APPRENDRE, OUI…MAIS COMMENT de Philippe MEIRIEU

De
Publié par

UN LIVRE APPRENDRE ! d’André GIORDAN (1998) « En musique, c’est pas pareil ! » Apprendre la musique, la pratique d’un instrument et des codes musicaux est sans nul doute un apprentissage spécifique qui se démarque d’autres disciplines, notamment dans sa dimension artistique. Mais pour cerner ces spécificités (ce à quoi nous ne nous risquerons pas dans cet article), il semble judicieux de s’interroger également sur les aspects que l’enseignement musical partage avec tous les autres enseignements. Reconnaître qu’ils sont beaucoup plus nombreux qu’on ne l’imagine habituellement, c’est pour les enseignants que nous sommes, pouvoir bénéficier des réflexions et des avancées pédagogiques de nos confrères et peut-être résoudre des problèmes que nous ne saurions être les seuls à éprouver. Aussi incongru que cela puisse paraître au premier abord, la réflexion sur l’enseignement des sciences en primaire et en collège et les conclusions pédagogiques qu’elles ont pu amener ces dernières années, sont objectivement une mine pour le musicien qui cherche et nous voudrions en soumettre un exemple à votre sagacité et à vos lectures… André Giordan est justement un enseignant en science qui propose dans son livre « Apprendre ! » une étonnante et passionnante réflexion sur les conceptions de, et dans l’apprentissage… Au détour de pages aussi accessible au « béotien » fut-il au ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 195
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
APPRENDRE !d’André GIORDAN (1998)« En musique, c’est pas pareil ! » Apprendre la musique, la pratique d’un instrument et des codes musicaux est sans nul doute un apprentissage spécifique qui se démarque d’autres disciplines, notamment dans sa dimension artistique. Mais pour cerner ces spécificités (ce à quoi nous ne nous risquerons pas dans cet article), il semble judicieux de s’interroger également sur les aspects que l’enseignement musical partage avec tous les autres enseignements. Reconnaître qu’ils sont beaucoup plus nombreux qu’on ne l’imagine habituellement, c’est pour les enseignants que nous sommes, pouvoir bénéficier des réflexions et des avancées pédagogiques de nos confrères et peut-être résoudre des problèmes que nous ne saurions être les seuls à éprouver. Aussi incongru que cela puisse paraître au premier abord, la réflexion sur l’enseignement des sciences en primaire et en collège et les conclusions pédagogiques qu’elles ont pu amener ces dernières années, sont objectivement une mine pour le musicien qui cherche et nous voudrions en soumettre un exemple à votre sagacité et à vos lectures… André Giordan est justement un enseignant en science qui propose dans son livre «Apprendre !» une étonnante et passionnante réflexion sur les conceptions de, et dans l’apprentissage… Au détour de pages aussi accessible au «béotien »fut-il au professionnel de l’enseignement, il pose et répond aux questions sur la place de la mémoire de la motivation, du désir, de l’émotion dans l’apprentissage et revisite pas mal d’idées préconçus qui envahissent et paralysent notre enseignement quotidien. Un des points principaux traité par cet ouvrage est la prise en compte et l’utilisation pédagogique des conceptions, des représentations préalables des élèves. En musique, comme en sciences, l’élève n’est jamais un «terrain vierge» de connaissances et de pratiques, réceptacle neutre des savoirs. Comme l’explique Giordan «tout enfant, comme tout adulte, appréhende le monde ou décode les informations à travers ses conceptions. Or, ces dernières sont multiples. Elles portent sur tout ce qui concerne l’apprenant lui-même, son environnement physique ou social. Elles sont sa grille d’analyse et donne du sens à ce qui l’entoure. En lui permettant des prévisions ou des prédictions, elles déterminent ses prises de positions.» Lorsque ceci est admis, il se révèle inopérant pour l’enseignant de n’imaginer ces représentations, ces images mentales que comme des fausses connaissances qu’il suffirait de supprimer en les remplaçant par des vraies. On ne peut ignorer ces conceptions qui ne sont pas seulement des images mentales mais le reflet d’une construction qui donne du sens et organise les savoirs de l’élève, faisant office de« philtre pour décoder le réel». Comme le souligne Giordan «la préhension des conceptions par l’enseignant est utile en tant qu’elle cadastre le domaine de pensée maîtrisée par les apprenants. Surtout, elle permet d’évaluer les obstacles que risque de croiser l’effort éducatif.» S’il donne de nombreux exemples éloquent sur la perception des sciences, ils nous ont semblé bien « cousins »de ceux rencontrés en musique – et il n’y a là rien d’étonnant puisqu’ils « organisent » pareillement le monde des savoirs des mêmes élèves.  Giordaninsiste également sur un aspect répandu de la non-prise en compte de ces représentations : «Une conception nouvelle (cellesuggérée et « apprise » lors d’un enseignement par exemple, ndlr)ne prend pas automatiquement la place d’une ancienne, mais peut se plaquer sur l’ancienne. Très souvent, les deux cohabitent à la barbe des individus.» Et surtout à celle des professeurs, qui s’étonneront alors qu’une
leçon paraisse «sue »mais qu’elle ne permette pas à l’élève de se rendre maître des concepts qu’elle sous-tend ou de faire réellement évoluer ses conceptions antérieures. Dans notre domaine, il reste sûrement à établir une première topographie des conceptions récurrentes de nos élèves afin de mieux y adapter notre enseignement. Les signes extérieurs de ces conceptions affleurent quotidiennement; ils sont de ceux qui nous donnent habituellement l’impression de « tomber sur des os» dans la progression d’un apprentissage. Ne serait-ce que sur le plan solfégique, de la trop fameuse noire pointée croche à la perception de la pulsation (etc…!), c’est bien à la source des conceptions mentales mises en œuvre que nous devrions pouvoir trouver des éléments d’un enseignement centré sur l’élève.  Lelivre d’André Giordan donnera sans doute idées et confiance aux enseignants soucieux d’y travailler. A.M.E. Edition Belin, Paris 1998 Collection débats, 254 pages. 17,50 Euros N° ISBN : 2701124565. Vos réactions sur ce livre
Table des matières de ce livre
Introduction. L'Homme, une machine à apprendre
I. Apprendre, oui mais comment ? Et pourquoi
1. Importance de l'apprenant
2. Petite histoire des idées sur apprendre
3. Un passage obligé pour apprendre : le cerveau
4. Les dimensions sociale et culturelle de l'apprend
5. Mais au fait, pourquoi apprendre ?
II. Du nouveau sur l'apprendre
6. On apprend au travers de ce qu'on est
7. Le désir d'apprendre
8. Apprendre, une activité d'élaboration de sens
9. Apprendre, un processus de… déconstruction
10. Modélisation, mémorisation, mobilisation
11. Le savoir sur le savoir
III. Les transformations de l'école et des organismes de culture
12. Connaître l'apprenant
13. Connaître l'apprendre
14. Mettre en place un environnement didactique
15. Le métier d'enseignant, demain
16. Vers une éducation intégrée
Conclusion Vers une société apprenante
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.