“Une contribution à l’étude de l’organisation réticulaire des structures productives innovantes

De
Publié par

264 NETCOM, vol. 20, n° 3-4, 2006prise en compte, ce que l’auteur justifie du fait des vitesses pratiquées, bien inférieures àcelle des autres modes rapides): l’utilisation de l’automobile restant pertinente dans le casde courtes distances entre certaines villes et les sites aéroportuaires (ex. Arras/Roissy,19Valence/Saint-Exupéry, Grenoble/Saint-Exupéry) . Certes, lors de toute soutenance, lescommentaires critiques tendent à surexposer négativement l’impression d’ensemble, mais ilconvient de rectifier cette impression en se rappelant que la critique est d’autant pluspoussée que la recherche est de haut niveau, suscitant chez les lecteurs (ou les membres dujury) un plus haut niveau d’aspiration!En définitive, “la démonstration est transparente, vérifiable et reproductible. Sandra20Bozzani-Franc a véritablement fait œuvre scientifique et novatrice” : c’est ce que l’on peutattendre d’une thèse.“Une contribution à l’étude de l’organisation réticulaire des structures productivesinnovantes. Compte rendu de la thèse de Nicolas Bonnet”, par Henry BakisComment l’organisation réticulaire des réseaux productifs urbains participe-t-elle àl’organisation spatiale d’aires urbaines? Dans quelles mesures la structure des liens induitsqui se tissent sur de multiples échelles influence les dynamiques d’agrégation spatiale de cesactivités émergentes?Cette thèse tente de répondre à ces questions, tout en participant à un décloisonne-ment salutaire entre les disciplines ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 82
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
264
NETCOM, vol. 20, n° 3-4, 2006
prise en compte, ce que l’auteur justifie du fait des vitesses pratiquées, bien inférieures à celle des autres modes rapides): l’utilisation de l’automobile restant pertinente dans le cas de courtes distances entre certaines villes et les sites aéroportuaires (ex. Arras/Roissy, 19 Valence/Saint-Exupéry, Grenoble/Saint-Exupéry). Certes, lors de toute soutenance, les commentaires critiques tendent à surexposer négativement l’impression d’ensemble, mais il convient de rectifier cette impression en se rappelant que la critique est d’autant plus poussée que la recherche est de haut niveau, suscitant chez les lecteurs (ou les membres du jury) un plus haut niveau d’aspiration! En définitive, “la démonstration est transparente, vérifiable et reproductible. Sandra 20 Bozzani-Franc a véritablement fait œuvre scientifique et novatrice”: c’est ce que l’on peut attendre d’une thèse.
“Une contribution à l’étude de l’organisation réticulaire des structures productives innovantes. Compte rendu de la thèse de Nicolas Bonnet”, par Henry Bakis Comment l’organisation réticulaire des réseaux productifs urbains participe-t-elle à l’organisation spatiale d’aires urbaines? Dans quelles mesures la structure des liens induits qui se tissent sur de multiples échelles influence les dynamiques d’agrégation spatiale de ces activités émergentes? Cette thèse tente de répondre à ces questions, tout en participant à un décloisonne-ment salutaire entre les disciplines (elle se situe à la confluence des sciences de l’information et de la communication, de la gestion, de l’économie industrielle, de l’aménagement du terri-toire, et de la géographie). Elle présente un “travail théorique très important, extrêmement 21 2223 sérieux ”,dont le style a été diversement interprété (trop recherché, apprécié), déborde du champ classique de la géographie car il aborde des notions relevant en particulier de l’écono-24 mie spatiale, pour les réinterpréter avec finesse en géographe et du point de vue des réseaux. 25 La thèse de Nicolas Bonneta pour objet de comprendre la proximité dans les structures productives innovantes à travers les liens entre organisations en réseaux et orga-26 nisation des espaces urbains (cas de Montpellier). Elle pose le problème de la délimitation spatiale d’un réseau d’entreprises à l’heure d’une réticulation croissante des territoires. Les TIC inscrivant les systèmes productifs locaux dans des territoires plus vastes, modifiant l’appréhension de l’espace productifpar le géographe. Pourtant, les liens suscités par les causalités locales perdurent, la contrainte de proximité entre agents constitutifs du réseau local restant nécessaire et sensible dans les interactions effectives. Pour ce faire, l’auteur a
17. Jean Ollivro. Intervention lors de la soutenance : “dans la lignée des travaux de Laurent Chapelon, on aurait pu davantage insister sur la réalité des déplacements de porte à porte (cela aurait renforcé l’hypothèse d’en-semble en raison de la congestion assez généralisée dans les grandes villes)”. 18. Intervention lors de la soutenance. Professeur à l’Université de Savoie (président). 19. Remarque de Philippe Ménerault, lors de la soutenance (co-directeur de la thèse, et Directeur de Recherche à l’INRETS-Lille). 20. Intervention Philippe Mattis lors de la soutenance (rrofesseur à l’Université François Rabelais de Tours). 21. Solange Montané-Villette lors de la soutenance.
