Au cours du XX siecle le Mexique a connu deux lois agraires, en 1917 et en 1992, suivies de

De
Publié par

Les lois agraires de 1917 et de 1992 au Mexique : leurs implications intrafamiliales, intergénérationnelles et migratoires au sud de l’état du Veracruz 1Alberto del Rey 2André Quesnel Au cours du XX siècle le Mexique a connu deux lois agraires, en 1917 et en 1992, suivies de réformes qui ont chaque fois profondément modelés tant les communautés agraires que les familles rurales. Durant cette période, notamment à partir de 1930, quand la Réforme agraire est mise véritablement en œuvre, le Mexique connaît sa transition démographique et il voit sa population multipliée par 6, passant de 16,5 à 97,5 millions d’habitants entre 1930 et 2000. Arturo Warman, dans l’un de ses derniers livres (2001), prend toute la dimension dans l’histoire du paysannat mexicain de l’articulation de la Réforme agraire et de la dynamique démographique des communautés agraires, l’ejido et la colonie. Il rappelle d’ailleurs, qu’au-delà son objectif fondamental d’équité juridique et sociale que vise la distribution des terres, la Réforme agraire porte, avec la création de ces communautés agraires et notamment avec la création de nouvelles localités, un projet politique de peuplement et d’organisation administrative du territoire. Dans ce cadre institutionnel de la communauté agraire que constitue l’ejido, la croissance démographique se traduit par la coexistence plus longue de générations plus nombreuses au sein des localités, exigeant de faire une lecture de la ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 47
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins
Les lois agraires de 1917 et de 1992 au Mexique : leurs implications intrafamiliales, intergénérationnelles et migratoires au sud de l’état du Veracruz    Alberto del Rey 1 André Quesnel 2    Au cours du XX siècle le Mexique a connu deux lois agraires, en 1917 et en 1992, suivies de réformes qui ont chaque fois profondément modelés tant les communautés agraires que les familles rurales. Durant cette période, notamment à partir de 1930, quand la Réforme agraire est mise véritablement en œuvre, le Mexique connaît sa transition démographique et il voit sa population multipliée par 6, passant de 16,5 à 97,5 millions d’habitants entre 1930 et 2000. Arturo Warman, dans l’un de ses derniers livres (2001), prend toute la dimension dans l’histoire du paysannat mexicain de l’articulation de la Réforme agraire et de la dynamique démographique des communautés agraires, l’ ejido et la colonie. Il rappelle d’ailleurs, qu’au-delà son objectif fondamental d’équité juridique et sociale que vise la distribution des terres, la Réforme agraire porte, avec la création de ces communautés agraires et notamment avec la création de nouvelles localités, un projet politique de peuplement et d’organisation administrative du territoire. Dans ce cadre institutionnel de la communauté agraire que constitue l’ ejido , la croissance démographique se traduit par la coexistence plus longue de générations plus nombreuses au sein des localités, exigeant de faire une lecture de la transformation de l’ejido en considérant sa capacité organique à se reproduire au cours du temps. En effet, l’ejido connaît plusieurs moments de crise, liés à cette croissance démographique, entraînant différentes restructurations internes, marquant ainsi des étapes institutionnelles – de la dotation en passant par l’élargissement du territoire foncier et de son parcellement, jusqu’à la titularisation de chacune des parcelles dans le cadre de la Reforme de 1992 -, étapes qui constituent le cycle de l’ ejido (Quesnel, 2003).  Dans le cadre de la loi de 1917, la création des communautés agraires correspond également, tout particulièrement en ce qui concerne l’ejido, à la mise en place d’un projet politique de normalisation et de gestion des familles rurales. Aussi proposons-nous de faire une lecture de l’histoire de ces familles jusqu’à la Réforme foncière de 1992 et des bouleversements familiaux de tout ordre qui en découlent.                                                  1 Démographe, Département d’économie, Université de Salamanque, aderey@usal.es 2 Démographe, Institut de recherche pour le développement, IRD/UR13/CEPED quesnel@bondy.ird.fr  
