animaux puis en caoutchouc. eLa maîtrise de la procréation ne prend son essor qu'à partir du début du XX siècle, avec la découverte du rôle des hormones dans les cycles sexuels et la fabrication d'hormones de synthèse.
Publié le : jeudi 13 décembre 2012
Lecture(s) : 174
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
T
HÈME
4: M
ASCULIN OU FÉMININ
?
Chapitre 2: Prendre en charge sa vie sexuelle
La prise en charge par un individu de sa vie sexuelle passe par
une bonne connaissance des cycles
hormonaux
qui jouent un rôle dans la procréation. Il est important également de comprendre les
mécanismes
qui permettent de choisir le moment de procréer
ou d'aider médicalement un couple stérile à avoir un
enfant,
dans
la
limite
des
règles
éthiques
et
de
la
réglementation.
La stérilité peut être causée par une
infection sexuellement transmissible
(IST) – tout individu doit donc
connaître les
mesures d'hygiène qui empêchent sa contamination
et leur propagation.
1. M
OLÉCULE DE SYNTHÈSE ET RÉGULATION DES NAISSANCES
Dès l'Antiquité les femmes ont utilisé
différentes techniques destinées à empêcher le sperme de
franchir le col de l'utérus
: placer des pierres au fond du vagin, imbiber des tissus ou des éponges
de substances supposées spermicides, etc.
Ces techniques étaient peu efficaces
.
Les hommes quant à eux se sont mis à utiliser les
ancêtres des préservatifs, en boyaux
d'animaux
puis
en
caoutchouc.
La maîtrise de la procréation ne prend son essor qu'à partir du début du XX
e
siècle, avec la
découverte du rôle des hormones dans les cycles sexuels et la fabrication d'hormones de synthèse.
Après des retours en arrière dans les années 1920 et 1940 (périodes d'après-guerre où la
répression anti-avortement était à son comble), plusieurs découvertes majeures et différentes
modifications de la législation permettent des progrès considérables en matière de régulation des
naissances :
en 1956, apparition du
premier contraceptif oral, dite pilule œstro-progestative ;
en 1967
la contraception devient légale (loi Neuwirth)
;
en 1975 l'
interruption volontaire de grossesse (IVG)
est légalisée
(loi Weil)
;
en 1978 le premier
bébé-éprouvette
voit le jour en Grande-Bretagne ;
De nos jours, les méthodes de procréation médicalement assistée sont de plus en plus efficaces.
Elles sont encadrées par des
lois de bioéthique
qui sont révisées régulièrement.
2. Q
UELS SONT LES MODES D
'
ACTION DES CONTRACEPTIFS ET DES
CONTRAGESTIFS
?
Les
contraceptifs
sont
tous
les
moyens
d'
empêcher
la
fécondation
,
tandis
que
les
contragestifs empêchent la nidation et la gestation
, ils interviennent donc quand la fécondation a
eu
lieu.
En temps normal
chez une femme réglée les hormones sexuelles ont un fonctionnement
cyclique et synchronisé
.
Les
contraceptifs
oraux vont agir sur les cycles hormonaux et sur d'autres paramètres qui leur sont
liés :
les
pilules
dites
normodosées
ou
œstro-progestatives
sont
composées
d'un
œstrogène et d'un progestatif de synthèse. Chaque plaquette comprend
21 pilules à prendre
quotidiennement à partir du premier jour des règles
, si possible à heure fixe.
Pendant les
7 jours suivants, les règles apparaissent. Les pilules classiques empêchent la
production de FSH et de LH, et donc le développement des follicules et l'ovulation
. Elles
provoquent de plus l'épaississement de la glaire cervicale et l'amincissement de l'endomètre
(muqueuse utérine) ;
les pilules
progestatives
ou
micropilules
, comme leur nom l'indique, ne contiennent
qu'un progestatif, leur action se limite à maintenir la glaire cervicale épaisse et à amincir
l'endomètre.
Les
contragestifs
sont normalement utilisés entre l'ovulation et la date présumée des règles, mais
on peut les utiliser dans les quatre semaines qui suivent une éventuelle fécondation ; ce sont :
la
« pilule du lendemain »
: elle contient une très forte dose de progestatifs qui
empêchent la nidation ; elle doit
être prise dans les trois jours
qui suivent le rapport à risque ;
la
« pilule du surlendemain »
qui peut être prise jusqu'à 5 jours après le rapport à
risque ;
la
RU486
qui peut être administrée jusqu'à la cinquième semaine de grossesse. Elle
empêche l'action de la progestérone sur la muqueuse utérine et
provoque le retour des
règles et l'expulsion de l'embryon
. À ce titre, on l'appelle fréquemment la « pilule abortive »
puisqu'elle permet de pratiquer une
IVG médicamenteuse
. La RU486 est administrée à
l'hôpital.
3. Q
UELS SONT LES MOYENS MÉDICAUX QUI PERMETTENT DE LUTTER
CONTRE L
'
INFERTILITÉ D
'
UN COUPLE
?