265
étudié principalement les entreprises du secteur des TIC, “sujet difficile du fait des perpé-27 tuelles mutations technologiques et spatiales, dans le contexte de la mondialisation”. Les dynamiques spatiales des localisations d’établissements de TIC sont appréhen-dées d’abord à l’échelle nationale au moyen d’analyses statistiques (qui mettent en évidence que l’hyperconcentration de cette activité au sein des métropoles s’accompagne de l’émer-gence ponctuelle de foyers secondaires d’agglomération d’établissements); l’agglomération de Montpellier est choisie comme terrain pour l’étude des liens entre territoires et entre-prises (enquête auprès des entreprises des secteurs innovants). Une discussion s’est engagée avec le candidat. Sur l’exploitation de certains docu-28 29 ments ;sur la définition du sujet; sur la trop faible dimension spatiale accordée à certains 30 31 phénomènes étudiés (districts, technopoles); sur les usages des TIC; sur le traitement de 32 la question de l’emploi; sur les trois niveaux génériques de la proximité (géographique, 33 organisationnelle et circulatoire).
34 “Les nouvelles clés de l’industrie vidéo ludique”, par Jérémie Valentin L’industrie vidéo ludique se porte bien. “L’avènement d’une nouvelle ère de l’Inter-net définit les futurs enjeux de l’industrie du jeu vidéo. Ce Forum se donne pour ambition de débattre des principaux événements qui ont marqué l’année en cours ou qui constituent des enjeux clés pour les années à venir: les nouveaux modes de jeux massifs et la gestion des communautés, la diffusion et la distribution de contenus dématérialisés sur les plates-formes fixes ou mobiles, le potentiel des technologies en ligne duserious gameet enfin la publicité 35 insérée dans les jeux”. SelonEA gamesle marché français dusoftwareet duhardwaredevrait représenter 1,8 milliard d’euros en 2006 et 13 millions de Français sont considérés comme
22. Loïc Grasland (professeur à l’université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, président du jury et rapporteur) qui ajoute cependant que, lors des interventions orales du candidat, ce dernier “a bien participé aux débats. Il a répondu avec justesse aux questions posées. Les développements ont été clairs et accessibles, compen-sant ainsi et de manière positive le style parfois recherché du travail écrit” (rapport de soutenance). 23. Gilles Paché relève: “les phrases intellectuellement brillantes” (ce qui le change du style plus fonction-nel des thèses en gestion) et souligne la maturité du chercheur et son aisance à manipuler des concepts et à théori-ser. 24. Loïc Grasland, lors de la soutenance. 25. Groupe de recherche sur réseaux et rerritoires (GERT), université de Montpellier III. 26. BONNETNicolas (2006).Interactions et concentrations spatiales des réseaux productifs urbains. Le cas du secteur informationnel sur l’aire urbaine de Montpellier. Thèse de doctorat en géographie et en aménagement préparée dans le cadre de l’UMR Espace, équipe de Montpellier (dir. Henry Bakis). Soutenue le 8 décembre. 27. Comme le remarque Solange Montané-Villette, lors de la soutenance. 28. “Pourquoi ne pas avoir également utilisé le bilan social et financier des entreprises ou encore exploré leur site web qui informe considérablement, même en creux, sur ce qu’il est parfois difficile d’apprendre”. Solange Montané-Villette lors de la soutenance. 29. “Pourquoi dans le cadre d’un sujet sur les réseaux, qui plus est de nature informationnelle, ne pas avoir au moins étudié, à titre d’exemple, ceux d’une grande entreprise à travers le monde? Même si le candidat désirait se limiter à la proximité montpelliéraine, les nouvelles technologies permettent actuellement une proximité informationnelle immédiate avec les antipodes, dont il eût été pertinent de faire mention”. Solange Montané-Villette lors de la soutenance.
