Cours 3 JPC

De
Publié par

Mondialisation et politique économiqueCours magistral de Jean­Philippe CotisSéance 3 – Croissance et innovation‐ Année académique 2010/2011 ‐ Semestre de Printemps‐ Enseignement de Tronc commun de Master‐ContactGuillaume Sarrat de Tramezaiguesguillaume.sarratdetramezaigues@sciences‐po.fr3Les sources de la croissance• La croissance économique est alimentée par la progression de l’emploi, l’accumulation du capital et le progrès technique. Ce progrès technique, non observable, est assimilé en pratique à la productivité multifactorielle (PMF)• La PMF est calculée par résidu, c’est la partie de la croissance du PIB qu’on ne peut expliquer par la croissance des facteurs de production (capital et travail)• La PMF augmentait de façon considérable en Europe (3% à 4%) avant le 1èr choc pétrolier de 1974. Elle a beaucoup ralenti jusqu’au milieu des années 90.Elle a réaccéléré depuis dans certaines zones (Etats-unis, Europe du nord) sous l’effet des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) v14Croissance tendancielle de la PMF au sein de l’OCDE (1)Table 11980-90 1990-2000 1996-2000Etats-Unis 1.0 1.2 1.5Japon 2.1 0.8 0.3Allemagne 1.5 0.7 0.6France 1.9 1.0 1.5Italie 1.3 1.0 0.5Source OCDEDiapositive 4v1 This is the old slide. The subsequent one uses the slight uses average growth rates of multi-factor productivity as extracted from the current EO 82 database. You will see that the data look different, notably less of a ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 57
Nombre de pages : 48
Voir plus Voir moins

Mondialisation et politique économique
Cours magistral de Jean­Philippe Cotis
Séance 3 – Croissance et innovation‐ Année académique 2010/2011 ‐ Semestre de Printemps
‐ Enseignement de Tronc commun de Master
‐Contact
Guillaume Sarrat de Tramezaigues
guillaume.sarratdetramezaigues@sciences‐po.fr3
Les sources de la croissance
• La croissance économique est alimentée par la progression de
l’emploi, l’accumulation du capital et le progrès technique. Ce
progrès technique, non observable, est assimilé en pratique à la
productivité multifactorielle (PMF)
• La PMF est calculée par résidu, c’est la partie de la croissance du
PIB qu’on ne peut expliquer par la croissance des facteurs de
production (capital et travail)
• La PMF augmentait de façon considérable en Europe (3% à 4%)
avant le 1èr choc pétrolier de 1974. Elle a beaucoup ralenti jusqu’au
milieu des années 90.Elle a réaccéléré depuis dans certaines zones
(Etats-unis, Europe du nord) sous l’effet des NTIC (nouvelles
technologies de l’information et de la communication) v1
4
Croissance tendancielle de la PMF
au sein de l’OCDE (1)
Table 1
1980-90 1990-2000 1996-2000
Etats-Unis 1.0 1.2 1.5
Japon 2.1 0.8 0.3
Allemagne 1.5 0.7 0.6
France 1.9 1.0 1.5
Italie 1.3 1.0 0.5
Source OCDEDiapositive 4
v1 This is the old slide. The subsequent one uses the slight uses average growth rates of multi-factor productivity as extracted from the current
EO 82 database. You will see that the data look different, notably less of a slowdown in the 1990s, and growth rates have been revised
downwards on average. Using new estimates would consequently require adjusting the text.
vogel_l; 19/03/20085
Croissance tendancielle de la PMF
au sein de l’OCDE (1)
Table 1
1980-90 1990-2000 2001-2009
Etats-Unis 0.5 0.6 1,4
Japon 1.7 1.3 1.7
(valeurs 2001-2007)
Allemagne 1.5 1.0 0,8
France 1.5 1.1 0,2
Italie 0.8 0.4 -0.7
Source OCDEv2
6
Croissance tendancielle de la PMF
au sein de l’OCDE (2)
Table 2
1980-90 1990-2000 1996-2000
Canada 0.8 1.3 2.0
Australie 0.4 1.7 1.9
Finlande 2.4 2.9 3.9
Suède 1.0 1.4 1,5
Source OCDEDiapositive 6
v2 Same as for previous graph/ comment.
vogel_l; 19/03/20087
Croissance tendancielle de la PMF
au sein de l’OCDE (2)
Table 2
1980-90 1990-2000 2001-2009
Canada 0.1 0.4 0.1
Australie 0.7 1.1 0,3
valeurs 2001-2007
Finlande 2.0 2.2 1,6
valeurs 2001-2005
Suède 0.6 0.9 2,6
valeurs 2001-2006
Source OCDE8
Le modèle de croissance exogène
(hypothèses de départ)
• Le taux d’épargne est constant
• Le progrès technique est exogène: il “tombe du ciel”. A
l’échelle internationale, il est accessible partout dans le
monde
• Le progrès technique est “incorporé” à la force de travail, il est
“porté” par les salariés. On parle alors d’ “emploi efficient”.
• Si, par exemple, l’emploi augmente de 2% par an, et la
productivité tendancielle du travail de 2% (sous l’effet du
progrès technique) on dira alors que la “main d’oeuvre
efficiente” augmente de 4%

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.