Balises pour le cours de religion en Forme 2 2006-01

De
Publié par

Balises pour le cours de religion Enseignement spécialisé Forme 2 2006/7362/5/01 1La FESeC remercie toutes les personnes qui ont participé à l’élaboration de cet outil. Il a été réalisé par le groupe à tâche pour le cours de religion dans l’enseignement spécialisé de forme 2 : Martine COLLIN, enseignante à Saint-Joseph « Le Relais » à Geer Micheline DEROISSART, e au Centre d’adaptation sociale et professionnelle « Le Saulchoir » à Kain Monique SAINTHUILE, enseignante à l’ E.L.E.S.S. « Le Soleil Levant » à Montignies-sur-Sambre. sous la coordination de Marie-Pierre POLIS, responsable du secteur « religion » jusqu’en 2004 Myriam GESCHE, responsable du secteur « religion » depuis 2004 Elle remercie aussi les personnes qui en ont effectué une relecture attentive. 2006/7362/5/01 2Table des matières Pages Préliminaire. Pourquoi un tel document ? 4I. Le cours de religion dans le cadre de l’enseignement spécialisé de 6 forme 2 En guise de conclusion et de transition 8 II . Visée et finalités du cours de religion 9 Visée ultime 9 Deux finalités 10 Cours de religion et croissance de l’élève 14 1° Développement personnel - Finalité : croître en autonomie 15 2° Intégration sociale – Finalité : croître en socialisation 17 III. Dynamique du cours de religion 19 IV. Tableaux et ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 91
Nombre de pages : 59
Voir plus Voir moins
               
 
 
  
 
    
 
 
 
 
 