266
NETCOM, vol. 20, n° 3-4, 2006
des joueur réguliers; des chiffres en pleine expansion pour un phénomène qui semble s’ins-crire dans la durée. e Lors des différents débats qui se sont tenus lors duInternational du Jeu Vidéo5 Forum, tendances récentes et nouveau contexte économique de l’industrie vidéo ludique ont pu être précisés. 36 • Lemassivement multi joueurs, et l’offre se diversifie afin(MMO) est en plein boom de toucher des publics différents. Ainsi se développent des MMOs dits “gratuits” (le jeu est distribué gratuitement mais les contenus sont payants, ces derniers sont souvent personna-lisables et échangeables par les joueurs). Une communauté se crée autour du jeu, qui doit 37 38 êtrein game- mais aussioff gameà travers des systèmes d’interactions et d’échanges entre 39 40 les joueurs. C’est sur ces créneaux d’offresque se positionnent dessoftscomme DOFUS, 41 ALBATROSS18 etmême la firme chinoise Shanda Interactive Entertainment qui a changé sa stratégie commerciale pour une stratégie de “Come, Pay, Stay”. Les MMOs cher-chent à diversifier leurs offres, afin de toucher des publics différents et des temps de jeux différents, en effet ces modèles de “petits” MMOs ne nécessitent pas des temps de
30. Philippe Cadène, professeur à l’université Paris VII et rapporteur (excusé, suite à un déplacement à l’étranger). 31. “Dès lors que l’on développe une approche en termes de stratégie de réseau, ne faudrait-il pas plutôt retenir une vision ‘usage des TIC’, c’est-à-dire se placer du côté de la demande plutôt que de l’offre? C’est peut-être une autre thèse, mais une interrogation de fond demeure sur la volonté des entreprises à structurer, déstructu-rer et restructurer leurssupply chainsqui conditionnent directement des modes singuliers de mobilisation de l’espace (urbain et non-urbain) et de recours aux TIC. Cette dimension est largement absente alors que les IBM et Dell renvoient à cette réalité managériale”. Gilles Paché, lors de la soutenance. 32. “Si les concepts de bassin d’emploi et de proximité sont bien traités, rien n’est dit sur la taille des entreprises, l’aire de recrutement, les statuts du personnel, les différences de qualification… L’employé du centre d’appel, dont le travail présente bien des aspects fordistes, n’a que peu de points communs avec le concepteur des technologies nouvelles. EDF et Biomérieux n’ont rien de commun avec les mini-entreprises évoquées dans l’ex-posé préliminaire”. Solange Montané-Villette lors de la soutenance. 33. Une exploration plus poussée aurait permis de mieux décrypter les logiques de réseau (Cappelin sur les économies de réseau; Wakermann sur la radialisation). “L’absence d’analyse approfondie de la radialisation est étonnante alors qu’elle génère une proximité circulatoire et connecte entre eux les réseaux territorialisés. Une exploration plus poussée de l’économie d’archipel de Veltz aurait été ici la bienvenue, en appuyant le raisonnement sur les espaces de réseaux comme espaces non continus (à ce niveau, on pourrait d’ailleurs imaginer la mobilisa-tion des travaux de Burt sur les trous structuraux)”: géographique, organisationnelle et circulatoire. Si elles ne sont pas ignorées par Nicolas Bonnet, une exploration plus poussée aurait permis de mieux décrypter les logiques de réseau (Cappelin sur les économies de réseau; Wakermann sur la radialisation). “L’absence d’analyse approfondie de la radialisation est étonnante alors qu’elle génère une proximité circulatoire et connecte entre eux les réseaux territorialisés. Une exploration plus poussée de l’économie d’archipel de Veltz aurait été ici la bienvenue, en appuyant le raisonnement sur les espaces de réseaux comme espaces non continus (à ce niveau, on pourrait d’ailleurs imaginer la mobilisation des travaux de Burt sur les trous structuraux)”. Gilles Paché, lors de la soute-nance. 34. Géographe, étudiant en master, université de Montpellier III. e 35. Pour la 5année consécutive, l’IDATE, en partenariat avec Montpellier Agglomération, a organisé un Forum International sur le Jeu Vidéo.Digiworld 2006 Summit:– Montpellier, 14 novembre 2006. Voir http://www.digiworldsummit.com/pages/?all=journee&id=1&idl=21.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi