APPRENDRE À DEVENIR CRITIQUE

De
Publié par

Apprendre à devenir CritiqueMode d’emploiNous vous propos ons une progre ssion c omplète pa rtant de s re présentations de s é lèves pour aboutir à l a ré daction de l a c ritique c ollective. Les a nnexes vous donne ront l es pi stes e t l es documents à re nvoyer né cessaires à vot re dé marche. Naturellement, c ette progre ssion de vra ê tre m odulée e n fonc tion du t emps di sponible (au minimum é tapes 4 e t 5) et du ni veau de s é lèves.Progression proposée p 2 - 6 1. Définition2. Représentations initiales3. Exercices4. Visionnage des compilations5. Rédaction de la critiqueDocuments annexes p 7-13  Ce que j’aime et ce que je n’aime pas (complète) Ce que j’aime et ce que je n’aime pas (vierge)  La grammaire de l’image en mouvement Le story-board Les différents genres Liens et bibliographieDocuments à renvoyer p 14-16  Fiche Contact Fiche Critiques11. DéfinitionQu’est-ce qu’une critique ?« J ugement porté sur un ouvrage de l’e sprit, sur une œuvre d’a rt » (dé finition du petit Robe rt). L a critique cinématographique a donc pour objet d’i nformer les spectateurs potentiels sur le sujet e t l a qua lité d’un fi lm qu’i ls s eraient s usceptibles d’a ller voi r.Il y aura donc lieu de pouvoir faire saisir le contenu du film, ses « ingrédients » et d’a rgumenter un a vis qua litatif s ur l ’œ uvre. A qui est-elle destinée ?L e j ury de s c ritiques du F estival pe rmet de di ffuser l a c ritique de t rois fa çons :L es ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 55
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

Apprendre à devenir Critique
Mode d’emploi
Nous vous propos ons une progre ssion c omplète pa rtant de s re présentations de s é lèves pour
aboutir à l a ré daction de l a c ritique c ollective. Les a nnexes vous donne ront l es pi stes e t l es
documents à re nvoyer né cessaires à vot re dé marche.
Naturellement, c ette progre ssion de vra ê tre m odulée e n fonc tion du t emps di sponible (au
minimum é tapes 4 e t 5) et du ni veau de s é lèves.
Progression proposée p 2 - 6
1. Définition
2. Représentations initiales
3. Exercices
4. Visionnage des compilations
5. Rédaction de la critique
Documents annexes p 7-13
 Ce que j’aime et ce que je n’aime pas (complète)
 Ce que j’aime et ce que je n’aime pas (vierge)
 La grammaire de l’image en mouvement
 Le story-board
 Les différents genres
 Liens et bibliographie
Documents à renvoyer p 14-16
 Fiche Contact
 Fiche Critiques
11. Définition
Qu’est-ce qu’une critique ?
« J ugement porté sur un ouvrage de l’e sprit, sur une œuvre d’a rt » (dé finition du petit
Robe rt).
L a critique cinématographique a donc pour objet d’i nformer les spectateurs potentiels sur le
sujet e t l a qua lité d’un fi lm qu’i ls s eraient s usceptibles d’a ller voi r.
Il y aura donc lieu de pouvoir faire saisir le contenu du film, ses « ingrédients » et
d’a rgumenter un a vis qua litatif s ur l ’œ uvre.
A qui est-elle destinée ?
L e j ury de s c ritiques du F estival pe rmet de di ffuser l a c ritique de t rois fa çons :
L es auteurs de la réalisation reçoivent systématiquement les critiques de leur film. (le comité
d’orga nisation se réserve le droit de ne pas le faire, en cas de message trop outrageant…).
Ri en n’e mpêche l es de ux c lasses ou l es de ux e nseignants de re ster e n c ontact !
L e site du Festival, www.oc ce.c oop/ ad67, mettra en ligne les critiques envoyées sous forme
électronique (voi r les liens dans la rubrique «compilations»). A insi elles seront largement
diffusées…
Ce rtaines c ritiques s eront e xposées l ors de s c érémonies de c lôture du fe stival.