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 1  
 La Ley agraria de 1917 a entraîné la constitution de différents types de familles selon le mode d’attribution de terres. Dans les ejidos et les communautés on a privilégié le critère communal sur le critère familial, de telle manière que la famille s’est trouvé d’une part, soumise à l’autorité de l’ejido et au contrôle de l’ ejido , de l’Etat en quelque sorte, et d’autre part, conduite à s’organiser pour assurer sa seule subsistance. Alors que dans les colonies, dès le départ la responsabilité de l’organisation est revenue aux familles elles-mêmes qui ont fondé leur organisation sur la productivité et l’accumulation. La dynamique familiale et les relations entre générations se trouvant liées aux normes existantes en matière d’usage et de transfert des parcelles. Dans le cas de l’ ejido il en est résulté un système familial fortement hiérarchisé où le père peut compter sur l’appui des institutions ejidales  pour s’assurer le contrôle de la reproduction de sa descendance.  La réforme de la loi de 1992, et la certification des droits individuels sur le foncier suscitent l’émergence d’un nouveau type de famille. La modification de la norme d’exploitation et de transmission des biens fonciers, en même temps que la mise à l’écart des instances ejidales du contrôle de la famille, a transformé le cadre de référence des relations intrafamiliales.  Nous proposons dans cette communication de montrer de manière générale les effets des politiques agraires sur les relations intergénérationnelles en milieu rural mexicain et plus particulièrement dans les zones rurales du sud de l’état du Veracruz, le Sotavento. En nous appuyant sur l’étude réalisée entre 1999 et 2002, nous verrons en détail l’impact des lois agraires sur les dynamiques familiales 3 . Dans le cas de cette région, il convient de relever l’effet sur les dynamiques familiales de la migration à longue distance et de longue durée en direction de la Frontière nord du pays et des Etats-Unis. En effet la mobilité qui, durant de longues années, a paru jugulée par la propriété sociale du foncier, se trouve aujourd’hui stimulée par la modification de la loi agraire, entraînant une transformation plus profonde des familles de l’ ejido .  1.  La loi agraire de 1917 et la redistribution des terres : le statut foncier des communautés comme élément de définition des familles paysannes  La Révolution terminée, avec la Constitution de 1917, le projet de l’Etat post-révolutionnaire est la redistribution des terres aux communautés qui en avaient été dépossédées et aux individus du milieu rural qui en était dépourvu. Avec l’article 27 l’Etat est en mesure de réaliser la redistribution des terres                                                  3 L’étude s’appuie sur une enquête statistique démographique et foncière « Mobilité et reproduction sociale dans le sud de l’état du Veracruz », réalisée en 1999 dans 36 localités rurales auprès d’un échantillon de 947 ménages (MORESO, 1999). En 2002, des entretiens ont été menés auprès d’un sous-échantillon de 70 ménages (MORESO, 2002). Ces études s’inscrivent dans le programme de recherche IRD-CIESAS « Le devenir des petites agricultures dans le sud du Veracruz ».
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 2  
selon deux modalités : l’une où, sous le régime de propriété sociale, le bénéficiaire est l’ejido ou la communauté ; l’autre, où, rassemblés dans la colonie, les bénéficiaires sont les individus. De plus, chacune de ces modalités répond à différents objectifs, conduisant à différentes logiques dans les noyaux de peuplement ainsi créés et à la constitution de familles différenciées selon leurs stratégies de fonctionnement et de reproduction.  1.1  Les modalités de la redistribution foncière et ses objectifs  Jusqu’en 1930, l’Etat suit une politique de restitution des terres aux communautés dépossédées et de dotation à ceux qui en était dépourvues voire de régularisation des terres occupées après la Révolution. En poursuivant en premier lieu un objectif de justice sociale, avec la propriété sociale du foncier le législateur a cherché à fournir à chaque sujet de l’ejido, une parcelle afin qu’il puisse l’exploiter et nourrir ainsi sa famille. La communauté agraire, l’ejido, est alors le propriétaire légal, les individus dispose d’un droit agraire, c’est-à-dire un droit de cultiver une parcelle comme membre de la communauté.  