 Balises pour le cours de religion   Enseignement spécialisé   Forme 2 
2006/7362/5/01
1
La FESeC remercie toutes les personnes qui ont participé à l élaboration de cet outil.        Il a été réalisé par le groupe à tâche pour le cours de religion dans l’enseignement spécialisé de forme 2 :    Martine COLLIN, enseignante à Saint-Joseph « Le Relais » à Geer Micheline DEROISSART, enseignante au Centre d’adaptation sociale et  professionnelle « Le Saulchoir » à Kain Monique SAINTHUILE, enseignante à l’ E.L.E.S.S. « Le Soleil Levant » à  Montignies-sur-Sambre.  sous la coordination de  Marie-Pierre POLIS, responsable du secteur « religion » jusqu’en 2004 Myriam GESCHE, responsable du secteur « religion » depuis 2004          Elle remercie aussi les personnes qui en ont effectué une relecture attentive.
2006/7362/5/01
2
Table des matières     Pages             Préliminaire. Pourquoi un tel document ?4 I. Le cours de religion dans le cadre de l enseignement spécialisé de6  forme 2  En guise de conclusion et de transition 8  II . Visée et finalités du cours de religion 9  Visée ultime 9  Deux finalités 10  Cours de religion et croissance de l’élève 14  1° Développement personnel - Finalité : croître en autonomie 15  2° Intégration sociale – Finalité : croître en socialisation 17  III. Dynamique du cours de religion19  IV. Tableaux et parcours thématiques22  Recommandations pratiques 22  Les thématiques 25  1. Construire le bonheur 25  1.1. Tableau thématique 25  1.2. Parcours thématique 26  2. Habiter le corps 28  2.1. Tableau thématique 28  2.2. Parcours thématique 29 3. Convertir la violence 31  3.1. Tableau thématique 31  2.2. Parcours thématique 32 4. Vivre et mourir 34  4.1. Tableau thématique 34  4.2. Parcours thématique 35 5. Vivre en relation 38  5.1. Tableau thématique 38  5.2. Parcours thématique 39 6. Transfigurer la solitude 41  6.1. Tableau thématique 41  6.2. Parcours thématique 42 7. Traverser la souffrance 45  7.1. Tableau thématique 45  7.2. Parcours thématique 46 8. Vaincre la peur et oser la confiance 49  8.1. Tableau thématique 49  8.2. Parcours thématique 50 9. S’ouvrir au beau 52  9.1. Tableau thématique 52  9.2. Parcours thématique 53  V. Bibliographie et outils55   3
2006/7362/5/01
PRELIMINAIRE Pourquoi un tel document ?   L absence deJusqu’ici, l’enseignement spécialisé de forme 2, n’avait pas Programmede programme à proprement parler. Chaque établissement a  sa tradition, chaque professeur a sa manière de faire en  fonction des classes, des élèves qui lui sont confiés. Le désir de balisesLa parution du document « Balises pour le cours de religion » pour la forme 2 suscité, parmidans l’enseignement spécialisé de forme 3 a  les professeurs de forme 2, le désir de pouvoir eux aussi  disposer d’un document de référence pour la fo me 2. r L initiative de laLa fédération, dans le souci de ne pas laisser à la marge le Fédérationcours de religion a donc pris l’initiative de créer un groupe à  tâche pour rencontrer cette attente.   Un cadre souple …L’objectif n’était pas de rédiger un programme contraignant  aux professeurs des points de repères, desmais d’offrir  pistes, des propositions de travail à adapter à leurs élèves.   Si des exemples de parcours pédagogiques sont proposés,  rencontrer la demande de professeurs d’avoir desc’est pour  pistes de travail concrètes.L’hétérogénéité des élèves, des  classes et des situations en forme 2 nécessite une très  grande souplesse et capacité d’adaptation. Une large place  est donc laissée à l’initiative et à la créativité des professeurs  dans la mise en œuvre pédagogique.  C’est bien dans cet esprit que ce document a été travaillé.   … qui s inspire dedocument « Balises pour le cours de religion » dansCe la perspectivel’enseignement spécialisé de forme 2 s’inscrit dans la globale de perspective globale dans l’introduction au nouveau définie l enseignementprogramme de religion catholique dans l’enseignement ordinairesecondaire ordinaire1:   un cours confessionnel, qui se donne à l’école, une  discipline à part entière ;   une vision de la personne : le jeune est appelé à  construire son identité, s’insérer dans un monde de  relations, à trouver progressivement un chemin  personnel d’accès à son humanité, à s’ouvrir à la  dimension spirituelle   la logique de circularité entre existence, ressources  de la culture et foi chrétienne qui permet l’éclosion du  sens pour les élèves.   Organisé commeUne première partie situe le cours de religion dans le cadre suit :de l’enseignement spécialisé de forme 2.                                                  1Programme de religion catholique dans l’enseignement secondaire,Bruxelles, Licap D/2001/0279/077, p13 à 20. 2006/7362/5/01 4
Une seconde partie présente la visée et les finalités du cours de religion, en mettant en perspective le profil des élèves, les finalités de croissance en autonomie et en socialisation, ainsi que les thématiques et ressources de la foi chrétienne.  Une troisième partie décrit la dynamique du cours, symbolisée par l’arbre aux trois feuillages.  La quatrième partie, après avoir fait quelques recommandations pratiques, décline les neuf thématiques. Chaque thématique fait l’objet d’un tableau et d’un parcours donné à titre d’exemple pour concrétiser la démarche.  Enfin, une bibliographie et des références d’outils, certainement pas exhaustives, guideront le professeur dans ses recherches.    
2006/7362/5/01
5
I. Le cours de religion dans l enseignement spécialisé de forme 2  La place du coursLe cours de religion fait partie de la formation de base. de religion dans laComme les autres cours et à sa manière propre, il concourt formation de baseau développement du jeune et à sa croissance en humanité  et en autonomie.  Le cours de religion étant un cours-carrefour, entre éducation  formation, meilleure connaissance de soi, ouverture auxet autres et au religieux, il est d’une nature un peu particulière.  Par son questionnement à propos des réalités concrètes   que l’on peut poser sur elles, il peutd’existence et du regard   rôle extrêmement important dans le processusjouer un  d’unification et de pacification des jeunes et dans   l’émergence et l’expression du projet personnel de l’élève.   Le profil du coursreligion est un cours confessionnel : il entendLe cours de   Bonne Nouvelle pour eprésenter la foi chrétienne co mm  Homme et comme un chemin de Vie possible. Mais il le fera l’  avec tact et avec ouverture aux autres convictions religieuses  et philosophiques. Le cours éveillera les élèves au dialogue  religieux, dans l’écoute et le respect.   Un pluralisme àEn effet, le pluralisme est d’autant plus marqué ici que prendre en compteconcrètement, les parents ne disposent pas toujours d’un  large éventail de choix d’école pour leur enfant. Le souci  d’ou erture et de dialogue avec les familles souvent v  fragilisées est donc ici particulièrement important.   Collaboration avecLe cours de religion s’inscrit dans la logique les autresd’interdisciplinarité souhaitée par l’Enseignement disciplines Catholique. Cela peut se faire de diverses manières.    >en pluridisciplinarité : des disciplines abordent le même  sujet sous un angle différent ou complémentaire. Le cours  religion abordera à sa manière propre une question,de  une thématique travaillée dans d’autre(s) cours. Il y mettra  sa touche spécifique. Il est vraiment souhaitable que les  professeurs de religion travaillent en relation étroite avec  les professeurs des autres branches de manière à ce qu’il  n’y ait pas répétition mais enrichissement (notamment  avec le cours de français, d’éducation sociale, d’éducation  plastique, d’éducation musicale et d’éducation physique  permettent d’accéder à de multiples ressources de laqui  culture et qui permettent de favoriser l’expression des  élèves selon des modes variés) ;    >en interdisciplinarité : les professeurs choisissent de traiter  ensemble et de manière interactive un même sujet, une 2006/7362/5/01 6
 même thématique ;  >dans le cadre d’un projet porté par plusieurs disciplines ou  par l’établissement ;  > parfois en collaboration avec les accompagnateurs de  stages.   Cours de religionL’enseignement de forme 2 est un enseignement et formationd’adaptation sociale et professionnelle. Il vise à donner une sociale etformation générale, sociale et professionnelle pour rendre professionnellepossible l’insertion en milieu de vie et ou de travail protégé.  Tout ceci implique l’acquisition d’éléments d’autonomie, de  socialisation et de communication.    Le cours de religion souscrit à ces objectifs et tend, à sa  manière, à les rencontrer.  Concrètement, cette prise en compte peut revêtir plusieurs  formes :  > une attention à ce que vivent les élèves, à leurs difficultés,  à leurs progrès et réussites, une reconnaissance de ce  et de ce qu’ils sont : plaisir de faire quelquequ’ils font  chose d’utile, de beau, valorisation personnelle, ouverture  vers des possibilités sociales et professionnelles.  >une collaboration étroite avec les professeurs d’ateliers  et d’ateliers créatifs à propos de valeurs àprofessionnels,   promouvoir dans le travail (sens des responsabilités, des   travail en équipe, d’une tâche accomplie avecrelations, du   soin …)   L évaluation,L’évaluation réalisée dans le cadre du cours de religion sera  organisée de manière semblable à celle des autres cours.  religion concourt à la formation intégrée desLe cours de  élèves et doit, à ce titre, avoir sa place au sein des conseils  de classe.  un outil pourle o ajuster son regardt uaavarf ed ecaie m cux eildet pniedf iaern attitut sur soisaccol ares noe èvéllr ou ponuatiévalL sétcas ci sur soi et renforcerl senucas tepaneerser nuc sad  anea cue sagires. Il n es derluvaé la confiance convictions. Ainsi comprise, dans le sens d’une régulation positive, l’évaluation permettra à l’élève d’ajuster le regard qu’il porte sur lui-même et, par là, de renforcer la confiance en ses potentialités et/ou en sa créativité . Elle génèrera une plus grande estime de soi, elle-même source de progrès et contribuera à l’acquisition d’un maximum d’autonomie et de socialisation.   
2006/7362/5/01
7
En guise de conclusion et en guise de transition :   Le cours de religion, un cours « comme les autres » …  Le cours de religion est donc uncoursà part entière ; il requiert les mêmes exigences, modulées aux profils des élèves, que les autres cours.   Avec une mission » propre ! «  L'ensemble de la formation vise le développement de l’élève, sa croissance en autonomie, sa socialisation à l’école et en dehors de ses murs. Le cours de religion prend sa place dans cet effort conjugué des disciplines. Il s’inscrit aussi dans le cadre pastoral que s’est donné l’école dans son projet d’établissement. Il a pour mission propre2d’expliciter la «bonne nouvelle »du message chrétien: en Christles perspectives sont renversées : l’être prime sur l’avoir, la confiance l’emporte sur la peur, l’espérance dénoue le défaitisme, la patience se joue du temps !    Grâce à une pédagogie de la bienveillance et de la confiance.  Le cours de religion ouvre un espace pour se dire, écouter, échanger, apprendre. Souvent écartés d’un monde où la pensée et la pratique économique prennent la productivité comme principe directeur, les élèves peuvent découvrir en ce lieu-carrefour un havre de respiration et une invitation à se réconcilier avec eux-mêmes. Un regard bienveillant et aimant, une cohérence entre l’attitude pédagogique et le message proposé peuvent aider à surmonter des échecs ou le non-sens d’une situation de vie et, peut-être, à découvrir en certains mots une parole qui peut changer la vie :  « Tu existes,  ta vie vaut la peine,  tu es capable de créer,  tu peux découvrir Dieu au coeur de ta vie… »   En dialogue avec tous, croyants, non-croyants, croyants d autres religions.  C’est de ce surplus d’humanité que le désir de Dieu peut (re)-surgir, que celui-ci se nomme Yahweh, Allah ou Père. Ou que, tout simplement, sans référence à une transcendance religieuse, jaillisse cette conviction incontournable que« Tout homme est une histoire sacrée »3, que « l’homme passe infiniment l’homme ».Le trait d’union entre croyants et non-croyants n’est-il pas la signification de l’être humain ?                                                    23V hcpaio rnif sel  sétilaui sreitur sntvasnnod  eiDidreR  Daprès une chauœ sservnos eb tsaeulilm :. »d  Qu« tee 
2006/7362/5/01
8
II. Visée et finalités du cours de religion  Visée ultime  Le cours de religion se situe dans le cadre scolaire, dont le public est pluriel. Il ne présuppose pas l’option de foi et ne cherche pas à convertir.Il a une Bonne Nouvelle à présenter, à expliciter, comme un chemin de croissance en humanité: celle d’un Dieu qui aime d’un amour inconditionnel, au point de prendre figure d’homme en Jésus-Christ et de transfigurer sa mort en vie re-suscitée. En Lui, reculent les ténèbres des limites humaines et de la mort, en Lui se rejoignent l’humain et le divin, en Lui se réconcilie ce qui est divisé. En Lui se révèle une vision de la personne : être unique aux yeux de Dieu, aimé de Lui, appelé à être reconnu dans sa dignité d’être humain, invité à vivre des relations d’alliance avec Lui et avec les autres, il est promis à la Vie dès aujourd’hui et pour l’éternité.  Le cours de religion a pour objectif de permettre à des jeunes et, de surcroît, des jeunes blessés par la vie, dedécouvrir ce message-là. A eux d’y adhérer ou non !  Selon la double étymologie du motreligion, relire/relier,il estrelecture de réalités d’existence dans l’optique chrétienne et il montre comment les hommes plongés dans ces réalités sontreliésentre eux et, pour ceux qui y croient, sontreliésà Dieu.  Il s’inscrit donc dans unedynamique de questionnement et de recherche de sensla croisée de libertés qui se rencontrent, professeur et élèves de la, à classe, et au carrefour de la « vérité » : pas de « tricherie », il doit y avoir congruence entre le dire et le vivre, sans quoi la Parole perd tout son crédit ! Elle ne peut devenir Bonne Nouvelle que si elle traverse toute l’épaisseur humaine.  Cette visée ultime du cours de religion,lasaisro cj ud ecn ne enue humanité, en autonomie et en bonheur, par la présentation et lexplicitation de la Bonne Nouvelle du Dieu d amour révélé en Jésus-Christ, se déploie en deux finalités qui se conjuguent l’une avec l’autre : la croissance en autonomie et la socialisation.     
 
2006/7362/5/01
9
Deux finalités    A sa manière propre, en déployant la rechercheautour de  thématiques, le cours de religion va rencontrer lesdeux  sétilanies frandgpoursuivies par l’ensemble de la  formation :l autonomie et la socialisation, ou plus  précisément, le souci de faire progresser les élèves vers une autonomie et une socialisation les plus larges possibles.   Pour bien prendre la mesure de ces finalités, nous les  mettronsen perspective avec le profil des élèves.  Rappelons ce que nous avons dit plus haut : ces élèves sont  différents de par leur histoire, capacités et difficultés leurs   nous ne pouvons ici que tracer les lignes depropres et  convergences de ces profils.   ___________     1. AutonomieLa première finalité est donc l’apprentissage d’un maximum « Je suis »d’autonomie.  Les élèves sont très souvent affectés par une image négative Dépasser une« Je suis un élève de l’enseignementd’eux-mêmes : image négativespécialisé et j’ai beaucoup de difficultés ». Cette première d eux-mêmescolore leur recherche d’une identité personnelle. Il leurdonne  faudra découvrir et accepter qui ils sont, avec leurs limites et   ces dernières ne leur apparaissent pas maisleurs richesses,  toujours.  Ils sont confrontés à des difficultés de maîtrise d’eux-mêmes,  de leur corps, de leurs pulsions, à des capacités de    raisonnement limitées, à des représentations spatio- temporelles déficientes et à un rythme lent .   pour devenir plusdevra prendre en compte ces difficultés pourLe professeur confiants dansamener ses élèves à être plus confiants dans leurs capacités leurs capacitéset à les développer : mieux se situer dans l’espace et dans le personnelles et lestemps, mieux gérer leur corps, leurs sentiments et leurs développer. dans la durée leur projet personnel. construirepulsions et  Il pourra alors espérer qu’ils atteindront progressivement une  pacification intérieure bénéfique.   
2006/7362/5/01
10
 2. Socialisation « Je suis avec les autres » Je suis dans la « société »  Communiquer       Vivre des relations épanouissantes   Trouver sa place dans la société          S appuyer sur leurs ressources personnelles   Travailler des thématiques en prise avec la vie  
 La deuxième finalité est celle de la socialisation : le développement de relations interpersonnelles épanouissantes et l’intégration dans la société.  Des capacités de communication très diverses, brouillées par des comportements qu’il est malaisé de décrypter, parfois même inhibées, caractérisent ces élèves. Les mots trouvent difficilement leur chemin. Leur faible capacité d’abstraction les amène souvent à percevoir les choses de façon intuitive, comme par osmoseet àpar d autres moyens que lesles exprimer mots : les gestes, le toucher, le dessin, le registre symbolique. La prise en compte de ces réalités est essentielle pour développer une pédagogie pertinente et porteuse de fruits et pour les aider à développer des relations épanouissantes.  Le « Vivre ensemble » représente un apprentissage patient et difficile: respecter les autres, gérer son affectivité et son agressivité etc. Tout cela ne va pas de soi. Trouver une place dans la société, se sentir utile, reconnu et valorisé, voilà un autre challenge, occasion d’angoisses mais aussi d’Espérance. Pour faire face à ce défi, là aussi, le professeur devra prendre la mesure des difficultés de ses élèves afin de les guider avec confiance et de les aider à développer leurs capacités de socialisation.   ____________  Sur ce chemin, il pourra prendre appui sur différentes ressources des élèves : leur faculté d’adaptation parfois étonnante, leur capacité d’émerveillement, et leurs grandes attentes sur le plan des relations affectives.  Le professeur de religion accompagnera ses élèves sur ce chemin vers plus d’autonomie et de socialisation en travaillant avec eux, avec bienveillance et empathie (capacité de sortir de sa propre sphère pour entrer dans celle des élèves) diverses thématiques en prise directe avec leurs réalités de vie A l’intérieur de ces thématiques, il croisera le vécu existentiel des élèves avec les ressources de la culture et les ressources de la foi chrétienne qui peuvent les éclairer et faire sens pour leur vie. (Voir plus loin la dynamique du cours de religion).  
2006/7362/5/01
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.