2. Représentations initiales
L es stratégies proposées pour faire émerger les représentations initiales des élèves quant au
langage cinématographique et audiovisuel en général pourront également servir à une
évaluation e n fi n de dé marche.
Nous vous propos ons de pa rtir d’une de c es que stions :
- C omment fai t-on u n fi lm ?
- Q u’e st-c e q ue j’ai me e t je n ’ai me p as d ans u n fi lm ou u ne é mission té lé ?
- C ’e st q uoi u ne c ritique ?
Stratégies
2a.Enquête à la maison (tous cycles)
Ce tte pha se vi se a ussi à pa rtager s es goût s e t s es re présentations de l ’uni vers t élévisuel.
• Parler d’une émission vue : découper son annonce dans le programme télé, la lire et la
montrer a ux a utres é lèves e n pré cisant c e qui a é té a imé ou pa s. Est-c e une c ritique ?
2b. Enquête critique (cycle 3 et collège)
L a démarche est la même mais en partant à la recherche d’une critique de film dans un
magazine ou s ur i nternet.
• Ra pporter une critique en classe et chercher à savoir avec le groupe à quoi sert une
critique e t c omment c ela s e c onstruit.
• Che rcher sur la toile le plus de critiques se rapportant à un film connu de plusieurs
(pa r exemple un film vu dans le cadre des dispositifs « Ecoles au cinéma » ou «
Col lèges au cinéma »). L es critiques seront affichées et commentées tant sur la forme
que s ur l e fond.
22c. Photo langage (tous cycles)
• A partir des images d’é missions télés ou d’a ffichettes de films découpées dans des
programmes et rapportés par les élèves ou l’e nseignant, donner et argumenter un avis
sur l ’é mission ou l e fi lm. Classer l es é missions ou l es fi lms pa r ge nre (voi r a nnexe)…
2d. Mots jetés (cycle 3 et collège)
Choi sir une probl ématique : Com ment fa it-on un fi lm ? ; C’e st quoi une c ritique ? …
Noter tous les mots évoqués par les élèves sur une affiche. Susciter la discussion et débuter un
classement par « famille » (ge nre des films ou émissions, métiers du cinéma ou de la télé,
personnalités…).
2e. Le questionnaire
Deux s tratégies s ont pos sibles :
• préparer une fiche avec des questions ouvertes ou non, voire un Q CM pour tester les
connaissances des élèves sur le sujet (critique et/ou langage filmique), ce
questionnaire pourra s ervir d’é valuation e n fi n de proj et.
• à partir d’un petit extrait filmique (2’ maximum), préparer un petit questionnaire que
l’on distribue après le visionnage et portant sur le sens, la forme ou l’i mpact du
document. Il est pertinent de revisionner l’e xtrait dans un deuxième temps (en ayant
connaissance des questions) et de compléter les réponses (avec une autre couleur par
exemple…) a vant une c orrection c ollective.
3. Exercices
Ce tte phase vise à « affiner » les perceptions et avis que l’on va être amené à porter dans
l’e xercice de l a ré daction de l a c ritique.
Elle vise notamment à l’é laboration de la grille des avis (voi r annexe) qui permettra de
recueillir les évaluations individuelles et collectives ainsi qu’a u développement de la capacité
à « t ranscrire » ve rbalement un doc ument fi lmique.
- Visionner deux ou trois films qui semblent « parler aux élèves ». Dans notre cas, il
sera j udicieux de pa rtir s ur de s ré alisations s colaires…
- Discuter « à c haud » (c e que l ’on a c ompris du fi lm, c e qui « fonc tionne »…)
- Résumer l e fi lm e n une ou de ux phra ses, on pourra c omparer l e ré sultat a u s ynopsis *
- Reconstituer la structure du film :
o Proposer un dé coupage pa r s équences *
o Cons truire une fri se c hronologique (écrite e t/ou de ssinée)
- Analyser les codes filmiques (du pl an, de l ’i mage, du s on…)
L ’e nseignant ou l’a nimateur aura à saisir les opportunités offertes par la production
pour rebondir sur les codes et les effets filmiques. Ce la englobe aussi bien les codes de
l’i mage (angles et échelles de prise de vues, mouvements de caméra, éclairage…) que
ceux du s on (brui tages, voi x-off, m usique…) ou du m ontage (ryt hme, ra ccords…). *
- Définir des critères d’analyse et d'évaluation.
Il est très difficile de demander d’é valuer un film tant son impact est souvent subjectif
et personnel et s’a dresse au ressenti de chacun. Il ne s’a git donc pas d’un outil servant
à « noter » un film, mais plutôt de rendre attentif à tous ses composants et de permettre
de comprendre un peu mieux pourquoi un film « fonctionne » ou ne « fonctionne »
pas. La ré daction de c ette c ritique e st t outefois l ’oc casion de c onfronter l es re ssentis de
chacun en explicitant ce que l’on aime ou pas et d’e n faire ressortir les points faibles et
les poi nts fort s du fi lm a u ye ux du groupe .
3- Construire la grille des avis.
Il ne reste plus qu’à élaborer une grille des avis qui permettra d’é valuer
individuellement ou collectivement le film. Vous pouvez vous inspirer de la grille
vierge ** ou de l a gri lle c omplétée* * si vous n’a vez pa s é tabli de c ritères propre s.
Dans l es de ux c as s eront not és e n pl us l e t itre e t ge nre du fi lm a insi que s es poi nts fort s
et ses points faibles. La grille des avis se construit avec les élèves autour de 4
principaux dom aines e n fonc tion du t emps dont vous di sposez :
o Domaine de l’h istoire : les différentes étapes (introduction, déroulement,
chute,….), l a c ompréhension, l e ryt hme, le m essage…
o Domaine d es ac teurs : l e j eu (l ’e xpression), l a prononc iation, l a pos ture…
o Domaine d e l ’i mage : l es dé cors, les c ostumes, les m ouvements de c améra, les
raccords, la l umière …
o Domaine du son : qualité générale, articulation des acteurs, ambiance sonore,
bruitage, c hoix de s m usiques
Pistes pédagogiques pour s’exercer
Domaine d e l ’h istoire :
• Com pléter un ré cit 1
- Visionner une s équence
- S ous form e de s cénario fa ire i maginer l a s équence pré cédente e t l a s uivante.
• Com pléter un ré cit 2
- En re copiant un e nregistrement vi déo, re mplacer un pl an i mage ou un pl an s onore
par un bl anc (ou a vancer de que lques s econdes)
- D emander a ux é lèves d' imaginer c e qui m anque.
Ce t exercice permet aussi d'évaluer, chez les élèves, la capacité de compréhension d'un
message a udiovisuel.
Les exercices suivants se rapportent au visionnage d’une
séquence courte
Domaine d es ac teurs :
- M asquer l e s on pour j uger de l a ge stuelle e t de l ’e xpression de s a cteurs…
Domaine d e l ’i mage :
- Re pérer l es é chelles de pl ans, les ra ccords…
- «T ranscrire» c haque pl an pa r une phra se
- Re pérer les lieux de tournage et les positions des caméras sur un plan en vue
verticale…
Domaine d u s on :
A pprendre à é couter, à c omprendre c omment e st c réé un e space s onore
- faire re pérer l es di fférents s ons : i n, off, m usique, ré alisés e n di rect, e n s tudio...
- faire repérer les sons très présents et les sons plus éloignés. Com ment a-t-on procédé
pour obt enir c e re lief s onore ?
- faire repérer les ruptures de plans sonores par rapport aux ruptures de plans images et
montrer que c es dé calages fa vorisent l a c ontinuité du ré cit.
- masquer l ’i mage pour m ieux dé terminer l ’i mpact du s on…
Penser l e s on
- Visionner une s équence dont on a ura c oupé l e s on
- Demander aux élèves de prévoir (sur papier) la bande son (di alogue, son d'ambiance,
musique).
4Sons : où e st l 'information ?