La redistribution dans le cadre de la colonie, sous la forme de propriété individuelle, se différencie considérablement de la redistribution dans le cadre de l’ejido ; en premier lieu par le fait qu’il faille acheter la parcelle, même si le prix fixé par l’Etat reste faible. A la différence des unités de propriété sociale où l’autoconsommation est visée, avec les colonies l’Etat, en octroyant des superficies plus importantes et en procurant un appui technologique, espère créer ainsi des unités agraires viables et fortement productives.  Avec l’arrivée de Lazaro Cardenas au pouvoir (1934-1940), la politique de redistribution foncière vise de plus larges objectifs. Il s’agit en premier lieu d’augmenter la production agricole afin de satisfaire la demande d’une population qui commence à croître rapidement. Ensuite, en changeant les modalités d’attribution des terres, la redistribution s’inscrit dans le projet plus large de peupler le territoire national, comme le stipule la première Loi de population de 1936 (Cosio-Zavala, 1994). Dans les années 1940 et 1950, on crée de grandes colonies agricoles et plus tard de nouveaux centres de peuplement avec les ejidos. Cette forme de redistribution permet à l’Etat mexicain de créer des communautés fortement organisées et soumises à son contrôle (Zendejas, 1994 ; Hoffmann, 1997 et 1998 ; De Janvry, Sadoulet et al., 1999 ; Gordillo, De Janvry et al , 1999 ; Warman, 2001 ; Quesnel, 2003 ; del Rey, 2004). L’état en leur assurant les moyens de production et le prix du marché, définit le cadre de leur reproduction sociale : en effet, il s’établit une relation directe entre d’une part, les autorités des ejidos et des communautés agraires, et d’autre part, les représentants de l’Etat ; cela permet aux premiers de recourir à l’aide des seconds qui peuvent s’assurer ainsi de la fidélité de la population paysanne et bâtir leur clientèle politique
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 3  
 Dans les colonies la présence de l’Etat est beaucoup plus diffuse, cependant c’est par la relation qu’elles entretiennent avec les tenants des pouvoirs locaux ou étatiques que les autorités des colonies agraires obtiennent l’octroi d’une implantation foncière.  1.2  logiques et stratégies familiales selon le statut des communautés agraires  Selon le statut des communautés agraires, le rôle de l’Etat et la réglementation foncière se différencient donnant lieu à la mise en place deux types de famille paysanne. Tout d’abord dans les ejidos, l’Etat apparaît comme l’ultime responsable des communautés et de la gestion des générations futures, alors que dans les colonies, les familles sont directement investies de la gestion de leur patrimoine foncier et de leur reproduction sociale. De plus, il convient de souligner la normativité qui régule chaque forme de régime foncier. La propriété sociale est soumise à une normativité très stricte en ce qui concerne l’exploitation et la transmission de la terre : la location et la vente sont interdites ; un seul membre de la famille peut bénéficier du droit agraire, et il doit être reconnu par les autorités de l’ejido. Autrement dit, en intervenant dans la reconnaissance de la transmission du père vers ses enfants, les autorités locales occupent une grande place dans les dynamiques familiales. Dans le cas de la propriété privée, au contraire, il y a une totale liberté dans la gestion, l’aliénation et la transmission du patrimoine foncier de la famille, les modalités sont fonction des objectifs en termes d’accumulation et de productivité que le responsable a fixés.  Il en résulte au sein des localités, selon que les familles s’inscrivent dans un régime ou un autre, des logiques très différenciées. En régime de propriété sociale vont prévaloir de la part des familles, une logique de survie et une soumission aux nécessités de la communauté agraire. Les familles s’en remettent aux autorités agraires et à travers elles à l’Etat pour leur avenir. C’est en effet l’Etat qui peut octroyer l’ampliation de la dotation initiale, puis de nouvelles dotations ; c’est lui également qui assure les aides nécessaires, qu’il s’agisse des biens de consommation de base, des intrants pour la production et des crédits à la production ou aux infrastructures de base, ou encore de l’installation des services dans la localité. Les instances de gouvernement de l’ejido (commissaire, assemblée, conseil de vigilance) sont bien les vrais responsables de la reproduction de ce paysannat (Zendejas, 1994 ; Hoffmann, 1997 ; De Janvry, Sadoulet et al., 1999 ; Gordillo, De Janvry et al., 1999 ; Warman, 2001 ; Quesnel, 2003). D’une part, ils établissent les règles institutionnelles entre la famille et la communauté agraire quant à l’accès aux parcelles et aux ressources publiques ; le père de famille fera face aux demandes de ses enfants en faisant appel à ces autorités, lesquelles se tourneront à leur tour vers l’Etat pour satisfaire les demandes des familles. D’autre part, l’intervention des autorités de l’ejido atteint la sphère privée de la famille qu’il s’agisse de la désignation de l’héritier ou des disputes familiales liées à la transmission du foncier, dès lors qu’elles se portent garant de la volonté du père,
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 4  
ou bien qu’elles passent outre dans le but de maintenir l’ordre de la communauté et la préservation du patrimoine foncier de telle ou telle famille au sein de l’ejido. Par exemple, elles permettront que non seulement l’héritier légal, sinon l’ensemble des enfants puissent bénéficier d’une parcelle pour cultiver, si tel le père l’avait souhaité. Ou bien, elles interviendront si l’héritier légal ne respecte pas les obligations attendues vis-à-vis du reste de la famille. L’intervention des instances de l’ejido vient renforcer l’autorité du père et imprime ainsi, à la longue, une organisation familiale fortement hiérarchisée. L’autorité paternelle reposant en effet sur le fait que le père gère directement avec l’aval de la communauté agraire, les moyens de production de ses enfants. En conséquence, la mobilité des membres de la famille se trouve contrainte : directement, dès lors que le détenteur légitime du droit agraire ne peut s’absenter qu’à la condition de déléguer à l’un des membres de sa famille la charge de remplir ses obligations au sein de la communauté, son absence ne pouvant de toute façon pas dépasser deux ans ; indirectement, quand les enfants ont la possibilité d’avoir accès à une parcelle pour cultiver au sein de la communauté. De ce fait, la mobilité est pour sa plus grande partie contenue dans l’espace régional du Golfe du Mexique. En effet, nous avons souligné ailleurs la forte rétention de la population au sein de l’ejido malgré une forte croissance démographique entraînant une difficulté croissante d’accès au foncier, et une exploitation chaque fois plus précaire de celui-ci (Quesnel, del Rey, 2005). On relève en effet dans notre étude (MORESO, 1999) que le pourcentage d’enfants d’ ejidatario  qui demeurent dans la même localité que leur père a légèrement augmenté d’une génération à l’autre, passant de 81% pour les personnes nées avant 1920 à 90% pour celles nées après 1950, alors que la proportion de ceux qui exploitent pour leur compte une parcelle passe de 56% à 41% et surtout que la proportion de ceux qui accèdent finalement au statut d’ ejidatario chute de 68% à 6%.   Aussi ce système se maintient-il tant que dure la reconnaissance d’une part, de la terre uniquement comme moyen de production et d’autre part, de l’autorité des institutions communautaires sur la famille. Autrement dit, tant que dure un ordre chaque fois plus fragile, qui conduira à la construction du parcelaire ( parcelamiento ) au sein des communautés ejidales, parcellement que viendra ratifier en quelque sorte la Loi de 1992, et le programme de certification qui en découle, comme on le verra plus loin.  Dans le cadre du régime de la propriété privée, c’est la logique de la productivité qui prévaut en accord avec les nécessités chacune des familles. C’est à la famille de satisfaire ses besoins à travers ses ressources productives et son travail. En l’absence de moyens de production agricole suffisants la famille sera conduite à diversifier ses activités ou bien à favoriser la migration de travail de certains de ses membres.   
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 5  
Cette différenciation de la situation des familles et des localités selon le statut foncier, conduit les familles a une mise en œuvre de stratégies tout également différenciées. 4 (De Janvry, Dutilly et al. 2002 ; Quesnel, 2003) Elle se traduit tout d’abord dans la croissance démographique des localités : elle y est moindre dans les colonies dès lors que l’émigration y est importante, la fécondité et la mortalité ayant des niveaux comparables. Cependant la capacité de rétention des ejidos devant générer à terme une plus forte paupérisation et un plus grand potentiel migratoire.    2.  La réforme agraire de 1992 et le processus de certification : rupture et privatisation de la reproduction familiale dans les ejidos  La loi agraire de 1992 et le Programme de certification des droits des terres  ejidales (PROCEDE) incluant la titularisation des terrains d’habitation ( solar ) qui en découle, s’inscrivent dans le cadre de la politique de libéralisation économique menée au niveau national à la suite de la crise des années 1980. Cette politique vise au désengagement de l’Etat dans l’économie et, notamment avec la certification du foncier rural, à réorienter définitivement la relation de l’Etat d’avec le paysannat. (Gordillo, De Janvry et al.,1999 ; Warman, 2001). Ces mesures seront lourdes de conséquence dès lors que dans le monde rural la propriété sociale du foncier concerne la très grande majorité des petites exploitations agricoles occupant la moitié des terres cultivées sur le territoire national (Sector agrario, 2000).  Une grande partie de la propriété sociale se caractérise par une production d’autosubsistance et par une forte dépendance de ressources externes (subventions publiques et travail salarié à l’extérieur de l’exploitation, comme journalier saisonnier ou cyclique), bien que c’est cette forme de tenure qu’ait permis et permet encore, comme nous l’avons dit plus haut, la retention de la population dans la communauté agraire. La loi de 1917, ne permet pas de vendre ni de mettre en œuvre des modes d’exploitation par des tiers (métayage, location, etc) bien que nombre de cas puissent être relevés. Aussi la loi de 1992, vise-t-elle la création d’un marché de la terre qui libérerait le potentiel productif et qui moderniserait l’ensemble du secteur agricole. (Gordillo et al., op.cit ; Warman, op.cit).  
                                                 4 Si l’on compare les localités situées dans un ejido et les localités non liées à un ejido dans notre échantillon de localités (36), on relève une croissance démographique très différenciée : durant la période 1990-95, des 18 localités non ejidales, la moitié (8) a connu une croissance négative, 39% (7) présente un taux de croissance positif, quoique relativement faible, pour le moins inférieur à 2% annuel. Il est envisagé pour 39% d’entre elles (7), un taux de croissance supérieur à 2% l’an. Au total, durant la période 1995-2000, les localités ejidales seulement 17% ont eu un taux de croissance supérieur à 1% l’an. Durant cette même période, 74% des localités non ejidales connaissent un taux de croissance positif, et pour certaines d’entre elles. Aussi, est-il des lettres qu’ils sont susceptibles de lui dénoncer.
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 6  
Le changement radical qu’institue la Loi de 1992, en réformant l’article 27 de la Constitution consiste en la possibilité de convertir la propriété sociale en propriété privée (article 75 de la Loi agraire). Le programme PROCEDE qui la suit a pour but de faciliter la mise en circulation des terres par les ejidatarios et par les communautés agraires. Ainsi le PROCEDE régularise et certifie les terres quand, et seulement quand, les ejidatarios en assemblée générale le sollicitent (une majorité de 50% plus une voix). Le PROCEDE certifie les droits agraires des sujets qui en ont bénéficié selon la Carta magna de 1917 (article 56), mais ces droits agraires étant du même coup convertis en certificats parcellaires, peuvent concerner un plus grand nombre de titulaires, portant ainsi une modification profonde de l’organisation sociale et familiale de la communauté.  Parmi les principales conséquences viennent au premier rang les modification de la circulation et de la transmission des terres et au second, la remise en question des institutions ejidales quant au contrôle social et politique qu’elles s’exerçaient jusqu’alors sur les familles de l’ejido. Ces changements ont des répercussions sur la mobilité des membres des familles et sur l’organisation de l’ejido.  2.1 Changements légaux contenus dans la Loi de 1992 et ses conséquences sociales et familiales.  Les modifications et les innovations d’ordre foncier contenues dans la Loi de 1992 ont des répercussions qui touchent profondément l’organisation sociale des familles et des ejidos. En changeant les règles de gestion et de transmission du patrimoine foncier, elles affectent le principal pilier sur lequel s’appuie le système politique ejidal, et elles libèrent les familles du contrôle social de cette organisation supra-familiale qu’est l’ejido. D’un autre côté, la loi permet l’émergence d’un patrimoine foncier agricole, aliénable, qui se trouve séparé des biens fonciers urbains. Il en résulte de nouvelles dynamiques familiales autour de ce patrimoine foncier ainsi qu’une plus grande incertitude au sein de la famille.  2.1.1 En premier lieu, la certification des parcelles entraîne une privatisation de la gestion des parcelles. L’article 79 de la Loi de 1992 mentionne que l’ejidatario peut disposer de sa parcelle sans la nécessité de compter avec l’autorisation de l’assemblée ejidal ou de toute autre autorité. De plus, l’article 80 établit la possibilité de céder ses droits sur la parcelle à d’autres ejidatarios ou habitants de la même localité, ouvrant ainsi la porte à la vente de terre. Cette mesure confère une nouvelle valeur à la terre, passant du statut de moyen de production à celui de bien commercial. Du coup de nouvelles dynamiques familiales surgissent dès lors que les enfants concernés sont non plus seulement ceux qui sont intéressés par l’exploitation des parcelles mais l’ensemble des enfants, y compris ceux qui se sont désengagés de l’exploitation familiale et des activités de la localité.  
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 7  
2.1.2 En second lieu, la Reforme entraîne pour tous les ejidarios sous le régime de la propriété sociale, qu’ils acceptent ou non postérieurement le PROCEDE, un changement fondamental en ce qui concerne le processus de transmission et d’héritage des droits fonciers, dès lors que sont mises en place de nouvelles instances de régulation des droits de succession. Avant la Réforme, l’assemblée générale et la famille, étaient, en ordre d’importance, les instances qui désignait l’héritier du droit agraire dans l’ejido. Celui-ci devait en effet être reconnu par les autorités de l’ejido, qui pouvaient modifier l’ordre déjà établi devant l’assemblée générale ou souhaité par le chef de famille. Face à des disputes à l’intérieur de la famille concernant l’héritage, principalement quand le père décédait sans avoir enregistré ses souhaits auprès de l’assemblée, les autorités de l’ejido pouvaient procéder à une évaluation des prétendants à la succession et désigner celui qui leur semblait le plus méritant. Dans ces conditions, hériter du droit agraire signifie prendre possession des biens fonciers et matériels et d’en assurer la gestion, mais surtout accéder à une nouvelle position sociale au sein de l’ejido qui s’accompagne d’obligations envers les dépendants familiaux et l’ejido. Aussi dans le cadre de ce système la désignation du successeur de l’ejidatario, s’opère-t-elle tout au long du cycle de vie familial selon que les opportunités qui s’offrent aux enfants, et selon la position qu’ils occupent finalement dans l’organisation matérielle et sociale de la famille (tableau 1). Dans un tel système, le dernier enfant est le plus souvent l’héritier désigné, dans la mesure où il est celui qui a la plus grande probabilité de se maintenir auprès du père dans la phase final du cycle familial, répondant ainsi plus à des conditions démographiques qu’à une norme (Robichaux, 1997 ; Del Rey, 2005)   Tableau 1 : Etat de la désignation de l’héritier parmi les ejidatarios selon l’étape du cycle familial (age du père). Sud du Veracruz, 1999 .    Moins de 40- 50-59 ans 60ans et Total 40ans 49ans plus Désigné 42.6% 48.4% 58.1% 64.1% 53.7% Non désigné 57.4% 51.6% 41.9% 35.9% 46.3% Epouse 25.9% 37.5% 40.6% 35.6% 35.2% Fils aîné 18.5% 25.0% 15.6% 13.3% 17.2% Dernier fils 7.4% 16.7% 15.6% 26.7% 18.0% Autres enfants 29.6% 20.8% 25.0% 17.8% 22.7% Autres 18.5% 0.0% 3.1% 6.7% 7.0% Total 100% 100% 100% 100% 100% Efectivos 66 57 58 73 254 Source : MORESO 1999, IRD-CIESAS *Familles ayant au moins deux enfants de sexe masculin.
 Dans les familles ayant un enfant unique, celui-ci est désigné dans 60% des cas et l’épouse dans 23%  
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 8  
Ce processus d’héritage, particulier à l’ejido, se révèle plus clairement encore dès lors qu’on le compare à celui à l’œuvre parmi les familles des colonies agraires. En effet, le détenteur du bien foncier a toute liberté de choix de la personne et du moment en ce qui concerne la désignation d’un héritier ; il n’a pas à l’anticiper comme les chefs de famille, ejidatario (tableau 2).  Tableau 2. : Désignation de l’héritier selon la communauté agraire d’appartenance (ejido ou colonie) Sud du Véracruz, 1999.  Ejido Colonia/pp. Total Désigné 53.7% 19.0% 38.1% Non Désigné 46.3% 81.0% 61.9% Epouse 30.8% 50.0% 35.1% Enfant unique/ M 12.3% 7.1% 11.2% Fils ainé 15.1% 11.9% 14.4% Dernier fils 15.8% 7.1% 13.8% Autres 26.1% 23.8% 25.6% Total 100% 100% 100% Effectifs 272 221 493 Source : MORESO 1999, IRD-CIESAS
 On doit souligner que dans le cadre de la Réforme agraire les instances d’enregistrement et d’une certaine manière de décision se transforment. Aujourd’hui le Registre agraire national (RAN), l’instance la plus élevée, considère qu’en cas de non enregistrement préalable par elle, tout ce qui a pu être dit devant l’assemblée ejidale ou devant les membres de la famille, a une valeur (Titre 8 de la Loi). S’il n y a pas eu enregistrement de l’héritier du parcellaire et qu’il y a dispute au sein de la famille, il sera nécessaire de recourir au Procureur agraire (Titre sept), et en cas de non conciliation, de faire une demande de résolution au Tribunal agraire. Toutes ces institutions, créées à partir de la Loi agraire de 1992, limitent clairement le pourvoir de contrôle des institutions ejidales sur les ejidatarios et leurs familles, dès lors qu’elles ne peuvent plus intervenir si le propriétaire a enregistré ses droits ainsi que le bénéficiaire de ceux-ci auprès du RAN, enregistrement qui pourra être modifié par lui et par lui-seul (article 17 de la Loi). Il s’agit en effet d’une des plus importantes innovation de la Loi agraire : la désignation d’un héritier pouvant se faire en marge des instances ejidales, qui du coup disparaissent comme instance de contrôle et de décision quant à la transmission des biens fonciers entre les générations. Le champ d’intervention des autorités de l’ejido étant restreint à controler que le bénéficiaire remplisse les obligations prévues par le règlement interne de l’ejido, lesquelles doivent d’ailleurs être également inscrites au RAN (article 10 de la Loi).  Bien que la nouvelle loi agraire stipule que la succession s’effectue après le décès de l’ejidatario, elle ouvre cependant la possibilité d’un transfert du vivant de l’ ejidatario , entre lui et son successeur,
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 9  
quand ils sont d’accord, à la seule condition de se soumettre au règlement interne de l’ejido 5 . Le seul élément qui n’a pas été modifié sur la nouvelle loi, mais il est d’importance, est le fait de ne pouvoir nommer qu’un seul successeur par titre possédé, cela dans le but de freiner le fractionnement du patrimoine foncier parmi les familles ejidales.  A partir de ce moment, la désignation de l’héritier, et d’un seul, acquière une place centrale dans les relations intergénérationnelles et intra-familiales et leur transformation. Une fois qu’il a reçu la terre l’héritier est libre de vendre la terre, de la louer, ou de la … etc, mais plus particulièrement il peut aller contre la volonté du père, par exemple en retirant à ses frères les parcelles exploitées pour leur compte sous responsabilité de leur père. On peut avancer que c’est pour cette raison, qu’un important retard est pris dans la désignation du successeur ou bien que l’épouse occupe une place de premier rang dans l’ordre de succession (voir les tableaux 1 et 2) 6 . Désigner l’épouse comme héritier du foncier rural et urbain est une garantie pour le chef de famille, ce peut être envisagé comme une stratégie où il veut se fâcher avec aucun de ses enfant et qu’il veut s’assurer le contrôle des ressources qui transitent par la famille, en particulier les ressources migratoires du fait de l’intensification de la mobilité en direction de la Frontière nord.  La problématique concernant l’héritage est issue de la Loi agraire. Elle s’est considérablement compliquée durant la mise en œuvre du PROCEDE à partir des années 1993-94 dans la mesure où il était demandé de manière explicite aux ejidatarios  de désigner un héritier. Pour la première fois et d’un seul coup, les ejidatarios  sont confrontés à cette problématique ; celle-ci trouvant différentes solutions selon la situation du cycle familial dans laquelle se trouvent les familles. Certains, dans le cas des ejidatarios les plus âgés, feront enregistrer comme héritier celui auquel ils ont pensé transférer leur patrimoine foncier ; d’autres qui n’ont pas d’idée arrêtée, surtout parmi les plus jeunes, se trouvent confrontés à une perspective difficile, du fait qu’ils doivent d’ores et déjà envisager le devenir des relations qu’ils entretiennent avec leurs enfants. (tableau 3).  Cette demande expresse de désigner un successeur perturbe le modèle normatif traditionnel de sélection et de désignation du successeur, dans la mesure où il consistait à présenter les mérites suffisants face à la famille et à l’ejido. Il convient de souligner que cette problématique s’impose au moment où commencent à se développer les déplacements vers la Frontière nord et les Etats-Unis,                                                  5 Le règlement de l’ejido peut établir différentes formalités de transfert de droits comme le paiement d’une taxe à l’assemblée, la nécessité de résider dans la localité et le rappel de ses obligations concernant l’organisation générale de l’ejido. 6 Ce phénomène est récent en effet parmi les ejidatarios actuels, on note seulement 10 % de cas où le père avait désigné son épouse pour lui succéder (MORESO, 1999). D’autres travaux ont également relevé la nouvelle place des femmes dans l’ordre de la succession : Sector Agrario - Procuraduría Agraria. 2000. Estadísticas Agrarias. México, D.F., PA. , Vázquez García, V. 2001. "Género y tenencia de la tierra en el ejido mexicano: ¿la costumbre o la ley del Estado?" Estudios Agrarios 18, 117-146. , Warman, A. 2001. El campo mexicano en el siglo XX. México, D.F., Fondo de Cultura Económica.
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 10  
perturbant donc plus encore les modalités de désignation du successeur. En effet, la décision que prend l’ejidatario dans ces conditions peut entraîner automatiquement la migration et l’éloignement de ses enfants ou bien à l’inverse, du fait de la migration de ses enfants, il peut être dans la nécessité d’enregistrer une personne afin de ne pas courir le risque de désengagement de la totalité de la descendance. C’est pour cela, semble-t-il, qu’un nombre important d’ejidatarios ont enregistré leur successeur après le passage du programme PROCEDE (tableau 3).   Tableau 3 : Moment de désignation du successeur en relation au PROCEDE selon l’âge de l’ejidatario. Ejidos ayant accepté le PROCEDE en 1999. Sud du Veracruz.    menos de 40 40-49 50-59 60 y más Total Désigné 50.0% 45.5% 58.8% 68.4% 55.7% Non dési né 50.0% 54.5% 41.2% 31.6% 44.3% Avant P ROCEDE  3.6% 5.5% 16.0% 21.1% 11.5% Pendant P ROCEDE  33.9% 25.5% 28.0% 38.6% 31.7% Après P ROCEDE  12.5% 14.5% 14.0% 7.0% 11.9% Effectifs 56 55 50 57 218 Fuente : MORESO 1999, IRD-CIESAS  
  L’enregistrement du successeur parmi les générations les plus jeunes d’ejidatarios donne un nouveau sens à la transmission des biens foncier et à la relation intergénérationnelle dans la mesure où elle cesse d’être le résultat de cette relation pour en devenir le point de départ.  2.1.3 En troisième lieu, une des conséquences de l’application du PROCEDE dans les ejidos est l’émergence de la parcelle d’habitation comme bien patrimonial séparé de la condition d’ejidatario et du foncier agricole. En effet, auparavant le titre agraire détenu par chacun des ejidatarios portait sur les terres cultivables, les terres collectives ou d’usage collectif (eau, bois) et les terrains correspondant à l’espace urbain ( el casco urbano ). Le transfert du droit agraire signifiant le transfert du droit sur les trois domaines concernés. Avec la titularisation les terres agricoles sont traitées de manière séparée de l’espace urbain réservé à la construction.  Le passage de PROCEDE dans la zone urbaine, seulement et seulement quand l’assemblée ejidale l’accepte, entraîne la reconnaissance de chaque terrain occupé d’une habitation, et l’octroi d’un titre, voire du découpage du terrain d’habitation ( solar ) où le père a permis à ses fils de construire leur maison, qu’ils soient ejidatarios ou simple résident (article 64), et obtenir un titre de pleine propriété sur l’ensemble (article 65). La certification dans ce cas signifie que l’assemblée ejidal octroie un droit
Colloque international “Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues”, Montpellier, 2006 11  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.