Un couple est déclaré
infertile
au bout de
deux années de rapports sexuels réguliers sans
grossesse
. L'infertilité peut être d'origine masculine ou féminine. Chez l'homme, les spermatozoïdes
peuvent être par exemple absents, peu mobiles ou anormaux. Chez la femme, l'infertilité peut être
liée per exemple à un trouble de l'ovulation, à une muqueuse utérine anormale ou à une obstruction
partielle ou totale des trompes.
Les techniques de procréation médicalement assistée ne permettent pas à tous les couples infertiles
d'obtenir la grossesse désirée, mais elles deviennent de plus en plus fiables, ce sont :
l'
insémination artificielle
, qui consiste, en général
après une stimulation ovarienne,
à introduire directement dans l'utérus les spermatozoïdes du conjoint
(c'est l'IAC) ou d'un
donneur anonyme (c'est l'IAD) ;
la
FIVETE
ou fécondation in vitro et transfert d'embryon, qui
consiste, après une forte
stimulation ovarienne (injection de FSH ou de son équivalent) et un déclenchement
d'une ovulation multiple (injection d'HCG qui mime le pic de LH), à recueillir les
CH
FSH
Follicules
Ovaires
Hormones
Ovaires
ovocytes obtenus et à pratiquer une fécondation in vitro ; un ou deux des embryons
produits par cette technique sont ensuite implantés dans l'utérus ;
l'ICSI
(
Intra Cytoplasmique Sperm Injection
) qui consiste à injecter directement dans
l'ovocyte un spermatozoïde au cours de la fécondation in vitro, puis à implanter l'embryon dans
l'utérus.
4. Q
UELLES SONT LES MESURES D
'
HYGIÈNE ET DE PRÉVENTION À
RESPECTER POUR ÉVITER LA CONTAMINATION ET LA PROPAGATION
DES
IST ?
Les IST se transmettent entre individus lors de
contacts sexuels non protégés
, elles sont dues à
des bactéries, des virus, des protozoaires ou des champignons. Certaines d'entre elles
provoquent
des stérilités
, même après un seul rapport contaminant. Les agents infectieux peuvent par exemple
envahir les trompes utérines et provoquer leur obstruction. Pour éviter d'être victime d'une IST, on
doit :
se faire vacciner
quand cela est possible contre les IST (hépatite B, papillomavirus,
etc.) pour ne pas contracter la maladie ;
utiliser un
préservatif
masculin ou féminin pour éviter toutes les IST transmissibles par
les sécrétions sexuelles (sperme, sécrétions vaginales) ;
pratiquer un
dépistage
, anonyme et gratuit, après chaque rapport sexuel à risque, de
façon à bénéficier d'un
traitement au plus vite en cas d'infection
. Un traitement précoce peut
parfois limiter les conséquences de l'infection, voire éviter la stérilité.
5. Q
UELLES SONT LES LIMITES DES MÉTHODES DE MAÎTRISE DE LA
PROCRÉATION
?
Aucune méthode contraceptive n'est fiable à 100 %
puisqu'elle peut être mal utilisée (oubli de
pilule, préservatif mal posé, etc.) ou se heurter à un évènement imprévu (vomissement peu après la
prise de la pilule, lésion du préservatif, etc.). Les techniques de procréation médicalement assistée
comme
l'insémination artificielle ou la FIVETE ont un taux de réussite qui reste très inférieur à
100 % pour chaque tentative
; de plus,
ce taux varie beaucoup en fonction de l'âge
de la
patiente. La grossesse est donc parfois impossible quel que soit le nombre de tentatives, et ce
malgré
les
progrès
techniques en la matière.
Les
lois
de
bioéthique
encadrent
strictement
l'assistance médicale à la
procréation,
elles
sont
révisées régulièrement pour
suivre l'évolution de notre
société. Elles concernent
des sujets comme le statut
de l'embryon surnuméraire
(embryon
créé
par FIVETE ou ICSI et
qui
ne s'inscrit plus dans un
projet parental), le don de
gamètes, le statut du corps
humain (qui ne doit pas
devenir
l'objet
d'une
transaction
commerciale),
etc.
À
RETENIR
Les progrès dans la connaissance
des hormones naturelles a permis de mettre au point des substances de synthèse qui rendent la
procréation médicalement assistée de plus en plus fiable.
Les molécules de synthèse permettent une contraception régulière, une contraception d'urgence,
une IVG médicamenteuse (RU486).
La procréation médicalement assistée utilise également beaucoup les substances de synthèse pour
augmenter la fertilité et/ou permettre la gestation.
Les IST peuvent être source de stérilité, il faut donc la vaccination quand cela est possible,
utilisation systématique du préservatif, dépistage pour ne pas être contaminé et les propager.
Les lois de bioéthique donnent un cadre légal strict à toutes les pratiques liées à l'assistance
médicale à la procréation, certaines d'entre elles (recours à une mère porteuse, etc.) restent à ce
jour interdites en France.
Œstrogènes et progestérone
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.