- Présenter une séquence sans l’i mage avec le son (ré gler la luminosité de la télé et
demander aux élèves de noter les informations complémentaires livrées par la bande
son (ge nre du fi lm, di alogues, nom bre de pe rsonnages, lieu, é poque…)
* voi r a nnexe « gra mmaire de l ’i mage »
** voi r a nnexes « gri lle de s a vis »
4. Visionnage de la compilation
L e visionnage des films de la compilation ne peut pas s’e ffectuer en une séquence, c’e st trop
long et l’a ttention finit par décrocher. Il y a donc lieu d’orga niser la classe pour pouvoir
regarder e t é valuer l es produc tions e n t oute i mpartialité.
Quelques conseils
- Répartir la classe en petites équipes (3-5) pour toutes les phases suivantes. Ce la
permettra au plus grand nombre de s’e xprimer et de rechercher un consensus dans les
choix à effectuer. La synthèse sera aussi plus facile à faire ! Pour rendre ce jury plus
vivant, chaque équipe peut se trouver un nom, par exemple en rapport avec le
cinéma…
- Cha que groupe dé finit un s ecrétaire qui not e une fe uille d’a vis s ur l es fi lms vus .
- Garder une trace de chaque film vu (titre ou image imprimée pour les non- lecteurs)
pour y fa ire ré férence.
- Cha que groupe peut éventuellement noter ses questions aux auteurs sur la fiche
contact.
- Un petit temps de mise en commun des réflexions de chaque groupe peut s’e ffectuer
après c haque fi lm. Penser a ux pré sentations de s é quipes !
- L 'enseignant peut éventuellement ne présenter qu’une sélection des films qu’i l aura
visionné a u pré alable, s i l e t emps i mparti à l ’orga nisation de c e j ury e st t rop c ourt.
Choix du film préféré et du film à critiquer
L à encore, l’orga nisation coopérative par petite équipe facilite la tâche ! Une des stratégies
consiste à faire délibérer chaque équipe pour proposer un ou deux films préférés et à critiquer
(pa s forc ément l es m êmes !). U n vot e pe rmettra a lors de dé terminer l e c hoix c ollectif.
C’e st aussi le moment de décider de remplir les « fiches contact » pour poser des questions
aux auteurs. Soit la classe se détermine sur les auteurs à contacter, soit chaque groupe peut
prendre e n c harge une pa rtie de s fi lms.
Pour les élèves non- lecteurs, le travail par groupe est possible, à condition qu’i ls puissent
identifier chaque film par une image capturée ou photographiée sur l’é cran. La fiche contact
devra bi en s ûr ê tre di ctée à l ’a dulte.
Remarque : une c lasse pe ut a ussi fa ire l e c hoix d’e nvoyer pl usieurs c ritiques…
5. Rédaction de la critique
L a c ritique e st l a s ynthèse du t ravail que vous a vez e ffectué.
Ce tte que stion pos e d’e mblée t rois i nterrogations :
- q u’e st-c e q u’u ne c ritique ?
- à q ui e st-e lle d estinée ?
- c omment ar river à me ttre e n for me u n avi s c ollectif ?
Il est évident que les stratégies d’a nimations de la classe ou du groupe seront très différentes
en fonction du niveau de la classe, aussi nous vous proposons un canevas synthétique et
général, accompagné de remarques pour les groupes de non- lecteurs (cycles 1 et 2).
5Garder si possible la dynamique des équipes (3-5 élèves) créées dans la phase précédente.
Cha cune peut alors produire une critique. Lors de la lecture et de la mise en communs de ces
textes, la classe pourra alors s’e xprimer et voter les propositions qui lui paraissent plus
pertinentes.
5a. Résumer la production
Nous sommes là dans l’e xercice de transcription d’un message audiovisuel (fi lm) en message
oral (di scussion) pui s é crit ou pi ctural.
- Re visionner la production autant de fois que c’e st nécessaire, arrêter l’i mage pour
revenir s ur c e qui vi ent d’ê tre m ontré….
- A près une discussion en grand groupe, demander à des petits groupes (de 4 ou 5), de
résumer l e fi lm e n que lques phra ses.
- Faire e xposer l es ré sumés, a fficher, vot er…
- En profiter pour introduire éventuellement les notions de synopsis, de découpage par
séquences à pa rtir de s é tapes du ré cit…
5b. Emettre et argumenter un jugement
L a gri lle de s a vis pe ut s ervir de c anevas à c ette pha se. Une a utre s tratégie c onsiste à donne r à
chaque é lève un pe tit t ableau à de ux c olonnes : « j ’a ime » e t « j e n’a ime pa s ».
- Faire une première synthèse collective par petit groupe, ne retenir qu’un nombre limité
de phra ses.
- Noter s ur un gra nd t ableau l es a rguments re tenus pa r c haque groupe
- Re bondir sur les questions ouvertes en visionnant encore le document, en introduisant
des termes techniques (cf. annexe 5) et en visionnant éventuellement des œuvres
professionnelles du m ême ge nre ou de form e c omparable…
- Voter s ur l es a rguments à re tenir.
5c. Mettre la critique en forme
L a critique sera autant appréciée sur sa forme que sur son fond. Partant de là, et ayant
déterminé ensemble tous les « ingrédients » de la critique collective, nous pouvons réfléchir à
la form e qu’e lle pourra pre ndre.
- Re chercher avec les élèves différentes formes de textes possibles (enquête policière,
recette de cuisine, compte rendu sportif, texte de loi, poème, mode d’e mploi, texte de
reportage, e tc.)
- Proposer pa r pe tits groupe s de s « a daptations » du c ontenu dé fini.
- Voter e t a ffiner é ventuellement.
- Ne pa s hé siter à dé corer, à pe rsonnaliser l e doc ument!
5d. Cas des élèves non lecteurs (cycle 1 et 2)
L es différentes étapes décrites ci-de ssus restent valables pour des élèves non lecteurs, en
remplaçant l e m essage é crit pa r :
- des phra ses ve rbales (éventuellement e nregistrées …)
- des t extes di ctés à l ’a dulte.
- des de ssins c orrespondant à une s équence ou à un pl an.
L a form e de l a c ritique pe ut a insi é voluer ve rs :
- une succession de dessins correspondant à la chronologie des séquences du document
(sous form e de l ivret ou « d’a ccordéon » re pliable (voi r a nnexe 6).
- une s uccession de de ssins a nnotés pa r di ctée à l ’a dulte.
- une succession d’i mages du film (phot os numériques de l’é cran ou capture vidéo…)
avec l ’a vis de s é lèves di ctés à l ’a dulte.
- un e nregistrement a udio ou vi déo !!!
6Ce que j’aime
et ce que je n’aime pas
Dans le film
(G rille c omplète)
Titre :
Genre :
L’histoire
le ré cit
les pe rsonnages
la m orale
les dé cors
les c ostumes
Les act eurs
le j eu de s a cteurs
les rôl es
leur prononc iation
Les images
l’é clairage
les c adrages
les m ouvements de l a c améra
les ra ccords
Le s on
qualité gé nérale
articulation de s a cteurs
ambiance s onore, brui tages
choix de s m usiques
Autres remarques
Points for ts :
Points fai bles :
7Ce que j’aime
et ce que je n’aime pas
Dans le film
(G rille vi erge)
Titre :
Genre :
L’histoire
Les act eurs
Les images
Le s on
Autres remarques
Points for ts :
Points fai bles :
8La grammaire de l’image en mouvement
Du langage écrit au langage audiovisuel
Q uelques é léments de c orrespondance e ntre l e l angage é crit d’un l ivre e t l e l angage
audiovisuel d’un fi lm.
livre film stratégies pédagogiques
mot élément d u p lan (dé cor, du- arrêt s ur i mage, dé crire l es
rée, a cteur, é clairage, éléments du pl an
action...)
phrase plan (uni té na rrative qui ne faire re marquer c haque
présente pa s de di scontinuité changement de pl an
dans l e t emps ou da ns (raccord) e n l evant l e doi gt,
l’e space, a u m ontage, par e xemple...
portion de fi lm c omprise Chronom étrer l es pl ans...
entre de ux c oupes) Etablir l e pa rallèle
image/son
chapitre séquence (uni té na rrative après vi sionnement
constituée e n pri ncipe de successif, i dentifier
plusieurs pl ans) verbalement pui s pa r é crit
les di fférentes s équences
d’un doc ument.
résumé synopsis (que lques phra ses un vi sionnage pe ut s uffire à
résument l e doc ument) dégager l e s ynopsis...
En rè gle gé nérale, e t e n fonc tion de l ’â ge de s e nfants, il pe ut ê tre i ntéressant de re transcrire
les di fférentes pa rties a nalysées:
- sous form e ve rbale;
- sous form e é crite de scriptive;
- sous form e pi cturale (de ssin d’un pl an a rrêté...)
- sous form e m ixte (de ssin d’un c ôté, re marques -son, m ouvements de c améra,
dialogues, a ction...- de l ’a utre...). A ttention à re specter l e form at de l ’i mage (4/ 3 e n proport ion
longueur/ largeur pour une i mage t v). On re trouve a lors l e story-b oard (proc he d’une BD)
utilisé s ouvent pa r l es s cénaristes pour é crire l eurs fi lms...
Codes du plan
- mouvement de caméra :
* p lan fi xe : l a c améra ne bouge pa s (les é léments du pl an pe uvent ê tre m obiles, on
parle de m ouvement da ns l e c adre).
* panoramique : l a c améra pi vote s ur s on pi ed, s ans s e dé placer da ns l ’e space.
(Panoramique ve rtical, hori zontal, d’a ccompagnement).
* travelling : l a c améra s e dé place da ns l ’e space (dé placements du c adreur, c hariot,
grue...)
* zoom (ou t ravelling opt ique), pe rmet de s e «ra pprocher» (z oom a vant) ou de
«s’é loigner» (z oom a rrière) d’un s ujet pa r un ré glage de l a c améra.
* caméra s ubjective : l a c améra s imule l a vi sion d’un pe rsonnage, a uquel l e
spectateur pe ut s ’i dentifier.
9- angles de prise de vue :
* plongée: * contre-p longée: * horizontal
écrase l e pe rsonnage… magnifie, r end l e s ujet dom inant à l a ha uteur du s ujet
- cadre/champ : l e cadre (image:2 di mensions) c orrespond à l ’i mage c aptée da ns l e
- champ (espace:3 dimensions). Un objet dans le champ, par exemple, peut être hors-
cadre (caché, pa s vi sible...).
- raccord: transition entre deux plans. il peut être brusque (cut) ou par effet de
transition (fondus , volets...). La grammaire de l’i mage impose certaines règles aux
raccords, afin de préserver la cohérence du document (30° d’a ngle minimum entre
chaque pri se de vue da ns un c hamp...).
- champ contre-champ :
prises de vue c roisées e t a lternées e ntre de ux pe rsonnages (di alogue).
Stratégie pé dagogique pos sible: re présenter l a s cène vue d’e n ha ut e n s ituant l es
éléments du pl an e t l a c améra, a insi que s es m ouvements é ventuels...
Codes de l’image
- net/flou : c ertains é léments da ns l e c adre pe uvent ê tre ne ts ou fl ous e n fonc tion de
leur di stance à l ’a ppareil de pri se de vue ou de l eur m ouvement.
- échelle de plan : c odifie l a proport ion du s ujet da ns l e c adre (voi r s chéma)
- composition : «l ’a rt» d’a ssembler da ns l e c adre l es é léments l es uns pa r ra pport
aux a utres, voi ci de ux c ompositions c lassiques:
composition «au ti ers» composition e n d iagonale
A utre e xemple c lassique: un pe rsonnage qui a vance ou qui re garde da ns une di rection
doit a voir de l a pl ace de vant l ui...
Stratégie pé dagogique pos sible: a rrêter une i mage s ur l e m agnétoscope, identifier e t
décrire l es é léments du pl an e t de ssiner a u fe utre e ffaçable l es l ignes
fortes s ur l a t élé.
Codes du son
- voix off : voi x d’un pe rsonnage non pré sent da ns l e c adre.
Stratégie pé dagogique pos sible: i dentifier l es é léments s onores (en s upprimant
l’i mage, pa r e xemple), sonoriser une s équence m uette (couper l e s on s ur l a TV).
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.